Technosphère : URGENCE, le pantalon craque, 30 000 tonnes quand même !

La Technosphère est un concept qui analyse l’impact de l’être humain sur la planète Terre.

Son concepteur est un Russe, Vladimir Vernadski, (1863-1945). Il était chimiste et minéralogiste.

Allez une petite définition : la TECHNOSPHERE représente les constructions humaines bâties pour notre survie, « en très grand nombre maintenant, sur la planète : les maisons, les usines, les fermes, les mines, les routes, les aéroports et les ports d’expédition, les systèmes informatiques et leurs déchets… » (Science et avenir).

Ce poids de l’humanité, avec ses déchets, a été évalué par une équipe internationale de scientifiques à « 30.000 milliards de tonnes » (source AFP).

ATTENTION ! À ce stade, si cet article vous fait peur, descendez pour juste voir le projet. Même si je vous incite à mort pour TOUT lire.

Pour se repérer dans les concepts de Vladimir, sachez qu’il définit aussi la notion de BIOSPHERE (l’ensemble des écosystèmes de la Terre) et de NOOSPHERE (l’ensemble des pensées humaines. [« noos » = « esprit » en grec]. Cela est l’équivalent de la notion de conscience collective, d’inconscient collectif, ou d’idéosphère).  Ces concepts nous permettent de nous repérer dans la pensée de ce Russe qui avait bien pressenti que l’humain avait un impact sur la planète. Toujours est-il qu’on pèse beaucoup trop lourd, et c’est surtout ça qu’il faut bien comprendre…On en est à l’obésité même, c’est le craquage de pantalon qui a commencé.

Ce visionnaire, comme beaucoup de Russes il faut le dire, a été le premier à envisager scientifiquement l’impact de l’activité humaine sur le climat. Il fut cependant peu écouté à une époque où l’on pensait que la nature était dotée de capacités de régénération inépuisables.

Aujourd’hui, on ne peut nier l’impact négatif de l’Homme sur la planète Terre. De grands penseurs et scientifiques, tels Albert Jacquard, Jean-Marie Pelt ou l’astrophysicien Hubert Reeves, nous disent très clairement et régulièrement qu’une « fin » semble inévitable et proche vu l’état de notre planète. Et arrêtez de faire comme si de rien n’était car vous savez maintenant !

1259192-hubert-reeves-84-ans-celebre
Hubert Reeves, astrophysicien et militant écologiste, né en 1932 à Montréal. Photo Loïc Venance, archives AFP.

Hubert Reeves parle d’un délai de 30 ans maximum si rien n’est fait. D’ici «dix, vingt ou trente ans maximum, on pourra se demander [ce] qu’on va manger ce soir», avertit le scientifique sur le site canadien press.ca.

Featured Image -- 4336

Autrement dit, si nous n’agissons pas, nous aurons tous disparus d’ici peu. Nous aurons tout saccagé, tout pompé, tout vidé, tout détruit. Notre intelligence nous aura amenés à notre propre destruction…Non c’est plus de la S.F là.

Je suis désolée de vous miner, ce n’est pas mon style mais il faut se rendre à l’évidence, l’humain a totalement merdé depuis le début de l’ère industrielle. Cependant, il est encore temps de retourner cette situation. Mais ça URGE…

Il faut sortir de nos habitudes de consommations inutiles, de nos élevages intensifs, de nos abattoirs à la chaîne, de nos montagnes de déchets, de nos pollutions de toutes sortes. Il faut arrêter de croire qu’on est faibles ou qu’on a peur. Il faut cesser les supermarchés, les pesticides, l’aveuglement des pubs et des médias officiels. Il faut tout ralentir et retrouver notre dignité et notre pouvoir sur la santé, sur l’alimentation, sur notre travail, sur l’éducation de nos enfants.

Il revient à chacun, tel le petit colibri dont parle le grand Pierre Rabhi, d’oeuvrer à son échelle, si petite soit-elle, afin qu’ensemble, nous sortions de cette impasse puante.

Voilà pourquoi j’ai créé ce site « TECHNOSPHERE » : son but est d’ouvrir les esprits, d’élever les consciences. J’essaye d’inspirer mes lecteurs, d’ouvrir des pistes, sans se lamenter. Il est inutile de se désespérer en gémissant au milieu de la verdure salopée par le glyphosate…

Au contraire, imagine comment tu peux agir à ta façon, en n’espérant rien des politiques. Juste en comptant sur toi. Et ensuite, on peut être très forts ensemble, beaucoup plus que la poignée d’individus qui détiennent toutes nos richesses. (Pardon j’ai un côté anar mais je ne suis reliée à aucun parti, ni religion. En effet, « Il n’y a que les sots et les huîtres qui adhèrent », dîtes-moi en comm’ de qui est cette citation pas si ancienne ^^).

fisherman-651697_1920

Je partage sur ce site  des inspirations scientifiques et artistiques, liées à des modes de vie, des phénomènes de société, au voyage, à la musique, aux fêtes libres, à la nature, à la ville, à la santé…VOUS POUVEZ AUSSI PUBLIER SUR CE SITE si vous avez un sujet inspirant (constructions, mode de vie, médecine alternative, physique quantique, géobiologie, spiritualité…) En espérant que les humains favoriseront l’être au lieu de l’avoir très rapidement, et sauront se reconnecter avec la simplicité et la nature sans renoncer à leur bien être.

as-children-1822704_1920
© Sasint

Personnellement, je vais bientôt exercer en tant que coach naturopathe pour aider les gens à reprendre le pouvoir sur leur santé, leur corps et leur esprit et les soigner avec des méthodes naturelles, simples, antiques parfois ! Mais aussi des méthodes énergétiques et vibratoires basées sur la sonothérapie et le magnétisme ( Voir l’article sur la naturopathie). Je m’inspire de ma passion pour la musique et d’un jardin, créé à partir d’un champ jamais traité, que je cultive sans pesticides ni engrais, et que j’espère développer à son plein potentiel avec les techniques de la permaculture (et peut-être des trolls, s’ils pouvaient se montrer enfin).

Beaucoup de plantes médicinales y poussent comme la mélisse, le romarin, la sauge officinale, le jasmin, l’absinthe ou la lavande, ma préférée.

Je souhaite aussi ouvrir ma maison via le « MOUVEMENT COLIBRIS » de Pierre Rabhi (https://www.colibris-lemouvement.org/) et par ailleurs, accueillir des gens en co-working ou / et en co-homing qui pourraient être initiés à un mode de vie simple et naturel.

Je vis dans une maison en bois que j’aimerais rendre la plus autonome possible en me coupant des réseaux eau et EDF (en plus dans l’eau du robinet, il y a des pesticides) mais en me reliant à la pluie et au soleil. On n’est pas demeurés, il y a bien des façons plus simples de générer son énergie ! Et arrêter de payer parfois aussi cher un abonnement qu’une conso. Des articles seront consacrés à cette évolution toute en décroissance.

Je vais aussi créer, dès que possible, un SAUNA mobile avec un CHILL OUT qui va tout déglinguer, (parenthèse CV : expérience salon de plein air, surtout dans des fêtes techno totalement underground, oui je le confesse). Cette structure me permettra d’ouvrir le dialogue sur la santé et l’écologie, chez moi, sans forcément manger des graines (vous pourrez ramener des aliments moins secs hein) mais aussi dans des endroits populaires ou publics. Je m’adresserai en priorité à…à…à qui veut m’entendre en fait (sauf si vous êtes en danger immédiat, je vous attacherai sur une chilienne en vous parlant avec un haut parleur).

mobile-sauna-business-956.jpg

Inspi & transpi in the air, affaire à suivre, dans la passion toujours, y’a de la joie, biz up tout le monde !

© Anna Scheele

cropped-logo-carrc3a9-inspi-2.jpg

Sources :

Sciences et avenir

https://lasocietesolidaireetdurable.com/2012/08/01/noosphere-et-technosphere-deux-nouveaux-concepts-cree-par-vladimir-vernadsky/

Alerte de l’astrophysicien et écologiste Hubert REEVES in www.lapresse.ca/sciences

Le site de Pierre Rabhi

Dictionnaire Larousse

Je ne t’aime plus mon amour #catastrophe sexuelle au Japon

Anna Scheele

JAPANSEX1

Une industrie du X en plein boom

Au Japon, on ne tombe plus amoureux, on « épouse » des « love dolls » en silicone à 6000 euros minimum. On n’ose pas se promener main dans la main mais on produit des films X pour 6 billiards de yens. On n’invite plus les femmes à sortir mais on fantasme sur de jeunes lycéennes qui lèchent des boutons de porte.

Fabrication de « Love dolls »

japdol

japdoll
http://burmese.dvb.no/archives/

Dur contexte pour l’Amour…Mais situation intéressante pour le business du sexe qui profite de ces solitudes. Les Japonais fréquentent des cafés-câlin où ils payent 8€ pour prendre timidement, 3mn chrono, une femme dans leurs bras. Les femmes louent des garçons pour s’habituer au contact masculin (120€ les 2h). Les hommes s’entourent de poupées, se payent des robots-bras masturbateurs ou des casques de réalité virtuelle avec paire de seins et stimulateur de pénis.

Non, le modèle traditionnel de la famille ne fait plus rêver. Le mariage ne les tente plus : en 30 ans, il a chuté de 30%. Des Japonaises s’organisent des mariages en solo. Oui, vous avez bien lu, juste pour avoir la joie de porter la belle robe et de repartir avec la jolie photo.

JAPSOLOWED
Mariage solo au Japon (photo libre de droits pixabay).

Plus de 40% des Japonais de moins de 35 ans sont vierges

Les Japonais semblent ne plus aimer l’amour. Ce peuple très pudique a transformé en tabou tout ce qui a un lien avec l’amour, la famille et les naissances…Certains ne ressentent même plus le besoin d’être amoureux : « Je préfère être seul avec mes jeux vidéos », explique un japonais complètement puceau (in Enquête exclusive, M6). Ils se satisfont de leurs jeux, et fantasment sur les héroïnes.

japfinalfantasy2
Héroïne du jeu de rôle Final Fantasy, série produite par Square Enix initiée par Hironobu Sakaguchi en 1987.

On ajoute à cela l’inquiétude financière, le sacrifice pour le travail, le statut d’enfant-roi du petit japonais qui tue toute l’intimité du couple qui vivra une à deux relations sexuelles par an. Sans parler des mères qui doivent, dans un cas sur deux, abandonner leur emploi pour élever l’enfant.

Bref, ce peuple souffre d’une vraie « apathie sexuelle » telle que la nomment les experts démographes asiatiques. Les Japonais ne savent plus séduire. Le sexe opposé et l’amour sont devenus des mystères.

Une étude de la population a permis la publication de chiffres alarmants par le Japan Times le 16 septembre 2016 et repris en français par LCI :

« Dans la tranche d’âge 18 – 34 ans, 70% des hommes et 60% des femmes qui ne sont pas mariés seraient célibataires. Et encore surprenant, environ 42% des hommes de 44.2% des femmes de la même tranche d’âge seraient encore vierges. Et la situation s’est nettement détériorée depuis la dernière étude réalisée en 2010. A l’époque, seuls 36.2% des hommes et 38.7% des femmes âgés de 18 à 34 ans étaient encore vierges ». Article du Japan Times du 16/09/2016 / Article de LCI.

Des conséquences démographiques dramatiques

Cette crise démographique et spirituelle nippone gagne tout l’Occident. On le voit déjà avec le rapport trop affectif que l’on entretient avec nos ordinateurs et nos smartphones…Et l’explosion industrielle mondiale des sex robots qui incarnent honteusement la soumission féminine…

Aujourd’hui, au Japon, la crise de la natalité est très grave. Le taux de natalité est de 1,4 enfants par femme (il devrait se situer au moins à 2,1 pour assurer le renouvellement de la population). Un Japonais sur quatre a plus de 65 ans. 30% de la population pourrait disparaitre d’ici 2060.

Le gouvernement japonais étudie des solutions fiscales pour avantager les couples et développe la création de crèches. Mais concrètement, il s’agit de trouver comment tourner le dos à la vie sexuelle virtuelle.

Pour conclure, je vous fais part de l’avis d’un spécialiste de la question du sexe dans le futur :« D’ici à 2050, les êtres humains tomberont amoureux et se marieront avec des robots humanoïdes. On sera capable de construire des machines qui nous ressembleront et reproduiront nos émotions : il deviendra quasi naturel de les aimer. C’est inévitable», énonce David Levy dans son livre Love + sex with robots.

L’émergence actuelle des humanoïdes fait naître des questions fondamentales sur la définition du vivant et de la conscience. Nous n’en sommes qu’au tout début mais parions que d’ici peu, l’humanoïde aura ses lois dans le code civil et sa place au creux de nos lits vides.

Sources :

Internet (pas pour les enfants) :

Expérience de sexe virtuel (pas pour les enfants).

Voir des vidéos de robots humanoïdes (pas pour les enfants).

Description de « Silicon Samantha », mise au point par un ingénieur espagnol, un robot sexuel intelligent assoiffé de sexe qui possède un «point G fonctionnel» (pas pour les enfants).

Livres :

Des poupées et des hommes : enquête sur l’amour artificiel d’Elisabeth Alexandre, éd. La Musardine, 2005.japon

Love + sex with robots de David Lévy, éd. Harper Perennial, 2007. japmarriage-to-robots

Un désir d’humain, les love doll au Japon d’Agnès Giard, Les Belles Lettres, 2016. jap

TV :

La série suédoise Real Humans, diffusée sur Arte.

Enquête exclusive, M6 : « Japon, le sexe et l’amour en crise », 12/06/2017.