Comment se protéger des énergies négatives en 2 secondes

Cette technique énergétique est très puissante, simple et de plus en plus efficace au fur et à mesure des utilisations.

Elle vous sera utile surtout dans les espaces publics ou bien en présence de quelqu’un qui vampirise votre énergie (vous savez bien que certains individus peuvent nous « vider »)…

Il suffit de visualiser tout autour de vous une bulle transparente de lumière or et diamant avec une dominante de couleur violette. Vous le savez maintenant que les couleurs sont des fréquences, donc des vibrations. Le violet est protecteur.

Sachez que tout ce que l’on visualise se met à exister sur le plan astral. Vous créez donc un rempart. Cette forme doit être bien fermée, vous pouvez même imaginer un « clic » lors de sa fermeture. Cette bulle doit être plus large que vous et bien envelopper votre aura. Sa forme peut donc être ovoïde ou ronde et donc plus vaste que vous.

Je vous conseille, ainsi que le fait mon professeur à ce sujet, Serge Boutboul, de visualiser dans votre coque protectrice une petite ouverture d’environ 10 cm au niveau du 3ème oeil car cela permet de maintenir notre intuition.

Cette coque est créée une fois pour toutes et se renforcera au fur et à mesure des utilisations.

Cette protection dure environ 3h.

Pour les énergéticiens, sachez que cette protection laisse passer les énergies cosmiques et telluriques dont nous avons besoin pour soigner. Nos mains restent dans la coque, tandis que les énergies vont bien vers votre patient. Cependant, aucune charge négative ne revient vers vous puisque vous êtes protégés.

Avec le temps et en fonction de votre avancée spirituelle, il se peut que vous n’ayez plus besoin de coque protectrice puisque le simple fait d’irradier beaucoup de lumière (de vibrer sur de hautes fréquences), vous protègera de fait et cela bénéficiera aussi aux gens qui vous côtoient.

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2020

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté totale dans l’écriture. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

 

Nantes devient un potager XXL !

25 000 m² répartis sur 50 sites de la ville de Nantes ont été bichonnés pour recevoir semis et plants. Des serres, des jardins partagés, des zones de gazon inutiles sont ensemencés…Peut-être bientôt des fraises cours Cambronne et des patates aux Douves du château, une touffe de persil devant le bahut et des haricots derrière la gare ? C’est bien l’idée qui a germé au sein des locaux du SEVE (service des espaces verts de la ville) et du CCAS (centre communal d’action sociale).

Baptisé « Paysages Nourriciers« , ce projet est né de la situation liée au covid 19 : « La crise a précipité de nombreux foyers dans la précarité : perte d’emploi, de salaire, détresse sociale et alimentaire… Les associations d’aide alimentaire, qui voient affluer de plus en plus de familles n’ayant plus les moyens de se nourrir et d’accéder à une alimentation saine et de qualité, tirent la sonnette d’alarme », explique Johanna Rolland, maire de Nantes. (Journal « Métropole de Nantes »).

L’alarme a bien été entendue : « Plutôt que de créer un événement sur un seul site, comme souvent l’été, on s’est dit qu’on avait un rôle à jouer dans cette période pas simple », raconte Romaric Perrocheau, responsable du SEVE, au journal Ouest France.

Le projet est d’envergure. Au total, le SEVE espère ramasser 25 tonnes de légumes qui seront distribués aux familles en difficulté via notamment la Banque alimentaire, le Secours populaire, les Restos du cœur et les associations de quartier.

Nantes devient la seule ville à ma connaissance à posséder un potager aussi immense, même Paris ne lui arrive pas à la cheville avec son projet de « plus grande ferme urbaine au monde » d’une surface de 14.000 m2 sur le toit du nouveau hall du Parc des Expositions au coeur du 15ème arrondissement. D’autant que le projet parisien n’a rien de solidaire car il sera géré par des maraîchers qui vendront leurs produits.

Ainsi, à Nantes, « environ 1 000 foyers pourraient recevoir environ 25 kg de légumes chacun, au fil des récoltes. Selon les variétés, les légumes seront récoltés entre juillet et octobre, avec le soutien des habitants volontaires et de bénévoles d’associations nantaises. » (Journal « Métropole de Nantes »).

Et cerise sur le gâteau, plusieurs jardins partagés s’engagent également à offrir leurs surplus de légumes. Elle n’est pas splendide la nature humaine parfois ?

Au total, à Nantes, ce sont donc 50 lieux de production répartis dans les 11 quartiers de la ville qui accueilleront ces potagers solidaires. Autre merveille : tout est naturel et local, sans aucun pesticide, garantit le SEVE qui s’est fait conseiller par des spécialistes de la permaculture pour mener à bien cette opération solidaire. Au total, 10 000 plantes potagères sont plantées en ce moment ! Pour télécharger la carte des 50 sites des « Paysages nourriciers » c’est ici.

Et attendez ! Pour parfaire le tout, Nantes a aussi mis en place un système de collecte des déchets organiques et de composteurs collectifs ce qui allège les poubelles tout en créant du compost afin d’enrichir toutes ces cultures. Ah ! C’est merveilleux !

Cependant, l’idée n’est pas nouvelle

Surtout dans la ville de Nantes qui compte déjà beaucoup de jardins partagés et d’associations comme Incroyables Comestibles Nantes ou Ça pousse en Amont ou encore Collectif Permaculture 44.

Elle est encore moins nouvelle si l’on observe l’Histoire. En effet, la gestion en commun de terrains vacants fut souvent dictée par des périodes de crises économiques et des guerres : évoquons les « Liberty Gardens » de la 1ère guerre mondiale et les « Victory Gardens » de la 2ème guerre mondiale. Encore plus tôt, au Moyen-âge, en Europe, toutes les terres étant détenues par des Seigneurs, des communautés de villageois se rebellent et se rassemblent sur des terres collectives afin de défendre leurs droits d’usage.

Plus proche de nous dans le temps, c’est aussi ce que firent des mères de famille anglaises en détresse, en 2008, à Todmorden, une ville industrielle ruinée de 14 000 habitants au nord de Manchester. Sur fond de grave crise économique, ces mamans bien inspirées décidèrent d’agir sur le front crucial de la nourriture en créant les « Incroyables comestibles« , ces fruits et légumes cultivés localement par l’ensemble des habitants en pleine ville ! Chaque citoyen entretient bénévolement un carré de terre pour la collectivité et se sert donc gratuitement. En trois mois, la petite ville devient autosuffisante en légumes !

Officiellement apparus en France en 2011, les « Incroyables comestibles » français sont exportés par François Rouillay, séduit par l’idée de partage après une visite à Todmoren. Depuis, des dizaines de communes ont rejoint le mouvement à Lyon, Marseille ou Chartres, j’ai même vu des plants de tomates en libre service au bord d’un trottoir à Douarnenez, au fin fond du Finistère. Autonomes et participatifs, les potagers urbains offrent une nouvelle vision de la consommation…

Incroyable-Comestibles-food-giveaway
©Incroyables comestibles

L’agriculture urbaine, l’avenir des villes

Potagers verticaux, aquaponie, espaces urbains en friche transformés en potagers, toits plats aménagés voilà autant d’idées dont s’emparent de plus en plus les associations, les élus, les spécialistes de l’agriculture urbaine, les architectes paysagistes afin d’anticiper pénurie alimentaire éventuelle et crise économique toujours bien présente. Privilégier les circuits courts, recréer du lien social, les avantages valent plus cher que de l’or. En terme d’infrastructure, les potagers peuvent aussi servir la ville : à New York, l’agriculture sur les toits est rémunérée par la municipalité au nom de ses effets sur l’écrêtage des pics de ruissellement de l’eau de pluie…En d’autres termes, l’agriculture sur les toits évite de changer la taille des tuyaux de la ville !

Ces projets n’ont donc rien de « bobos » comme ils ont pu être définis par le passé mais sont intelligents, solidaires, bienveillants. Cela est un rêve pour moi qui utilise souvent le slogan « Just green it » et qui en ai fait un morceau techno l’an dernier Clip par Merlin basé sur un jeu vidéo que vous reconnaîtrez peut-être 😉 « Just green it »

Nous ne pouvons qu’espérer que nos villes seront de plus en plus nombreuses à adopter ce genre d’initiatives. C’est de cela dont nous avons besoin : de nourriture saine, d’amplitude financière, de proximité sociale, d’ancrage à la terre, d’exercice physique…

Anne de Bretagne, du haut de sa tour nantaise, est certainement très fière de voir sa population se préparer à vivre dans l’abondance.

Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Walking Corona

"Où vont tous ces adultes dont pas un seul ne rit ?
Ils vont, bâillonnés, faire leurs courses en Caddy
Ou bien bosser d'arrache-pied pour les nantis
C'est un triste défilé, une macabre danse
La peur partout, rampante, suintante, rance
La propagande, les merdias qu'on ne peut plus croire
Nous vivons tous un moment crucial de l'Histoire
Un effondrement de nos sociétés trop grasses
Accompagné d'une sixième extinction de masse

Les Gates & Co veulent dominer l'humanité
Mais jamais nous n'abandonnerons la Liberté
Ces temps obscurs sont tout aussi lumineux
Des gens évoluent, deviennent radieux
Réalisent l'éternité, l'unité, la bonté du cœur
Et avancent sans peur vers un pur bonheur
Gaïa vibre de plus en plus haut, c'est scientifique et spirituel
Certains passent dans d'autres dimensions bien plus belles

Nous voilà en taule tout en payant le loyer
Nous enfermer, nous confiner, nous abuser
Alors qu'il aurait été si simple de dépister
Non ils mentent et créent la panique, c'est facile
Pour nous faire courber, nous rendre bien docile 
Mais les éveillés sont de plus en plus nombreux
Le monde peut s'unir et soumettre le ténébreux

C'est le moment d'évoluer, d'ouvrir notre cœur
Il est la clé d'or des dimensions supérieures,
Penser à travers lui, ascensionner encore, toucher la source pure, 
Y mettre toute notre âme, laisser tomber toutes les armures
Chasser l'ego bien formaté, cette raclure
Puis reconquérir notre puissance créatrice
Redevenir des êtres respectueux de la matrice
En oubliant les anciens schémas erronés,
Tous issus d'une 3D matérialiste usée."

Anna Green, 23 avril 2020 ©Technosphere

cloud-3961277_1920
– One Love -Photo ©Pixabay

Plus tu vibres haut, moins tu tombes malade !

Tout ce qui nous entoure est fréquences et énergies (cf. Tesla, Einstein, Kastler, Haramein…etc.). Nous émettons une fréquence, tout comme un chat, un arbre, une pierre, un lieu, un objet, une planète. Cette énergie est mesurable mais varie en permanence. C’est pourquoi, si vous allez voir un radiesthésiste sérieux il devra vous mesurer au moins 3 fois votre taux vibratoire puis en faire une moyenne.

Le taux vibratoire correspond à une intensité énergétique. Nous sommes composés d’énergie densifiée et nous vivons dans un «bain» d’énergie éthérée. Il y a interaction permanente entre ces différentes qualités de vibrations. Dans l’univers et sur cette planète, rien n’est neutre et immobile, au contraire ! Tout agit sur tout, tout vibre et ondule en permanence et tout est solidaire, relié. Si vous préférez, l’individualisme en énergétique n’existe pas, c’est pourquoi toute action de notre part agit sur ce qui nous entoure et le modifie. Il faudrait apprendre aux enfants dès leur plus jeune âge à veiller à la qualité de leurs pensées et de leurs paroles puisque l’on sait que cela impacte le taux vibratoire et les énergies qui l’entourent ! Nos pensées sont par ailleurs facilement captées par des électroencéphalogrammes (ou mieux encore, le magnétoencéphalogramme) qui démontrent qu’elles génèrent un champ d’énergie. On savait que nos cellules vibraient depuis les recherches du physicien russe Lakovsky dans les années 1920, recherches confirmées dans les années 1960 par un autre physicien, Fröhlich, un Anglais, prix Nobel, qui a confirmé les travaux de Lakovsky : «Oui, les cellules émettent des champs électromagnétiques.»

En Russie par exemple, la médecine vibratoire est officielle et l’utilisation de l’appareil « Mora » (appareil de biorésonance) est courante. Le Mora, de l’ingénieur et du médecin Morell et Rasch, mesure le taux vibratoire de chaque organe et en cas de vibration inadéquate, le Mora sait y remédier grâce à un procédé d’inversion de phase à 180° qui correspond à un antidote électrophysique ! Le Mora fait vibrer correctement vos cellules !

Mais la pensée ! Vibrante ! Cela est difficile à croire et pourtant l’influence de nos pensées et de nos émotions sur le corps a été démontrée par l’Institute of Heartmath en Californie qui a notamment prouvé que les émotions et les pensées modulaient le rythme cardiaque et le signal électromagnétique du coeur ! Audrey Mouge évoque le travail de cet institut et explique dans son livre¹ que :

« Chaque battement du coeur produit une impulsion électrique envoyée au reste du corps. Ce courant électrique transitant par un conducteur – le sang – crée ce champ électromagnétique. Son signal rythmique et électromagnétique est de loin le plus puissant puisqu’il est, par exemple, cinq mille fois plus fort que celui produit par le cerveau. Tous les signaux que produit le coeur ont une importance régulatrice pour le reste du corps. Non seulement son champ imprègne chacune de nos cellules mais il iradie également à l’extérieur de nous-mêmes. À tel point qu’il peut être mesuré jusqu’à une distance de trois mètres au moyen de détecteurs sensibles, les magnétomètres. Ce qu’on appelle le champ peut aussi être vu comme une onde porteuse d’informations. Le travail de l’Institute of Heartmath a clairement démontré que l’onde d’information du coeur était modulable par des modèles émotionnels. « Si l’on se sent en colère, frustré ou irrité, l’information qui est exprimée sur ce champ magnétique sera très différente que si l’on ressent de l’attention, de l’amour ou de la compassion, explique Rollin McCraty, directeur de recherche dans cet institut. Les émotions négatives comme la colère, l’irritation ou l’anxiété créent ce qu’on appelle des rythmes incohérents ou des modèles désordonnés. Les émotions positives, comme l’amour, le pardon, la gratitude amènent toutes à un rythme cardiaque ordonné. Lorsque nous apprécions la beauté d’un coucher de soleil, par exemple, notre coeur bat également à un rythme cohérent. or, la cohérence est l’état physiologique optimal qui facilite les processus naturels de régénération du corps. »²

Voici à ce propos un article que j’ai écrit sur la pratique de la « cohérence cardiaque » qui est simple et puissante !

Comment mesurer un taux vibratoire ?

Grâce à un radiesthésiste ou un magnétiseur habitué à pratiquer cela. Nous utilisons un pendule et une planche visuelle, le pendule pointe vers le taux vibratoire que l’on veut mesurer. Cette mesure se fait en unités Bovis. L’idéal est d’essayer d’atteindre un taux vibratoire de 12 500 UB (unités Bovis) pour rester en bonne santé.

unité bovis échelle - cadran
Mais je dois avouer que la mesure Bovis n’est pas absolument essentielle car nos émotions, nos sentiments et notre forme physique sont nos meilleurs « baromètres » énergétiques. Des émotions négatives comme la colère, l’anxiété, la jalousie, le doute ou la pire : la peur nous montrent clairement qu’il y a un manque d’harmonisation énergétique et que nous vibrons bas. Si nous réussissons à identifier le problème, nous pourrons changer la source de cette perturbation émotionnelle et avancer dans la vie en bonne santé émotionnelle et donc en bonne santé physique.

En choisissant d’évoluer vibratoirement, vous allez progresser sur le plan émotionnel, spirituel et physique mais vous allez également élever le taux vibratoire de votre entourage, par effet de résonance !

Un autre baromètre de la santé : la mesure des niveaux de conscience

David Hawkins, docteur en médecine, psychiatre, physicien, chercheur et conférencier de renommée mondiale et prix Nobel Linus Pauling a plusieurs fois expliqué lors de ses dizaines de conférences qu’en voyant le patient, il connaissait déjà la cause de la maladie.

Ce médecin, célèbre pour ses travaux sur la vibration et les niveaux de conscience, classe les émotions en fonction de leur fréquence.

Voici ce qu’il dit :  » Beaucoup de gens tombent malades parce qu’ils n’ont pas d’amour, ils n’ont que la douleur et la frustration. Les personnes ayant des fréquences de vibration inférieures à 200 sont facilement malades. » (La fréquence vibrationnelle est communément appelée « champ électromagnétique ».)

echelle-de-conscience-de-hawkins-mon-carre-de-sable

David Hawkins a découvert que les personnes qui sont malades ont presque toutes des pensées négatives. Quelles sont les pensées qui ont des fréquences de vibration en dessous de 200 ? Les gens qui aiment réclamer, critiquer, accuser et avoir la haine des autres vibrent très bas et naturellement, ces personnes acquièrent facilement de nombreuses maladies différentes comme des cancers, des maladies cardiaques et vasculaires, toutes sortes de dépressions et autres dégénérescences dont je préfère taire le nom. Attention il existe d’autres causes aux maladies comme la génétique, l’alimentation ou l’environnement dans lequel nous vivons (pollutions de toutes sortes).

Hawkins témoigne que dans ce monde, la plus grande fréquence de vibration qu’il ait constatée était de 700. Quand une personne qui vibre haut apparaît, son énergie affecte le champ magnétique positivement. Inversement, quand une personne a beaucoup de pensées négatives, non seulement elle se rend malade mais en plus elle affecte (infecte ?!) aussi le champ magnétique environnant. En tant que magnétiseuse, j’explique à mes consultants comment se protéger de ces basses vibrations et comment augmenter les siennes propres.

Je concluerais en réaffirmant que les pensées et les émotions ont une grande influence sur la santé. Je vous suggère donc d’augmenter peu à peu la qualité de vos pensées et de vos émotions. J’ai justement écrit un Article qui vous explique comment élever ses vibrations !

❤ ❤ ❤

Notes : ¹ Mouge Audrey et Allix Stéphane, Le pouvoir guérisseur de l’Amour, une enquête aux frontières du divin, éditions La Martinière, 2015.

² The Living Matix, documentaire américain rélaisé par Greg Becker et Harry Massey, Emaginate Productions, 2009.

David R Hawkins, Letting go : The Pathway of Surrender, Hay House Inc, 2012

Votre dévouée, Anne Marguerite Scheele / Baraou ©Technosphere 2020

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€2,00

Idée gratuite pour semer ses graines

Vous récupérez vos coquilles d’oeufs cassées en deux et vous les laissez bouillir 3mn afin d’éliminer les bactéries. Percez ensuite un petit trou de drainage au fond de la coquille à l’aide d’une aiguille ou équivalent et placez-les dans une boîte d’oeufs vide. Quand la boîte est pleine, vous remplissez de terreau de semis ou de terre légère aux 2/3 vos demi-coquilles. Il ne vous reste qu’à y placer votre petite graine qui sera heureuse de germer bien à l’abri. Bien sûr vous respectez les conseils de germination liés à chaque variété et vous arrosez régulièrement vos petites coquilles que vous aurez placées à la lumière.

Écrivez sur la coquille avec un feutre indélébile le nom du plant que vous avez semé.

Les coquilles contiennent des nutriments utiles à la jeune pousse comme du calcium et des sels minéraux donc les plants seront plus costauds que ceux qui auront germé dans un simple petit godet.

Il ne vous restera qu’à « planter » la coquille à l’emplacement souhaité en prenant soin d’écraser légèrement le fond afin que les racines trouvent leur chemin dans le sol. Enfin, la coquille est complètement biodégradable donc totalement écologique. C’est simple, efficace et gratuit.

Merci la nature 🙂 agatha omg

Coeurdialement, Anne Scheele ©Technosphere 2019

Vaincre la fatigue grâce à la naturopathie

La fatigue est l’une des causes les plus courantes qui pousse les gens à consulter. D’ailleurs, il n’y a jamais eu autant de « burn out » ( épuisement physique et nerveux) qu’aujourd’hui. Un médecin traditionnel « ne trouvera pas l’origine de votre fatigue dans plus de la moitié des cas » (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018) or, sans savoir pourquoi vous êtes si éreinté, vous aurez beaucoup moins de chances d’aller mieux. Heureusement, la fatigue disparaît souvent mais quand elle s’installe durablement, que faire ?

Il faut savoir que la fatigue n’est pas une maladie à proprement parler, elle est : « un état physiologique consécutif à un effort prolongé, à un travail physique ou intellectuel intense et se traduisant par une difficulté à continuer cet effort ou ce travail. » (dictionnaire Larousse). Mais se sentir harassé peut aussi être lié à d’autres causes comme :

  • Le stress : grand mal de nos sociétés capitalistes…et c’est avec lui que le « burn out » est à redouter. Le stress vous empêche de bien dormir, monopolise votre énergie vitale, il vous épuise.
  • Un dysfonctionnement organique comme un dérèglement de la thyroïde.
  • Une carence alimentaire : un manque de fer, une carence en vitamine D ou une hypoglycémie.
  • Des effets secondaires de médicaments (surtout les antidépresseurs, les anxiolytiques et…les somnifères !)
  • Des apnées du sommeil : « 4 à 5% de la population seraient concernée » ( (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018).
  • Une intolérance alimentaire, en effet, l’inflammation chronique des intestins entraîne une stimulation excessive des défenses immunitaires qui nous fatigue ! Des tests sanguins (bilan des IgG) peuvent être réalisés chez le médecin ou le naturopathe ainsi que chez des micronutritionnistes.

Quand l’origine de la fatigue est identifiée, vous avez la possibilité de soutenir votre rétablissement à l’aide de plantes. Certaines vont être mieux adaptées à une fatigue physique, d’autres à une fatigue plus intellectuelle, psychique ou nerveuse. Pour éviter de choisir, 2 plantes sont idéales : la RHODIOLE et l’ÉLEUTHÉROCOQUE.

LA RHODIOLE permet de résister à toutes sortes de stress avec une adaptation rapide (plante dite « adaptogène ») sur les deux plans physiologique et psychique. La légende dit qu’elle offrait leur force aux Vikings…Des études ont aussi montré sa grande efficacité en cas de « burn-out ». Elle rend l’humeur bien meilleure aussi car elle favorise la production de dopamine et de sérotonine dans le cerveau. Attention cette plante est contre-indiquée en cas de bipolarité et chez les femmes enceintes ou allaitantes. La rhodiole existe en comprimés secs. Ne jamais la prendre après midi car elle pourrait vous empêcher de dormir.

L’ÉLEUTHÉROCOQUE est aussi une plante adaptogène, utilisée en Chine depuis des millénaires. On l’appelle aussi le « ginseng de Sibérie ». Ses racines ont de très grandes propriétés thérapeutiques : elles permettent à l’organisme de se défendre contre toutes sortes d’agressions physique, psychique, climatique ou microbienne. Particulièrement intéressante chez les personnes âgées. Cette plante est déconseillée aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes et en cas d’hypertension artérielle. Comme la rhodiole, ne pas la consommer l’après-midi.

Par ailleurs, d’autres plantes vous correspondent peut-être plus spécifiquement :

LE GINSENG, « panax ginseng » signifie carrément « la panacée » : autant dire qu’il est royal pour combattre la fatigue. Également utilisée depuis des millénaires en Chine, il est connu pour prolonger la vie et conserver une bonne santé. C’est aussi une plante adaptogène qui saura donc s’adapter à vous et à vos besoins spécifiques. Elle est anti-fatigue et rééquilibre le système nerveux. Elle permet de retrouver assez vite du tonus ainsi qu’une meilleure concentration. le ginseng protège les neurones et améliore la mémoire. Attention le ginseng peut avoir une action hormonale de type oestrogénique, il est donc à éviter chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez les gens qui souffrent d’un cancer hormono-dépendant. Attention aussi car le ginseng peut ouvrir l’appétit et pris de façon trop importante ou longue, il peut créer des poussées artérielles. Comme les plantes précédentes, il faut éviter de le prendre en seconde partie de journée.

Racines de ginseng

Le BACOPA est très connu en Inde dans la médecine ayurvédique, qui est l’équivalent de notre naturopathie européenne. Il dispose de propriétés neuroprotectrices qui améliorent donc les fonctions du cerveau et il est aussi actif sur le plan de la fatigue physique provoquée par un effort intense. Ses effets apparaissent au bout de quelques semaines donc il faut être patient…Cette plante est déconseillée au femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’en cas d’obstruction des voies urinaires.

LE GINKGO est le plus ancien arbre existant. Il a survécu à toutes les extinctions de masse. Les Chinois là aussi ont compris depuis 2000 ans l’intérêt de le consommer.

Le ginkgo dispose de propriétés antioxydantes puissantes sur la paroi vasculaire et améliore le flux sanguin (surtout au niveau de la microcirculation). Puisqu’il améliore la transmission nerveuse, il est souvent employé dans le cadre de démences et de déclin cognitif. De plus, « en 2002, une étude russe a précisé ses propriétés antiasthéniques chez des sujets atteints de troubles psychogènes post-traumatiques » ( (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018).

Des solutions pour la convalescence

Après une maladie nous ressentons une fatigue qui peut être vaincue par l’ingestion de microalgues et de plantes médicinales. Les microalgues idéales sont la CHLORELLE et la SPIRULINE

Ces algues sont des organismes vivants qui existent depuis des milliards d’années et qui étaient devenues les aliments de base des Aztèques en Amérique centrale ou des Kanembous au Tchad qui avaient compris leur puissance énergétique. En effet, les analyses contemporaines confirment leur richesse incroyable en protéines, oligo-éléments, vitamines, minéraux, pigments protecteurs et acides gras essentiels. Ces algues viennent donc aider grandement les fatigues physique, mentale et le stress oxydatif ! Attention au lieu de provenance des algues car elles captent toute la pollution ambiante dont les métaux lourds ! Par souci de précaution on évite les microalgues chez les enfants et les personnes ayant des problèmes rénaux.

Enfin, il existe une plante magique, ma préférée : L’ORTIE (urtica dioica), très riche en vitamine C et en fer bio assimilable, elle contient en plus presque tout ce dont le corps a besoin en micronutriments pour une convalescence positive. Je pense que c’est une plante miraculeuse. Optez pour une cure de 3 semaines de jus ou d’infusions d’orties à boire régulièrement tout au long de la journée. Allez voir mon article sur l’ortie, vous allez halluciner devant tous ses bienfaits et je vous explique aussi comment la consommer ici https://technosphere.live/2019/04/03/lortie-merveilleuse/

N’oubliez pas aussi les produits de la ruche, miel, propolis, gelée royale ou pollen ainsi que la consommation d’ail et de fruits secs qui font des merveilles lors d’une période de fatigue ou de convalescence. Et attention aux baies de goji qui sont douteuses quant à leur origine.

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2019