Nantes devient un potager XXL !

25 000 m² répartis sur 50 sites de la ville de Nantes ont été bichonnés pour recevoir semis et plants. Des serres, des jardins partagés, des zones de gazon inutiles sont ensemencés…Peut-être bientôt des fraises cours Cambronne et des patates aux Douves du château, une touffe de persil devant le bahut et des haricots derrière la gare ? C’est bien l’idée qui a germé au sein des locaux du SEVE (service des espaces verts de la ville) et du CCAS (centre communal d’action sociale).

Baptisé « Paysages Nourriciers« , ce projet est né de la situation liée au covid 19 : « La crise a précipité de nombreux foyers dans la précarité : perte d’emploi, de salaire, détresse sociale et alimentaire… Les associations d’aide alimentaire, qui voient affluer de plus en plus de familles n’ayant plus les moyens de se nourrir et d’accéder à une alimentation saine et de qualité, tirent la sonnette d’alarme », explique Johanna Rolland, maire de Nantes. (Journal « Métropole de Nantes »).

L’alarme a bien été entendue : « Plutôt que de créer un événement sur un seul site, comme souvent l’été, on s’est dit qu’on avait un rôle à jouer dans cette période pas simple », raconte Romaric Perrocheau, responsable du SEVE, au journal Ouest France.

Le projet est d’envergure. Au total, le SEVE espère ramasser 25 tonnes de légumes qui seront distribués aux familles en difficulté via notamment la Banque alimentaire, le Secours populaire, les Restos du cœur et les associations de quartier.

Nantes devient la seule ville à ma connaissance à posséder un potager aussi immense, même Paris ne lui arrive pas à la cheville avec son projet de « plus grande ferme urbaine au monde » d’une surface de 14.000 m2 sur le toit du nouveau hall du Parc des Expositions au coeur du 15ème arrondissement. D’autant que le projet parisien n’a rien de solidaire car il sera géré par des maraîchers qui vendront leurs produits.

Ainsi, à Nantes, « environ 1 000 foyers pourraient recevoir environ 25 kg de légumes chacun, au fil des récoltes. Selon les variétés, les légumes seront récoltés entre juillet et octobre, avec le soutien des habitants volontaires et de bénévoles d’associations nantaises. » (Journal « Métropole de Nantes »).

Et cerise sur le gâteau, plusieurs jardins partagés s’engagent également à offrir leurs surplus de légumes. Elle n’est pas splendide la nature humaine parfois ?

Au total, à Nantes, ce sont donc 50 lieux de production répartis dans les 11 quartiers de la ville qui accueilleront ces potagers solidaires. Autre merveille : tout est naturel et local, sans aucun pesticide, garantit le SEVE qui s’est fait conseiller par des spécialistes de la permaculture pour mener à bien cette opération solidaire. Au total, 10 000 plantes potagères sont plantées en ce moment ! Pour télécharger la carte des 50 sites des « Paysages nourriciers » c’est ici.

Et attendez ! Pour parfaire le tout, Nantes a aussi mis en place un système de collecte des déchets organiques et de composteurs collectifs ce qui allège les poubelles tout en créant du compost afin d’enrichir toutes ces cultures. Ah ! C’est merveilleux !

Cependant, l’idée n’est pas nouvelle

Surtout dans la ville de Nantes qui compte déjà beaucoup de jardins partagés et d’associations comme Incroyables Comestibles Nantes ou Ça pousse en Amont ou encore Collectif Permaculture 44.

Elle est encore moins nouvelle si l’on observe l’Histoire. En effet, la gestion en commun de terrains vacants fut souvent dictée par des périodes de crises économiques et des guerres : évoquons les « Liberty Gardens » de la 1ère guerre mondiale et les « Victory Gardens » de la 2ème guerre mondiale. Encore plus tôt, au Moyen-âge, en Europe, toutes les terres étant détenues par des Seigneurs, des communautés de villageois se rebellent et se rassemblent sur des terres collectives afin de défendre leurs droits d’usage.

Plus proche de nous dans le temps, c’est aussi ce que firent des mères de famille anglaises en détresse, en 2008, à Todmorden, une ville industrielle ruinée de 14 000 habitants au nord de Manchester. Sur fond de grave crise économique, ces mamans bien inspirées décidèrent d’agir sur le front crucial de la nourriture en créant les « Incroyables comestibles« , ces fruits et légumes cultivés localement par l’ensemble des habitants en pleine ville ! Chaque citoyen entretient bénévolement un carré de terre pour la collectivité et se sert donc gratuitement. En trois mois, la petite ville devient autosuffisante en légumes !

Officiellement apparus en France en 2011, les « Incroyables comestibles » français sont exportés par François Rouillay, séduit par l’idée de partage après une visite à Todmoren. Depuis, des dizaines de communes ont rejoint le mouvement à Lyon, Marseille ou Chartres, j’ai même vu des plants de tomates en libre service au bord d’un trottoir à Douarnenez, au fin fond du Finistère. Autonomes et participatifs, les potagers urbains offrent une nouvelle vision de la consommation…

Incroyable-Comestibles-food-giveaway
©Incroyables comestibles

L’agriculture urbaine, l’avenir des villes

Potagers verticaux, aquaponie, espaces urbains en friche transformés en potagers, toits plats aménagés voilà autant d’idées dont s’emparent de plus en plus les associations, les élus, les spécialistes de l’agriculture urbaine, les architectes paysagistes afin d’anticiper pénurie alimentaire éventuelle et crise économique toujours bien présente. Privilégier les circuits courts, recréer du lien social, les avantages valent plus cher que de l’or. En terme d’infrastructure, les potagers peuvent aussi servir la ville : à New York, l’agriculture sur les toits est rémunérée par la municipalité au nom de ses effets sur l’écrêtage des pics de ruissellement de l’eau de pluie…En d’autres termes, l’agriculture sur les toits évite de changer la taille des tuyaux de la ville !

Ces projets n’ont donc rien de « bobos » comme ils ont pu être définis par le passé mais sont intelligents, solidaires, bienveillants. Cela est un rêve pour moi qui utilise souvent le slogan « Just green it » et qui en ai fait un morceau techno l’an dernier Clip par Merlin basé sur un jeu vidéo que vous reconnaîtrez peut-être 😉 « Just green it »

Nous ne pouvons qu’espérer que nos villes seront de plus en plus nombreuses à adopter ce genre d’initiatives. C’est de cela dont nous avons besoin : de nourriture saine, d’amplitude financière, de proximité sociale, d’ancrage à la terre, d’exercice physique…

Anne de Bretagne, du haut de sa tour nantaise, est certainement très fière de voir sa population se préparer à vivre dans l’abondance.

Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Le rêve de nos bébés

Ô splendides mamans qui avez le privilège d’avoir porté la vie

Vous qui nous avez sentis fleurir dans le secret de vos ventres arrondis

Nous rêvons d’être allaités plus de deux mois par vos généreux seins

Nous rêvons d’un lait de vache réservé aux veaux, pas aux petits humains

Nous rêvons d’un air pur, sans pollutions industrielles et agricoles, un drame

Nous rêvons de jouets sans bisphénol A ou retardateurs de flammes

Nous rêvons de couches sans pesticides et autres matières horribles

Nous rêvons de fibres naturelles pour nos petites peaux sensibles

Nous rêvons d’une eau pure et sans le plastique toxique des bouteilles

Nous rêvons d’être protégés des écrans avant nos 5 ans, ce serait une merveille

Nous rêvons d’interactions humaines car c’est de cela dont nous avons besoin

Nous rêvons de contes et d’histoires passionnantes lues avec grand soin

Nous rêvons d’être protégés de la wifi, de la 4 et 5g et autres linky

Nous rêvons d’aliments sans pesticides ni transformations pour toute la famille

Nous rêvons de racines solides et d’ailes étincelantes

Nous rêvons de vos meilleures chansons entraînantes

Nous rêvons la symphonie de l’Univers sous le soleil et la lune

Nous rêvons de marcher au milieu des arbres, des champs ou des dunes

Nous rêvons de nos ancêtres et d’une Terre heureuse

Nous rêvons d’une école bienveillante et respectueuse

Nous voulons éviter la compétition qui ne mène nulle part

Nous rêvons du développement de notre être véritable, c’est tout un art

Nous rêvons d’être accompagnés plutôt que l’on nous dirige dans la tension

Nous rêvons d’explications plutôt que de réprimandes et punitions

Nous rêvons de nos mamans dans les gouvernements

Pour un monde au plus près de la vie, la vraie, celle qui aime et jamais ne ment.

Anna Scheele ©Technosphere 2020, le jour de la fête des mères ❤

Je vous laisse le soin de compléter ce poème avec d’autres rêves pour l’humanité ❤

Pistes, liens utiles :

Choisir des couches sans danger

A propos des écrans

Sur l’allaitement

Danger Wifi femmes enceintes et bébés / enfants

Sur les jouets toxiques

Sur la pollution de l’air et leur impact sur les enfants (« 4,2 millions de morts prématurées dues à la pollution de l’air ambiant en 2016 dans le monde, 300 000 sont survenues chez des enfants de moins de 5 ans. La pollution de l’air est responsable de plus de la moitié de tous les décès par infections respiratoires basses chez les moins de 5 ans dans les pays en développement. »)

Notre Terre monte-t-elle vraiment en vibrations ?

Cet article se situe à la croisée de deux mondes : scientifique et spirituel. En effet, je vais devoir autant parler de la résonance de Schumann, de relevés scientifiques russes et des fréquences que de l’élévation des consciences, de l’ascension vibratoire et de l’ouverture du coeur.

En 1957, le physicien allemand Schumann capte les fréquences de la résonance entre le noyau de la Terre et sa Ionosphère et repère la principale onde permanente qui émet à environ 7,83 Hz (cycles par seconde). Cette onde se répercute sans fin à la même fréquence de 7,83 car elle est sans cesse réactivée. En fait, cette pulsation se nourrit de l’activité électrique des orages (à l’échelle du globe, il y a près de 300 éclairs à la seconde) mais aussi du vent solaire et de ses rafales de photons à hautes énergies qui viennent en permanence caresser les couches les plus hautes de notre atmosphère. Rappelons que ces ondes Schumann vibrent à la même fréquence que les ondes cérébrales des êtres humains quand il est calme et créatif (ondes alpha) et des mammifères en général.

Seulement nous y voilà : les relevés indiquent des pointes hallucinantes de cette vibration qui sont par exemple montées jusqu’à 140 hertz la semaine dernière fin avril 2020. Ces relevés sont rendus publics en temps réel sur quelques rares sites dont un site russe basé à Tomsk en Sibérie (voir le site russe et explications en fin d’article, dans la partie « sources »).

Pendant de nombreuses années, cette fréquence a exprimé une puissance stable à 7,83 Hz avec seulement de légères variations mais aujourd’hui il semble que la puissance et l’apparition de ces pics hertziens se répètent et s’intensifient…On peut se demander pourquoi. Lire la suite

Anna, c’est quoi être guérisseuse ? J’explique mon métier !

Comment j’ai démarré

Pour commencer, je vais vous révéler comment j’ai pris conscience de la fabuleuse présence des énergies et comment il était possible d’influer sur les cellules, y compris à distance, et je dirais même surtout à distance. J’ai un oncle qui est prix Nobel de physique quantique et qui écrivait aussi des poèmes très beaux : il s’appelait Alfred Kastler. Il travaillait justement sur la lumière, sur les photons et il est à l’origine de la création du rayon laser.

Depuis l’enfance je sais donc qu’il est inutile de cloisonner les disciplines comme l’école l’impose. Au contraire, les relier et les mettre en perspective est la clé qui m’a permis d’exercer dans le domaine des énergies en couplant cela aux conseils d’ordre naturopathiques car je veux bien faire le job mais mon patient aussi aura le sien à faire, souvent au niveau de son mode de vie.

La physique quantique et notamment sa théorie des cordes explique que tout vibre, oui tout bouge sans arrêt au sein de chaque atome, de chaque particule, de chaque cellule. Absolument tout vibre : ainsi, même quelque chose qui semble inanimé, vibre, tout ce qui est empli de vie, vibre, et nos pensées également sont des vibrations. Voyez par exemple les travaux explicites du scientifique japonais Emamoto sur la mémoire de l’eau et sur le pouvoir des mots (qui ne sont que le reflet de la pensée). D’ailleurs, porter une mémoire positive sur l’eau a toujours été une tradition ou un rite religieux… (eau bénite, etc.) Vidéo YT sur les travaux édifiants d’Emamoto sur la mémoire de l’eau

De plus, l’intention que l’on porte sur chaque chose, modifie l’activité des vibrations. (cf. physique quantique). Partant de ce principe, j’ai réalisé qu’une intention puissante, couplée à la puissance du coeur pouvait faire des miracles. Je dois aussi rendre un hommage vibrant à feu mon papi alsacien que j’adorais et qui m’a initiée au pendule ainsi qu’à la guérison par l’imposition des mains. Petite fille, je m’entraînais en cachette de mes parents au pendule avec un boulon piqué à mon père accroché à une ficelle 🙂 Entre temps, j’ai compris que le pendule n’est qu’un amplificateur d’énergie et depuis que j’ai rêvé que je cassais le mien, je n’en ai plus besoin du tout, je ressens sans lui.

Mon protocole :

D’abord, je vous porte toute mon attention afin de bien cerner votre problème, et il me faut toute ma réceptivité car bien souvent un patient ne dit pas tout. C’est pourquoi je vous observe tranquillement pendant que j’écoute vos paroles, je vous « capte » comme une antenne radio (cela peut se faire à distance facilement à l’aide de la discussion et d’une photo récente) puis, je sens si je peux vous aider ou pas : mon signal ce sont mes mains qui se mettent à chauffer ainsi que mon visage. Je demande toujours l’autorisation d’aider quelqu’un à…l’Univers. Parfois je ne dois rien faire, par exemple pour un proche qui n’était pas prêt à comprendre ma pratique.

Arrivés à ce stade, je vous demande si vous voulez vraiment guérir car vous devez être absolument motivé par votre propre guérison. Je vous propose ensuite de vous « magnétiser » et j’ai une magnifique table de massage pour vous allonger tranquillement en fermant les yeux si vous voulez, afin de me laisser concentrée.

magnet table anna

J’utilise ce mot « magnétisme » car il est celui que tout le monde connaît cependant il est faux car ce ne sont pas les ondes électro-magnétiques qui vont vous soigner mais les ondes scalaires, découvertes en 2014, qui sont d’ailleurs bien connues des Russes (en Russie, le médecine vibratoire est une médecine officielle). Ces ondes, en forme de spirale s’amplifient avec la distance (c’est pourquoi je peux soigner quelqu’un à Los Angeles par exemple) et sont aussi les mêmes qui permettent la communication télépathique. Ces ondes sortent de notre tête et de nos mains (à nous tous, les humains, pas que moi !). Ce sont elles qui vont apporter les informations lumineuses de guérison. Avant d’agir sur quelqu’un, je dois être hyper relaxée sinon cela ne marche pas. Donc j’écoute des ondes alpha, des ohms tibétains, des musiques à hautes puissances vibratoires et je m’emplis de force lumineuse, d’une puissante énergie d’Amour et de beauté que je puise dans mes propres visualisations ou dans ce qui m’entoure : le soleil, la nature, la beauté de chaque chose : un nuage, le ciel entier. J’invoque aussi intérieurement mes ancêtres, mon Ange Gardien qui est très efficace, puis selon les cas : l’Archange Raphaël pour m’aider à diriger la lumière, l’Archange Mickaël quand je sens une entité accrochée à mon patient…Etc. Chacun a ses propres connexions, j’en ai aussi une splendide qui est la déesse indienne de l’Amour , de l’intelligence, de la joie, de l’abondance et la beauté, j’ai nommé Lakshmi. Bref, je suis remplie de love et quand je sens que je suis prête, à mon maximum, je peux agir sur vous. Je précise ici que je ne suis adepte d’aucune religion mais que je m’en remets aux lois universelles et divines (j’ai étudié les principes hermétiques).

9-astrological-remedies-to-impress-goddess-lakshmi-1-97730-cover

Mais avant de donner cette énergie de guérison, il faut toujours nettoyer les corps subtils du patient et pour cela, j’utilise les méthodes de Serge Boutboul, un formidable énergéticien qui m’a presque tout appris à ce sujet. J’enlève les poids, les tourments, les vieilles « casseroles » qui vous bouffent l’existence. Je dois souvent m’y prendre à plusieurs reprises tant parfois les corps énergétiques sont encrassés. Bien sûr, pour cela je me protège car je ne veux pas récupérer vos vieilles choses immondes. Je mets la Terre à contribution puisque je lui demande de recycler tout le négatif que je vous enlève et je pense toujours à la remercier intérieurement. Oui, je suis la femme de ménage de votre être 😉

Quand je vous trouve « reluisant », propre, frais, je peux vous transmettre toute la belle énergie dont je dispose : je la fais « couler » de mon coeur vers mes mains et je visualise qu’elle inonde chacune de vos cellules pour guérir (gai rire) tout ce qui doit l’être. Je m’occupe donc d’abord de votre souci, ce pourquoi vous m’avez contactée. Quand je comprends que j’ai donné ce qu’il fallait, je passe aux principaux centres énergétiques qui composent votre corps (les fameux « chakras » connus depuis des millénaires par les orientaux). Je commence toujours par le haut pour redescendre jusqu’au premier. Je ne m’occupe pas du chakra coronal, celui qui est au sommet de notre tête et qui nous relie au divin car il s’aligne automatiquement quand tous les autres sont équilibrés. Souvent, j’entends les ventres gargouiller ce qui est un signe de circulation des énergies. Moi je suis en surchauffe, je dois me mettre en tee-shirt tellement j’étouffe 🙂 Parfois, la personne que je soigne s’endort sur ma table de massage au son d’une musique bénéfique, devant mon jardin, près du poêle à bois.

chakras art

Je ressens donc vos centres énergétiques et je les alimente avec cette même très belle lumière que j’adapte aux couleurs qu’ils dégagent. Puis, j’harmonise le tout en pratiquant « des passes », des mouvements des mains et bras le long de votre corps, toujours de haut en bas. Je sens si j’ai donné trop d’énergie, je régule cela car trop d’énergie n’est pas forcément bon (état de surexcitation, décisions radicales…).

Enfin, je vérifie l’état de votre enveloppe énergétique (votre aura) que d’ailleurs j’aimerais apprendre à lire comme le faisaient les Esséniens il y a 2000 ans, peuple dans lequel a grandi Jésus… Les Esséniens soignaient pareillement à l’aide de la lumière se dégageant de leurs mains mais aussi à l’aide de sons ! Ce qui me fait parfois penser que j’ai peut-être été Essénienne fut un temps car ceux qui me connaissent savent tout mon amour pour la musique que je pratique en créations électroniques avec des fréquences sacrées bénéfiques. Bref, je sens avec mes mains les contours de votre aura et je peux la rééquilibrer. Par exemple, une femme avait gravement chuté d’un escalier et ne dormait plus suite à cela. Or, chez elle, l’aura n’était présente que d’un côté et assez largement (aura décalée) ! J’ai juste eu à la pousser puis à l’harmoniser à l’aide des fameuses « passes » magnétiques. Depuis, cette femme dort comme un bébé.

Pour finir, je remercie toujours avec ferveur et humilité les forces et les Êtres qui m’ont permis d’agir…Car au fond, je ne suis qu’un « canal »…

La personne repart toujours avec des recommandations de soins naturels.

Que ce soient des plantes, des techniques de soin ou des recommandations sur l’alimentation, je vous conseille avec simple bon sens compte tenu du contexte gravissime dans lequel nous nous sommes fourrés (but no panic nous sommes juste en pleine 6ème extinction de masse). Je rappelle que si l’on tombe malade, c’est qu’il y a un dysfonctionnement. Trouver l’origine du mal est primordial en naturopathie. C’est pourquoi, je dois absolument trouver avec vous l’origine de votre problème afin de pouvoir agir le plus efficacement possible (et non en masquant les symptômes comme le fait hélas notre médecine actuelle…)

Mes qualifications de naturopathe me permettent d’établir un bilan de santé (amenez aussi vos éventuelles analyses sanguines). Ensuite, on évalue ensemble comment rétablir votre plein équilibre et vous repartez donc avec des recommandations naturopathiques écrites noir sur blanc. Bien sûr, il nous est interdit de parler d’ordonnance mais je rappelle qu’en Allemagne, un naturopathe est considéré comme un médecin.

J’ai suivi les cours d’une naturopathe, Carol Panne, qui travaille pour une école hollandaise et surtout cela fait 15 ans que j’utilise les huiles essentielles, les plantes glanées sauvagement ou cultivées avec Amour : des médicinales, condimentaires, ornementales, odorantes…Des années aussi que je pratique les soins au naturels comme la sonothérapie ^^(de bonnes grosses fêtes aussi), le contact avec la Nature, la relaxation, l’utilisation de l’eau, le jeûne, l’alimentation crue si possible (pour la nourriture, je me situe exactement dans la même vibration qu’Irène Grosjean (respect) —> Article sur notre doyenne naturopathe Irène Grosjean, et son livre « La vie en abondance »).

Les résultats :

Dans la plupart des cas, le problème est résolu dans les 48 heures, parfois le lendemain ou même immédiatement, surtout chez un sujet jeune.

Ce que ma pratique a déjà guéri :

  • Sur le plan physique : bronchites, cystites, douleurs de tous types (dentaires, sciatiques, canal carpien, etc.), problèmes de peau comme le zona, l’eczéma, le psoriasis (même s’il faut souvent plus d’une séance pour le vaincre), colopathies, verrues…
  • Sur le plan psychologique (ce qui me passionne le plus) : j’ai déjà sorti des gens de leur anxiété, de la dépression, de leurs fatigues chroniques. J’accompagne les personnes qui sont alcooliques, toxicomanes, polytoxicomanes et je les soulage grandement. Je calme les nerveux, je donne confiance aux gens qui ont peur, je donne la joie aux désespérés. J’ai un côté très psy que je vous offre couplé aux énergies et à la naturopathie (hygiène de vie) et cela est très puissant.

J’ai constaté que d’une manière générale, quelqu’un que j’ai aidé va reprendre sa vie en main si celle-ci lui échappait. C’est à dire que l’on me consulte pour un souci puis le soin va au-delà. Les gens deviennent davantage maîtres de leur vie, de leurs choix et vont plus facilement vers ce qui les rend heureux. De la magie ? (l’âme agit).

scalaire

Bon, parfois je ne peux rien, surtout si le patient est trop méfiant ou négatif, donc je refuse. Ou alors je sens que la personne est trop passive, consommatrice et cela me dérange. Chacun a sa part à faire dans une guérison et la moindre des choses est de vouloir guérir.

Il existe de plus en plus de pratiques énergétiques de nos jours et tant mieux. J’éprouve une grande joie de sentir que je renoue avec les pratiques de nos ancêtres druides ou sorciers. D’ailleurs, les énergies sont très présentes ici en Bretagne, Terre Sacrée. Certains ont des pratiques similaires, comme le reiki par exemple, mais je suis gênée par ce terme de « maître Reiki » qui est à l’opposé de l’humilité dont nous devons faire preuve et puis par le fait que cette technique est appropriée au Japon avec des symboles qui personnellement ne m’évoquent rien du tout. Chacun construit ses propres protocoles à partir de bases communes, chaque thérapeute est unique et soigne à sa façon mais ma rencontre avec d’autres praticiens me rassure sur beaucoup de points communs : passes, souffles, gestes, procédés, ressentis…Nous différons peu de certains shamans russes 😉

Je n’ai pas pu décrire tout le protocole dans ses moindres détails car ce serait trop long et certains éléments ne voudront peut-être rien dire pour vous. J’envisage de former de futurs thérapeutes dès que j’aurai davantage d’expérience car je pense que la transmission est primordiale et bien sûr on n’apprend pas cela à la fac de médecine 😉

Je reçois les gens chez moi en Bretagne, au « Saint Esprit des Bois » (non ce nom n’est pas une blague et c’est d’ailleurs ici que j’ai développé ces pratiques).

J’agis aussi à distance sur simple photo récente.

L’inverse de ma pratique serait « la magie noire », et vous savez très bien que cela fonctionne aussi…Et d’ailleurs, je sais vous mettre sous protection et vous apprendre comment vous protéger vous-mêmes.

Pour prendre RDV vous pouvez m’appeler au 06 61 13 52 55 (France, Bretagne) ou via la plateforme Facebook où je suis représentée sur la Page « Inspi technosphère »

Il m’arrive de me déplacer si c’est autour de chez moi pour des gens trop faibles par exemple ou si je dois nettoyer une habitation de ses mauvaises énergies. J’organise parfois des consultations dans le Finistère.

Votre dévouée Anna Scheele !

→ Prestations & Tarifs

Scheele©Technosphere 2019

Magnétiseuse & Naturopathe

 

cropped-logo-fb-2019-june-ok-1.png

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Catastrophe à Rouen : comment éliminer les métaux lourds de son corps ?

Face au flou ahurissant des « autorités » et puisque des labos refusent de donner les résultats d’analyses sanguines¹, j’ai jugé bon, en tant que naturopathe, de vous indiquer quelques moyens puissants et naturels de se débarrasser des substances toxiques absorbées par le corps.

Il faut aider le corps à se décrasser : on va solliciter le foie, les reins et la peau principalement. Les légumes aident le foie à se nettoyer et à fonctionner efficacement : notamment les légumes amers, source de souffre : artichaut, radis noir, choux, légumes verts foncés…On ajoute à cela le curcuma, la betterave, le citron, les orties, le romarin, mais aussi la vitamine C et le sélénium que l’on trouve dans l’ail et les oignons.

Comme les métaux lourds sont très oxydants, il faut privilégier une alimentation riche en vitamines, minéraux et antioxydants. Les fruits et légumes en sont d’excellentes sources, avec notamment beaucoup de vitamine C qui est très efficace pour éliminer le plomb du sang. « Une consommation quotidienne de 1000 mg de vitamine C fait baisser de 80 % la quantité de plomb circulant au bout d’un mois »².

Je vous conseille aussi une alimentation sans lait et sans gluten. En effet, les métaux lourds empêchent le fonctionnement des enzymes, notamment digestives. Hors, la caséine (la protéine du lait) et le gluten (vient du mot « glue », il y en a dans le blé) sont très difficile à digérer pour de nombreuses personnes en temps normal et les métaux lourds amplifient cette difficulté.

Absorber des compléments alimentaires efficaces comme les algues. Les reines en la matière sont les deux algues suivantes : la CHLORELLE (ou chlorella) et la SPIRULINE. Comme elles absorbent les métaux lourds, il est primordial de les acheter très pures (sinon vous absorbez les métaux lourds qu’elles auront capté dans leur environnement !) En effet, à cause de cette « avidité naturelle pour les métaux lourds, elle doit être cultivée de façon protégée sous peine de contenir elle-même des métaux lourds : le label « bio » n’est pas une garantie puisque ces métaux sont partout. Il faut donc une « double garantie » de culture protégée et d’analyse du produit. » (https://www.pourquoidocteur.fr).

La CORIANDRE est aussi très efficace associée à l’AIL DES OURS en macération³ : une prise par jour.

Pour le césium et le polonium, la prise de PECTINE DE POMME ou d’ALGINATE DE LAMINAIRE sera le plus efficace.

Pour prévenir les risques de cancer, il est nécessaire de consommer du MISO (produit en Europe de préférence) et de prendre un traitement immunostimulant comme l’AGARICUS BLAZEI ou le REISHI, ou encore le MAITAKE.

Maitaké
Maitaké

La plupart des autres métaux s’éliminent bien par les reins, donc BUVEZ BEAUCOUP (pas d’alcool hein, de l’eau et surtout pas celle du robinet !), un draineur comme la SÈVE DE BOULEAU est intéressant.

Enfin, se faire transpirer va être très utile. Nous savons depuis plusieurs décennies que la transpiration est une façon formidable d’éliminer les produits chimiques, incluant les métaux lourds. En fait, LE SAUNA est l’une des procédures de détoxification utilisées dans les unités environnementales à Dallas (Dr William Rea) et à North Charleston (Dr Allan Lieberman), où les plus grands malades vont se faire soigner.

Je ne conseille pas le charbon actif (ou activé) car il concerne les intoxications légères et hélas il constipe, alors que l’on cherche au contraire à éliminer !

Au delà de cette abominable catastrophe écologique, je pense comme la pédiatre Doris Rapp que tout le monde dans ce pays a besoin d’être détoxifié, « parce que nous sommes tous en train de devenir des dépôts de déchets toxiques ». (Spécialiste en médecine environnementale Doris J. Rapp, pédiatre, allergologiste et homéopathe, ancienne présidente de l’American Academy of Environmental Medicine).

Courage à tous ❤

Anna Scheele ©Technosphere, 2 octobre 2019

 

¹ Article de libération du 1er octobre 2019 sur le pompier de Rouen à qui l’on refuse l’accès à ses analyses sanguines

² https://www.tetart.com

³ Macération : consiste à laisser tremper le végétal dans l’eau froide pendant plusieurs heures.

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Comment vivre longtemps, heureux et beau !

La vie en abondance d’Irène Grosjean, (Biovie, 2018).

Irène est l’une des grandes figures de la naturopathie en France. Cette femme merveilleuse de presque 90 ans décrit dans son livre l’intelligence époustouflante de la nature et ses grands principes que sont l’alimentation, l’élimination, la respiration, le sommeil et la qualité des pensées.

Elle préconise une alimentation crue et végétale (fruits, légumes, graines germées, bonnes graisses, épices et condiments…). En effet, cuire un aliment le dénature, lui retire vitamines et autres nutriments. Nous mangeons un aliment mort énergétiquement qui ne nourrira pas nos cellules.

Clairement on nous a menti : « une nourriture correcte n’ayant rien à voir […] avec la viande pour les protéines, […] les produits laitiers pour le calcium et les sucres lents […] pour les glucides. »(p. 384)

Aussi, elle explique que c’est l’alcool et la viande rouge qui ont engendré les guerriers dominants, les « saigneurs ». En face, il y avait les paysans nourris à la « colle » que représentent les bouillies de céréales en tous genres et qui nous rendent soumis et lents. D’un côté, des corps remplis d’acide urique qui les ronge (perte de cheveux, cancers, maladies cardio-vasculaires, etc.) car envahis de viande et d’alcool et de l’autre, des corps englués, plein de glaires tant ils ont absorbé de farines, de gluten ! Le ‘glu’ten étant de la glue, de la colle ! (Hélas oui, ce sont les pâtes, le pain blanc, les pizzas, les gâteaux…) Irène explique l’origine de nos guerres dans la qualité déplorable de notre alimentation depuis environ 2000 ans. Elle fait référence aux Esséniens qui, inversement, se nourrissaient extrêmement qualitativement et dont la mentalité était très évoluée (l’inverse de nous aujourd’hui, voir le documentaire génial d’arte : « Demain tous crétins« ).

Pour information, les compléments alimentaires ne devraient pas être utiles si notre alimentation était la plus simple et naturelle possible. Si quelqu’un mange mal, il est forcément carencé. Attention de toujours préférer les compléments alimentaires d’origine naturelle sinon ils ne sont pas assimilés par le corps.

Ce livre montre la simplicité et la perfection de la nature qui sait se réguler d’elle-même et atteindre seule l’équilibre parfait, la santé. Hélas, notre médecine moderne est en réalité une médecine symptomatique qui annule votre symptôme sans en chercher la cause. Cela empêche le corps d’exprimer le rejet de ces substances toxiques dont il crie qu’il ne veut plus. Cela revient à éteindre le voyant du tableau de bord de la voiture sans avoir cherché l’origine de la panne…Avec cette façon d’agir, on est dans l’illusion d’une guérison. Toux, eczémas, allergies, fièvres (bienfaiteurs en réalité), se retrouvent contenus…L’aspect psychologique de la maladie étant rarement envisagé, tout au plus lui aussi vite étouffé à l’aide d’anxiolytiques, on aboutit à des non sens complets, un vrai carnage.

Ce refoulement dans le corps des substances qu’il s’apprêtait à extraire entraînera plus tard des symptômes plus graves pouvant conduire à des maladies chroniques, dégénératives, psychologiques, fatales certaines. Irène nous rappelle que quand un animal est malade, il se met à la diète et au repos. Inspirons nous de la sagesse animale, constamment reliée à l’intelligence universelle. Relions nous à nouveau à nos corps et à nos ressentis. Relions nous à la nature qui nous porte et nous nourrit.

L’auteur développe bien les thèmes de l’élimination, des purges par différents moyens : saunas (article sur les bienfaits du sauna), hammams, bains, lavements, douches rectales et autres réjouissances. Et attention, on ne se libère pas de la même façon des cristaux d’urée (déchets cristalloïdaux) que des colles (déchets colloïdaux). À vous de définir quels types de déchets vous avez à éliminer (observez votre alimentation, votre cadre et mode de vie) et de vous offrir régulièrement une belle purification afin de vivre au mieux dans ce trésor qu’est notre corps.

woman-1974220_1920

Irène évoque aussi le jeûne qu’elle encense à juste titre puisqu’il met le corps au repos en lui évitant la dépense énergétique de la digestion. Le corps peut alors se concentrer sur la régénération de ses cellules et de son système immunitaire : un vrai renouvellement de l’être. L’auteur recommande notamment le jeûne hydrique (juste un apport en eau ou tisanes) en cas de maladie (durées et conditions selon chacun) ainsi qu’en routine un jour par semaine  (les religions aussi recommandent le jeûne). Nos corps souvent intoxiqués se mettent au repos tandis que l’âme s’élève 🙂

Un autre principe de vie est la respiration. Elle est rarement considérée dans nos sociétés mais c’est une grave erreur car le souffle fait partie de la vie et modifie la santé. Dans l’idéal, l’air est pur, ensoleillé, riche en ions négatifs (les huiles essentielles peuvent grandement nous aider), on respire par le nez, de grandes inspi & expis, bien amples, bien profondes, en gonflant bien le ventre en inspirant. Vous atteindrez ainsi des fréquences vibratoires plus élevées, vos pensées seront plus belles. Vous saisissez l’importance ? L’air respiré est une façon d’oxygéner chaque cellule mais aussi une intense façon de capter l’énergie vitale nécessaire au maintient de la vie dans tout l’organisme, le fameux prana indien ou ki chinois. De mon côté, je conseille souvent la pratique de la cohérence cardiaque qui rééduque la respiration et apporte des dizaines de bienfaits.

Les autres piliers pour une bonne santé sont le sommeil et la relaxation. La durée du sommeil dépend de chacun et il semble que l’on récupère mieux dans la première partie de la nuit. Beaucoup de plantes et de moyens de se relaxer existent, à nous de trouver ce qui convient le mieux (« Connais-toi toi-même », Aristote). Encore une fois inutile de se ruer sur les somnifères de la pharmacopée moderne, autant tester la puissance de la passiflore, du millepertuis ou de la camomille romaine !

Enfin, l’aspect psychologique vient couronner le tout de façon complètement évidente : nous reflétons la laideur, la médiocrité ou la beauté de nos pensées. C’est quantique, énergétique, une loi de résonance absolument simple. Irène évoque aussi la confiance en la vie et le lâcher-prise. Elle nous parle des fréquences, elle sait que tout est ondes, elle évoque la loi d’attraction, les miracles de la vie, la force primordiale de la pensée. Elle rejoint en cela Anne Givaudan qui a très bien expliqué ce qu’était une forme pensée : les pensées existent, elles prennent vie dans l’astral et peuvent donc se réaliser dans notre dimension physique de la 3d. Alors attention à la grande pureté de nos pensées. Les vibrations les plus hautes étant l’amour, la joie, la gratitude et les plus basses la peur, la haine, la jalousie, la culpabilité, la honte… Quand on vibre bas, on sombre dans la maladie et la dépression, nous créons notre propre malheur.

Il est primordial de se sentir relié à la terre, source des énergies telluriques (yin) et également relié au cosmos (yang). Marchez pieds-nus sur la terre, le sable dès que possible, vous verrez…Tout simplement…

Savoir aussi que la mort (l’âme hors) n’est qu’un passage vers une autre dimension et que nous pouvons rester reliés malgré l’apparente séparation. Et enfin parvenir à vivre dans l’ « incertitude sereine » dont parle le vénérable Luis Ansa.

Le livre d’Irène Grosjean est un cours de naturopathie à lui seul, il est aussi le mode d’emploi de l’intelligence universelle afin de vivre avec la meilleure santé qui existe, la santé vraie, naturelle, glorieuse, abondante, source d’un bonheur authentique et durable pour peu que l’on en respecte les principes simples.

Vous pouvez aussi voir sur Youtube des interviews d’Irène, si agréable à écouter, si inspirante !

Petit extrait du livre : « Alors, donnons, donnons le meilleur de nous-même. Ce qui se fera d’autant plus facilement que nous traitons notre corps, ce prodigieux laboratoire à vivre, comme le plus précieux des laboratoires […]. Et ainsi, nous pourrons passer au-dessus des nuages, là où il y a toujours le soleil et la solution à tous les problèmes. Car la nature nous a tout donné pour faire de notre vie et de celle de la Terre le paradis de santé et de bien-être que nous cherchons tous si loin, alors qu’il est tout simplement et si simplement à notre portée… » (p. 386, 387).

La-vie-en-abondance

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2019

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Le secret Toltèque

Pratiques du rêve des chamanes de l’ancien Mexique de Sergio Magaña Ocelocoyotl

Pour la première fois, Sergio Magaña, un guérisseur mexicain réputé de part le monde pour son grand pouvoir, dévoile les pratiques secrètes de la tradition toltèque, vieille de 5 000 ans.

Ce guérisseur a été initié dans la lignée Toltèque du nahualisme [nahualisme : tous les Mésoaméricains croient que chaque humain a une contrepartie animale à laquelle sa force vitale est liée] et dans la lignée Tol [le savoir du rêve]. Il a par ailleurs été nommé chef du prestigieux projet du club UNESCO pour la protection du patrimoine immatériel des anciennes civilisations.

Tortoise_nahual_by_Jacobo_A¦üngeles_Ojeda.jpg
Figurine moderne d’une nahual de tortue.

Ce livre a été publié pour la première fois en 2014 au Royaume Uni et dévoile la connaissance secrète originellement détenue par les Chichimèques [« Chichimèque était le nom que les Nahuas du Mexique utilisaient généralement pour désigner un ensemble de peuples semi-nomades qui habitaient le nord de l’actuel Mexique et le Sud-Ouest des États-Unis », Wikipédia].

Les Chichimèques, étaient considérés comme des maîtres car ils possédaient une compréhension profonde de l’état de rêve : ils savaient que la maîtrise de ses rêves forme la réalité. Donc quelqu’un qui maîtrise ses rêves influence la matière et maîtrise sa vie ! Le rêve et les états modifiés de conscience permettent de diriger son existence.

Et ce n’est pas tout, loin de là ! Maîtriser sa conscience dans le monde des rêves ouvre les portes de la guérison pour soi et les autres ! Cela permet même de rajeunir ! Le chamane affirme aussi que grâce au rêve, on parvient à communiquer avec ses ancêtres ou encore que l’on peut voir sa « Teyolia » [le chemin de son âme] : on accède à ses vies antérieures et on arrive donc à se libérer du déterminisme [c’est à dire du fameux karma].

Sergio Magaña explique aussi comment se servir du mystérieux miroir d’obsidienne afin de se purifier et se guérir. D’ailleurs, dans toutes les civilisations, l’obsidienne est une pierre de Vérité ayant une fonction introspective et cathartique puissante.

Ce que j’apprécie surtout, c’est que l’auteur nous explique les méthodes utilisées pour parvenir à maîtriser le monde des rêves, à réaliser que nous ne sommes pas spectateurs de nos vies mais acteurs de celles-ci. Il explique notamment la méthode des masques dont voici un extrait :

« INNETLAPOLOLTILIZ : L’ACTE DE SE PERDRE SOI-MÊME »

« Cet exercice est à faire en portant un masque à nez proéminent. » [Pour les Toltèques, la conscience du monde extérieur est liée au nez car c’est la seule partie du visage que l’on aperçoit à l’état de veille, ndl]

« Placez-vous devant un miroir et commencez à raconter l’histoire de votre vie. Parlez à voix haute de vos problèmes, de vos soucis, tout comme si vous étiez avec un psychothérapeute. La seule différence, c’est que vous êtes votre propre thérapeute. Vous êtes capable d’assembler le tonal et le nahual, le conscient et l’inconscient, et vous n’avez besoin de personne pour vous découvrir.

Passez chaque jour 30 à 45 minutes sur cet exercice pendant 36 jours. Contentez-vous de parler de ce que vous croyez être, de vos problèmes et ainsi de suite, en toute liberté. » L’auteur poursuit en expliquant les effets de cet exercice :

« Cet exercice a des effets très significatifs. Tout d’abord, en vous obligeant à vous regarder, vous cessez d’être un simple spectateur et vous devenez l’acteur principal de votre propre vie. Ensuite, quand vous cessez d’identifier votre visage à votre vie courante et que vous commencez à vous observer avec un masque, une guérison des plus intéressantes prend place : au fil du temps, votre visage et l’histoire de votre vie se dissocient l’un de l’autre parfois jusqu’à ce que le lien entre eux soit tout à fait rompu.

Une fois ce lien brisé, l’histoire de votre vie cesse de vous affecter et vous êtes libre.

Certains de mes étudiants m’ont raconté qu’ils ont été soulagés de maladies très graves en faisant cet exercice. Votre esprit cesse de vous associer au problème, et le changement advient. »

Cette pratique, parmi d’autres développées dans ce livre, vous permet aussi de devenir acteur de vos rêves et vous ouvre les portes de la magie (l’âme-agit) : vous devenez maître(sse) de votre vie et pouvez évoluer de la meilleure des manières. Aussi, je vous conseille de tout mon coeur la lecture de ce livre édifiant.

Le-secret-tolteque

Anna Scheele ©Technosphere 2019

Le miracle de la cohérence cardiaque

Le concept de la Cohérence Cardiaque est issu des recherches médicales dans les neurosciences et la neurocardiologie.

Cette méthode est apparue aux Etats-Unis il y a environ 10 ans, au moment où son impact bénéfique sur la gestion du stress a été mis en lumière par l’Institut HeartMath®, en Californie. Cet organisme étudie depuis 25 ans la communication entre le cœur et le cerveau. Les découvertes de l’Institut ont montré qu’il existe 40.000 neurones dans le coeur et qu’ils forment « le cerveau du coeur ». C’est suffisant pour que ce système nerveux agisse parfois de manière autonome (je rappelle au passage que nous avons aussi un troisième cerveau, dans nos intestins, appelé « cerveau viscéral » et qui contient 200 millions de neurones, plus que dans le cerveau d’un chien).

Les recherches à l’Institut HeartMath® ont montré que le facteur le plus important qui affecte le rythme cardiaque correspond à nos sentiments et à nos émotions. Donc en respirant calmement et de façon régulière, nous obligeons notre coeur à avoir une « cohérence » qui retentit positivement sur toute notre psycho-physiologie !

Pourquoi pratiquer la cohérence cardiaque ?

D’une façon générale, la cohérence cardiaque accroît notre potentiel intellectuel, nous donne des pensées plus claires, nous permet de prendre les décisions les plus évidentes et les plus simples, nous offre un meilleur équilibre émotionnel, une meilleure logique et davantage d’organisation et de sérénité. Et en particulier, je vous ai résumé ci-dessous tout ce que nous offre la pratique de la cohérence cardiaque qui n’est finalement qu’une simple respiration sur environ 7 temps ! (les yogis et les bouddhistes le savent et la pratiquent depuis des millénaires !)coherence cardiaque by technsophere cf David Servan Schreiber, livre guérir

Où ? Et quand ?

N’importe où ! En marchant, assis, debout, en voiture, sur un chameau ! Dès que vous en ressentez le besoin OU en routine 3 fois par jour. Cette pratique est utile dans toute situation de stress, par exemple avant de parler en public, avant de dormir, avant un entretien, avant un examen, en accompagnement d’autres thérapies, avant d’aborder quelque chose de désagréable, votre pile de paperasse ou une discussion avec votre ennemi n°1 🙂

Comment ?

C’est archi simple, nul besoin de se mettre en position yogi. De préférence vous inspirez par les narines et expirez avec la bouche, le temps de compter jusqu’à 7. Bien sûr les labos pharmaceutiques préfèrent vendre des hypotenseurs, des anxiolytiques, des antidépresseurs. Il est si simple le secret, n’est-ce pas ?

Il existe de nombreuses applications mobiles gratuites et sans publicité pour vous accompagner en toute simplicité, je pense à Respirelax mais il en existe beaucoup d’autres ! (Cette appli vous permet de fermer les yeux et de respirer au son d’une clochette). Quand vous aurez l’habitude, l’appli sera inutile. Personnellement, je n’en ai jamais eu besoin mais je pense qu’elle peut être un support très plaisant, un repère rassurant. You Tube aussi propose beaucoup de vidéos de cohérence cardiaque avec en plus des visuels et des sons aux fréquences relaxantes ce qui peut constituer un bénéfice plus grand pour votre détente.

Vous essayez ? ⇒ vidéo You Tube de cohérence cardiaque

3 vidéos très courtes pour clarifier davantage la cohérence cardiaque :

Pour aller plus loin :

Guide de cohérence cardiaque jour après jour
De Dr David O’Hare, Edition Thierry Souccar, 2012

Cohérence cardiaque : Nouvelle technique pour faire face au stress
De  Dr Charly Cungi et  Dr Claude Deglon, Edition RETZ, 2009

Maigrir par la cohérence cardiaque
De Dr David O’Hare, Edition Thierry Souccar, 2012

Les premiers pas avec la cohérence cardiaque
Dr Claude Deglon, Pi-Conseil avec Heartmath France, 2006

Relaxation et méditation : trouver son équilibre émotionnel
Dr Dominique Servant, Ed. Odile Jacob, 2007

La relaxation : nouvelles approches, nouvelles pratiques
Dr Dominique Servant, Edition Masson, 2009

Savoir se relaxer en choisissant sa méthode
Dr Charly Cungi, Retz, 1996

Guérir le stress, l’anxiété et la dépression
David Servan-Schreiber, Edition Robert Laffont, 2003
david servan schreber Guerir-le-stre-l-anxiete-et-la-depreion

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2019

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

heart-2750395_1280

Ciao l’eczéma grâce à la naturopathie

L’eczéma touche une personne sur cinq dans le monde, surtout les enfants (15 à 30% des enfants dans les pays industrialisés). Une consultation en dermatologie sur trois concerne cette inflammation de la peau non contagieuse.

Il existe plusieurs sortes d’eczémas, les 2 plus courantes étant l’eczéma atopique et l’eczéma de contact. Nous trouvons intéressant de lister les différents types d’eczémas car en naturopathie, trouver l’origine d’une pathologie est primordial.

  • L’eczéma atopique : la peau est sèche et elle tire. Cet eczéma peut être à la fois d’origine génétique et allergique : il peut apparaître à cause d’un système immunitaire déficient ou qui surréagit, à cause d’un défaut de la barrière de défense cutanée ou d’un manque de lipides cutanées. De plus en plus, on réalise l’importance de la flore digestive (le microbiote) dans l’atopie. En effet, c’est dans la sphère digestive que se créent les défenses immunitaires. L’atopie ne se manifeste pas uniquement de manière cutanée mais aussi à travers des rhumes, rhinites, conjonctivites et autres allergies alimentaires.
  • L’eczéma allergique de contact : il est dû à une hypersensibilité locale au contact de substances allergisantes comme les caoutchoucs, les métaux, les biocides et les cosmétiques. Cet eczéma apparaît environ 3 jours après le contact mais il peut aussi se manifester des mois ou des années après !
  • L’eczéma dishydrosique : il apparaît sur les mains et les pieds. Son origine est souvent nerveuse mais peut aussi être provoquée par une mycose ou une sudation trop importante.
  • L’eczéma séborrhéique : ce type d’eczéma touche particulièrement le cuir chevelu. Il  provoque souvent des croûtes jaunâtres à cet endroit et des pellicules chez les personnes qui en souffrent. Il peut être lié à des problèmes immunitaires mais c’est le stress qui le favorise souvent.
  • L’eczéma photosensible : une exposition aux UV, même très courte peut provoquer une inflammation du derme. Souvent c’est la prise de certains médicaments, couplée au soleil qui déclenche une crise d’eczéma.
  • L’eczéma nummulaire : il provoque des petites plaques circulaires semblables à des pièces de monnaie. Il s’agirait plutôt d’allergies.
  • L’eczéma impétiginisé : apparaît à cause d’une bactérie, un virus ou un champignon. Par ailleurs, « une personne qui fait déjà de l’eczéma (de n’importe quel type) peut voir ses lésions s’aggraver si elles entrent en contact direct avec une bactérie. Par exemple, cela peut être une bactérie contenue dans l’eau du lac dans lequel on se baigne ». source : e-santé
  • L’eczéma variqueux : apparaît sur les jambes. Il est lié à une mauvaise circulation du sang au niveau des membres inférieurs. Il est parfois accompagné de varices ou d’oedèmes et peut s’infecter si on gratte trop. Il faut aller voir au minimum un dermatologue dans ce cas, voire même un phlébologue. Pour contrer cet eczéma, tout ce qui améliore la circulation sanguine est conseillé : marche (aquatique si possible), vélo et vélo aquatique, aquagym, bas de contention et pieds surélevés en position assise ou couchée.

Le dermatologue prescrit généralement des pommades à base de corticoïdes et des antihistaminiques contre l’allergie. Cependant, cela ne va pas régler le problème de façon durable.

Des pistes de soins au naturel :

Bien sûr, il convient de prime abord de supprimer l’allergène (des tests afin de trouver l’allergène existent) mais aussi tous les produits pouvant irriter la peau : vêtements synthétiques, savons trop détergents, produits parfumés, cosmétiques et crèmes (attention certaines crèmes naturelles sont allergisantes, faire un test au creux du coude).

La prévention par les probiotiques, même pour les bébés

On a vu plus haut que la flore intestinale intervenait dans les mécanismes immunitaires et inflammatoires. Ainsi, en assurant la diversité du macrobiote et en rétablissant l’équilibre des lymphocytes (globules blancs) on obtient de bons résultats. Ce rééquilibrage « se fait progressivement jusqu’à l’âge de deux ans avec de préférences les souches suivantes : lactobacillus rhamnosus (diminution du TNF alpha), lactobacillus acidophilus (moins d’éosinophiles), bifidobacterium lactis et lactobacillus paracasei (pour l’ensemble des réactions allergiques). (Source : Plantes et bien être, n°57, février 2019, p. 3).

La supplémentation en acides gras oméga-3

De la naissance à 6 mois, il est possible de donner au bébé un lait maternisé enrichi en oméga-3 ou d’enrichir l’alimentation de la mère en oméga-3 : poissons gras ou capsules d’oméga-3 « à raison de 1g le soir, 3 fois par semaine. Ensuite, la posologie variera en fonction de l’âge :

  • 70 mg de DHA (un oméga-3 essentiel) par jour de 6 mois à 3 ans ;

  • 125 mg de DHA et 250 mg d’EPA (un autre oméga-3 anti-inflammatoire) par jour de 3 à 9 ans ;

  • 250 mg de DHA et 500 mg d’EPA par jour de 10 à 18 ans et même après.

Que dit la phytothérapie ?

  • Il faut protéger la peau grâce à une alimentation riche en :

– Provitamines A comme le bêta-carotène ou l’alpha-carotène que l’on trouve surtout dans les carottes, les oranges, les brocolis…

– Lutéine et lycopène présents dans les épinards, les kiwis, les tomates, les pastèques, les algues…

  • Il faut drainer les déchets du corps surtout grâce aux reins, au foie et à la peau (à partir de 15 ans et à ne pas faire chez la femme enceinte ou allaitante).

La peau est un organe émonctoriel qui sert à éliminer des déchets organiques, elle est donc, dans une certaine proportion, le reflet de nos souffrances organiques et affectives. Il est donc très utile de ne pas traiter un simple symptôme visible. Nous ne sommes d’ailleurs qu’au tout début des découvertes sur ces liens étonnants entre peau et psychée. Désormais, les recherches sont regroupées au sein d’une même discipline : la neuro-endocrino-psychodermatologie. (cf : ce bon article du magazine Psychologies)

Les plantes drainantes pour les reins sont nombreuses mais la meilleure est sans doute la prêle (Equisetum arvense) car elle est en plus reminéralisante (5 à 8 % de silice organique) ; par ailleurs, elle améliore l’élasticité de la peau et facilite la cicatrisation des peaux ayant souffert de l’eczéma (à utiliser sous forme de poudre totale afin d’être certain de profiter de son excellent silicium). Lire la suite

Le Livre tibétain des morts OU Le Bardo Thödol : le grand livre de la libération naturelle par la compréhension dans le monde intermédiaire

Découvert par Karma LINGPA, traduit et commenté par Robert Thurman – Collection « De l’Esprit », édition Christian de Bartillat, 1995

Ce livre totalement édifiant peut être comparé à un guide de voyage pour l’après vie terrestre et en effet, personne n’irait à l’autre bout du monde sans se documenter un minimum n’est-ce pas ? Ce livre constitue justement un guide afin de suivre le bon chemin une fois notre dernier souffle expiré. Beaucoup s’imaginent que le néant les attend mais ils seront surpris de s’apercevoir que non.

Les conseils qui sont délivrés dans cet ouvrage exceptionnel sont issus des écrits et de la science tantriques. Ils permettent d’éviter de renaître dans une vie de souffrances, de confusions et dominée par la non maîtrise des émotions. C’est l’enseignement qui permet à ceux qui ne méditent pas de découvrir la voie secrète. Ce livre constitue donc un trésor inestimable.

Sa lecture est difficile et longue, c’est pourquoi j’ai décidé d’offrir les pistes de compréhension principale à mes lecteurs, tout en vous encourageant à tenter de le lire malgré tout.

morocco-123981_1920

Ce livre a été écrit par Padma Sambhava, une émanation du Bouddha de la Vérité-Béatitude-Emanation qui, selon la légende, serait né dans une fleur de Lotus. Padma nous donne un accès pratique à notre liberté et à la liberté du « non-moi ». Ce livre révèle l’art de vivre une mort créatrice et nous invite à réaliser certaines choses bien précises :

    1. Se renseigner sur l’aspect scientifique du processus de la mort pour savoir à quoi s’attendre. Cela peut aussi  nous aider à mieux appréhender la mort d’un proche.
    2. Développer l’imagination afin d’envisager de façon positive nos futurs royaumes possibles : s’alimenter des descriptions visionnaires des paradis les plus délicieux, des beautés célestes les plus merveilleuses (par exemple lire Le Sukhatavi du Bouddha Amithaba, le pur pays de la félicité ou bien lire des auteurs anciens comme Homère et Hésiode, Aristophane, Platon, Cicéron, Virgile, Dante, d’Aubigné et Milton, on peut aussi se tourner vers les poètes et les romanciers de science fiction).
    3. Se préparer moralement : se détacher des choses qui nous obsèdent et des choses matérielles, développer la générosité, la sensibilité et la tolérance vis à vis des autres. Se rappeler que l’on pourrait être mort, relativiser les tracas.
    4. Se préparer par différentes sortes de méditations : buddhist-1807518_1920La méditation apaisante ou la concentration totaleLa méditation par la vision pénétrante qui permet de réaliser que nous n’avons pas d’identité fixe (le « non-moi » étant l’une des portes de la libération). ♥ La méditation thérapeutique : le but étant de former notre esprit à prendre une orientation positive ; par exemple, méditer sur l’amour et donner plus d’intensité à l’amour que l’on porte aux autres ou méditer sur la patience pour se débarrasser de ses attitudes coléreuses et donc augmenter notre tolérance, etc. ♥ La méditation de l’imagination : on visualise des lieux ou des évènements favorables car cela peut-être utile face aux situations inédites qui nous attendent après la mort physique. ♥ Méditation et sommeil : le sommeil peut être une répétition de la dissolution dans la mort, on peut s’imaginer franchir les 8 étapes qui nous conduisent de la claire lumière au sommeil profond et l’état de rêve peut être converti en pratique de l’état post-portem (ce que les Tibétains appellent « l’état intermédiaire »). Si en plus nous parvenons à conscientiser que nous rêvons, nous aurons une bien meilleure chance de reconnaître cette situation dans le monde intermédiaire après la mort. ♥ La méditation quotidienne en récitant un mantra (les tibétains récitent le « Om Mani padme hum » : Tout va bien dans l’univers, l’énergie du bien et de l’amour est partout ») mais on peut inventer toutes sortes de mantras (« j’aime tout », « merci pour tout », etc.), un mantra peut être d’une grande aide au moment de la mort et de la période intermédiaire. Enfin, la méditation quotidienne c’est aussi simplement imaginer se débarrasser de ses obsessions en faisant la vaisselle ou imaginer que quand on passe une porte, c’est celle de l’illumination, etc.
    5. La préparation intellectuelle : l’école ne nous fait qu’apprendre à étudier car l’étude doit durer une vie entière ! Apprendre des choses sur la nature de la vie, la nature de la libération du « moi » et de l’environnement, les enseignements sur la vacuité, le « non-moi » et la relativité, l’esprit d’illumination, de l’Amour et de la compassion. Apprendre comment développer ses qualités morales, intellectuelles (cf. le développement personnel très en vogue actuellement).
    6. La pratique du yoga tantrique inégalé : ce yoga est la discipline de formation qui transcende la mort. Ce yoga permet de condenser des éternités de vies en une seule existence. Ce yoga nous viendrait des grands initiés indiens tels que Padma Sambhava et les pratiquants du tantra ayant atteint la bouddhéité dans leur corps ordinaire mais qui sont restés pour aider les autres à atteindre la libération.

Lire la suite

Vaincre la fatigue grâce à la naturopathie

La fatigue est l’une des causes les plus courantes qui pousse les gens à consulter. D’ailleurs, il n’y a jamais eu autant de « burn out » ( épuisement physique et nerveux) qu’aujourd’hui. Un médecin traditionnel « ne trouvera pas l’origine de votre fatigue dans plus de la moitié des cas » (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018) or, sans savoir pourquoi vous êtes si éreinté, vous aurez beaucoup moins de chances d’aller mieux. Heureusement, la fatigue disparaît souvent mais quand elle s’installe durablement, que faire ?

Il faut savoir que la fatigue n’est pas une maladie à proprement parler, elle est : « un état physiologique consécutif à un effort prolongé, à un travail physique ou intellectuel intense et se traduisant par une difficulté à continuer cet effort ou ce travail. » (dictionnaire Larousse). Mais se sentir harassé peut aussi être lié à d’autres causes comme :

  • Le stress : grand mal de nos sociétés capitalistes…et c’est avec lui que le « burn out » est à redouter. Le stress vous empêche de bien dormir, monopolise votre énergie vitale, il vous épuise.
  • Un dysfonctionnement organique comme un dérèglement de la thyroïde.
  • Une carence alimentaire : un manque de fer, une carence en vitamine D ou une hypoglycémie.
  • Des effets secondaires de médicaments (surtout les antidépresseurs, les anxiolytiques et…les somnifères !)
  • Des apnées du sommeil : « 4 à 5% de la population seraient concernée » ( (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018).
  • Une intolérance alimentaire, en effet, l’inflammation chronique des intestins entraîne une stimulation excessive des défenses immunitaires qui nous fatigue ! Des tests sanguins (bilan des IgG) peuvent être réalisés chez le médecin ou le naturopathe ainsi que chez des micronutritionnistes.

Quand l’origine de la fatigue est identifiée, vous avez la possibilité de soutenir votre rétablissement à l’aide de plantes. Certaines vont être mieux adaptées à une fatigue physique, d’autres à une fatigue plus intellectuelle, psychique ou nerveuse. Pour éviter de choisir, 2 plantes sont idéales : la RHODIOLE et l’ÉLEUTHÉROCOQUE.

LA RHODIOLE permet de résister à toutes sortes de stress avec une adaptation rapide (plante dite « adaptogène ») sur les deux plans physiologique et psychique. La légende dit qu’elle offrait leur force aux Vikings…Des études ont aussi montré sa grande efficacité en cas de « burn-out ». Elle rend l’humeur bien meilleure aussi car elle favorise la production de dopamine et de sérotonine dans le cerveau. Attention cette plante est contre-indiquée en cas de bipolarité et chez les femmes enceintes ou allaitantes. La rhodiole existe en comprimés secs. Ne jamais la prendre après midi car elle pourrait vous empêcher de dormir.

L’ÉLEUTHÉROCOQUE est aussi une plante adaptogène, utilisée en Chine depuis des millénaires. On l’appelle aussi le « ginseng de Sibérie ». Ses racines ont de très grandes propriétés thérapeutiques : elles permettent à l’organisme de se défendre contre toutes sortes d’agressions physique, psychique, climatique ou microbienne. Particulièrement intéressante chez les personnes âgées. Cette plante est déconseillée aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes et en cas d’hypertension artérielle. Comme la rhodiole, ne pas la consommer l’après-midi.

Par ailleurs, d’autres plantes vous correspondent peut-être plus spécifiquement :

LE GINSENG, « panax ginseng » signifie carrément « la panacée » : autant dire qu’il est royal pour combattre la fatigue. Également utilisée depuis des millénaires en Chine, il est connu pour prolonger la vie et conserver une bonne santé. C’est aussi une plante adaptogène qui saura donc s’adapter à vous et à vos besoins spécifiques. Elle est anti-fatigue et rééquilibre le système nerveux. Elle permet de retrouver assez vite du tonus ainsi qu’une meilleure concentration. le ginseng protège les neurones et améliore la mémoire. Attention le ginseng peut avoir une action hormonale de type oestrogénique, il est donc à éviter chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez les gens qui souffrent d’un cancer hormono-dépendant. Attention aussi car le ginseng peut ouvrir l’appétit et pris de façon trop importante ou longue, il peut créer des poussées artérielles. Comme les plantes précédentes, il faut éviter de le prendre en seconde partie de journée.

Racines de ginseng

Le BACOPA est très connu en Inde dans la médecine ayurvédique, qui est l’équivalent de notre naturopathie européenne. Il dispose de propriétés neuroprotectrices qui améliorent donc les fonctions du cerveau et il est aussi actif sur le plan de la fatigue physique provoquée par un effort intense. Ses effets apparaissent au bout de quelques semaines donc il faut être patient…Cette plante est déconseillée au femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’en cas d’obstruction des voies urinaires.

LE GINKGO est le plus ancien arbre existant. Il a survécu à toutes les extinctions de masse. Les Chinois là aussi ont compris depuis 2000 ans l’intérêt de le consommer.

Le ginkgo dispose de propriétés antioxydantes puissantes sur la paroi vasculaire et améliore le flux sanguin (surtout au niveau de la microcirculation). Puisqu’il améliore la transmission nerveuse, il est souvent employé dans le cadre de démences et de déclin cognitif. De plus, « en 2002, une étude russe a précisé ses propriétés antiasthéniques chez des sujets atteints de troubles psychogènes post-traumatiques » ( (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018).

Des solutions pour la convalescence

Après une maladie nous ressentons une fatigue qui peut être vaincue par l’ingestion de microalgues et de plantes médicinales. Les microalgues idéales sont la CHLORELLE et la SPIRULINE

Ces algues sont des organismes vivants qui existent depuis des milliards d’années et qui étaient devenues les aliments de base des Aztèques en Amérique centrale ou des Kanembous au Tchad qui avaient compris leur puissance énergétique. En effet, les analyses contemporaines confirment leur richesse incroyable en protéines, oligo-éléments, vitamines, minéraux, pigments protecteurs et acides gras essentiels. Ces algues viennent donc aider grandement les fatigues physique, mentale et le stress oxydatif ! Attention au lieu de provenance des algues car elles captent toute la pollution ambiante dont les métaux lourds ! Par souci de précaution on évite les microalgues chez les enfants et les personnes ayant des problèmes rénaux.

Enfin, il existe une plante magique, ma préférée : L’ORTIE (urtica dioica), très riche en vitamine C et en fer bio assimilable, elle contient en plus presque tout ce dont le corps a besoin en micronutriments pour une convalescence positive. Je pense que c’est une plante miraculeuse. Optez pour une cure de 3 semaines de jus ou d’infusions d’orties à boire régulièrement tout au long de la journée. Allez voir mon article sur l’ortie, vous allez halluciner devant tous ses bienfaits et je vous explique aussi comment la consommer ici https://technosphere.live/2019/04/03/lortie-merveilleuse/

N’oubliez pas aussi les produits de la ruche, miel, propolis, gelée royale ou pollen ainsi que la consommation d’ail et de fruits secs qui font des merveilles lors d’une période de fatigue ou de convalescence. Et attention aux baies de goji qui sont douteuses quant à leur origine.

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2019

Une virée géométrique avec Kadoc, photographe urbain

Quand Kadoc vadrouille il s’attarde sur des lignes géométriques urbaines, rectilignes, courbes, répétitives, symétriques ou dissonantes, toujours intéressantes. Il nous emmène dans le monde tel que l’humain l’a quadrillé, spiralé, biaisé voire totalement baisé. De ses observations essentiellement citadines et underground naissent des photos étonnantes, poétiques, en couleur ou en noir et blanc, qui interrogent sur les choix urbains, sur la beauté ou la laideur de nos rues. On déambule, de New-York à Bangkok en passant par Karlsruhe, la Lorraine ou Strasbourg, ville de résidence de ce photographe qui aime prendre son temps lors des prises de vue. D’ailleurs, son choix de matériel va aussi dans ce sens : « Je photographie avec de vieux boîtiers, j’aime le côté lent de ces appareils où l’on n’est pas submergé par la technologie. On peut donc se focaliser sur la composition et l’image. Fuji S3 Pro (Reflex), Pentax MX-1 (Compact) achetés d’occasion (il faut apprendre à consommer moins…). »

©Kadoc

Ces photos peuvent aussi suggérer le poids toujours plus lourd que pèsent les constructions humaines sur la Terre avec toutes ses absurdités et toutes ses conséquences sociétales et écologiques. Kadoc nous propose des images mathématiques d’où peuvent surgir des sentiments contradictoires : celui d’être piégé par la rigueur des conceptions humaines tout en se sentant soulagé grâce à l’art de rue qui nous fait des clins d’oeil. Nous sommes amusés par les formes répétitives façon zentangle et en même temps oppressés par leur présence. Nous sommes agréablement surpris par un paysage tout en ne voulant pas nous y trouver. Nous éprouvons de la compassion pour un quartier sinistre en maudissant ses concepteurs. Nous déambulons sur tant de géométries qu’elles en deviennent kaléidoscopiques. De sordides elles deviennent splendides. Mais soudain, la perfection et la pureté de la nature nous apparaissent en face de tout ces constructions technosphériques. La grandiose nature qui intègre et reflète les données mathématiques les plus parfaites rit bien fort de nous observer construire une vague représentation de ce qui devrait être sublime et idéal. Au fond, Kadoc nous rappelle peut-être que l’humain a construit sa propre prison en même temps qu’il déversait des tonnes de béton.

©Kadoc

Kadoc a la grâce de savoir capter le beau dans le désespérant, l’intéressant dans le présumé banal, le coloré dans le sombre. Il fait vivre le béton, le fer, la céramique et le plastique, il anime l’immobile, il ressuscite le fané et le spectateur se laisse aller, amusé et impressionné, à contempler toutes ses visions vertigineuses et au final tout son « TumblR » (réseau social de microblogage) et franchement, ma « sélécta » était difficile à faire tant j’avais envie de tout vous montrer. Il suffit de cliquer sur une photo pour optimiser l’affichage et profiter de l’exposition dans les meilleures conditions. Enfin, si la « visusphère » ci-dessous vous plaît, le plus simple sera d’aller voir vous-même la totalité de son travail ici : http:// http://kadocphotography.tumblr.com Lire la suite

Végétariens OK mais sans carences, c’est mieux !

Je parle des pesco-végétariens, ceux qui ont éliminé la viande mais pas le poisson ni les oeufs, ce qui est mon cas personnel (et je me rends compte que la plupart des végétariens autour de moi sont en fait des pesco (ou pesci)-végétariens).

On élimine la viande souvent par conviction écologique ou éthique parce que l’on refuse la violence sur les animaux, notamment les conditions d’élevage et d’abattage scandaleuses. Cependant, le poisson est aussi un vrai scandale écologique et nous devrions aussi songer à en limiter notre consommation (à propos de la surpêche : https://reporterre.net/la-reglementation-favorise-la-peche-industrielle). Les oeufs ne nous posent personnellement aucun souci éthique, nous avons nos 2 poules (Louise Michel et Agatha Christie ♥), nous les traitons bien, elles sont nourries avec des grains bio et des restes de cuisine saine et leurs oeufs seraient gâchés si on s’en privait (une aberration selon moi que le véganisme…mais cela est un autre sujet).

Le risque de carence alimentaire est relatif lorsque l’on supprime complètement la viande car l’on puise des protéines dans les poissons, les oeufs, les légumineuses (pois, lentilles, soja…), les oléagineux (noix, noisettes, amandes), le quinoa, les merveilleuses graines germées…

Alors quelles carences guettent le pesci-végétarien ?

  1. Carence en vitamine B12, essentielle pour le cerveau (entre autres fonctions primordiales), elle est la seule vitamine à être absente du règne végétal (à part dans quelques algues et champignons mais en trop faible quantité). Où en trouver ? Dans les oeufs, les produits laitiers, surtout les fromages, d’origine bovine ou non et dans les poissons gras type maquereau, truite, sardine. Attention les algues et les produits fermentés dont certains prônent les vertus n’en contiennent pas assez. Rectificatif: en lisant le dernier livre de Nelly Grosjean et de Miguel Barthélémy, La cure zen détox aromatic (éditions 5ml, 2016) j’apprends par ce biologiste des protéines, docteur en médecine moléculaire, spécialiste de biologie régénérative et neuro-oncologique à propos de la B12 :« Les seuls organismes vivants capables de synthétiser la B12 sont les micro-organismes […]. Aucun animal ou végétal connu n’a les outils enzymatiques pour la fabriquer ! Ce n’est qu’en ingérant bactéries, algues microscopiques et levures ou en s’associant à elles, qu’animaux et végétaux s’enrichissent en B12. Les animaux d’élevage intensif sont déficients en B12 puisqu’ils ne mangent plus de nourriture à même le sol. Ils sont nourris de farines et granules industrielles et pasteurisées, supplémentées en vitamines de synthèse…En d’autres termes : une carence mesurée en vitamine B12, chez l’homme comme chez l’animal, est un symptôme dû à un déséquilibre bactérien au niveau de la flore intestinale due à la pasteurisation et à l’absence de nourriture vivante dans l’alimentation. En mangeant essentiellement cru, il n’y a normalement pas de carences de B12 ! » (p. 166). Dixit le spécialiste !
  2. Carence en minéraux : le fer et le zinc peuvent vous manquer mais en fait, ils sont très facilement remplaçables : Où trouver du fer ? Dans les aliments que je vais citer, il y a même plus de fer que dans la viande rouge : le cumin, le thym, la spiruline, le sésame, le soja, le chocolat noir, les noix cajou, les pignons de pain, les graines de tournesol, les haricots rouges, les lentilles, les olives. Où trouver du zinc ? Dans les huîtres, le germe de blé, les shiitakes séchés (champignon japonais), les graines de courge, le crabe, la langouste, les lentilles,le gingembre, le poivre, le jaune d’oeuf, la levure de bière, le piment…
  3. Peu l’évoquent et pourtant ! La carence de la coenzyme Q10 nous guette aussi, surtout à partir de 40 ans (en effet, à partir de cet âge, la synthèse de la Q10 en ubiquinone ralentit beaucoup). Cette coenzyme, que l’on trouve surtout dans la viande rouge et les abats, est un puissant anti-oxydant qui agit comme une vitamine dans l’organisme et elle active la production d’énergie sur le plan cellulaire. Tous les processus physiologiques qui demandent une dépense énergétique ont besoin de la CoQ10. Elle est d’ailleurs présente dans tout le corps, notamment dans le coeur, dans le foie, dans les muqueuses des gencives et de l’estomac, dans les tissus de tous les organes qui jouent un rôle dans le système immunitaire, les reins et la prostate. D’où son autre nom d’« ubiquinone » (qui a la même étymologie que le mot « ubiquité », qui veut dire « omniprésence »). Où en trouver ? Dans les poissons gras, les noix, noisettes, amandes, le soja, les graines, les huiles végétales, les céréales complètes, les légumineuses, les épinards, les brocolis…

Vous vous demandez si vous êtes carencé ? Parfois les symptômes sont très discrets et apparaissent tard. Si votre doute est grand je vous conseille une prise de sang sur prescription ou sans prescription (il suffit de se rendre dans un cabinet infirmier ou un laboratoire médical) et de combler votre carence par un complément alimentaire mais n’oubliez jamais que rien ne vaut une alimentation variée et la moins transformée possible (par l’industrie ou les modes de cuisson) afin de ne manquer de rien.

Sources :

Anna Scheele ©Technosphere 2019

L’école de la confiance : une vaste supercherie

Publié le lundi 18 février 2019

Pour information, voici un résumé des changements de l’école induits par la loi Blanquer actuellement en cours de vote à l’Assemblée Nationale.

Cet écrit vous propose de prendre le temps de ressentir l’ensemble du tableau en cours de réalisation, avec, selon les endroits, des zones déjà bien achevées, des contours qui se précisent ou encore de fines esquisses, qui d’un pas décidé s’immiscent et d’une mine sinistre, l’horizon assombrissent…

Accrochez-vous ou asseyez-vous c’est pire que ce que j’ai pu imaginer :

– Financement obligatoire des maternelles privées par les mairies contre la scolarité obligatoire à 3 ans

– Création des établissements publics locaux d’enseignement international (EPLEI) pour des enfants bilingues dont le financement pourrait provenir de l’Union européenne, d’autres organisations internationales, de dons et legs et qui dérogeront aux cycles et aux programmes communs. Devant les soupçons d’écoles pour milieux très favorisés, les députés ont confié au recteur le soin de veiller à la mixité sociale

– Suppression de nombreuses classes voire écoles hors REP/REP+

– Multiplication des RPC (regroupement pédagogique concentré)

– Nombreuses classes de maternelles et élémentaire à 28/30 élèves

– La fusion des écoles primaires avec les collèges (« écoles du socle » ou « école des savoirs fondamentaux ») et disparition/reconversion des directeurs d’école

– Suppression des contrats aidés, nombreux dans les établissements scolaires

– Fermeture de classes SEGPA avec prise en charge des élèves concernés (en général des 6ème) dans des classes à 28/30 élèves et de temps en temps une coanimation avec les enseignants de SEGPA (jusqu’à quand ?) Lire la suite

Comment faire du shopping (r)évolutionnaire ? #1 mn

L’idée est de consommer moins mais mieux

  1. On repense à l’impact catastrophique de l’industrie de la mode (l’impact affligeant sur femmes et enfants esclavagisés pour notre coquetterie et l’impact abyssal sur l’environnement…)
  2. On se dit qu’on a déjà 1000 fringues et qu’en fait on n’a pas besoin d’en acheter tant d’autres.
  3. Si vraiment on a besoin de quelque chose, on essaye de choisir un vêtement de bonne qualité pour qu’il ne se dégrade pas trop vite.
  4. On se rappelle que la mode c’est éphémère et qu’un vêtement fashion, au final, on s’en lasse plus vite qu’un basique.
  5. On peut demander au vendeur s’il a des vêtements en fibres naturelles, type coton, chanvre, lin. Il existe de plus en plus de labels textiles. Si tout le monde interpellait les vendeurs sur la qualité des matières premières, peut-être cesseraient-ils de nous proposer des sapes en nylon et autres fibres synthétiques néfastes (voir l’article « Ces vêtements qui nous tuent » https://www.bioaddict.fr/article/ces-vetements-qui-nous-tuent-a3225p1.html).
  6. On opte pour des marques écoresponsables type Armed Angel ou la Gentle Factory. Je vous renvoie à l’article du site Slow We Are qui répertorie 10 sites de mode éthique à petit prix (et non ce n’est pas forcément contradictoire). https://www.sloweare.com/top-10-marques-eco-responsables-petits-prix/
  7. On trouve son style et ce qui nous va bien afin d’éviter les achats inutiles et compulsifs (attention aux soldes).
  8. On se rappelle qu’en moyenne, on ne porte pas le tiers de nos vêtements (se demander pourquoi ? Et comment acheter plus juste alors ?)
  9. On entretient correctement ses vêtements (privilégier les cycles éco à 30°), on les recoud, on les customise, on leur donne d’autres vies.
  10. On ne les jette jamais : on les revend, on les donne au secours catholique, dans les bennes prévues à cet effet, etc. Et d’ailleurs, on peut aussi soi-même acheter des habits de seconde main de qualité 🙂

Vous aurez certainement d’autres idées à ajouter, en attendant je vous embrasse bien (r)évolutionnairement.

Anna Scheele, janvier 2019
© Technosphere.live


Pour tous ceux qui détestent le sport : une idée indienne

La salutation au soleil des Yogis va vite vous sauver le corps et l’esprit. Ces 6 postures simples et rapides à faire favorisent la circulation sanguine, stimulent les organes internes, assouplissent voire affinent votre corps et enfin elles déstressent beaucoup. Les Indiens, avec une médecine en avance de plusieurs siècles sur nous, disent que faire la salutation au soleil c’est avoir l’assurance de vivre vieux et en bonne santé et des millions de gens la pratiquent de façon totalement naturelle.

Ici en Bretagne, parfois il pleut pendant des jours et des jours de rang si bien que nous avons l’impression d’avoir des nageoires qui poussent. Alors au lieu d’aller nager, nous pratiquons la salutation au soleil sur un tapis. Dans l’idéal, il faudrait réaliser ces mouvements plusieurs fois par jour (5 fois par exemple) mais si vous débutez, une fois le matin est déjà très bien.

Je pratique personnellement une à deux fois par jour, j’apprécie bien le soir aussi, en y ajoutant quelques mouvements de gym personnalisés.

J’aime le fait que ces postures soient liées à de profondes respirations et à des attitudes de dialogue avec l’univers. En effet, je ressens que certaines positions favorisent le remerciement, la demande, l’introspection, etc. Du coup, ce rituel de postures indiennes est devenu un moment de méditation en plus d’être une routine très facile d’entretien physique.

Voici la méthode, expliquée par deux Indiens : Lien vidéo Youtube

Facile, non ?

Prenez-soin de vous, Anna 

Anna Scheele – Copyright © 2018 technosphere.live

 

« Qui est là ? – La Mort ! » 10 révélations spirituelles #Victor Hugo

Dans son fameux Livre des tables, Victor Hugo, avec famille et amis, retranscrit sous forme de procès-verbaux les dialogues qu’ils ont eu la chance d’avoir avec des esprits comme la Mort, l’Ombre du Sépulcre, Mozart, Shakespeare ou Molière (pour ne citer qu’eux). Le XIXème siècle s’était passionné par les tables tournantes et la venue d’une certaine madame de Girardin sur l’île de Jersey où Hugo s’était exilé a fait basculer sa vie en même temps que la table.

Hugo considérait ce livre comme une nouvelle Bible dont l’enseignement prolonge ceux de Moïse, du Christ, de Mahomet, de Bouddha, des chantres de l’Hindousime et des courants chamaniques. Ce livre regroupe toutes les Vérités annoncées par les grandes religions de ce monde et les Vérités qu’avaient pressenties les groupes humains tribaux.

Voici en résumé 10 révélations essentielles de ce livre de 800 pages :

  1. Les pierres, les animaux, les végétaux et les humains ont une âme.
  2. Cette âme est éternelle.
  3. Nous avons tous quelque chose à accomplir sur Terre, nous avons choisi de nous incarner dans un but précis. Cette mémoire nous est effacée à la naissance afin de nous offrir une entière liberté.
  4. De la même façon que l’on choisit de s’incarner, ce livre affirme la réincarnation à plusieurs reprises.
  5. Après notre mort physique, nous rejoignons notre famille d’âmes et nous ne cesserons de nous élever. L’atmosphère qui nous accueille correspond à notre qualité d’âme à la fin de la vie. Certains morts sont malheureux, d’autres sont dans l’extase. Les âmes qui se sont aimées sur terre se reconnaissent et se fondent l’une dans l’autre.
  6. Nous ne connaîtrons la Vérité suprême qu’au moment de notre mort terrestre. De même pour la Liberté.
  7. Nos morts nous voient et nous protègent. Penser à eux en bien leur procure de la joie. La télépathie suffit.
  8. Les morts peuvent nous parler en songe ou à travers différents supports dont un trépied léger (comme celui qu’utilisait Victor Hugo).
  9. Le langage ne peut nous révéler tous les mystères. L’humain doit douter, cela fait partie de notre condition, il faut se résoudre à l’accepter.
  10. La souffrance de l’Homme naît de son incapacité d’aimer. Or, nous n’avons qu’un seul but : aimer. Aimer le caillou, aimer la plante, aimer l’animal et aimer l’Homme, aimer le vent et les océans, les morts et les vivants, l’univers entier.

couv1 le livredes tables

Extrait ⇒ Révélation de l’Idée : « D’abord, les créatures des mondes punis ne sont pas absolument libres. […] La liberté c’est le Paradis, la liberté c’est le grand coup d’aile de l’éternité dans l’infini. Être libre c’est être heureux. L’échelle du châtiment a pour degrés la proportion de l’affranchissement. Le caillou est plus esclave que la bête, la bête est plus esclave que l’homme, l’homme est plus esclave que l’esprit. le châtiment commence à la racine et finit au parfum. Le châtiment commence à l’ongle et finit à l’aile. Le châtiment commence à la pierre et finit à Dieu. »(Hugo, Le Livre des Tables, Folio Classique, Gallimard, 2014, p. 448).

 

Feuilleter le livre

©A. Scheele novembre 2018

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Quelle est votre raison de vivre ?

La méthode japonaise du Ikigaï (生き甲斐) pourrait vous permettre de le découvrir.

« Iki » signifie « la vie » ou « être en vie » et « gaï » : « ce qui vaut la peine », « ce qui a de la valeur ». Dans la culture d’Okinawa, l’île des centenaires heureux, l’ikigaï est perçu comme une raison de se lever le matin. Faire son Ikigaï donne la motivation, la joie, le sentiment d’accomplissement. Il existe autant d’Ikigaï que d’êtres humains. Cet Ikigaï peut évoluer tout au long de la vie. C’est pourquoi il est nécessaire de faire le point de temps en temps et pour cela il faut apprendre à se connaître.

ikigaï1

Alors si vous commencez à être ronchon, à vous lever de mauvais poil, à avoir des sautes d’humeur, c’est sûrement qu’il faut réajuster votre Ikigaï.

Non, votre raison de vivre n’est pas de siroter des cocktails sur une plage de sable fin. Cela ne donne aucun sens à votre existence et n’apporte rien aux autres.

Faîtes le test ! En recopiant ou imprimant les 4 cercles qui s’entrecroisent et en essayant de les remplir ou bien en ligne ici 🙂

Ikigai_exercice
Source : https://zenergisezvous.com/comment-trouver-votre-chemin-de-vie-ou-votre-ikigai/

Pour vous aider, les exercices du magazine « Psychologies » constituent de très bonnes pistes : 3 exercices pour trouver son Ikigaï.

Par ailleurs, voici un travail de psychologue (Isabelle Pailleau) en 3 étapes afin de trouver son Ikigaï et atteindre son but : ikigaï 5

Un exemple d’Ikigaï rempli par Lélia Louis-Edouard, passionnée par la vie, la nature, la lecture, et le développement personnel. Auteure du blog http://keysofsuccesslife.com/

ikigai9

Comme pour beaucoup de choses importantes, réaliser son Ikigaï peut prendre un peu de temps mais le jeu en vaut la chandelle, non ?

©Anna Scheele 2018

Pour aller plus loin :

Héctor Garcia et Francesc Miralles, Ikigaï – The japanese secret to a long and Happy life,  Fleuve éditions, 2017.
ikigai3

Vanbremeersch Christie , Trouver son ikigaï, First éditions, 2018. ikigai2

Les 10 bénéfices d’une simple marche en forêt

Le bain de forêt est source de santé. Cela est prouvé avec des études scientifiques essentiellement japonaises¹. Nous pouvons aujourd’hui affirmer que la marche en forêt ou dans la nature en général, constitue une médecine préventive de grande qualité. D’autant plus que les effets bénéfiques durent environ une semaine.

  1. On déstresse. Une marche dans la nature ou juste sa contemplation fait baisser le taux de cortisol dans la salive (cortisol = hormone du stress).
  2. Le taux de défenses immunitaires va grimper, surtout le taux de cellules NK , les cellules anti-cancers.
  3. Un sentiment de joie, de plénitude vous envahit.
  4. Le sommeil est de meilleure qualité.
  5. La libido est boostée.
  6. La concentration est bien meilleure, y compris chez les enfants hyperactifs.
  7. La vue peut s’améliorer.
  8. Après une opération chirurgicale, le rétablissement est plus rapide.
  9. Le rythme cardiaque et la pression sanguine baissent.
  10. La sérénité vous gagne peu à peu au fil des mois de pratique. La marche en forêt « aide le système nerveux à être moins sujet à des réactions de lutte ou de fuite ».²

Sources & bibliographie :

  • ¹ Qing Li, Shinrin yoku : l’art et la science du bain de forêt, mars 2018. Les recherches du Dr Qing Li, expert en sylvothérapie.

 

  • ²Garcia Hector et Miralles Francesc, Les pouvoirs guérisseurs de la forêt, Le Shinrin Yoku, la voie du bonheur, éditions SOLAR, 2018.

 

  • Juyoung Lee, Qing Li, Liisa Tyrvinen, Yuko Tsunetsugu, Bum-Jin Park, Takahide Kagawa et Yoshifumi Miyazaki : Nature Therapy and preventive medicine, Public health – Social and Behavioral Health, Jay Maddock, InTech, 2012. Extraits

 

41591364_10212537714744299_5084587202189459456_n

Ces rythmes qui soignent

Focus sur le livre d’Alain Désir Cercles de tambours, le rythme au coeur du soin, éditions VEGA, 2015.

Musicien, Alain Désir anime des cercles de tambours depuis 2002 auprès de publics variés et d’institutions (écoles, maisons de retraite, hôpitaux, etc.).

Quelle est l’utilité du tambour ?

Le tambour est l’un des instruments favoris de ceux que l’on appelle les chamans, ces gens qui parviennent à rentrer en contact avec des esprits (ancêtres, animaux, entités, guides…).

L’auteur explique comment et pourquoi les cercles de tambours permettent à chacun de régler des difficultés, émotionnelles notamment.

Le fait d’être positionné en cercle est très important car cela revient à annuler toute hiérarchie verticale : chacun peut donc se sentir important et libre de co-créer, d’improviser. De plus, le cercle est une forme maternelle protectrice qui permet de vivre un état de transe  dans des conditions chaleureuses.

Les rythmes répétés entre 60 et 80 bpm (que vous jouiez ou soyez juste auditeur) changent votre état de conscience. Peu à peu, les différentes superpositions rythmiques et les sons vous envahissent, votre mental se met au repos et vous accédez à d’autres dimensions selon votre état, votre sensibilité ou votre entraînement.

L’auteur explique : « Les Indiens Lakotas parlent de devenir comme ‘des petits os creux‘. C’est une expression que j’adore pour sa simplicité, sa symbolique et sa valeur. Elle signifie quelque chose comme se vider de sa substance pour laisser place à l’essence, l’Esprit. Chez les Lakoas, tout est vivant, sacré ; chaque chose est insufflée, une émanation de Wakan Tanka, dont une traduction approximative pourrait être le « Grand Esprit » (qui est à l’origine du monde). Il est présent partout et en toutes choses. Alors, devenir « des petits os creux », c’est peut-être simplement laisser le passage à l’Esprit, fondement de la nature. » (Alain Désir, Cercles de Tambours, p. 77). Rudolf Laban, l’un des fondateurs de la Danse Moderne, parle de l’expérience de la dissolution du moi. Il évoque alors le « savoir mourir pour renaître autrement ». [« Laban et l’expérience de danse », Revue d’Esthétique, n° spécial Et la danse, sous la direction de Dominique Noguez, Jean Michel Place, 1992, (pp.67-73). Traduction en portugais dans Liçoes de Dança n°1, Universidade Editora, Rio de Janeiro, Brésil, 1998].

Renter en transe n’est pas difficile et ne doit pas devenir un but en soi. La transe est « un moyen d’accéder à de formidables ressources psychiques, énergétiques, organiques. […] C’est dans cette formidable et simple conscience que la vérité peut se déployer, prendre sa place et faire de nous des êtres libres et responsables. »(op. cit. p. 126).

Quels bénéfices sur la santé ?

Le cercle de tambours permet d’abord de vivre la joie d’un partage fraternel. Il peut aussi vous apporter des bénéfices thérapeutiques, par exemple au niveau émotionnel, il pourra peut-être soulager une peine, un deuil.

De plus, les rythmes et la transe induite peuvent vous relier à qui vous êtes vraiment : « Les cercles de tambours permettent une perception plus directe de qui nous sommes, en tant qu’individus, à travers nos sens et notre conscience ». (op. cit. p. 208). Cette connexion vers votre identité profonde vous amène sur le chemin de l’authenticité et sera utile à la prise de bonnes décisions. Vous accédez à une conscience plus fine.

La transe permet surtout de renouer le lien corps-esprit et d’ailleurs, beaucoup de peuples ont développé leurs propres styles : l’art de la capoeira, la batucada brésilienne, les danses sacrés des Soufis, la tarentelle italienne, le kan a diskan breton, les teufs techno, etc.

Si vous avez essayé de vivre l’expérience d’un cercle de tambours, racontez-nous cela en commentaire ci-dessous ou envoyez-moi une vidéo svp à annascheele@gmx.fr

Anna Scheele – Août 2018

“Seul le rythme provoque le court-circuit poétique et transforme le cuivre en or, la parole en verbe.” Léopold Sédar Senghor

tambour
crédit pixabay

 

 

 

Un ami de votre cerveau : le son binaural

« Nous ne sommes pas que de la simple matière. »  Robert Monroe

Dans ce morceau, il y a bien sûr du rythme et des synthés mais il y a aussi des battements binauraux (ou sons binauraux) que j’ai créés grâce à un logiciel gratuit appelé « Gnaural ».

binaural-beat-diagram
Source de ce schéma

Quand on écoute deux fréquences sonores différentes dans un casque, le cerveau crée une troisième pulsation, qui correspond à la différence entre la fréquence 1 et la fréquence 2. Voilà pourquoi certains parlent de son en 3D : « En 1973, le docteur Gérald Oster a mis en place une technique de synchronisation cérébrale appelée les ‘battements binauraux’ (qui concernent les deux oreilles). Cette technique s’utilise avec des écouteurs : on fait entendre une fréquence différente à chaque oreille, ce qui permet au cerveau d’adopter le rythme de la différence entre les 2 fréquences. Ce mécanisme est appelé la ‘réponse d’adoption de la fréquence’.  » (Passeport santé)

Cette nouvelle pulsation émise par l’auditeur est celle qui nous intéresse, puisque vous le devinez, vous allez « forcer » votre cerveau à produire tel ou tel type d’onde (selon ce que le compositeur aura souhaité pour ses auditeurs).

Ce morceau « Saïgon » peut vous faire émettre d’abord des ondes Thêta qui sont celles de la méditation, ensuite j’augmente lentement les fréquences afin de vous stimuler et peu à peu, le cerveau se met à émettre des ondes Gamma. Enfin, je redescends progressivement vers des fréquences inférieures à 8 hertz pour revenir bien relaxé après un voyage électronique intensif.

ondes_final
(Epoch Times)

C’est L’Institut Monroe du professeur Robert Monroe, ingénieur du son aux États-Unis dans les années 60, qui poursuit les recherches dans ce vaste domaine des fréquences et de leur impact sur le vivant. L’institut Monroe étudie plus généralement la conscience humaine et les états de conscience modifiés.

Pensez utiliser un casque stéréo pour bénéficier du bienfait relaxant du battement binaural et donc de l’action des fréquences sur vos ondes cérébrales.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, voici le site de l’ Institut Monroe.

Anna Scheele ©Technosphere

logo carré inspi

Sauna : pourquoi se faire transpirer comme les Finlandais ?

Un sauna ressemble à un petit refuge, à un cocon maternel qui nous voit arriver quasi nus, débarrassés de nos hardes sociales. L’égalité sociale que cela implique est très appréciable. Les gens, adultes et enfants, s’assoient ou s’allongent et restent ainsi environ 15 minutes à transpirer grâce aux 70 à 90 degrés ambiants, traditionnellement atteints grâce à un bon poêle à bois et à des pierres volcaniques ébouillantées. Les Finlandais s’offrent 2 ou 3 séances de sauna d’environ 15 minutes entrecoupées de bains ou de douches froides.

Votre corps va très vite se délasser. Les muscles se détendent, les articulations font moins mal, le système sanguin est stimulé, les toxines et les métaux lourds accumulés dans l’organisme trouvent une porte de sortie par les pores de la peau et cette dernière est tonifiée, surtout si vous vous confrontez au froid juste après la séance. Les fibromyalgiques devraient trouver un vrai soulagement à travers la pratique du sauna.

L’esprit se sent apaisé, débarrassé lui aussi de ses toxicités. La chaleur vous enveloppe et vous calme de façon radicale. Votre humeur et votre sommeil seront bien plus agréables. Vous déposez tout votre stress pour votre plus grande joie. Vos problèmes semblent moins graves, vous avez fait le point ou bien vous avez pu vous vider la tête en mettant le mental au repos complet, abandonné comme votre corps physique au pouvoir de la chaleur.

Le sauna nous vient tout droit de la Finlande où c’est une pratique millénaire mais tous les peuples nordiques y compris les Japonnais et les Russes (qui le nomment « bania ») connaissent ce moyen de se purifier, se laver en profondeur tout en se détendant. Il est souvent utile d’ajouter quelques gouttes d’une huile essentielle dont la fragrance viendra par exemple aider à la détente.

Le sauna a aussi un aspect social, il créé du lien, il devient un lieu de rendez-vous, y compris de rendez-vous d’affaires et permet des rencontres amicales ou amoureuses. Je suis moi-même accro aux bains de chaleur vers lesquels je suis allée spontanément pour la première fois au Maroc, dans un hammam traditionnel. En 20 ans de pratique, j’ai pu vérifier tous les points de santé dont je vous parle. Aller au sauna est devenu un moment incontournable de soin de soi. D’ailleurs, je regrette qu’en France il n’y en ait pas davantage.

L’envie me démange d’aller au « Mobile Sauna Festival » en Finlande au mois de Juillet, il s’agit d’une débauche imaginative liée au sauna dont vous verrez un exemple à travers cette vidéo You Tube. Il existe même des saunas dans de vieux bus ou sur des barques !

Contre-indications : les bains de chaleur ne sont pas recommandés aux personnes cardiaques ni asthmatiques. Les personnes sujettes aux couperoses éviteront aussi les températures extrêmes. Et attention à l’alcool avant une séance…

Anna Scheele ©Technosphere

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

logo carré inspi

Que faire avec des boutons de rose ?

Nous sommes tellement charmés en ce moment par la beauté des roses en boutons que j’écris un petit article sur ce sujet. La rose, alliée des reines, est un immense symbole de beauté et d’amour. La fleur est connue depuis l’âge de bronze pour ses propriétés esthétiques et aphrodisiaques. Je connaissais l’utilisation de la précieuse huile essentielle de Rose de Damas en cosmétique, et en effet la rose est divine pour conserver la jeunesse de la peau (j’ai l’habitude d’en ajouter quelques gouttes dans mes crèmes et huiles pour la peau) mais ses boutons apportent d’autres bienfaits.

Faire un thé de boutons de rose

Deux boutons par tasse de thé suffisent.

La rose va vous défatiguer et régénérer les muqueuses intestinale et pulmonaire. De plus, un gargarisme de cette infusion éliminera votre mal de gorge car la rose possède un pouvoir analgésique. Le thé à la rose est très riche en antioxydants et source incroyable de vitamines C. En plus, il détoxifie l’organisme en nettoyant le foie et la vésicule. Elle est légèrement laxative.

rose macerat anna 2
Faîtes-les sécher à l’ombre, ils garderont leurs belles couleurs.

Faire une eau de boutons de rose

0.25 cl d’eau pure distillée par poignée de boutons. Filtrer après avoir laissé infuser 1/2 heure et stocker dans un récipient stérile.

Cette eau peut servir à tonifier ou démaquiller la peau. Ce soin délicat devra être conservé au frigo (inutile d’en préparer pour 6 mois). Lire la suite

La musique en 432 hertz, c’est mieux…

Il est prouvé, notamment grâce à la physique quantique, que le son a une influence sur la matière, sur notre corps physique mais aussi sur notre psychisme.

Nous avons perdu la science sacrée du son et pourtant Pythagore nous l’avait expliquée il y a 2500 ans… Pour le célèbre mathématicien, la musique est la science du rapport entre les vibrations (voir pour cela la suite des nombres harmoniques où l’on retrouve le nombre d’or). Mais bien sûr, l’école préfère inculquer son théorème de géométrie, parfois utile mais peut-être pas autant que les vibrations musicales, non ? Comme quoi, tout est relatif…

music-162709_1920

Depuis les années 1950, l’Europe entière a calé la note « la » sur la fréquence de 440 hertz. Or il semble que cela soit une grave erreur…En effet, se caler sur un « la » à 432 hertz transforme les vibrations en quelque chose qui va vraiment toucher notre coeur car c’est aussi la fréquence à laquelle vibre la nature. Le son calé en 432 hertz a quelque chose de plus relaxant, doux, rond pour l’écrasante majorité des musiciens. Pour les musicothérapeutes, écouter de la musique en 432 hertz permet la synchronisation de nos deux hémisphères du cerveau et ouvre la connexion à notre espace sacré du coeur, qui nous permet de « percevoir ».

La fréquence de 432 hertz correspond à notre accordage naturel qui nous connecte à « la source ». Elle nous permet de « capter » les informations, d’enclencher notre intuition.

En 432 hertz, on lâche le mental pour entrer dans une perception beaucoup plus globale du monde.

Tout est vibration nous explique depuis 70 ans la physique quantique, il est donc évident que les ondes sonores, qui sont des fréquences vibratoires, peuvent nous impacter. Mieux, elles semblent constituer un éventuel lien entre le visible et l’invisible.

Si cela vous intéresse, je partage avec vous cette excellente vidéo qui développe parfaitement ce thème, elle donne la parole à Cyrille Campo (auteur-compositeur) et à Aline Algudo (chanteuse et musicothérapeuthe).

Ci-dessous, vous pouvez écouter les deux versions de l’Andantino de Mozart (la version à 432 hertz commence au début, ensuite la version à 440 hertz débute à 3.44 minutes).

« Harmonisez la vie en accord avec les fréquences de la nature et il y aura plus de joie, de bonheur et de beauté dans nos expériences de tous les jours. » Edgar Cayce (médium américain, 1877 – 1945)

© Anna Scheele

Sources et liens :

♦ Pour convertir la musique en 432 hertz, allez à la fin de cet article (il faut installer le logiciel gratuit Audacity) : Comment convertir sa musique en 432 hz ?

Pourquoi vous devriez convertir votre musique en 432 hertz

Sur l’importance du 432 hertz

Un article comparatif, en français, sur la différence entre 440 et 432 hertz

♦ Une radio en streaming qui ne diffuse que de la musique en 432 hz, c’est ici 🙂

Interview de Merlin, 12 ans : bilan du voyage en Asie

Merlin, tu as passé plusieurs mois sur les routes d’Asie du sud-est. Quel sont les plus grands chocs culturel que tu as vécu ?

Les Bouddhistes qui se baladent dans les rues, les cafards géants et la chaleur.

Est-ce que la France, tes amis, la famille t’ont manqué ?

Non car il y avait tellement de choses à voir qu’on ne vit pas dans le passé.

Cite 3 spécialités culinaires que tu as adoré.

Les cafés au caramel et les rouleaux de printemps du quartier de Sam Sen Road à Bangkok et la nourriture indienne qu’on trouve partout et qui est succulente. Parfois on en avait marre des « soupes de nouilles » (un des plats principaux) car comme on est végétariens on nous les servait avec quelques végétaux. Bref, on s’est tellement régalé chez les Indiens que quand je suis rentré j’ai cuisiné un « Aloo Palak », c’est une spécialité indienne à base d’épinards, de tomates et de pommes de terre.

Cite les aliments d’Asie qui t’ont le plus surpris.

Les larves et les sauterelles en Thaïlande (franchement, ça ne me tentait pas du tout) et les mini poulpes au Vietnam que j’ai goûtés et que j’ai aimés !

Lire la suite

Le retour de l’ail des ours, un alicament savoureux

Aussi appelée ail des bois, cette plante pousse en ce moment, au printemps, dans des endroits sombres et humides, en forêt par exemple. Cet ail sauvage est excellent pour la santé car il regorge de vitamines C et de toutes les propriétés propres à l’ail cultivé, c’est à dire qu’il est l’un des antibactériens les plus puissants.

Mais en plus, l’ail des ours est une plante hypotensive, elle fait baisser la tension artérielle. Elle prévient aussi l’artériosclérose et soulage les fonctions digestives et intestinales.

Accrochez-vous à ce que vous pouvez car ce n’est pas fini : l’ail des ours est aussi un champion qui vous purge des mauvaises graisses accumulées, il est donc aussi utilisé comme amaigrissant ainsi qu’en cure dépurative de printemps.

bears-garlic-3315974_1920
Photo LMoonlight pour Pixabay

« Et depuis que des chercheurs hongrois du Central Research Laboratory ont constaté que les extraits par eau et par éthanol de l’ail sauvage peuvent diminuer l’activité des radicaux libres produits par l’organisme, l’ail des ours est désormais reconnu «antioxydant» » (1) Lire la suite

Mams et Merlin on the road #14

Nous arrivons en bus local à Sadec, toujours dans le delta du Mékong, au Vietnam. Nous suivons une petite route sans cesse encadrée par les multiples méandres du fleuve. J’ai l’impression d’être au milieu d’une touffe de cheveux monumentale tellement le fleuve se divise. C’est encore un grand bonheur de voyager au plus simple, au plus près des gens, des locaux. Comme d’habitude mes jambes sont trop grandes pour les caser contre le siège de devant, et celles de Merlin sont piles à la bonne dimension. Pour les asiatiques je suis surdimensionnée. Bref, on se met en biais. La femme devant nous ne cesse de se retourner en touchant la joue de Merlin et en montrant notre visage. Je comprends qu’elle apprécie notre teint. Mais j’en ai marre de ces gens qui ne sont jamais contents de ce que la nature leur a donné. En Occident, les gens font tout leur possible pour être ou paraître bronzés alors qu’ici en Asie, ils se plient en douze pour se blanchir la peau. Depuis la Thaïlande nous voyons des produits cosmétiques blanchissant la peau. En plus, c’est dangereux pour la santé.

received_176092859860042.jpeg
Crèmes pour blanchir la peau

Sadec est une ville dans laquelle je me sens immédiatement bien. Merlin aussi. On arrive sur un marché très riche. Il y a aussi une masse exubérante de bonbons et de gâteaux qui proviennent des fabriques locales. On se croirait dans un conte à la Hansel et Gretel.

Je demande au seul hôtel que je vois en face s’il a une chambre. « Yes, 10 dollars ». Lire la suite

Mams et Merlin on the road #13

Nous quittons Kep dans un van, direction la frontière du Vietnam. La mer défile, scintillante, majestueuse. La mangrove, la jungle, ces paysages nous sourient une dernière fois pendant que le chauffeur ne cesse de klaxonner. Merlin est à l’avant, en copilote. Il aide le chauffeur à boire son thé car sinon il le renverse. Assez vite, à peine une heure après le départ, on s’arrête devant une première barrière, c’est la sortie du royaume du Cambodge. Tout le monde descend afin de faire tamponner son passeport. Un douanier tend un appareil vers nous, je comprends que cela indique notre température corporelle. Mince, je n’ai que 36 degrés…Il nous demande un dollar par personne pour cette visite médicale poussée. Je le regarde amusée et lui dit simplement : « No ». Il n’insiste pas. Encore un petit racket de frontière…Nous passons vers la zone internationale. Nous remplissons une fiche médicale vietnamienne. Avons-nous touché des animaux ? Avons-nous eu la chiasse ? Etc. Nous ‘cochons’ non à tout même si c’est faux pour les animaux mais on ne veut pas d’ennuis. Tampon vietnamien apposé. Levée de barrière. Nous voilà au Vietnam. Encore quelques kilomètres et le jeune chauffeur nous dépose à Ha Tien, toujours sur la côte. A peine arrivés, j’achète un billet de bus local pour Rach Gia car il y a une histoire de rebelle indépendantiste salement assassiné par nous les français et nous voulons en savoir davantage. En attendant le bus, Merlin se fait inviter par un groupe de vietnamiens qui déjeunait par terre. Ni une ni deux, il se retrouve avec un bol de poulpe, du concombre, des tomates. Il goûte et aime la bestiole qu’il mange avec des baguettes. Ils veillent à ce que son bol ne soit pas vide. Merlin se régale et rit avec eux. Ils lui offrent aussi un coca. Ils lui touchent la joue, le regardent avec insistance, avec joie. Ils me proposent aussi du poulpe mais on vient de s’enfiler un en-cas et je le sens pas du tout le poulpe-coca à vrai dire.

20180312_125255-1.jpg

Arrivés à Rach Gia, on se retrouve loin du centre et seules deux moto-taxis patientent à la gare routière. Complètement décomplexé, l’un d’eux se met à tâter les couilles de Merlin en riant. Il se fait pas mal pinçouiller et triturer depuis la Thaïlande mais jusqu’à présent il s’agissait de petites marques d’affection pas du tout gênantes sur le bras ou la joue. Ici, on atteint un degré de proximité…surprenant. Heureusement que Merlin n’est pas pudique, lui ça le fait rire. Moi je trouve ça obscène et je suis prête à rembarrer le gars s’il recommence. On se met d’accord sur un prix et nous revoilà avec le sac à l’avant, le driver, moi en sandwich et Merlin derrière. Chacun avec en plus un sac à dos…Je supplie ma bonne étoile de nous protéger. Il y a encore plus de deux roues que dans les pays précédents. On glisse dans une horde de scooters et de motos qui obéissent à des codes indéchiffrables. Le chauffeur ne trouve pas notre hôtel. Il s’arrête demander la route régulièrement. Enfin il nous dépose et…me demande le double du prix fixé au départ. Je déteste la fourberie et lui donne ce qui était prévu en faisant comme si je n’avais rien compris. Lire la suite

Mams et Merlin on the road #12

Nous arrivons en mode sécure à Phnom Penh, moi dans la peau de Lara et Merlin dans celle de Rambo. Je rappelle que beaucoup de Cambodgiens nous ont avertis des dangers et de la violence de la capitale.

Le bus local met des heures à relier les temples d’Angkor à Phnom Penh et à vrai dire, nous sommes sortis de là complètement vannés et imbibés de musique cambodgienne qu’ils écoutent à fond. Un cuistot indien nous avait préparé deux massalas à emporter car on n’en peut plus de leurs noodles soups. Merlin résiste à sa forte envie de geeker pour observer la route, les gens, les paysages. Nous continuons à suivre le Mékong. Les petites cabanes en bois sont parfois très hautes sur des supports en bois ou en béton, il n’y a presque jamais rien à l’intérieur. Les gens vivent dehors, nous les voyons dans leurs hamacs, attendre un acheteur de fruits ou de babioles d’épicerie. Partout, des animaux en liberté. Parfois, le chauffeur pile devant un bovin et on se regarde avec un air soulagé. Hélas, un accident grave de la circulation s’est encore produit avec une voiture sur le toit et un scooter en mille morceaux. Les gens regardent. Il n’y a pas de secours.

Lire la suite

Mams et Merlin on the water #9

Thaïlande-Laos 📰✒📷 12/16 février 2018

Passer une frontière est parfois simple, souvent complexe. Pour passer au Laos, le bus s’arrête quelques kilomètres avant, ensuite il faut prendre un tuk-tuk, trouver des dollars car les Laotiens n’acceptent que cette maudite monnaie pour payer le visa, reprendre un bus. Montrer les passeports, se faire vérifier le visage avec une caméra, remplir plein de papiers remplis de requêtes pointilleuses (numéro du bus qui nous a amenés, adresse de l’hôtel où nous irons, son téléphone, etc.). J’invente la moitié des infos car nous les ignorons, puis je les refile à nos nouveaux potes de route, un Colombien avec sa chérie Barcelonnaise et un couple de viticulteurs français du Gard, débordants de gentillesse, avec lesquels nous sommes encore aujourd’hui, le lendemain du passage de frontière. En plus, ils connaissent le Vietnam où nous irons après le Cambodge donc ils nous filent des tas de tuyaux.

Je passe à la banque du village.

« How much do you want ?

– One million please. »

Oui, vous avez bien lu, pour la première fois de ma vie je demande à retirer 1 million. Je me crois dans un film ou à la tête d’une mafia opulente de l’opium. Mais un million de kips cela ne vaut que 100 euros…On se retrouve avec une liasse improbable dans l’un des 10 pays les plus pauvres du monde. Merlin reçoit les sourires des laotiennes de son âge. Une petite obèse qui n’en finissait plus de sucer des saucisses en sucre le yeutait sans fin en lui envoyant des sourires timides. Merlin lui en renvoyait autant mais il était tellement mal à l’aise que je n’ai pas pu m’empêcher de rire dans mon sac sous la table du petit resto.

Lire la suite

Mams et Merlin on the road #6

Vendredi 26 janvier

C’est si bon que nous devenons accros aux massages. Pour trois fois rien, les Thaïlandais vous offrent un tel bien être que l’on s’y adonne volontiers, surtout après les balades à pied. Ici à Chiang Mai, il y a des salons de massages Thaï partout : du ventre, des pieds, du dos, de tout le corps, avec éventuellement un petit sac chaud d’herbes médicinales qu’ils vous appliquent en massant les points énergétiques, les muscles et les articulations. La masseuse est douce, ce que j’apprécie énormément car certaines personnes peuvent repartir avec des bleus tant le pétrissage est rude…Ce que je déplore car le but n’est pas de souffrir.

20180126_165508.jpg
Notre salon de massage à Chiang Mai

Les techniques se basent sur les points énergétiques d’acupuncture chinois. Merlin adore se faire masser les pieds, moi, plutôt le dos. C’est si agréable que je vais m’inscrire à des cours officiels de massage aux herbes afin de compléter ma formation de naturopathe. Lire la suite

Mams et Merlin on the road #5

Mercredi 24 janvier

Nous voilà dans le train, pour Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande. Nous sommes avec une équipe de jeunes sportif très joyeux. Il y a des insectes genre cafards qui nous reluquent et du coup les filles sont montées sur leurs sièges. Moi aussi j’ai horreur de ces insectes et je suis montée sur le fauteuil en écrivant ces lignes. On est terrifiés, il y en a plusieurs dans une rainure. Merlin est en panique complète, on a crié mais les cafards s’en fichent. Un homme passe la serpillière dans les 3 wagons, déjà deux fois en 5h mais il ne lave jamais les rainures, ni les carreaux d’ailleurs. Lire la suite

Mams et Merlin on the road #1

« – Madame !

– Moi ?

– Oui, vous ! Avancez là, à droite ! Contrôle aléatoire » !

À peine arrivés à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle, les aventures démarrent. Je me retrouve jambes et bras écartés, sur une sorte de podium qui me met encore plus la honte car je suis bien visible de tous les gens qui font la queue derrière. Merlin me regarde d’un air amusé, rien ne semble jamais l’inquiéter.

 » – Pourquoi moi ? » lui lançai-je d’un air stupide et désespéré.

Je réalisai en même temps que le portillon de contrôle avait sonné lors de mon passage juste après Merlin. La contrôleuse ressemblait au Cerbère et je me pliai au contrôle.

« – Écartez mieux les bras et les jambes s’il vous plaît ». Lire la suite

Qu’est-ce qu’un massage énergétique ? Interview de Delphine Lamy, praticienne de shiatsu

On prononce « chiatsou » et ça booste votre énergie vitale. Interview de Delphine Lamy, praticienne Shiatsu à Nantes. Image-1-7

Le mot Shiatsu est Japonais mais certains parlent d’une origine chinoise de ce massage, pouvez-vous nous éclairer sur les pratiques originelles du Shiatsu ?

« Le shiatsu est une discipline énergétique manuelle, qui se fonde sur les principes de la médecine traditionnelle chinoise, vieille de plusieurs millénaires.

Le shiatsu, tel qu’on le pratique aujourd’hui, tient son origine du début du XXe siècle, élaboré par des médecins et thérapeutes japonais.

Il est reconnu médecine à part entière en 1955 au Japon.

Il apparaît dans les années 70 en Europe et aux États-Unis. »

Que signifie ce mot en japonais ? Et donc en quoi consiste le Shiatsu ?

« Le Shiatsu est composé des termes japonais « Shi » et « Atsu » qui signifie « pression des doigts ».

Le Shiatsu, c’est un ensemble de pressions pratiquées sur tout le corps, suivant des trajets bien précis (les méridiens), afin de dénouer les tensions physiques et psychiques, et ainsi de rééquilibrer énergétiquement le corps et le maintenir en bonne santé.

Du coup, c’est un soin qui peut être utilisé à titre préventif, dans une démarche de bien (ou mieux) être, ou à titre thérapeutique. »

Image-1-2

Y-a-t-il une philosophie du Shiatsu ?

« On peut dire que la philosophie du shiatsu réside en ces 2 termes : l’humilité et l’ouverture à l’autre.

Pour être un bon praticien, il est primordial de ne pas être dans le vouloir mais dans le laisser faire. Lire la suite

Technosphère : URGENCE, le pantalon craque !

La Technosphère est un concept qui analyse l’impact de l’être humain sur la planète Terre.

Son concepteur est un Russe, Vladimir Vernadski, (1863-1945). Il était chimiste et minéralogiste.

La TECHNOSPHERE représente les constructions humaines bâties pour notre survie, « en très grand nombre maintenant, sur la planète : les maisons, les usines, les fermes, les mines, les routes, les aéroports et les ports d’expédition, les systèmes informatiques et leurs déchets… » (Science et avenir).

Ce poids de l’humanité, avec ses déchets, a été évalué par une équipe internationale de scientifiques à « 30.000 milliards de tonnes » (source AFP).

ATTENTION ! À ce stade, si cet article vous fait peur, descendez pour juste voir le projet. Même si je vous incite à mort pour TOUT lire.

Pour se repérer dans les concepts de Vladimir, sachez qu’il définit aussi la notion de BIOSPHERE (l’ensemble des écosystèmes de la Terre) et de NOOSPHERE (l’ensemble des pensées humaines. [« noos » = « esprit » en grec]. Cela est l’équivalent de la notion de conscience collective, d’inconscient collectif, ou d’idéosphère). Ces concepts nous permettent de nous repérer dans la pensée de ce Russe qui avait bien pressenti que l’humain avait un impact sur la planète. Toujours est-il que l’on pèse beaucoup trop lourd, et c’est surtout cela qu’il faut bien comprendre…On en est à l’obésité même, c’est le craquage de pantalon qui a commencé.

Ce visionnaire, comme beaucoup de Russes il faut le dire, a été le premier à envisager scientifiquement l’impact de l’activité humaine sur le climat. Il fut cependant peu écouté à une époque où l’on pensait que la nature était dotée de capacités de régénération inépuisables.

Aujourd’hui, on ne peut nier l’impact négatif de l’Homme sur la planète Terre. De grands penseurs et scientifiques, tels Albert Jacquard, Jean-Marie Pelt ou l’astrophysicien Hubert Reeves, nous disent très clairement et régulièrement qu’une « fin » semble inévitable et proche vu l’état de notre planète. Et arrêtez de faire comme si de rien n’était car vous savez maintenant !

1259192-hubert-reeves-84-ans-celebre
Hubert Reeves, astrophysicien et militant écologiste, né en 1932 à Montréal. Photo Loïc Venance, archives AFP.

Hubert Reeves parle d’un délai de 30 ans maximum si rien n’est fait. D’ici «dix, vingt ou trente ans maximum, on pourra se demander [ce] qu’on va manger ce soir», avertit le scientifique sur le site canadien press.ca.

Featured Image -- 4336

Autrement dit, si nous n’agissons pas, nous aurons tous disparus d’ici peu. Nous aurons tout saccagé, tout pompé, tout vidé, tout détruit. Notre intelligence nous aura amenés à notre propre destruction…Non, là c’est plus de la science fiction…

Il faut sortir de nos habitudes de consommations inutiles, de nos élevages intensifs, de nos abattoirs à la chaîne, de nos montagnes de déchets, de nos pollutions de toutes sortes. Il faut arrêter de croire qu’on est faibles ou qu’on a peur. Il faut cesser les supermarchés, les pesticides, l’aveuglement des pubs et des médias officiels. Il faut tout ralentir et retrouver notre dignité et notre pouvoir sur la santé, sur l’alimentation, sur notre travail, sur l’éducation de nos enfants. Il faut…tuer le capitalisme.

Il revient à chacun, tel le petit colibri dont parle le grand Pierre Rabhi, d’oeuvrer à son échelle, si petite soit-elle, afin qu’ensemble, nous sortions de cette impasse puante.

Voilà pourquoi j’ai créé ce site « TECHNOSPHERE » : son but est d’ouvrir les esprits, d’élever les consciences et de rendre leur autonomie aux gens. J’essaye d’inspirer mes lecteurs, d’ouvrir des pistes, sans toutefois se lamenter. Il est inutile de se désespérer en gémissant au milieu de la verdure salopée par le glyphosate…

Au contraire, imagine comment tu peux agir à ta façon, en n’espérant rien des politiques. Juste en comptant sur toi. Et ensuite, on peut être très forts ensemble, beaucoup plus que la poignée d’individus qui détiennent toutes nos richesses.

 

Je partage sur ce site des inspirations scientifiques et artistiques, liées à la nature, aux énergies, à la ville, à la santé, à des modes de vie sains, au voyage, à la musique, aux fêtes libres…VOUS POUVEZ AUSSI PUBLIER SUR CE SITE si vous avez un sujet inspirant (constructions, mode de vie, médecine alternative, physique quantique, géobiologie, spiritualité…) En espérant que les humains favoriseront l’être au lieu de l’avoir très rapidement, et sauront se reconnecter avec la simplicité et la nature sans renoncer à leur bien être.

as-children-1822704_1920
© Sasint

Personnellement, j’exerce en tant que magnétiseuse et coach naturopathe pour aider les gens à reprendre le pouvoir sur leur santé, leur corps et leur esprit et les soigner avec des méthodes naturelles, simples, antiques parfois ! ( Voir l’article sur la naturopathie). Je m’inspire de ma passion pour la musique et d’un jardin, créé à partir d’un champ jamais traité, que je cultive sans pesticides ni engrais, et que j’espère développer à son plein potentiel avec les techniques de la permaculture (et l’aide des élémentaux 😉 )

Beaucoup de plantes médicinales y poussent comme la mélisse, le romarin, la sauge officinale, le jasmin, l’absinthe ou la lavande, ma préférée.

Je souhaite aussi ouvrir ma maison via le « MOUVEMENT COLIBRIS » de Pierre Rabhi (https://www.colibris-lemouvement.org/) et par ailleurs, accueillir des gens en co-working ou / et en co-homing qui pourraient être initiés à un mode de vie simple et naturel.

Je vis dans une maison en bois que j’aimerais rendre la plus autonome possible en me coupant des réseaux eau et EDF (en plus dans l’eau du robinet, il y a des pesticides) mais en me reliant à la pluie et au soleil. On n’est pas demeurés, il y a bien des façons plus simples de générer son énergie ! Et arrêter de payer parfois aussi cher un abonnement qu’une conso. Des articles seront consacrés à cette évolution toute en décroissance.

Je vais aussi créer, dès que possible, un SAUNA mobile avec un CHILL OUT (parenthèse CV : expérience salon de plein air, surtout dans des fêtes techno totalement underground). Cette structure me permettra d’ouvrir le dialogue sur la santé et l’écologie, chez moi, sans forcément manger des graines (vous pourrez ramener des aliments moins secs hein) mais aussi dans des endroits populaires ou publics. Je m’adresserai en priorité à…à…à qui veut m’entendre en fait (sauf si vous êtes en danger immédiat, je vous attacherai sur une chilienne en vous parlant avec un haut parleur).

mobile-sauna-business-956.jpg

Inspi & transpi in the air, affaire à suivre, dans la passion toujours, y’a de la joie, biz up tout le monde !

© Anna Scheele alias Anna Marguerite Baraou

cropped-logo-carrc3a9-inspi-2.jpg

Sources :

Sciences et avenir

https://lasocietesolidaireetdurable.com/2012/08/01/noosphere-et-technosphere-deux-nouveaux-concepts-cree-par-vladimir-vernadsky/

Alerte de l’astrophysicien et écologiste Hubert REEVES in www.lapresse.ca/sciences

Le site de Pierre Rabhi

Dictionnaire Larousse

3 jeunes Suisses traversent la France en skate !

« Viens on va en Bretagne en skate !

− What ! Mais il y a 1000 bornes ! »

Ils s’appellent Cisco, Matt et Robin. Ils sont Suisses et ont décidé de rallier la Bretagne…en Skate ! Ces 3 jeunes souhaitent montrer que tout est possible pour qui veut réaliser quelque chose, même sans budget conséquent. Ils ont leur sac à dos, des hamacs, des bâches (en guise d’abri), leur planche de skate et leur motivation en bandoulière.

Ils ont aussi l’objectif de récolter des dons financiers, les plus minimes soient-ils, afin de soutenir une association qui s’occupe des ados en difficulté, ciao.fr. Association de soutien aux ados.

Voici un extrait de leur blog, quand ils arrivent à Quimper, puis à Douarnenez, c’est épique vous allez voir !

« Day 69 – « Océan en vue ! »

Le givre est encore présent sur les trottoirs de Quimper que déjà nous reprenons notre route en direction de Douarnenez. Alors que l’on roulait sur la route, j’ai (à vous d’imaginer la scène) appuyé sur l’arrière de mon skate pour qu’il gicle dans ma main pour que je puisse marcher sans avoir perdu une seconde. Le problème est que mon pied retombe sur une plaque de glace.. l’instant qui va suivre va marquer ma deuxième chute folklorique. Patinage artistique puis, à nouveau à cause du poids du sac, je perds l’équilibre et je tombe sur le cul.. moment de silence.. rire.. et on repart ! Deux rues plus loin c’est cette fois-ci une personne âgée qui est tombée sur la tête. On lui demande si ça va, on demande à un passant où est la pharmacie la plus proche, et on l’y envoie pour qu’elle y reçoive un pronostic un peu plus professionnel que le nôtre.

Après avoir tracé une quizaine de kilomètres, on retrouve Mathieu et son fils qui sont venus à notre rencontre en pick-up. Mathieu est aussi un sportif, et sait ce que c’est que de partir en expédition en dormant dehors. Après avoir reçu la générosité des gens, il a bien compté en faire de même avec nous ! Un beau geste. Ils nous préparent donc un repas bien revigorant et nous offre même une galette bretonne en dessert ! Parfait ! Un immense merci à vous deux !

Une fois le ventre plein nous terminons notre étape du jour en arrivant à Douarnenez. Plusieurs voitures nous klaxonnent pour nous féliciter. Sûrement des lecteurs du Télégramme.

Nous resterons donc dans cette charmante petite ville portuaire pour deux jours. Connaissant déjà les lieux, je pourrais donc les faire visiter à Matt et Robin. À noter qu’aujourd’hui a été une journée importante ! C’était la première fois depuis le début de Ride To Breizh que nous voyions l’océan ! Enfin !

Ce soir nous sommes allés manger à la crêperie chez Nadine. Et comme à son habitude, notre appétit se faire remarquer. En même temps il faut dire que des bonnes galettes/crêpes ça passe toujours ! »

Moi qui adore la route, j’ai tout de suite été charmée par leur projet qui allie esprit d’aventure, rencontres improbables et solidarité. Je me suis reconnue dans leur volonté de montrer que si l’on a envie de faire quelque chose, on peut y arriver.

On peut les suivre et les soutenir dans leur projet ici : Le blog des vagabonds.

vagabonds suisses skate
Et oui, il n’est pas toujours possible de rouler 🙂

J’habite en Bretagne avec mon jeune fils ado et je les ai invités sur la route du retour, au cas où ils passent du côté de Lamballe, ils seront vraiment la bienvenue le temps d’un repos.

Franchement, je leur tire mon chapeau, bravo les gars, vous donnez une lueur d’espoir à beaucoup de gens en mal de joies simples…

Anna Scheele (3 décembre 2017)

 

Pourquoi l’huile de chanvre c’est de l’or ?

Depuis 1990, la culture de chanvre est de nouveau autorisée en France (je parle du chanvre à très faible teneur en THC).

chanvre-cultive
Originaire d’Asie centrale, le chanvre, aussi appelé chènevis, est utilisé depuis des millénaires.

hemp-2258608_1920
L’obtention de l’huile de chanvre se produit en écrasant ses jolies petites graines, qui sont par ailleurs comestibles et tout aussi excellentes pour l’équilibre du corps.

L’huile obtenue par pression des graines à froid est très précieuse. En effet, cette huile alimentaire se montre puissamment active sur différents points :

Pour la peau, c’est merveilleux

En usage externe sur votre peau, elle est extrêmement hydratante et anti-rides. Sa composition est celle qui se rapproche le plus de la composition lipidique de notre peau avec un équilibre entre omégas 3 et 6. Elle booste la micro-circulation mais calme aussi les rougeurs, les irritations, les brûlures. Elle peut servir facilement d’after-shave par exemple pour ces messieurs qui prennent de plus en plus soin d’eux au naturel.

Elle est aussi remarquable pour traiter l’eczéma (1), la dermatite atopique, l’acné, la couperose, le bouton de fièvre ou le psoriasis grâce à ses vertus anti-inflammatoires.

Pour les cheveux, c’est un miracle

  • Elle agit sur les cheveux secs, cassants, crépus, dreadés, dévitalisés en les nourrissant et en les lissant. En plus, sa texture légère et non grasse pénètre rapidement le cuir chevelu ou les longueurs.
  • Pour les cheveux fins, elle est aussi très efficace car elle redonne du volume.
  • Pour les chutes de cheveux, elle peut activer la repousse en oxygénant le cuir chevelu.
  • Elle règle les problèmes de pellicules et de démangeaisons du cuir chevelu.

Pour le corps, c’est de l’or

chanvre oil
L’huile de chanvre est obtenue en écrasant ses jolies petites graines. ©Pinterest

L’huile de chanvre contient des acides gras essentiels : des oméga-3 et 6 mais aussi beaucoup de protéines, des vitamine E, B1, D (une des seules plantes à détenir de la vitamine D, qui fixe le calcium sur nos os), des acides aminés, et bien d’autres composants très intéressants. Donc l’huile de chanvre est bénéfique pour :

  • Lutter contre le développement de maladies cardio-vasculaires.
  • Lutter contre l’inflammation des organes vitaux.
  • Lutter contre l’inflammation des articulations.marijuana-2766338_1280
  • Aider à la régulation du taux de mauvais cholestérol dans le sang (2).
  • Diminuer les syndromes prémenstruels et réguler le système hormonal (utile pendant la ménopause).
  • Participer au développement du cerveau et des yeux des fœtus pour les femmes enceintes ou allaitantes.
  • Réguler la cortisol, une hormone stéroïde qui est responsable du stress.

À noter :

L’huile de chanvre est adaptée aux régimes alimentaires en raison de sa faible teneur en calories et fait par ailleurs office d’écran solaire naturel.

Aucun effet indésirable n’a encore été signalé. Cependant si vous souffrez d’allergie à l’un des composants, il faudra bien sûr vous abstenir de l’utiliser.

Il est recommandé de consommer environ une cuillère à soupe d’huile de chanvre par jour (il existe beaucoup de recettes sur Internet à ce sujet, moi j’en ajoute dans la vinaigrette tout simplement). Ne la chauffez jamais car cela détruirait les oméga-3.

Conservez-là au frais (frigo, cellier, cave), à l’abri de la lumière. Elle est à consommer dans les 3 mois suivant son achat afin de limiter le risque d’oxydation.

Pour couronner le tout, avec son petit goût de noisette elle est délicieuse.

Vous l’avez compris, l’huile de chanvre est une vraie bénédiction. Mais ce n’est pas une découverte, en Inde et en Chine, cette huile est utilisée depuis des millénaires pour ses multiples vertus.

Anna Scheele

Notes et sources

(1) Callaway J, Schwab U, Harvima I, Halonen P, Mykkänen O, Hyvönen P, Järvinen T. «Efficacy of dietary hempseed oil in patients with atopic dermatitis». J Dermatolog Treat. 2005 Apr;16(2):87-94.

(2) Prociuk MA, Edel AL, et al. «Cholesterol-induced stimulation of platelet aggregation is prevented by a hempseed-enriched diet». Can J Physiol Pharmacol. 2008 Apr;86(4):153-9.

http://www.santescience.fr

http://www.downtoearth.org

http://www.huiledechanvre.fr/

Berlin mon amour #StreetArt (ou comment rendre une ville moins moche)

Berlin offre une variété folle de créativité à ciel ouvert. La « ville grise » n’en est pas une. Elle possède au contraire toutes les tonalités. Elle est même un immense musée gratuit pour qui sait regarder la rue. Presque partout, des débauches artistiques et souvent engagées recouvrent les murs. C’est donc parti pour une « visusphère » spécial Berlin avec des graffs et des collages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


© Anna Scheele – 2017

Faut-il faire la guerre pour avoir la paix ? Focus sur « La Ligne Maginot » – 2WW –

L’ouvrage de Schoenenbourg en Alsace

Certains ont accusé d’inutilité les constructions de la Ligne Maginot en Alsace alors qu’en réalité, c’est grâce à elles qu’Hitler est passé par la Belgique.

L’ouvrage de Schoenenbourg en Alsace, dans le Bas-Rhin, a été construit dès 1931. Il est le plus grand édifice de la ligne Maginot à être ouvert au public dans la région. Il représente à l’époque un boom technologique car l’ouvrage produit sa propre électricité. Ce sont les ingénieurs du génie militaire qui ont mis au point cela ainsi que de véritables machines de guerre (le bloc mitraillette est très impressionnant car monumental et très précis). Lire la suite

23 nuances de craies – Guide de communication pour professeurs débutants

 

Pour une éducation bienveillante et pour en finir avec le sado-masochisme à l’école.

Je vous explique dans cet e-book ce qu’aucun formateur ne m’a officiellement transmis, ce qu’aucun manuel ne m’a délivré.

Attachée de presse, chargée de communication et prof de lettres très appréciée par ses élèves et leurs familles, je vous donne des clefs afin de communiquer aisément avec un public jeune.

Pas de théories pompeuses…Rien que du concret pour les profs débutants : le premier jour, l’intention, l’attitude, la parole, l’école, les rebelles, les passifs, les collègues, la tenue vestimentaire, passionner un public…

23 thèmes qui vous seront de la plus grande utilité afin que vos cours se déroulent de la meilleure façon possible, pour les jeunes, pour vous (et pour l’avenir de l’humanité…).

Vous comprendrez après lecture que l’attitude de bienveillance qui est préconisée est l’une des clés de voûte d’un enseignement réussi, humain, généreux.

Je vous offre le premier chapitre de mon livre, actuellement en vente sur Amazon

1. Se montrer bienveillant

Bienveillance : capacité à se montrer indulgent et attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive.

Rebecca Waller, psychologue de l’université d’Oxford, a publié la synthèse de 30 études sur des éducations sévères et punitives.

Lien vers les Références des articles de Rebecca Waller

Elle montre qu’en violentant un enfant ou un adolescent, verbalement ou physiquement, l’adulte aboutit au résultat inverse de celui escompté. L’enfant devient « insensible, dur, sans empathie» comme l’explique la pédiatre Catherine Guéguen, grande dame de l’éducation bienveillante.

L’école des parents, Revue publiée par la FNEPE, article de Catherine Guéguen, Neurosciences, le cerveau de l’enfant, janvier 2017, n°622

Inversement, quand l’adulte porte un regard compréhensif sur l’enfant et lui parle gentiment, il permet la maturation de son cerveau. L’enfant devient lui même empathique et social. Plus l’enfant reçoit de bienveillance, plus il sécrète de l’ocytocine (hormone du lien social, de l’amour, du plaisir), plus il devient comme nous le souhaitons, calme, lui même bienveillant, etc.

C’est la base de tout bon enseignement. Les jeunes sont très réceptifs, ils sentent très facilement si vous êtes bien intentionné. Tâchez d’être quelqu’un de bienveillant. Soyez un exemple de bonté, de gentillesse. De l’accueil, à l’entrée de la classe, jusqu’à la fin du cours, soyez quelqu’un de bien. Soyez sympathique, ouvert.

Bien sûr, dans la vie courante, nous ne sommes pas toujours des modèles. Nous pouvons parfois nous montrer impatients, jaloux, nerveux, égoïstes et j’en passe, mais quand vous entrez dans une classe, je vous en prie, revêtez le rôle d’une personne bienveillante, posez sur eux un regard doux et juste.

Concrètement, venez dans votre établissement vierge de toute émotion. Le trajet permet éventuellement de se mettre en condition, et même en voix parfois, pensez, en effet, à l’échauffer. Personnellement, avant d’ « entrer en scène », j’écoute toujours des musiques que j’adore, ça me remplit d’énergie positive, et je suis partie pour quelques heures. Imaginez-vous léger, disponible, de bonne humeur, prêt à tout entendre…Ayez votre esprit ouvert sans jamais ressentir de peur. Au besoin entraînez vous à prendre de la distance par rapport à votre rôle. Dites vous que rien de grave ne peut arriver et qu’au pire vous serez probablement mort de rire…

« La plupart de nos occupations sont comiques. Il faut jouer notre rôle comme il faut, mais comme le rôle d’un personnage emprunté. »  Michel de Montaigne, Les essais, 1580.

Oui, il faut entrer dans le rôle du prof, il faut mettre un masque avant d’entrer en scène. Mais attention, je ne parle pas d’incarner ce que vous n’êtes pas, je vous dis de vous montrer sous votre aspect le plus lumineux, le plus beau, le plus inspirant. Les jeunes sentent tout, ils vous démasqueront vite si vous jouez un rôle trop éloigné de ce que vous êtes. De toutes façons, il est trop difficile d’enseigner si nous éprouvons des émotions négatives car elles empiètent sur la communication, la recouvrant d’un voile sombre. Sachant que nous sommes maîtres de nos pensées, dirigeons-les vers les meilleurs aspects de nous-mêmes.

Je suis persuadée que l’une des clefs principale pour bien communiquer avec votre public est celle-ci : disposez votre esprit à être entièrement bien intentionné et posez un regard bienveillant sur les jeunes que l’on vous confie.

Considérez la jeunesse comme un précieux trésor à chérir de toutes vos capacités. Vous êtes passionnés par une matière mais vous allez œuvrer au-delà, vous allez agir dans la sphère de l’espèce humaine, très concrètement.

Cette bienveillance que j’évoque est une attitude générale, un état d’esprit qui va se manifester de différentes manières. Par exemple, dans le respect que vous aurez en écoutant un jeune ou dans votre système de fonctionnement avec eux. Autant de thèmes que nous développerons dans ce guide.

Pour davantage d’informations scientifiques sur la bienveillance et le cerveau, je vous renvoie à mon article sur l’éducation bienveillante : En route vers l’éducation bienveillante sur Technosphere.live, rubrique Société : https://technosphere.live/2017/04/06/en-route-vers-leducation-bienveillante/

citation-catherine-gueguen

CRAIES1

23 nuances de craies

€10,00

Anna Scheele ©Technosphere

 

Un bon réflexe santé : la naturopathie

La naturopathie est une médecine non-conventionnelle qui aide chacun à conserver ou retrouver la santé grâce à des méthodes naturelles. Elle a donc recours à l’alimentation, aux plantes (aromathérapie, phytothérapie), à l’eau, aux massages, à la relaxation, à l’hypnose, au yoga, à la sonothérapie, etc. Chaque naturopathe se spécialise en fonction de ses goûts et de ses aptitudes. Certains naturopathes peuvent aussi travailler avec les énergies, je pense au magnétisme par exemple.
L’intérêt de consulter un naturopathe est qu’il est complémentaire du médecin classique et qu’il vous apporte des soins personnalisés, liés à votre style de vie, votre personnalité et vos problématiques. On trouve des ressemblances avec plusieurs courants plus anciens, comme certains principes de la médecine posés par le Grec Hippocrate en Grèce antique, ou encore plus loin avec l’Ayurveda originaire d’Inde ou bien encore la médecine traditionnelle chinoise.

Un naturopathe est forcément passionné

Le naturopathe est passionné par la nature bien sûr et son mode de vie est le reflet de son métier. Mais il est aussi performant sur tout ce qui touche au bien-être et au développement personnel. Aussi, il peut vous aborder sous plusieurs angles complémentaires car il considère que le corps et l’esprit sont liés.

La naturopathie peut donc vous aider sur les plans suivants :

  1. Physique (biologique)
  2. Psychologique
  3. Spirituel

Ce métier n’est pas encore reconnu en France, contrairement à l’Australie, au Canada et à beaucoup de pays européens. Du coup, comme chacun peut s’installer de façon libre, attention aux incompétents. Je pense qu’un bon bouche à oreille saura vous rassurer si vous tentez la consultation en naturopathie.

Souvent le naturopathe est un autodidacte qui a développé de nombreuses capacités. Il peut faire valider cela dans une école ; il existe des écoles de naturopathie en France mais le diplôme qu’elles délivrent n’a aucune valeur institutionnelle du fait de la non-reconnaissance par l’état de cette profession.

essential-oils-2536337_1920
Préparation de soins à base d’huiles essentielles

Personnellement, cette profession me tente beaucoup car bien sûr j’adore la nature depuis toujours, je cultive mes plantes médicinales, mes fruits et légumes, j’ai développé depuis des années mes connaissances des huiles essentielles et mon fils, cobaye, n’est jamais malade car je peux lui traiter tous ses « bobos » sans courir chez le médecin (verrues, problèmes de sommeil, stress scolaire, éruptions, transit, etc.). Nous sommes devenus peu à peu végétariens, notre alimentation est saine, équilibrée et je développe mes capacités énergétiques actuellement, parallèlement à l’élévation de mon degré de conscience…(magnétisme et clair-audience). Affaire à suivre…

Anna Scheele

Interview du jeune Killian : un tour de Bretagne pour la cause animale : 60000 abandons chaque été en France !

« La souffrance à bicyclette est noble, car elle correspond au plein épanouissement de la volonté. » Henri Desgrange, coureur cycliste et journaliste français (1865-1940).

Madame Green a choisi d’interviewer le téméraire Killian Prigent, 22 ans, parti totalement seul depuis une semaine de la région brestoise, à vélo, pour un tour de Bretagne (un « tro breizh » comme on dit en breton). Son objectif de base est double :

  • Communiquer autour de l’abandon d’environ 60 000 animaux de compagnie chaque été en France (oui SOIXANTE MILLE chaque été et CENT MILLE PAR AN !).
  • Récolter des fonds qui seront reversés aux refuges.

Hello Killian et d’emblée bravo pour cette action très sportive de communication. Moi aussi j’adore le vélo mais partir comme cela avec une remorque en plein cagnard franchement je te tire mon chapeau ultra bas. Tu as accepté malgré ta fatigue du moment de répondre à ces questions et nous t’en remercions beaucoup.

  • Cette aventure à vélo est-elle ta première expérience de solidarité sportive ?
KILLIAN : « Non, j’ai réalisé un tour d’Europe à pied et en stop en 2018 au profit de l’association « Leucémie Espoir » afin de financer une activité sportive pour les enfants malades de l’hôpital Morvan de Brest. J’ai constaté que cette expérience de solidarité sportive était très intéressante et j’ai donc décidé de la renouveler sous une autre forme et dans un autre but. C’est un défi pour soi-même tout en donnant la possibilité pour une cause d’obtenir visibilité, communication ou finances ».
  • Un évènement particulier t’a-t-il poussé à enfourcher ton vélo ?
KILLIAN : « En effet, après le projet du tour d’Europe, j’ai organisé des conférences privées et publiques. Lors d’une conférence dans un établissement scolaire, j’ai posé la question aux élèves : “Si un jour j’ai l’occasion de refaire un projet, pour quelle cause souhaiteriez-vous que je me batte ?” La réponse majoritaire des élèves concernait la faune, la flore et les animaux. C’est pour cela que j’ai décidé de prendre contact auprès du refuge de Landerneau (29) et de rechercher le besoin exact des refuges animaliers ».
  • Comment finances-tu ce tour de la Bretagne ?
KILLIAN : « Le projet du tour de Bretagne a nécessité un apport financier de 1500 euros environ. Un tiers a été financé par des dons de partenaires. Le reste est payé par notre association « Alaste » mais j’ai aussi participé personnellement. »
  • As-tu des points de chute pour dormir et te laver ou cela se fait-il au hasard des rencontres ?
KILLIAN : » J’ai établi une cartographie en amont du projet pour déterminer les routes à prendre, les refuges partenaires, les points de sécurité où je pouvais être hébergé et les différentes zones approximatives où je dois m’arrêter le soir. Je trouve toujours un endroit où loger : soit chez des amis, des connaissances, des personnes qui se proposent sur les réseaux ou chez l’habitant (agriculteur…). Point de vue hygiène, je veille à prendre une douche chaque jour ou il m’est arrivé de prendre une douche sous un tuyau d’arrosage ! C’est le plus contraignant je dirais dans les aventures comme celles-ci. Ma trousse de toilette est équipée au minimum : savon de Marseille, brosse à dent, dentifrice, crème solaire, crème pour les douleurs musculaires, lingette à usage unique, labelo, etc. »
  • À quoi penses tu principalement lorsque tu pédales ?
KILLIAN : « Oh ! À plein de choses ! Mon cerveau n’arrête pas ! Quand je n’ai pas de difficulté à rouler, je pense un peu à tout. Mais quand je galère ou que je suis fatigué, rapidement je me demande ce que je fais là. Alors souvent, je me répète des phrases dans ma tête pour me donner du courage. Être seul, en solitaire, c’est aussi un moyen de se retrouver. »
  • Comment trouves-tu les routes de Bretagne ? Y-a-t-il assez de pistes cyclables ? Et en combien de temps par exemple as-tu parcouru Douarnenez-Quimper ? (Je pose ces questions pour les gens qui pensent vendre leur voiture et acheter un vélo, il y en a beaucoup en ce moment, dont moi !)
KILLIAN : « En vélo, ce n’est pas pareil qu’en voiture. Chaque montée peut devenir un calvaire. Après une montée, il y a forcément une descente mais l’enchainement de ces montées et descentes est très fatigant car on n’en voit jamais la fin. Les routes sont très peu plates. Pour l’état des routes, c’est plutôt raisonnable, Je n’ai pas forcément de comparatif. Cependant, le vélo étant équipé d’une remorque, chaque trou dans la route peut être un vrai danger. Ce qui m’a énormément choqué, c’est la quantité de déchets dans les bas-côtés/caniveaux. C’est scandaleux ce que jettent les automobilistes !
Sinon oui le vélo est un moyen de se déplacer peu coûteux et avec un vélo de bonne qualité, on peut faire beaucoup de route sans problème.
Pour faire Douarnenez > Quimper : j’ai mis 1h30 sachant que je traine beaucoup de poids. Pour des trajets inférieurs à 10km (pour le boulot par exemple) avec un terrain plutôt plat, le vélo est un moyen de réduire ses coûts et préserver notre planète. Pour info, j’ai croisé de nombreux cyclistes avec des vélos élec. ou à assistance électrique. »
  • Tu as créé une association en 2019 qui s’appelle « ALASTE », que signifie ce mot ? Quels sont les buts de ton association ?
KILLIAN : « Alaste est un mot qui n’existe pas. J’ai inventé ce mot pour avoir une entité propre. Cette association crée et développe des projets au profit de l’environnement, de la santé et du social. »
  • Je suis énergéticienne et je sais que les animaux ont une âme, éprouvent des émotions et ne méritent pas l’abandon comme si l’on se débarrassait d’un déchet. Quel est ton point de vue sur les animaux ? As-tu toi-même des animaux de compagnie ?
KILLIAN : « Les animaux de compagnie ont toujours eu un effet positif sur l’Homme. De nombreuses études prouvent leurs bienfaits sur le moral, le corps. Je pense que c’est important d’avoir des animaux de compagnie et d’en prendre soin mais l’Humain n’est pas toujours conscient des contraintes que cela implique. Personnellement, je n’ai pas le temps de m’occuper d’animaux donc j’ai décidé de ne pas en adopter car ils ont besoin d’amour, de tendresse, de temps, de sortir…J’ai toujours vécu avec des animaux depuis mon plus jeune âge et pour moi, ils sont un membre à part entière de la famille. Abandonner un animal est pour moi un acte de cruauté. Je pourrais comparer cela à l’abandon d’un membre de sa famille. Je ne sais pas comment les gens qui agissent de la sorte font pour se regarder dans un miroir après un tel acte.« 
  • Quel est pour l’instant, depuis ton départ il y a une semaine, ton meilleur souvenir ou ta meilleure sensation ? Quelle est la pire ?
KILLIAN : « De bons souvenirs j’en ai déjà plein. Malgré les difficultés par moments, j’ai toujours haussé la tête et avancé. À bout de forces, à cause de la fatigue, du manque de nourriture, des problèmes liés au vélo ou à la remorque, de l’inexactitude de ma destination, il m’arrivait de m’allonger dans l’herbe et de me demander ce que je faisais là. Mais cette sensation de se mettre au défi est pour moi un atout majeur dans ma vie. Le fait de perdre l’ensemble du confort habituel permet de retrouver et d’apprécier tout cela au retour. Les meilleurs moments restent la reconnaissance que les gens ont pour mon projet, pour ce que je fais et voir le sourire des bénévoles qui sont ravis de l’intérêt que je leur porte dans leur travail quotidien. Voir le sourire des gens est le meilleur moment de chaque projet que nous réalisons. »
  • Et la pire aventure ?
KILLIAN : « Dès le lundi, je roulais en direction de Douarnenez dans une descente à plus de 40km/h quand tout à coup, j’ai senti le vélo basculer sur mon côté droit. Un bruit assourdissant a retenti derrière moi et la remorque s’est dégondée. J’ai appuyé sur les freins de toutes mes forces et j’ai fini sur le vélo pendant la chute. Je ne connais pas la raison de cet incident mais ce fut un moment très dangereux. » 
  • Tu es quelqu’un qui a un grand coeur et je suis admirative, quelle est ta profession ? Je suis sûre que tu exerces un métier humaniste.
KILLIAN : « Je réalise un Bachelor Qualité sécurité environnement à Brest et j’ai des missions de sécurité et environnement dans l’entreprise Elm Leblanc du groupe Bosch. Je suis également sapeur-pompier volontaire. » [⇒ « J’en étais sûre »… Mme Green]
  • Décris-nous rapidement les étapes de ton périple, tu es parti de Guipavas, du refuge de Coataudon, L’Arche de Noé ?
KILLIAN : « Oui je suis parti le 3 août 2020 à 12H de l’Arche de Noé de Brest direction Douarnenez. Je suis arrivé à 20h. Le lendemain matin, je suis parti direction Quimper puis Quimperlé. Les jours suivant : Lorient, Auray, Josselin, puis Pontivy pour faire réparer mon vélo. Après une pause pour reprendre des forces, je repars ce lundi à partir de Saint Malo. »
  • Qu’est ce qui permettrait aux gens de ne plus abandonner leur animal ?
KILLIAN : « Il existe plein de solutions pour diminuer les abandons : communication dans les établissements scolaires dès le plus jeune âge, communication “choc” d’images d’abandon, une justice plus ferme, un meilleur traçage des animaux et de leurs propriétaires… »
  • As-tu déjà commencé à récolter des dons ? Les gens sont-ils généreux ? Et à quoi sert cet argent concrètement ?
KILLIAN : « Une cagnotte est disponible depuis le site internet https://alaste.fr/ Des dons ont déjà été reversés mais nous avons encore besoin d’autres dons pour soutenir les refuges. 100% des dons sont reversés aux associations partenaires. Les personnes soutiennent beaucoup le projet mais trop peu sont donateurs malheureusement. »
  • Quels sont les prochains projets de l’association ?
KILLIAN : « Nous allons réaliser une étude sociale sur l’abandon des animaux en 2021. Sur les autres thématiques : sensibilisation contre le cyberharcèlement, nettoyage de plages, tour de France à vélo au profit de l’environnement… »

Que de belles idées ! Nous t’envoyons nos meilleures vibrations de chance, de force et de joie pour la fin de la boucle, en espérant que les gens comprennent enfin qu’un animal ne s’abandonne pas.

⇒ Pour faire un don à l’association (loi 1901) de Killian : https://alaste.fr/

⇒ Pour suivre ses aventures, voici sa page facebook.

« La bicyclette est l’une des rares inventions humaines qui ne servent qu’au bien ».

Paul Guth, romancier français (1910-1997)

Amicalement, Madame GREEN

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

 

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

 

De la techno guérisseuse : un album basé sur les fréquences sacrées

J’ai l’immense joie de vous présenter mon premier album techno qui inclut les 9 fréquences sacrées de guérison ancestrales. Pour comprendre d’où viennent ces fréquences spécifiques je vous envoie vers l’article écrit lors de la sortie du premier morceau de cet album.

Chaque morceau contient l’une de ces 9 fréquences et porte donc un numéro qui correspond à ladite fréquence. En écoutant ces morceaux, vous bénéficiez du bel impact de ces vibrations sacrées tout en faisant votre B.A. puisque je rappelle que le bénéfice de chaque vente sera reversé à l’association « Solidarité Migrants Wilson » créée autour du camp de réfugiés avenue Wilson à Saint-Denis. Il s’agit d’un collectif qui assure nourriture, informations et liens humains aux exilés et personnes à la rue, qui informe et alerte sur la situation des camps du Nord de Paris. Voici le lien de leur page facebook : https://www.facebook.com/Solidarit%C3%A9-migrants-Wilson-598228360377940/

Je passe en revue ces différentes fréquences en vous indiquant leurs pouvoirs ainsi qu’un lien vers le morceau correspondant. C’est mieux d’écouter au casque.

  • Fréquence 417 hertz : C’est la fréquence du changement. Elle a la puissance de se connecter à nos expériences négatives et de les changer. Elle permet de se connecter à une énergie inépuisable et de changer les schémas émotionnels qui nous sont nocifs.
  • Fréquence 174 hertz : elle efface les douleurs physiques et améliore notre vitalité. Elle permet un puissant sentiment de sécurité mentale et physique.
    Elle est souvent appelée « Fréquence d’Invulnérabilité » car sa vibration agit comme un bouclier. Ainsi, son écoute régulière vous protégera des vibrations et ondes négatives.
  • Fréquence 285 hertz : elle diminue le vieillissement cellulaire et musculaire, renouvelle les cellules souches, développe et tonifie les défenses immunitaires, répare la peau, les os et les articulations. Elle est aussi appelée « Vibration de Jouvence ». L’écouter régulièrement permettra à votre corps de mieux se renouveler.
  • Fréquence 396 hertz : « Saviez-vous qu’il a été prouvé que le fait d’écouter une seule et simple note de musique vibrant à 396 Hz pouvait libérer notre Être Intérieur, guérir nos blessures du passé ou effacer nos peurs ? Le ton Ut est un puissant stimulant de l’âme. Cette fréquence apporte la Libération et l’Harmonie dans notre vie. Il y a beaucoup de puissance curative avec cette fréquence, ainsi la structure de la molécule d’eau, la plus présente dans le corps humain, entre en résonance avec elle. Dans le Solfège Sacré, la Fréquence 396 est la fréquence initiale, originelle, celle par qui tout à commencé. Depuis plusieurs années, de nombreux spécialistes des troubles psychiques utilisent la fréquence 396 Hz pour aider leurs patients à faire table rase du passé et à se reconstruire. La fréquence de 396 Hz influence positivement nos centres énergétiques, produisant des effets physiques et psychiques de guérison. » (cf. le site zen-waves.com)
  • Fréquence 528 hertz : On l’appelle aussi la fréquence miraculeuse ! Rien que cela ! Elle a été utilisée par nombre de guérisseurs dans le passé. Elle est la fréquence de l’Amour qui rend tout possible. Nous, guérisseurs, soignons avec cette haute énergie de l’Amour, c’est d’ailleurs la couleur verte qui sort de nos mains pour ceux qui savent voir les auras (le chakra du coeur est vert). Cette fréquence a la capacité de restaurer notre ADN !
  • Fréquence 639 hertz : Elle permet d’équilibrer les relations. Cette fréquence rend les liens relationnels plus harmonieux. Elle peut résoudre les difficultés relationnelles à différents niveaux : familial, amical, professionnel… Cette fréquence peut aussi stimuler la communication des cellules avec leur environnement. Elle rend une personne plus communicative, compréhensive, tolérante et pleine d’amour ❤
  • Fréquence 741 hertz : Cette vibration éveille et active l’intuition, favorise l’expression de soi et nous aide à résoudre différents problèmes. De plus, elle élimine les toxines dans nos cellules ! Mc Jamalski (NYC) a fait tout un speech pour les réfugiés dans ce morceau, un grand merci à lui ❤
  • Fréquence 852 hertz : Cette fréquence éveille l’intuition comme le 741 hertz mais surtout elle ouvre au sentiment d’Amour inconditionnel ! Elle nous aide à voir au-delà des illusions…
  • Fréquence 963 hertz : Elle est la plus élevée de toutes ! Elle nous permet de nous connecter à l’énergie universelle (unis-vers-elle). Cette vibration est reliée à la Lumière. Elle permet d’exprimer notre authenticité dans un sentiment d’unité. Elle nous relie au Divin. Elle stimule la glande pinéale, siège du fameux 3ème oeil !

Un grand merci à Jamsh alias Fab Tayor pour son soutien et ses masterings 🙂

Anna Scheele ©Technosphere

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Walking Corona

"Où vont tous ces adultes dont pas un seul ne rit ?
Ils vont, bâillonnés, faire leurs courses en Caddy
Ou bien bosser d'arrache-pied pour les nantis
C'est un triste défilé, une macabre danse
La peur partout, rampante, suintante, rance
La propagande, les merdias qu'on ne peut plus croire
Nous vivons tous un moment crucial de l'Histoire
Un effondrement de nos sociétés trop grasses
Accompagné d'une sixième extinction de masse

Les Gates & Co veulent dominer l'humanité
Mais jamais nous n'abandonnerons la Liberté
Ces temps obscurs sont tout aussi lumineux
Des gens évoluent, deviennent radieux
Réalisent l'éternité, l'unité, la bonté du cœur
Et avancent sans peur vers un pur bonheur
Gaïa vibre de plus en plus haut, c'est scientifique et spirituel
Certains passent dans d'autres dimensions bien plus belles

Nous voilà en taule tout en payant le loyer
Nous enfermer, nous confiner, nous abuser
Alors qu'il aurait été si simple de dépister
Non ils mentent et créent la panique, c'est facile
Pour nous faire courber, nous rendre bien docile 
Mais les éveillés sont de plus en plus nombreux
Le monde peut s'unir et soumettre le ténébreux

C'est le moment d'évoluer, d'ouvrir notre cœur
Il est la clé d'or des dimensions supérieures,
Penser à travers lui, ascensionner encore, toucher la source pure, 
Y mettre toute notre âme, laisser tomber toutes les armures
Chasser l'ego bien formaté, cette raclure
Puis reconquérir notre puissance créatrice
Redevenir des êtres respectueux de la matrice
En oubliant les anciens schémas erronés,
Tous issus d'une 3D matérialiste usée."

Anna Green, 23 avril 2020 ©Technosphere

cloud-3961277_1920
– One Love -Photo ©Pixabay

Comment (bien) se protéger des virus : corona, grippe, etc.

Parce que je constate que le gouvernement s’en « lave les mains » de notre sort, je vous donne des indications naturelles et de bon sens afin de préserver votre précieuse santé. Je suis praticienne de santé naturelle (naturopathe) et nous avons des moyens simples et puissants pour rester en parfaite santé, peu importe le contexte d’épidémie ou pas. Cela a un rapport avec notre hygiène de vie : état émotionnel, sommeil, alimentation, aide par les plantes…Je rappelle aussi qu’un virus ne s’installe dans notre corps que si nos propres défenses ne font pas leur travail : « Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout. » (Louis Pasteur). Alors musclons notre système immunitaire !

Les conseils

🌟 La peur est la pire des émotions, elle effondre votre système immunitaire donc il faut absolument lui mettre un gros coup de pied au derrière. Quand nous éprouvons de la peur, les forces baissent et nous sommes en plus amenés à agir de façon irrationnelle. Les télévisions et radios « mainstream » font justement tout leur possible pour nous faire peur donc éteignez-les et renseignez-vous par d’autres sources (« Le fil d’actu » de Tatiana par exemple 😉 ). La peur empêche de bien dormir d’un sommeil réparateur et sans sommeil correct, cela affecte aussi nos globules blancs, qui assurent notre défense ! Donc on se détend, on se change les idées, on prend des pauses relax ! Voir aussi l’article sur les moyens d’élever ses vibrations. Vous saurez ainsi comment passer de la peur à la joie. Quand quelqu’un vibre haut, il est impossible de développer une maladie sauf cas génétiques !

🌟 Je rappelle qu’un petit masque en papier ne protège d’aucun virus ou microbes. En cas d’épidémie ce sont des masques avec des bords qui adhèrent à la peau que l’on utilise, pas de petits masques en papier : «Je n’ai jamais vu de rapports très convaincants sur l’utilisation des masques chirurgicaux contre le développement d’une épidémie», explique le Pr Antoine Flahaut, directeur de l’École des hautes études en santé publique dans le Figaro magazine de 2009 en évoquant la grippe A. Ils peuvent servir surtout à un malade qui va ainsi protéger son entourage mais pas à quelqu’un de sain qui souhaite se protéger. Le mieux est encore d’éviter les foules, les lieux publics, les sorties le temps que l’épidémie se calme.

🌟 Faites une cure d’environ 3 semaines de PROPOLIS ou d’ EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE (EPP) (suivre le dosage du fabricant). En pharmacie ou boutique bio.

🌟 On mise aussi sur les PROBIOTIQUES (lactobacilles) car 70% de notre système immunitaire se trouve dans la flore intestinale ! On utilise les probiotiques surtout si l’on est de santé fragile, malade, âgé ou affaibli par beaucoup de stress, une ancienne bronchite ou une maladie chronique comme le diabète. Les probiotiques se trouvent dans les yaourts, à raison de 1 à 2 par jour, des aliments lacto-fermentées type kéfir et choucroute ou dans les compléments alimentaires.

🌟 Vitamines C et D et toutes celles du groupe B (dans l’alimentation, sauf pour la vitamine D il faudra certainement l’acheter en complément si vous vivez en Europe car en fin d’hiver nous sommes souvent carencés ! ). Pour fixer la vitamine D n’oubliez pas de vous exposer un peu au soleil. Voyez-vous même quels aliments vous aimez et qui contiennent ces vitamines (la liste serait trop longue ici).

🌟 La diffusion d’huiles essentielles dans l’air chez vous ou au travail va aussi être très efficace : tea tree OU ravintsara OU eucalyptus radié OU romarin à cinéol. Pour cela il faut un diffuseur d’huiles essentielles, sinon vous pouvez en mettre sur les tapis, les canapés, les coussins…

🌟 Il est aussi possible d’appliquer ces huiles essentielles sur le corps : les poignets et le plexus solaire en friction. On peut aussi masser la plante des pieds et le dos. Vérifiez avant sur un petit coin de peau que vous n’avez pas de réaction allergique jusqu’au lendemain. déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes, aux bébés, aux personnes allergiques et aux asthmatiques.

🌟 Infusions de thym ou d’échinacée par exemple. Rappel : on ne fait jamais bouillir une infusion sinon nous tuons les principes actifs ! 👌💯

🌟 Pensez aussi aérer votre habitation et prendre l’air en marchant par exemple au milieu des arbres, notamment les pins / sapins qui sont remplis de terpènes, substances fortement immunisantes. Bien sûr éternuez au creux du coude !

🌟 Évitez de rendre visite aux personnes fragiles car vous pouvez être porteur sain, la période d’incubation du covid 19 étant de 14 jours, vous pouvez très bien avoir le virus sans qu’il ne se soit déclaré tout en le transmettant à des gens !

🌟 La prudence sera aussi d’éviter les foules, les lieux publics, les claviers partagés, les poignées de portes, les lieux climatisés, confinés, les piscines, les cinémas…

En prime vous avez droit à une recette très facile, peu chère et sans perturbateurs endocriniens comme dans les gels du commerce (j’ai vu que le marché noir du net vend très cher les flacons de gel).

RECETTE DU GEL DÉSINFECTANT POUR LES MAINS :

Dans un flacon propre (récupéré c’est très bien) :
🌟 25 ml de gel d’ALOE VERA (2 cuillères à soupe).
🌟 5 ml d’alcool à 70° ou de vodka (1 cuillère à café).
🌟 5 ml d’huile végétale (amande douce, jojoba, chanvre, olive : au choix, 1 cuillère à café).
🌟 10 gouttes d’huile essentielle de TEA TREE.
🌟 5 gouttes d’huile essentielle de RAVINTSARA ou de LAVANDE OFFICINALE.

Mélangez fortement tous les ingrédients : vous avez votre gel ! 😀
déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes, aux bébés, aux personnes allergiques et aux asthmatiques.
ne pas se frotter les yeux après application.
Mais sans gel le mieux est quand même un bon lavage de mains et poignets pendant environ 1 mn !

Je vous envoie mes meilleures vibes, votre dévouée,

Anna Scheele

©Technosphere2020 🌱🎶💫💓

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Pourquoi et comment manger des graines germées ?

Les graines germées, symbole de l’alimentation vivante, sont une magnifique source de protéines. Faciles à préparer, peu chères, très digestes crues, elles sont des aliments plein d’enzymes. Elles sont de vraies bombes nutritionnelles qui abondent en vitamines C, A, E, D, K, B et en minéraux (magnésium, calcium, fer, potassium, phosphore…). En plus, elles sont antioxydantes, remplies d’acides aminés et de fibres ! Par ailleurs, elles sont aussi bonnes pour notre Terre. En effet, si l’on compare avec les protéines animales, il faut des tonnes de graines et d’espace pour nourrir des animaux dont on mangera la viande alors que ces mêmes graines auraient suffi à nourrir « un département pendant quelques semaines… » (Nelly Grosjean, La cure zen détox aromatic, éditions 5mn, 2016).

Les Esséniens, peuple fascinant sur lequel j’affine mes connaissances afin de vous proposer un article sur eux, consommaient des graines germées il y a plus de 2000 ans et ceux qui ont entendu parler d’eux savent à quel point ils étaient évolués…

En tant qu’énergéticienne, je peux ressentir, rien qu’en voyant les graines germées, l’immense potentiel et bénéfices qu’elles nous apportent.

Quelles graines choisir ?

Le quinoa est enfantin à faire germer au fond d’une passoire en quelques heures ! Vous pouvez aussi faire germer des lentilles, des graines de tournesol, du sarrazin ainsi que d’autres graines comme l’alfalfa, le basilic, la roquette, le fenugrec, le radis, le chou, l’oignon, le brocoli, les petits pois, les haricots mungo, les pois chiches, l’épeautre, le poireau, le fenouil, le chou rouge, le soja…On en trouve dans toutes les biocoop ainsi que sur le net (toujours choisir des graines biologiques !)

Cela permet de varier les saveurs, les odeurs, les aspects.

Quels récipients ?

Il existe 2 types de graines et donc 2 types de germoir :

  • Les graines à mucilage (ou mucilagineuses) : qui deviennent gélatineuses (c’est le mucilage) au contact de l’eau : les graines de basilic, de roquette, de cresson (alénois et fontaine), de lin, de moutarde jaune, de chia, etc. Pour les faire germer, on utilise une coupelle de germination.
  • Les graines potagères que l’on fait germer dans un bocal germoir en verre. Ce bocal dispose de petits trous dans le couvercle afin que la graine dispose d’oxygène et d’un petit réceptacle afin de recueillir l’eau restant du rinçage journalier.

    graines bocal
    Graines d’Alfalfa germées (4 jours après la mise en bocal).

Comment faire ?

C’est simplissime : il suffit de laisser les graines tremper quelques heures dans de l’eau, puis de vider cette eau et de patienter quelques heures / jours (les indications sont sur les paquets de graines et dépendent de chaque variété). Bien les rincer chaque jour pour les graines potagères en bocal et arroser les graines à mucilage en coupelle avec un vaporisateur. Il est préférable de les cultiver dans une pièce claire mais à l’abri du soleil direct, pour qu’elles puissent développer de la chlorophylle. Un enfant en bas âge pourrait y arriver !

Comment les manger ?

Elles se consomment dès que le germe pointe et jusqu’à l’état de petites pousses généralement vertes. Tout se mange, même la racine. Il convient de les rincer une dernière fois avant de les savourer. On peut en manger une seule sorte ou bien les mélanger. Il existe bien des recettes, dont celles de grands chefs étoilés qui s’y sont mis figurez-vous et depuis longtemps ! Elles se consomment de préférence crues afin d’en conserver tous les bienfaits.

Je vais vous expliquer comment je fais en toute simplicité : j’en ajoute à toutes mes salades de crudités et taboulés (de chou-fleur, pas de semoule de blé !) comme si c’était de la salade justement ! J’en mixe avec la soupe (mais crues), j’en incorpore dans la garniture de nos galettes de sarrazin avec un filet d’huile de chanvre et du curry, je fais des omelettes en les ajoutant en fin de cuisson, elles décorent des toasts, elles s’invitent dans des rouleaux de printemps ou des nems, elles s’incorporent à toutes mes vinaigrettes, pâtés végétaux, rentrent dans la composition de sauces, de sandwiches. On peut aussi les broyer dans des jus de légumes ou de fruits. Il existe certainement bien d’autres idées, à vous d’en trouver et de laisser parler votre créativité. graines germées repas

Il n’existe pas, à ma connaissance de dose limite. On peut en manger par cures ou quand on en ressent le besoin. Personnellement, j’en mange tous les jours.

Nul besoin d’acheter les accessoires que vous voyez en photo (achetés en biocoop et sur des sites style germline ou nature et découvertes), on peut très bien les faire nous-mêmes, en évitant le plastique (le bisphénol A). Faire soi-même un bocal à germer

Bonne germination à vous ❤

Amicalement, Anne Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Changer de job ? Allez, on saute !

En tant que thérapeute, je rencontre énormément de gens en ce moment qui ne supportent plus leur travail et qui sont proches du burn-out voire complètement dedans. Cela est notamment dû à l’élévation générale des consciences, à un éveil global, à une élévation spirituelle qui nous pousse à ne plus travailler à des emplois qui ne nous conviennent pas, voire qui nous aliènent ou sont inutiles du point de vue collectif et ne servent pas le vivant en général. Notre monde actuel s’effondre complètement et nos âmes nous poussent à retrouver notre vrai chemin de vie, un chemin à l’opposé de la notion d’égo, de carrière, de l’individualisme ou du capitalisme.

Aujourd’hui plus que jamais, les énergies anciennes ne correspondent plus du tout au nouveau monde qui se met en place d’où les souffrances actuelles dans le milieu du travail notamment. Quand quelque chose s’écroule, disparaît, cela laisse place à un nouveau paradigme, un nouveau monde. Ce nouveau monde qui s’ouvre est une dimension supérieure à notre petite 3D, notre vieille petite matrice limitée, duelle et égocentrique. Ce nouveau monde va exiger de nous une authenticité et une ouverture totale du coeur. Si nous luttons contre ces nouvelles énergies, nous pouvons nous préparer à beaucoup souffrir. C’est pourquoi il faut lâcher l’ancien, laisser tomber les masques sans regret, sans haine, et plutôt le voir comme une opportunité merveilleuse : celle d’être enfin soi-même !

Que faire concrètement ?

Je vous conseille de prendre le temps de réaliser que nous avons été conditionnés depuis la naissance et que vous menez une existence probablement à côté de ce que vous devriez vraiment faire. Certains vont vivre une grande tristesse voire un sentiment de trahison. Une fois cette étape passée, parfois appelée « la nuit noire de l’âme » je vous conjure de laisser tomber vos peurs et votre mental affolé qui vous ruminent que « ce n’est pas raisonnable » de se remettre en question, de vouloir changer de vie, de travail, d’activité. Au contraire, écoutez-vous enfin vraiment : de quoi avez-vous besoin ? À quoi aspirez-vous ? Qui êtes-vous ? Quelle est votre vraie mission de vie ? Demandez à l’Univers des signes ! Et faites-lui confiance ! C’est cela le lâcher prise, c’est faire confiance à la vie, être dans la foi totale. Afin d’y voir plus clair, je vous conseille aussi de vous relier à la Terre et au Soleil puis de vous connecter à votre Coeur et vous sentirez forcément ce qui est bon pour vous.

Comment se connecter ?

Je vous délivre ici une jolie petite méditation à effectuer tous les matinsPetite méditation d’ancrage :

  • Au réveil, imaginez un fil d’or qui part de votre coeur et qui va rejoindre le centre de la Terre en passant par le bas du corps : donc ce fil se sépare en 2 au niveau des jambes et sort des pieds pour rejoindre le centre de la Terre : une immense pierre d’émeraude étincelante à laquelle vos fils d’or s’attachent.
  • Ensuite, pour la reliance à notre Soleil, faites de même en imaginant un fil d’or qui part de votre coeur afin de rejoindre le Soleil et se fixer à lui.
  • Enfin, 3ème étape de cette méditation d’ancrage : apprenez à respirer « par » le Coeur. Je m’explique : au lieu d avoir l’impression que l’air entre par le nez ou la bouche, imaginez que l’air entre et sort par le Coeur et ne pensez plus qu’à travers votre Coeur, pas à travers le mental, cette grosse voix qui gâche toujours tout…

poppies-4291706_1920

Pour vous aider à trouver des idées

Demandez-vous ce que vous feriez de vos journées si vous étiez immortel ou bien imaginez que je vous donne 2000 euros par mois : que feriez-vous de vos journées ? Les réponses seront certainement intéressantes…Quelles sont vos passions ? Qu’avez-vous toujours rêvé de faire ? Pour vous aider dans ce cheminement, vous pouvez aussi faire votre « Ikigaï »(méthode japonaise pour trouver sa voie, article technosphere ici avec lien à l’intérieur pour le faire gratuitement en ligne). Vous pouvez aussi, selon vos croyances, demander de l’aide à votre ange gardien qui n’attend que cela ou à des guides terrestres (coaches, mediums…), à des ancêtres ou à des êtres de Lumière (Archanges ou carrément à la Source !). L’invisible répond toujours sous forme de signes, à vous de les voir, de les réaliser, d’en avoir conscience, tout en sachant bien que rien n’est hasard.

Quand vous avez trouvé, faites confiance à la Vie, à l’Univers car en commençant à agir vous trouverez toujours de l’aide sous une forme ou une autre (« Aide-toi et le Ciel t’aidera ! »). Parfois, cela apparaît de façon totalement incroyable…Je vous donne un exemple personnel : il y a 3 ans, je démissionnais de mon travail de prof de lettres tout en sachant qu’en cas de démission je n’aurai pas de chômage. Je précise que j’élève seule mon enfant. Le cadeau est arrivé en créant ma microentreprise de webredaction (Technosphere) j’ai appris que mon employeur offrait une indemnité de création d’entreprise 🙂 Pas mal, non ? J’ai pu payer mes loyers, ma formation en naturopathie et avoir le temps de développer mes facultés en énergétique et musique. Le rêve pour moi. Et pourtant il a fallu lâcher un métier qui me passionnait au départ, les grandes vacances, la sûreté d’un emploi à vie mais tout cela ne correspondait plus du tout à mon âme, désireuse d’aider plus directement et encore plus de monde. Parfois j’ai flippé mais je forçais mon coeur à faire confiance à l’Univers, aux lois de la vie, au destin, à la chance, au karma et je m’alignais bien (grâce à ce lien Terre-Soleil). Quand un coeur est pur et sans masques il trouve toujours réconfort et abondance (l’abondance ne concerne pas que l’argent, loin de là !). À ce stade, entre aussi une grande loi de l’Univers qui est la Loi d’Attraction : on va attirer à soi ce que l’on vibre ! D’où l’importance de vibrer haut ! (voir article Comment élever ses vibrations).

Pour conclure

Je préconise un grand coup de pied magistral et définitif à la peur, cette émotion la plus basse qui soit. Au contraire, je conseille de vibrer la joie, la gratitude infinie dans cet éveil de votre âme et de se connecter au Soleil et à la Terre en passant par l’ouverture totale du coeur. Il faut aussi absolument faire taire le mental en se fixant dans le moment présent (pratique de la cohérence cardiaque et éventuellement de la méditation de pleine conscience). Avec cette « recette énergétique », vous passerez toutes les portes de l’élévation vers votre être véritable et votre chemin de vie. Vous serez enfin dans le vrai, vous connaîtrez jusqu’à la béatitude, l’agapè merveilleuse qui nous fait rendre grâce pour nos existences incarnées. Et c’est aussi de cette façon que peu à peu le monde redevient beau.

Votre dévouée, Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Merci à Asher Endokrin pour la photo d’en-tête 🙂

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Plus tu vibres haut, moins tu tombes malade !

Tout ce qui nous entoure est fréquences et énergies (cf. Tesla, Einstein, Kastler, Haramein…etc.). Nous émettons une fréquence, tout comme un chat, un arbre, une pierre, un lieu, un objet, une planète. Cette énergie est mesurable mais varie en permanence. C’est pourquoi, si vous allez voir un radiesthésiste sérieux il devra vous mesurer au moins 3 fois votre taux vibratoire puis en faire une moyenne.

Le taux vibratoire correspond à une intensité énergétique. Nous sommes composés d’énergie densifiée et nous vivons dans un «bain» d’énergie éthérée. Il y a interaction permanente entre ces différentes qualités de vibrations. Dans l’univers et sur cette planète, rien n’est neutre et immobile, au contraire ! Tout agit sur tout, tout vibre et ondule en permanence et tout est solidaire, relié. Si vous préférez, l’individualisme en énergétique n’existe pas, c’est pourquoi toute action de notre part agit sur ce qui nous entoure et le modifie. Il faudrait apprendre aux enfants dès leur plus jeune âge à veiller à la qualité de leurs pensées et de leurs paroles puisque l’on sait que cela impacte le taux vibratoire et les énergies qui l’entourent ! Nos pensées sont par ailleurs facilement captées par des électroencéphalogrammes (ou mieux encore, le magnétoencéphalogramme) qui démontrent qu’elles génèrent un champ d’énergie. On savait que nos cellules vibraient depuis les recherches du physicien russe Lakovsky dans les années 1920, recherches confirmées dans les années 1960 par un autre physicien, Fröhlich, un Anglais, prix Nobel, qui a confirmé les travaux de Lakovsky : «Oui, les cellules émettent des champs électromagnétiques.»

En Russie par exemple, la médecine vibratoire est officielle et l’utilisation de l’appareil « Mora » (appareil de biorésonance) est courante. Le Mora, de l’ingénieur et du médecin Morell et Rasch, mesure le taux vibratoire de chaque organe et en cas de vibration inadéquate, le Mora sait y remédier grâce à un procédé d’inversion de phase à 180° qui correspond à un antidote électrophysique ! Le Mora fait vibrer correctement vos cellules !

Mais la pensée ! Vibrante ! Cela est difficile à croire et pourtant l’influence de nos pensées et de nos émotions sur le corps a été démontrée par l’Institute of Heartmath en Californie qui a notamment prouvé que les émotions et les pensées modulaient le rythme cardiaque et le signal électromagnétique du coeur ! Audrey Mouge évoque le travail de cet institut et explique dans son livre¹ que :

« Chaque battement du coeur produit une impulsion électrique envoyée au reste du corps. Ce courant électrique transitant par un conducteur – le sang – crée ce champ électromagnétique. Son signal rythmique et électromagnétique est de loin le plus puissant puisqu’il est, par exemple, cinq mille fois plus fort que celui produit par le cerveau. Tous les signaux que produit le coeur ont une importance régulatrice pour le reste du corps. Non seulement son champ imprègne chacune de nos cellules mais il iradie également à l’extérieur de nous-mêmes. À tel point qu’il peut être mesuré jusqu’à une distance de trois mètres au moyen de détecteurs sensibles, les magnétomètres. Ce qu’on appelle le champ peut aussi être vu comme une onde porteuse d’informations. Le travail de l’Institute of Heartmath a clairement démontré que l’onde d’information du coeur était modulable par des modèles émotionnels. « Si l’on se sent en colère, frustré ou irrité, l’information qui est exprimée sur ce champ magnétique sera très différente que si l’on ressent de l’attention, de l’amour ou de la compassion, explique Rollin McCraty, directeur de recherche dans cet institut. Les émotions négatives comme la colère, l’irritation ou l’anxiété créent ce qu’on appelle des rythmes incohérents ou des modèles désordonnés. Les émotions positives, comme l’amour, le pardon, la gratitude amènent toutes à un rythme cardiaque ordonné. Lorsque nous apprécions la beauté d’un coucher de soleil, par exemple, notre coeur bat également à un rythme cohérent. or, la cohérence est l’état physiologique optimal qui facilite les processus naturels de régénération du corps. »²

Voici à ce propos un article que j’ai écrit sur la pratique de la « cohérence cardiaque » qui est simple et puissante !

Comment mesurer un taux vibratoire ?

Grâce à un radiesthésiste ou un magnétiseur habitué à pratiquer cela. Nous utilisons un pendule et une planche visuelle, le pendule pointe vers le taux vibratoire que l’on veut mesurer. Cette mesure se fait en unités Bovis. L’idéal est d’essayer d’atteindre un taux vibratoire de 12 500 UB (unités Bovis) pour rester en bonne santé.

unité bovis échelle - cadran
Mais je dois avouer que la mesure Bovis n’est pas absolument essentielle car nos émotions, nos sentiments et notre forme physique sont nos meilleurs « baromètres » énergétiques. Des émotions négatives comme la colère, l’anxiété, la jalousie, le doute ou la pire : la peur nous montrent clairement qu’il y a un manque d’harmonisation énergétique et que nous vibrons bas. Si nous réussissons à identifier le problème, nous pourrons changer la source de cette perturbation émotionnelle et avancer dans la vie en bonne santé émotionnelle et donc en bonne santé physique.

En choisissant d’évoluer vibratoirement, vous allez progresser sur le plan émotionnel, spirituel et physique mais vous allez également élever le taux vibratoire de votre entourage, par effet de résonance !

Un autre baromètre de la santé : la mesure des niveaux de conscience

David Hawkins, docteur en médecine, psychiatre, physicien, chercheur et conférencier de renommée mondiale et prix Nobel Linus Pauling a plusieurs fois expliqué lors de ses dizaines de conférences qu’en voyant le patient, il connaissait déjà la cause de la maladie.

Ce médecin, célèbre pour ses travaux sur la vibration et les niveaux de conscience, classe les émotions en fonction de leur fréquence.

Voici ce qu’il dit :  » Beaucoup de gens tombent malades parce qu’ils n’ont pas d’amour, ils n’ont que la douleur et la frustration. Les personnes ayant des fréquences de vibration inférieures à 200 sont facilement malades. » (La fréquence vibrationnelle est communément appelée « champ électromagnétique ».)

echelle-de-conscience-de-hawkins-mon-carre-de-sable

David Hawkins a découvert que les personnes qui sont malades ont presque toutes des pensées négatives. Quelles sont les pensées qui ont des fréquences de vibration en dessous de 200 ? Les gens qui aiment réclamer, critiquer, accuser et avoir la haine des autres vibrent très bas et naturellement, ces personnes acquièrent facilement de nombreuses maladies différentes comme des cancers, des maladies cardiaques et vasculaires, toutes sortes de dépressions et autres dégénérescences dont je préfère taire le nom. Attention il existe d’autres causes aux maladies comme la génétique, l’alimentation ou l’environnement dans lequel nous vivons (pollutions de toutes sortes).

Hawkins témoigne que dans ce monde, la plus grande fréquence de vibration qu’il ait constatée était de 700. Quand une personne qui vibre haut apparaît, son énergie affecte le champ magnétique positivement. Inversement, quand une personne a beaucoup de pensées négatives, non seulement elle se rend malade mais en plus elle affecte (infecte ?!) aussi le champ magnétique environnant. En tant que magnétiseuse, j’explique à mes consultants comment se protéger de ces basses vibrations et comment augmenter les siennes propres.

Je concluerais en réaffirmant que les pensées et les émotions ont une grande influence sur la santé. Je vous suggère donc d’augmenter peu à peu la qualité de vos pensées et de vos émotions. J’ai justement écrit un Article qui vous explique comment élever ses vibrations !

❤ ❤ ❤

Notes : ¹ Mouge Audrey et Allix Stéphane, Le pouvoir guérisseur de l’Amour, une enquête aux frontières du divin, éditions La Martinière, 2015.

² The Living Matix, documentaire américain rélaisé par Greg Becker et Harry Massey, Emaginate Productions, 2009.

David R Hawkins, Letting go : The Pathway of Surrender, Hay House Inc, 2012

Votre dévouée, Anne Marguerite Scheele / Baraou ©Technosphere 2020

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00