10 conseils pour protéger son couple de Facebook (si vous y tenez !)

Le mieux c’est d’essayer de vous mettre d’accord sur des bases saines. Voici quelques idées, c’est juste du bon sens et c’est surtout le fruit des dizaines de réponses obtenues dans le sondage, avec un grand merci renouvelé pour ceux qui y ont participé 😉 https://technosphere.live/2016/10/20/sondage-facebook-et-lamour/

  1. Ne pas se montrer trop intime avec des inconnu(e)s qui pourraient se faire des films (on évite de liker avec le symbole du coeur, on s’exprime avec réserve et sans ambiguïtés.)
  2. Éliminer les contacts trop tentants ou les gens qui flirtent sans arrêt (on ne tente pas le diable…).
  3. Être poli avec son/sa partenaire en public et penser à lover sa photo de profil, une base.
  4. Être attentif à ses publications, et éventuellement les partager pour montrer votre soutien.
  5. Éviter d’accepter/demander trop de nouveaux contacts sauf si vous avez un projet professionnel ou artistique par exemple.
  6. Ne pas consulter cet espace durant des moments d’intimité (repas, discussions, etc.).
  7. Partager des choses sur sa page qui montrent que vous lui vouez aussi une attention particulière dans cet espace.
  8. Bien différencier sphère publique et sphère privée et faire la part des choses entre relations virtuelles et relations réelles.
  9. Bien réaliser que Facebook peut faire fantasmer.
  10. Ne pas oublier que la plupart des photos sont retouchées, filtrées…C’est fou comme la personne sur laquelle vous avez flashé peut être méconnaissable en réalité, donc inutile de liker les photos narcissiques, fausses ou sexy des pseudos « ami(e)s »…

Certains couples décident de ne plus être « amis » sur Facebook pour éviter les jalousies et les questionnements inutiles. C’est d’ailleurs la recommandation de la psychothérapeute et sexologue Gislaine Duboc, une femme avisée, que l’on peut entendre ici sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=yJB4hYUXQNY

La discussion est ouverte, en privé ou ici publiquement.

Cordialement,

Rita Jamal et Anna Scheele

Demi-tour

Imaginez-vous dire STOP. Stop, ça suffit, je n’irai plus travailler pour si peu. Je vous la rends votre vie d’esclave.

Non je ne payerai plus mes taxes, mes impôts, mes factures énergétiques, mes cotisations poubelles (on n’a presque plus de déchets), ma taxe audiovisuelle (j’ai vendu avec joie mes deux télés),  non je ne permets plus les prélèvements sur ma fiche de paye pour la caf (j’élève seule mon enfant, sans aides).

Non je ne paierai pas mon prêt immobilier pendant 25 ans, non je ne m’habillerai plus comme vous l’espérez, non je ne serai plus spécialement polie avec un chef (je déteste les chefs de toutes façons).

Non je ne ferai plus de devoirs le soir en faisant la vaisselle et le repas. Quant au réveil, je le recycle. Je ne tondrai plus le gazon, je n’arracherai plus une seule mauvaise herbe, je n’irai plus jamais voter vu qu’on nous prend pour des demeurés.

Non, je ne soutiens pas notre société de consommation, je suis pour la décroissance économique, l’anarchie, la responsabilisation, la liberté.

Donc, logiquement, en voiture, sur la route du travail, parfois, je fais demi-tour. Et je sens que bientôt, le demi-tour sera définitif…

travail-ciceron

travailtripalium1

Origine du mot travail : « Tripalium » (italien ancien) = instrument de torture à 3 pieux, utilisé pour écarteler la victime…Ce sens douloureux se retrouve aujourd’hui dans le contexte de la femme qui va accoucher, on dit que le « travail » a commencé mais quand au taf c est dur…oui, c’est de la torture !

Anna Scheele

Inspi graffitis

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ancienne école de pêche d’Audierne et Douarnenez

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un grand merci à la team de Valentino, les surfeurs du Cap Sizun (29) pour ces photos très inspirantes ! Pour votre plaisir…Allez, qui en envoie maintenant 😉 ?

Inspi graffitis à Nantes

© Anna Scheele – Juin 2017

« Graffiti walk with Anna », Quimper 2017

La banquière en coupé-décalé

La banquière c’est sûr, elle a déjà réglé ses obsèques. Elle est là, toute moisie, toute puante derrière son bureau Ikéa. Je suis encore en retard mais j’arrive même pas à m’excuser tellement je me sens mal : l’atmosphère fausse et froide, les néons, les prospectus, la thune sans thune partout. Bref moi si je rapplique dans une banque c’est juste pour avoir de la thune justement.

« Voilà, j’ai besoin de 7000 euros madame Harpagon s’il vous plait, oui je sollicite ce prêt chère madâââme pour… » Lire la suite