Walking Alive – 3 –

Je vous écris dans une clairière, assise sur une mousse très douce. Je suis dans la forêt près de chez moi. J’ai navigué dans un chemin plein de boue, j’avais presque l’impression de faire du paddle sans paddle avec le vieux bâton de mon père. Gaïa glaiseuse, glissante. Liquide comme le son que j’écoutais tout à l’heure sur « Bloc to Bloc Party » avec FFT que j’aime tant en mix. Liquide, à l’inverse des pavés solides que la société continue de nous envoyer à la gueule.

Nos ennemis se délectent de nos émotions négatives, ils s’en nourrissent comme moi de la chantilly, avec une sorte de délice démoniaque. Ne leur offrons pas nos colères, nos tristesses. Quand c’est tendu, j’augmente le volume. Je mets des morceaux de musique puissants sur les platines vinyles ou juste en numérique et d’un coup les bonnes vibes se répandent, exquises insoumises, éternelles présentes ds les pires chaos même au creux de nos cellules, toujours vibrantes.

On le savait qu’ils voulaient à nouveau nous mettre en taule chez nous. Ils en sont à peu près au milieu de leur plan. Avec un « attentat » de plus à Nice, sûrement organisé par nos services intérieurs. Ait peur et tais toi. Calfeutre-toi dans ta tanière et ne sors que pour bosser et consommer. N’embrasse surtout plus personne. Ne touche personne. Ne regarde personne.

Plus je vois nos libertés s’effondrer et plus Gandhi apparaît dans mon esprit. Je l’entends murmurer à mon oreille que nous allons devoir nous lever comme une seule conscience lumineuse pour enfin suivre le chemin de la Liberté. Lâcher enfin des milliers d’années de soumission et d’esclavage. Continuer à détruire toutes nos peurs, y compris celle de mourir car nous sommes avant tout des esprits éternels venus nous incarner afin de vivre quelque chose. Nous avons été d’accord pour venir sur Terre en ces temps apocalyptiques. Sur fond d’inversion des pôles terrestres, nos sociétés corrompues s’apprêtent enfin à sombrer jusqu’à ce qu’on ne puisse même plus les deviner aux tréfonds de leur marais puant.

Désobéissance civile, actions de terrain, résistances de toutes sortes : nous, humains méprisés des milliardaires dictateurs, nous sommes désormais contraints à l’action concrète, au sabotage, au boycott. Il faut décroitre, changer sa vision du bonheur, revenir aux choses pures et belles, simples, authentiques. Les faire disparaître en inventant autre chose. Se tourner vers la lumière ; les laisser patauger dans l’ombre.

14h44 : j’ai des tas de signaux numériques en ce moment. Celui-ci me change du quotidien 23 et du récent 222 qui était apparu il y a environ 3 semaines. Je pense que si vous me lisez, vous aussi vous recevez certainement des codes de ce genre. Prêtez-y attention et allez consulter la numérologie car ce sont vos guides ou votre propre « moi supérieur » (ou « ange gardien ») qui communiquent avec vous. Nous sommes loin d’être seuls. Nos frères et soeurs lointains veillent sur nous depuis leurs dimensions largement supérieures à la nôtre. Pour bien communiquer avec eux, il faut absolument augmenter ses vibrations. Je rappelle que sur Terre, nous vivons en 3D ce qui est extrêmement lourd, et réduit. Beaucoup de gens sont passés en 4D puis 5D rapidement après. Je le vis moi-même. Nous sommes en pleine période d’ascension, on grimpe au rideau, on pousse plein de portes que l’on ne voyait même pas avant. On accède à ses vies antérieures, on comprend que le temps n’a rien de linéaire, on voit des particules de lumière, le fameux prana indien, l’aura des choses, des plantes et des êtres… Tout cela est accéléré en ce moment pour qui y prêtera attention. Dès que vous commencez à vous éveiller et que vous prenez le temps de vous écouter, par la méditation, la cohérence cardiaque ou une simple marche, cela s’amplifie et parfois bien rapidement selon ce que chacun peut encaisser. Car oui il faut pouvoir digérer les nouveaux champs des possibles, réaliser que beaucoup de nos apprentissages passés sont faux et comprendre que tout ce qui semble vide ne l’est pas.

Il fait doux en Bretagne. Ici dans la forêt on s’en foutrait de toute ces lois, de tous ces banquiers, de toutes leurs vilaines petites magouilles ridicules. On vivrait en symbiose avec notre mère la Terre. Elle nous montrerait ce qui est comestible et ce qui soigne. Elle nous caresserait de ses tapis de mousse soyeuse. Elle nous enchanterait de ses reflets dorés. J’ai envie de vous offrir une méditation simple et puissante qui vous aidera à rester debout et solide dans la tempête. Une visualisation qui va vous relier au centre de la Terre mais aussi au Soleil. Vous serez ainsi dans votre axe et bien ancrés. Vous sentirez moins d’émotions négatives. Vous vous sentirez protégés. Vous ressentirez à nouveau vos instincts et pourrez éprouver de grandes joies en plaçant votre conscience au niveau du coeur (et non au niveau du mental comme avant).

Au réveil, imaginez un fil d’or qui part de votre coeur et qui va rejoindre le centre de la Terre en passant par le bas du corps : donc ce fil se sépare en 2 au niveau des jambes et sort des pieds pour rejoindre le centre de la Terre : une immense pierre d’émeraude étincelante à laquelle vos fils d’or s’attachent.

Ensuite, pour la reliance à notre Soleil, faites de même en imaginant un fil d’or qui part de votre coeur afin de rejoindre le Soleil et se fixer à lui.

Enfin, 3ème étape de cette méditation d’ancrage : apprenez à respirer « par » le Coeur. Je m’explique : au lieu d avoir l’impression que l’air entre par le nez ou la bouche, imaginez que l’air entre et sort par le Coeur et ne pensez plus qu’à travers votre Coeur, pas à travers le mental, cette grosse voix qui gâche toujours tout…

Force vers tous les résistants et vers tous ceux qui veulent évoluer, Anna Scheele ©Technosphere 2020

La boutique TECHNOSPHERE avec mes livres et guides numériques lisibles sur téléphone, tablette, etc.

Une soirée paradisiaque

Nous sommes des milliers à avoir avalé les kilomètres en stop, en voiture ou en camion pour arriver au milieu de la France quelque part dans le Cher. C’est quelque chose que nous maîtrisons bien dans le milieu free qui a tout organisé à la perfection et tous les gens qui se sont sentis appelés sont venus. Les sounds systems techno et reggae se montent peu à peu. La fête qui se prépare est gigantesque. Partout les gens s’installent en tentes, camions, caravanes. Des stands se montent, des artistes commencent à mixer, à chanter, à danser avec du feu, à jouer d’instruments en cristal, à peindre des fresques. Enfin réunis entre individus libres, éclairés et inspirés, nous affichons tous un sourire radieux. Nous sentons la joie envahir chaque brin d’herbe. Le soleil nous caresse et répare nos âmes blessées par ce système corrompu et diabolique. Tout le vivant célèbre notre arrivée et Mama Gaïa vibre elle aussi de reconnaissance et d’amour pour nous. Personne ne porte plus de masque ici. Nous savons tous avec certitude que c’est l’état qui s’est emparé de la santé et qui nous a menti au sujet de cette histoire de virus et de fausse pandémie.

Le ciel est d’un bleu très pur, aucun chemtrails ne vient briser l’immensité splendide. Des voltiges somptueuses d’hirondelles amusent les poètes et les petits enfants venus avec leurs parents.

Une odeur délicieuse passe devant nos nez libérés, ça sent le Tchaï et la cuisine Thaï. Tout le monde rit en se parlant. Les gens semblent plus légers que d’habitude, enfin libérés du poids écrasant de la servitude.

Un grand feu de joie commence à crépiter alors que le soleil est encore là. « Il ne fait pourtant pas froid » me dit une jeune femme très belle. Je lui dis que c’est dans ce feu que nous allons symboliquement abandonner notre nation infernale. Mc Jamalski prend le micro pour inviter en chantant tous ceux qui le souhaitent à sortir leurs cartes d’identité et leurs passeports et à se rapprocher du feu. Un grand cercle se forme alors rapidement autour des flammes purificatrices. Le rythme et les basses profondes nous accompagnent toujours. Nous sommes des centaines maintenant réunis autour de ce feu désormais gigantesque.

Enfin, le moment tant attendu arrive : à l’heure prévue de 23h23, les premiers lancent leurs papiers d’identité dans les flammes avec le sourire le plus beau que je n’ai jamais vu sur des visages. Je jette moi aussi avec un vif empressement ma carte d’identité et mon passeport dans le feu glorieux et mon fils de 14 ans affiche un sourire d’ange en faisant de même. Nous savons tous que nous ne sommes pas ces identités imposées par l’administration. Nous savons que la France est une société commerciale et nous refusons désormais de travailler pour elle. De même, nous avons choisi de ne plus nous laisser diriger et maltraiter par elle ni de lui confier nos enfants.

Un jeune homme prend le micro et annonce : « Nous nous plaçons désormais sous le joug des lois de l’Univers, de la Nature et de la déclaration universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi que des Droits de l’Enfant ». Immédiatement, tout le monde hurle sa joie. Enfin les Droits de l’Homme n’existeront plus seulement sur du papier. L’enthousiasme est tellement palpable que certains pleurent d’émotion et se prennent dans les bras en se serrant fort ou en sautant. Les enfants aussi rient, ils ne comprennent pas mais ressentent l’extraordinaire atmosphère de libération.

Mon vieil ami soixante-huitard Raoul prend à son tour la parole et sa belle voix grave et sage fait taire tout le monde : « Bienvenue dans le monde nouveau de la Liberté, de la conscience et du coeur mes amis ! Désormais nous faisons partie des âmes libres et authentiques ! Nous sommes l’honneur de la race humaine libre ! Notre espoir se fonde maintenant sur la création d’une nouvelle nation à échelle internationale : Vive la One Nation ! Vive la Liberté dans le respect de la Terre ! »

Tout le monde applaudit et crie de joie en riant pendant que d’autres jettent encore leurs papiers dans le brasier énorme. En vérité, la file d’attente est immense. Je vois défiler tous les êtres admirables que nous sommes d’avoir su briser nos chaînes et dire NON. Je vois plein de jeunes gens, des mères, des pères, des punks, des zadistes, des hippies, des sages, des « sans-dents » (!), des gilets jaunes, des révoltés du système, des écolos, des anarchistes, des artistes, des idéalistes, ma famille des ravers, nos anciens, tout un mélange de gens magnifiques qui ont choisi de sortir de cette nation puante. Mon coeur déborde, je n’ai jamais été aussi heureuse de toute ma vie. Je sens quelqu’un qui me prend la main, c’est mon amoureux devant l’éternité divine qui m’enlace et me dit je t’aime Anna ma Vénus adorée, viens on va danser ».

Anna Scheele ©Technosphere 2020

Sur la One Nation : elle n’est pas une organisation mais un mouvement d’émancipation, sans leader, une nation pour une libération globale mais qui regroupe les initiatives locales, reliées et formant un réseau gigantesque mondial, un égrégore splendide, sans peur ni colère, capable de contrer le système. Le territoire de cette nation sera le plus vaste imaginable, le web ! Incarné par des « comptoirs physiques » de chaque adhérent, sur une maison, une école, c’est comme un label qui pourra aboutir à ce que nous en ferons.

Je trouve cette idée géniale et je l’ai romancée un peu pour la faire vivre à ma manière.

Le site https://onenation.xyz/fr/

Imprimer le manifeste https://raw.githubusercontent.com/onenationxyz/onenation/master/medias/print/manifest_A4/fr/fr_manifeste_onenation.jpg

Soutenir ce site libre et indépendant en achetant mes livres numériques sur la boutique Technosphere dont le fameux GUIDE DU FUMEUR LIBRE https://technoshop.geekoz.fr/product/le-guide-du-fumeur-libre

Merci, Anna Scheele

Nantes devient un potager XXL !

25 000 m² répartis sur 50 sites de la ville de Nantes ont été bichonnés pour recevoir semis et plants. Des serres, des jardins partagés, des zones de gazon inutiles sont ensemencés…Peut-être bientôt des fraises cours Cambronne et des patates aux Douves du château, une touffe de persil devant le bahut et des haricots derrière la gare ? C’est bien l’idée qui a germé au sein des locaux du SEVE (service des espaces verts de la ville) et du CCAS (centre communal d’action sociale).

Baptisé « Paysages Nourriciers« , ce projet est né de la situation liée au covid 19 : « La crise a précipité de nombreux foyers dans la précarité : perte d’emploi, de salaire, détresse sociale et alimentaire… Les associations d’aide alimentaire, qui voient affluer de plus en plus de familles n’ayant plus les moyens de se nourrir et d’accéder à une alimentation saine et de qualité, tirent la sonnette d’alarme », explique Johanna Rolland, maire de Nantes. (Journal « Métropole de Nantes »).

L’alarme a bien été entendue : « Plutôt que de créer un événement sur un seul site, comme souvent l’été, on s’est dit qu’on avait un rôle à jouer dans cette période pas simple », raconte Romaric Perrocheau, responsable du SEVE, au journal Ouest France.

Le projet est d’envergure. Au total, le SEVE espère ramasser 25 tonnes de légumes qui seront distribués aux familles en difficulté via notamment la Banque alimentaire, le Secours populaire, les Restos du cœur et les associations de quartier.

Nantes devient la seule ville à ma connaissance à posséder un potager aussi immense, même Paris ne lui arrive pas à la cheville avec son projet de « plus grande ferme urbaine au monde » d’une surface de 14.000 m2 sur le toit du nouveau hall du Parc des Expositions au coeur du 15ème arrondissement. D’autant que le projet parisien n’a rien de solidaire car il sera géré par des maraîchers qui vendront leurs produits.

Ainsi, à Nantes, « environ 1 000 foyers pourraient recevoir environ 25 kg de légumes chacun, au fil des récoltes. Selon les variétés, les légumes seront récoltés entre juillet et octobre, avec le soutien des habitants volontaires et de bénévoles d’associations nantaises. » (Journal « Métropole de Nantes »).

Et cerise sur le gâteau, plusieurs jardins partagés s’engagent également à offrir leurs surplus de légumes. Elle n’est pas splendide la nature humaine parfois ?

Au total, à Nantes, ce sont donc 50 lieux de production répartis dans les 11 quartiers de la ville qui accueilleront ces potagers solidaires. Autre merveille : tout est naturel et local, sans aucun pesticide, garantit le SEVE qui s’est fait conseiller par des spécialistes de la permaculture pour mener à bien cette opération solidaire. Au total, 10 000 plantes potagères sont plantées en ce moment ! Pour télécharger la carte des 50 sites des « Paysages nourriciers » c’est ici.

Et attendez ! Pour parfaire le tout, Nantes a aussi mis en place un système de collecte des déchets organiques et de composteurs collectifs ce qui allège les poubelles tout en créant du compost afin d’enrichir toutes ces cultures. Ah ! C’est merveilleux !

Cependant, l’idée n’est pas nouvelle

Surtout dans la ville de Nantes qui compte déjà beaucoup de jardins partagés et d’associations comme Incroyables Comestibles Nantes ou Ça pousse en Amont ou encore Collectif Permaculture 44.

Elle est encore moins nouvelle si l’on observe l’Histoire. En effet, la gestion en commun de terrains vacants fut souvent dictée par des périodes de crises économiques et des guerres : évoquons les « Liberty Gardens » de la 1ère guerre mondiale et les « Victory Gardens » de la 2ème guerre mondiale. Encore plus tôt, au Moyen-âge, en Europe, toutes les terres étant détenues par des Seigneurs, des communautés de villageois se rebellent et se rassemblent sur des terres collectives afin de défendre leurs droits d’usage.

Plus proche de nous dans le temps, c’est aussi ce que firent des mères de famille anglaises en détresse, en 2008, à Todmorden, une ville industrielle ruinée de 14 000 habitants au nord de Manchester. Sur fond de grave crise économique, ces mamans bien inspirées décidèrent d’agir sur le front crucial de la nourriture en créant les « Incroyables comestibles« , ces fruits et légumes cultivés localement par l’ensemble des habitants en pleine ville ! Chaque citoyen entretient bénévolement un carré de terre pour la collectivité et se sert donc gratuitement. En trois mois, la petite ville devient autosuffisante en légumes !

Officiellement apparus en France en 2011, les « Incroyables comestibles » français sont exportés par François Rouillay, séduit par l’idée de partage après une visite à Todmoren. Depuis, des dizaines de communes ont rejoint le mouvement à Lyon, Marseille ou Chartres, j’ai même vu des plants de tomates en libre service au bord d’un trottoir à Douarnenez, au fin fond du Finistère. Autonomes et participatifs, les potagers urbains offrent une nouvelle vision de la consommation…

Incroyable-Comestibles-food-giveaway
©Incroyables comestibles

L’agriculture urbaine, l’avenir des villes

Potagers verticaux, aquaponie, espaces urbains en friche transformés en potagers, toits plats aménagés voilà autant d’idées dont s’emparent de plus en plus les associations, les élus, les spécialistes de l’agriculture urbaine, les architectes paysagistes afin d’anticiper pénurie alimentaire éventuelle et crise économique toujours bien présente. Privilégier les circuits courts, recréer du lien social, les avantages valent plus cher que de l’or. En terme d’infrastructure, les potagers peuvent aussi servir la ville : à New York, l’agriculture sur les toits est rémunérée par la municipalité au nom de ses effets sur l’écrêtage des pics de ruissellement de l’eau de pluie…En d’autres termes, l’agriculture sur les toits évite de changer la taille des tuyaux de la ville !

Ces projets n’ont donc rien de « bobos » comme ils ont pu être définis par le passé mais sont intelligents, solidaires, bienveillants. Cela est un rêve pour moi qui utilise souvent le slogan « Just green it » et qui en ai fait un morceau techno l’an dernier Clip par Merlin basé sur un jeu vidéo que vous reconnaîtrez peut-être 😉 « Just green it »

Nous ne pouvons qu’espérer que nos villes seront de plus en plus nombreuses à adopter ce genre d’initiatives. C’est de cela dont nous avons besoin : de nourriture saine, d’amplitude financière, de proximité sociale, d’ancrage à la terre, d’exercice physique…

Anne de Bretagne, du haut de sa tour nantaise, est certainement très fière de voir sa population se préparer à vivre dans l’abondance.

Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Le rêve de nos bébés

Ô splendides mamans qui avez le privilège d’avoir porté la vie

Vous qui nous avez sentis fleurir dans le secret de vos ventres arrondis

Nous rêvons d’être allaités plus de deux mois par vos généreux seins

Nous rêvons d’un lait de vache réservé aux veaux, pas aux petits humains

Nous rêvons d’un air pur, sans pollutions industrielles et agricoles, un drame

Nous rêvons de jouets sans bisphénol A ou retardateurs de flammes

Nous rêvons de couches sans pesticides et autres matières horribles

Nous rêvons de fibres naturelles pour nos petites peaux sensibles

Nous rêvons d’une eau pure et sans le plastique toxique des bouteilles

Nous rêvons d’être protégés des écrans avant nos 5 ans, ce serait une merveille

Nous rêvons d’interactions humaines car c’est de cela dont nous avons besoin

Nous rêvons de contes et d’histoires passionnantes lues avec grand soin

Nous rêvons d’être protégés de la wifi, de la 4 et 5g et autres linky

Nous rêvons d’aliments sans pesticides ni transformations pour toute la famille

Nous rêvons de racines solides et d’ailes étincelantes

Nous rêvons de vos meilleures chansons entraînantes

Nous rêvons la symphonie de l’Univers sous le soleil et la lune

Nous rêvons de marcher au milieu des arbres, des champs ou des dunes

Nous rêvons de nos ancêtres et d’une Terre heureuse

Nous rêvons d’une école bienveillante et respectueuse

Nous voulons éviter la compétition qui ne mène nulle part

Nous rêvons du développement de notre être véritable, c’est tout un art

Nous rêvons d’être accompagnés plutôt que l’on nous dirige dans la tension

Nous rêvons d’explications plutôt que de réprimandes et punitions

Nous rêvons de nos mamans dans les gouvernements

Pour un monde au plus près de la vie, la vraie, celle qui aime et jamais ne ment.

Anna Scheele ©Technosphere 2020, le jour de la fête des mères ❤

Je vous laisse le soin de compléter ce poème avec d’autres rêves pour l’humanité ❤

Pistes, liens utiles :

Choisir des couches sans danger

A propos des écrans

Sur l’allaitement

Danger Wifi femmes enceintes et bébés / enfants

Sur les jouets toxiques

Sur la pollution de l’air et leur impact sur les enfants (« 4,2 millions de morts prématurées dues à la pollution de l’air ambiant en 2016 dans le monde, 300 000 sont survenues chez des enfants de moins de 5 ans. La pollution de l’air est responsable de plus de la moitié de tous les décès par infections respiratoires basses chez les moins de 5 ans dans les pays en développement. »)

Comment vivre longtemps, heureux et beau !

La vie en abondance d’Irène Grosjean, (Biovie, 2018).

Irène est l’une des grandes figures de la naturopathie en France. Cette femme merveilleuse de presque 90 ans décrit dans son livre l’intelligence époustouflante de la nature et ses grands principes que sont l’alimentation, l’élimination, la respiration, le sommeil et la qualité des pensées.

Elle préconise une alimentation crue et végétale (fruits, légumes, graines germées, bonnes graisses, épices et condiments…). En effet, cuire un aliment le dénature, lui retire vitamines et autres nutriments. Nous mangeons un aliment mort énergétiquement qui ne nourrira pas nos cellules.

Clairement on nous a menti : « une nourriture correcte n’ayant rien à voir […] avec la viande pour les protéines, […] les produits laitiers pour le calcium et les sucres lents […] pour les glucides. »(p. 384)

Aussi, elle explique que c’est l’alcool et la viande rouge qui ont engendré les guerriers dominants, les « saigneurs ». En face, il y avait les paysans nourris à la « colle » que représentent les bouillies de céréales en tous genres et qui nous rendent soumis et lents. D’un côté, des corps remplis d’acide urique qui les ronge (perte de cheveux, cancers, maladies cardio-vasculaires, etc.) car envahis de viande et d’alcool et de l’autre, des corps englués, plein de glaires tant ils ont absorbé de farines, de gluten ! Le ‘glu’ten étant de la glue, de la colle ! (Hélas oui, ce sont les pâtes, le pain blanc, les pizzas, les gâteaux…) Irène explique l’origine de nos guerres dans la qualité déplorable de notre alimentation depuis environ 2000 ans. Elle fait référence aux Esséniens qui, inversement, se nourrissaient extrêmement qualitativement et dont la mentalité était très évoluée (l’inverse de nous aujourd’hui, voir le documentaire génial d’arte : « Demain tous crétins« ).

Pour information, les compléments alimentaires ne devraient pas être utiles si notre alimentation était la plus simple et naturelle possible. Si quelqu’un mange mal, il est forcément carencé. Attention de toujours préférer les compléments alimentaires d’origine naturelle sinon ils ne sont pas assimilés par le corps.

Ce livre montre la simplicité et la perfection de la nature qui sait se réguler d’elle-même et atteindre seule l’équilibre parfait, la santé. Hélas, notre médecine moderne est en réalité une médecine symptomatique qui annule votre symptôme sans en chercher la cause. Cela empêche le corps d’exprimer le rejet de ces substances toxiques dont il crie qu’il ne veut plus. Cela revient à éteindre le voyant du tableau de bord de la voiture sans avoir cherché l’origine de la panne…Avec cette façon d’agir, on est dans l’illusion d’une guérison. Toux, eczémas, allergies, fièvres (bienfaiteurs en réalité), se retrouvent contenus…L’aspect psychologique de la maladie étant rarement envisagé, tout au plus lui aussi vite étouffé à l’aide d’anxiolytiques, on aboutit à des non sens complets, un vrai carnage.

Ce refoulement dans le corps des substances qu’il s’apprêtait à extraire entraînera plus tard des symptômes plus graves pouvant conduire à des maladies chroniques, dégénératives, psychologiques, fatales certaines. Irène nous rappelle que quand un animal est malade, il se met à la diète et au repos. Inspirons nous de la sagesse animale, constamment reliée à l’intelligence universelle. Relions nous à nouveau à nos corps et à nos ressentis. Relions nous à la nature qui nous porte et nous nourrit.

L’auteur développe bien les thèmes de l’élimination, des purges par différents moyens : saunas (article sur les bienfaits du sauna), hammams, bains, lavements, douches rectales et autres réjouissances. Et attention, on ne se libère pas de la même façon des cristaux d’urée (déchets cristalloïdaux) que des colles (déchets colloïdaux). À vous de définir quels types de déchets vous avez à éliminer (observez votre alimentation, votre cadre et mode de vie) et de vous offrir régulièrement une belle purification afin de vivre au mieux dans ce trésor qu’est notre corps.

woman-1974220_1920

Irène évoque aussi le jeûne qu’elle encense à juste titre puisqu’il met le corps au repos en lui évitant la dépense énergétique de la digestion. Le corps peut alors se concentrer sur la régénération de ses cellules et de son système immunitaire : un vrai renouvellement de l’être. L’auteur recommande notamment le jeûne hydrique (juste un apport en eau ou tisanes) en cas de maladie (durées et conditions selon chacun) ainsi qu’en routine un jour par semaine  (les religions aussi recommandent le jeûne). Nos corps souvent intoxiqués se mettent au repos tandis que l’âme s’élève 🙂

Un autre principe de vie est la respiration. Elle est rarement considérée dans nos sociétés mais c’est une grave erreur car le souffle fait partie de la vie et modifie la santé. Dans l’idéal, l’air est pur, ensoleillé, riche en ions négatifs (les huiles essentielles peuvent grandement nous aider), on respire par le nez, de grandes inspi & expis, bien amples, bien profondes, en gonflant bien le ventre en inspirant. Vous atteindrez ainsi des fréquences vibratoires plus élevées, vos pensées seront plus belles. Vous saisissez l’importance ? L’air respiré est une façon d’oxygéner chaque cellule mais aussi une intense façon de capter l’énergie vitale nécessaire au maintient de la vie dans tout l’organisme, le fameux prana indien ou ki chinois. De mon côté, je conseille souvent la pratique de la cohérence cardiaque qui rééduque la respiration et apporte des dizaines de bienfaits.

Les autres piliers pour une bonne santé sont le sommeil et la relaxation. La durée du sommeil dépend de chacun et il semble que l’on récupère mieux dans la première partie de la nuit. Beaucoup de plantes et de moyens de se relaxer existent, à nous de trouver ce qui convient le mieux (« Connais-toi toi-même », Aristote). Encore une fois inutile de se ruer sur les somnifères de la pharmacopée moderne, autant tester la puissance de la passiflore, du millepertuis ou de la camomille romaine !

Enfin, l’aspect psychologique vient couronner le tout de façon complètement évidente : nous reflétons la laideur, la médiocrité ou la beauté de nos pensées. C’est quantique, énergétique, une loi de résonance absolument simple. Irène évoque aussi la confiance en la vie et le lâcher-prise. Elle nous parle des fréquences, elle sait que tout est ondes, elle évoque la loi d’attraction, les miracles de la vie, la force primordiale de la pensée. Elle rejoint en cela Anne Givaudan qui a très bien expliqué ce qu’était une forme pensée : les pensées existent, elles prennent vie dans l’astral et peuvent donc se réaliser dans notre dimension physique de la 3d. Alors attention à la grande pureté de nos pensées. Les vibrations les plus hautes étant l’amour, la joie, la gratitude et les plus basses la peur, la haine, la jalousie, la culpabilité, la honte… Quand on vibre bas, on sombre dans la maladie et la dépression, nous créons notre propre malheur.

Il est primordial de se sentir relié à la terre, source des énergies telluriques (yin) et également relié au cosmos (yang). Marchez pieds-nus sur la terre, le sable dès que possible, vous verrez…Tout simplement…

Savoir aussi que la mort (l’âme hors) n’est qu’un passage vers une autre dimension et que nous pouvons rester reliés malgré l’apparente séparation. Et enfin parvenir à vivre dans l’ « incertitude sereine » dont parle le vénérable Luis Ansa.

Le livre d’Irène Grosjean est un cours de naturopathie à lui seul, il est aussi le mode d’emploi de l’intelligence universelle afin de vivre avec la meilleure santé qui existe, la santé vraie, naturelle, glorieuse, abondante, source d’un bonheur authentique et durable pour peu que l’on en respecte les principes simples.

Vous pouvez aussi voir sur Youtube des interviews d’Irène, si agréable à écouter, si inspirante !

Petit extrait du livre : « Alors, donnons, donnons le meilleur de nous-même. Ce qui se fera d’autant plus facilement que nous traitons notre corps, ce prodigieux laboratoire à vivre, comme le plus précieux des laboratoires […]. Et ainsi, nous pourrons passer au-dessus des nuages, là où il y a toujours le soleil et la solution à tous les problèmes. Car la nature nous a tout donné pour faire de notre vie et de celle de la Terre le paradis de santé et de bien-être que nous cherchons tous si loin, alors qu’il est tout simplement et si simplement à notre portée… » (p. 386, 387).

La-vie-en-abondance

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2019

Just Green it ! Techno music, free download

Un morceau à 124 bpm qui commence et finit avec un sample d’orage afin d’exprimer une nature en colère. Le titre suggère de tout penser en vert au sens large : les habitats, les ronds points, les rues, notre alimentation, tout.

La priorité de l’humain est de se reconnecter à sa vraie nature et de se rappeler qu’il est lui aussi un être naturel. Un clip va bientôt sortir, basé sur la création d’une ville verte dans « Sim City » par Merlin, mon fils, qui est un gamer.

A l’heure du réchauffement climatique et de cette 6ème extinction de masse, c’est aussi l’humain qui est amené à disparaître. Mêler le végétal à notre quotidien sera bientôt une évidence je l’espère.

« Just Green It ! »

Et voici le clip de Merlin, un grand bravo à lui pour la création de cette ville verte du futur ❤

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere

N’achetez plus de tabac, des dizaines de plantes se fument…

Des dizaines de plantes se fument depuis l’antiquité dans le monde sauf que nous l’avons oublié à cause de l’industrie féroce du tabac. Personnellement, j’ai commencé à ne plus supporter leurs paquets immondes recouverts de tumeurs cancéreuses. J’ai essayé de fumer de la sauge officinale mais c’est un peu fort je trouve. Cependant, j’ai remarqué que cela m’avait sevrée du tabac. Puis, récemment, en étudiant l’ortie, j’ai appris que nos ancêtres la fumaient ainsi que sur d’autres continents comme en Amérique, des tribus indiennes en faisaient des calumets. Donc je viens d’essayer et…c’est merveilleusement doux et agréable. Comment vous décrire la joie que l’on ressent quand on sait qu’on se débarrasse une fois pour toutes du tabac industriel ? On se sent libre, autonome, léger, heureux.

Évidemment, je me suis beaucoup documentée suite à cette découverte fracassante et je vous livre ici une liste exhaustive de toutes les plantes qui se fument…Vous allez être aux anges en découvrant toutes les possibilités qui s’offrent désormais à vous. Bien sûr, cela reste dangereux de fumer à cause de la combustion. L’OMS estime que le tabac a tué 100 millions de gens au XXème siècle…Cependant, quand on est raisonnable sur sa consommation et que l’on se limite à une ou deux « tiges » par jour, avec des périodes sans rien fumer, les risques sont nettement moindres. Pour moi, fumer n’est pas une habitude, c’est un acte presque spirituel qui favorise la réflexion, la méditation et le partage, un peu comme les indiens d’Amérique avec la fameuse cérémonie du calumet de la paix.

Plantes SANS NICOTINE (et oui !) qui se fument et qui peuvent même vous faire arrêter de fumer ! Ces plantes ont déjà été conseillées par la médecine ou la phytothérapie.

  • FEUILLES : Armoise, aspérule odorante, bananier, bouillon blanc, cassis, chanvre d’eau (lycope d’Europe), coleus (attention drogue ancienne, hallucinogène), damiana, fraisier, framboisier, gaillet gratteron (vous savez la plante qui s’accroche aux vêtements), herbe aux chats (légèrement calmante), houblon, ipomée, lobelia inflata (ou tabac indien, agit chimiquement comme la nicotine mais sans induire d’addiction. C’est l’une des principales plantes prescrites en phytothérapie  pour se sevrer du tabac), mûrier, noisetier, pissenlit, sauge officinale (la sauge était traditionnellement utilisée pour soigner l’asthme sous forme de préparations de feuilles séchées à fumer), sureau noir, trèfle, tussilage (ou « tabac brun des Savoyards) recommandé en 1935 par Botan, auteur d’un dictionnaire des plantes médicinales : il suggère « un mélange à part égale de feuilles sèches de tussilage, de marronnier et d’aspérule odorante : les faire macérer dans de l’eau fortement sucrée au miel. Les refaire sécher, les comprimer et les découper finement comme du tabac. Fumées, les feuilles de tussilage sont conseillées par P. P. Botan contre l’asthme notamment) et maïs (la barbe).

Plantes qui se fument (toujours sans nicotine) selon différents témoignages et traditions :

  • FEUILLES : Achillée millefeuille, aigre moine, ajonc, arnica, aspérule odorante, aubépine, avocat (on parle bien des feuilles), avoine, aulnée, bardane, basilic, bétoine, betterave, bouleau, bourrache, brunelle, busserole (raisin d’ours), cacao (à la mode début XXème), camomille, carotte, cassis (attention légèrement psychotrope), céleri, cerisier, châtaignier, chêne, chicorée, ciste cotonneux, consoude, coquelicot, cyclamen, cytise, endive, épinard, eucalyptus, fenouil, figuier, flouve odorante, fougère, frêne, goémon (là j’hallucine et je jubile car nos plages bretonnes en sont parfois bondées), guimauve, groseillier, haricot, hêtre, houblon (attention effet relaxant !), hysope, laitue vireuse (ou sauvage : attention plante psychotrope, comme le cannabis ou l’opium, sacrée chez les Hébreux et les Romains), laitue scarole (doucette), lavande, lierre terrestre, marronnier d’Inde, mauve, mélilot officinal (adjuvant pour plusieurs tabacs d’Orient), mélisse, menthe, menthe poivrée, merisier, noyer, origan (marjolaine), orme, ortie (ma préférée), papaye, pavot, pêcher, peuplier, pin sylvestre, plantain, poirier, pommier, populage, prunelier, rhubarbe (faire tremper les feuilles au moins 3  jours avant de les mettre à sécher, usage ancestral au Tibet), ronce, ronce arbrisseau, rosier, sarriette, serpolet, scutellaire, soja, souci d’eau, sumac glabre, thé, thym, tilleul, topinambour, tournesol, verveine, vigne, vigne vierge, violette.
  • FLEURS : aubépine, calendula, (lycope d’Europe), chanvre (avec pas plus de 0.2% de THC pour rester dans la légalité française : ce chanvre est juste riche en cannabidiol qu’on appelle aussi CBD ou cannabionoide thérapeutique qui combat en prime stress, douleurs, dépression), la fleur du châtaignier (fumé par mon papa quand il était jeune, dans le Cap Sizun, Finistère sud), lavande, magnolia, mauve, mélilot officinal, millepertuis, muguet, rose rouge, sureau.
  • ÉCORCES : bouleau (encore utilisé en Mongolie et dans le Caucase), charme, cornouiller sanguin , saule (se fumait couramment chez les Cheyennes et les Sioux), rhododendron (au Népal, usage très ancien aussi), viorne.
  • AUTRES : clématite (la tige), iris (le rhizome), marrons d’Inde (la coque).

Plantes qui se fument contenant de la NICOTINE :

  • FEUILLES: tabac, tomate…Surtout pas la pomme de terre comme je l’ai lu ailleurs, elle flingue le cerveau !

Ensuite, selon vos goûts, vous pourrez créer votre propre mélange, par exemple un peu de menthe avec de l’ortie et quelques fleurs de calendula ? Ou du trèfle avec du framboisier et un peu de goémon ? Il suffit d’être créatif et de se connaître. N’hésitez-pas à me faire part de vos expériences.Je suis tellement heureuse de vivre dans un monde où le mois d'octobre existe(2)

Le but de ce guide est de vous libérer de l'industrie féroce du tabac tout en vous ouvrant aux dizaines de possibilités qu'offre la Nature avec en prime la joie de se dédouaner de la nicotine. En plus, je trouve injuste que le savoir ancestral à ce sujet soit actuellement quasiment perdu et vous oblige à vous ruiner en achetant un tabac rempli de substances très dangereuses alors que la nature regorge de plantes fumables. Quel paradoxe n'est-ce pas ? Ce guide vous ouvre donc à l'abondance de la Nature tout en préservant votre argent. Personnellement, cela fait deux ans que je n'ai acheté aucun paquet de tabac puisque je fume d'autres plantes de mon jardin et quand j'en ai envie... Donc ce guide vous permettra aussi d'avoir un comportement beaucoup plus libre face à votre consommation voire même d'arrêter peu à peu si tel est votre souhait puisque la plupart des plantes fumables ne contiennent pas de nicotine Il y a plusieurs chapitres, clairs et illustrés : je vous donne le nom des dizaines de plantes qui se fument avec des informations parfois historiques et médicinales, et concrètement, je vous explique quand et comment récolter, comment sécher votre récolte, la conditionner et la conserver, comment fumer et je vous explique comment cultiver votre propre tabac en toute légalité. Je termine par des témoignages & inspirations, ainsi qu'avec mes sources bibliographiques. Bonne libération chers lecteurs. Mis en ligne le 12 sept. 2020 à 21:21:00
Le but de ce guide est de vous libérer de l'industrie féroce du tabac tout en vous ouvrant aux dizaines de possibilités qu'offre la Nature avec en prime la joie de se dédouaner de la nicotine. En plus, je trouve injuste que le savoir ancestral à ce sujet soit actuellement quasiment perdu et vous oblige à vous ruiner en achetant un tabac rempli de substances très dangereuses alors que la nature regorge de plantes fumables. Quel paradoxe n'est-ce pas ? Ce guide vous ouvre donc à l'abondance de la Nature tout en préservant votre argent. Personnellement, cela fait deux ans que je n'ai acheté aucun paquet de tabac puisque je fume d'autres plantes de mon jardin et quand j'en ai envie... Donc ce guide vous permettra aussi d'avoir un comportement beaucoup plus libre face à votre consommation voire même d'arrêter peu à peu si tel est votre souhait puisque la plupart des plantes fumables ne contiennent pas de nicotine Il y a plusieurs chapitres, clairs et illustrés : je vous donne le nom des dizaines de plantes qui se fument avec des informations parfois historiques et médicinales, et concrètement, je vous explique quand et comment récolter, comment sécher votre récolte, la conditionner et la conserver, comment fumer et je vous explique comment cultiver votre propre tabac en toute légalité. Je termine par des témoignages & inspirations, ainsi qu'avec mes sources bibliographiques. Bonne libération chers lecteurs.

Mis en ligne le 12 sept. 2020 à 21:21:00

Tous droits réservés pour tous pays, Anna Scheele ©Technosphere 2019

Sources de l’article :

Comment faire du shopping (r)évolutionnaire ? #1 mn

L’idée est de consommer moins mais mieux

  1. On repense à l’impact catastrophique de l’industrie de la mode (l’impact affligeant sur femmes et enfants esclavagisés pour notre coquetterie et l’impact abyssal sur l’environnement…)
  2. On se dit qu’on a déjà 1000 fringues et qu’en fait on n’a pas besoin d’en acheter tant d’autres.
  3. Si vraiment on a besoin de quelque chose, on essaye de choisir un vêtement de bonne qualité pour qu’il ne se dégrade pas trop vite.
  4. On se rappelle que la mode c’est éphémère et qu’un vêtement fashion, au final, on s’en lasse plus vite qu’un basique.
  5. On peut demander au vendeur s’il a des vêtements en fibres naturelles, type coton, chanvre, lin. Il existe de plus en plus de labels textiles. Si tout le monde interpellait les vendeurs sur la qualité des matières premières, peut-être cesseraient-ils de nous proposer des sapes en nylon et autres fibres synthétiques néfastes (voir l’article « Ces vêtements qui nous tuent » https://www.bioaddict.fr/article/ces-vetements-qui-nous-tuent-a3225p1.html).
  6. On opte pour des marques écoresponsables type Armed Angel ou la Gentle Factory. Je vous renvoie à l’article du site Slow We Are qui répertorie 10 sites de mode éthique à petit prix (et non ce n’est pas forcément contradictoire). https://www.sloweare.com/top-10-marques-eco-responsables-petits-prix/
  7. On trouve son style et ce qui nous va bien afin d’éviter les achats inutiles et compulsifs (attention aux soldes).
  8. On se rappelle qu’en moyenne, on ne porte pas le tiers de nos vêtements (se demander pourquoi ? Et comment acheter plus juste alors ?)
  9. On entretient correctement ses vêtements (privilégier les cycles éco à 30°), on les recoud, on les customise, on leur donne d’autres vies.
  10. On ne les jette jamais : on les revend, on les donne au secours catholique, dans les bennes prévues à cet effet, etc. Et d’ailleurs, on peut aussi soi-même acheter des habits de seconde main de qualité 🙂

Vous aurez certainement d’autres idées à ajouter, en attendant je vous embrasse bien (r)évolutionnairement.

Anna Scheele, janvier 2019
© Technosphere.live


Les 10 bénéfices d’une simple marche en forêt

Le bain de forêt est source de santé. Cela est prouvé avec des études scientifiques essentiellement japonaises¹. Nous pouvons aujourd’hui affirmer que la marche en forêt ou dans la nature en général, constitue une médecine préventive de grande qualité. D’autant plus que les effets bénéfiques durent environ une semaine.

  1. On déstresse. Une marche dans la nature ou juste sa contemplation fait baisser le taux de cortisol dans la salive (cortisol = hormone du stress).
  2. Le taux de défenses immunitaires va grimper, surtout le taux de cellules NK , les cellules anti-cancers.
  3. Un sentiment de joie, de plénitude vous envahit.
  4. Le sommeil est de meilleure qualité.
  5. La libido est boostée.
  6. La concentration est bien meilleure, y compris chez les enfants hyperactifs.
  7. La vue peut s’améliorer.
  8. Après une opération chirurgicale, le rétablissement est plus rapide.
  9. Le rythme cardiaque et la pression sanguine baissent.
  10. La sérénité vous gagne peu à peu au fil des mois de pratique. La marche en forêt « aide le système nerveux à être moins sujet à des réactions de lutte ou de fuite ».²

Sources & bibliographie :

  • ¹ Qing Li, Shinrin yoku : l’art et la science du bain de forêt, mars 2018. Les recherches du Dr Qing Li, expert en sylvothérapie.

 

  • ²Garcia Hector et Miralles Francesc, Les pouvoirs guérisseurs de la forêt, Le Shinrin Yoku, la voie du bonheur, éditions SOLAR, 2018.

 

  • Juyoung Lee, Qing Li, Liisa Tyrvinen, Yuko Tsunetsugu, Bum-Jin Park, Takahide Kagawa et Yoshifumi Miyazaki : Nature Therapy and preventive medicine, Public health – Social and Behavioral Health, Jay Maddock, InTech, 2012. Extraits

 

41591364_10212537714744299_5084587202189459456_n

Les belles pâquerettes transformées en soin pour la peau : comment faire facilement un macérât ?

Cela ne vous crève-t-il pas le coeur de tondre toutes ces belles petites pâquerettes ? Pourquoi ne pas les admirer ou en faire un soin excellent pour la peau ?

D’abord, vous cueillez les plus belles têtes que vous verrez afin d’en remplir les 3/4 d’un pot stérilisé.

paq4

Ensuite, vous recouvrez vos pâquerettes avec une huile bonne pour la peau en général (amande douce, pépins de raisin, olive…) si vous visez un soin collectif ou bien une huile correspondant spécifiquement à votre peau. Si vous ignorez laquelle choisir, je place ici un lien vers un tableau simple qui vous aidera (Vous verrez qu’un choix fabuleux s’offre à vous).

Personnellement, j’ai ajouté de l‘huile d’olive (bio…sinon vous vous étalerez les produits chimiques sur le corps) mais maintenant que je me suis réapprovisionnée en huile de chanvre, j’aurais plutôt ajoutée celle-ci que je trouve divinement bienfaitrice à tous points de vue. (cf. « Pourquoi l’huile de chanvre, c’est de l’or ? »)

Enfin, vous laissez reposer ce mélange au soleil pendant 3 semaines à 40 jours selon l’ensoleillement. Nous sommes en Bretagne, donc je complèterai cet article…dans un bon mois si les cieux le veulent…

Le temps et les rayons se chargent de transformer votre potion en un puissant remède cicatrisant, nourrissant, raffermissant.

paq10

Après la macération, il restera à filtrer ce mélange (à l’aide d’un filtre à café ou d’un tissu) dans un pot stérilisé que vous conserverez bien fermé, au frais et à l’ombre. L’huile d’olive peut rester stable deux ans, donc vous êtes tranquille. Pensez à étiqueter votre produit.

Il existe d’autres façons de réaliser un macérât de pâquerettes, en utilisant des fleurs sèches ou bien le bain-marie au lieu de l’exposition au soleil. Mais je crois aux bienfaits du soleil, aux plantes utilisées fraîchement et au temps qui est parfois un allié…

Avec l’Arnica et le Calendula, la Pâquerette forme le trio des plantes vulnéraires (cicatrisantes), qui étaient très utilisées fut un temps. L’huile de pâquerette est galbante, repulpante, elle tend les tissus cutanés…Elle est utilisée depuis des centaines d’années dans le soin des peaux matures, pour le visage, la poitrine, le ventre (elle est utilisée en soins post-accouchement), la partie lâche des bras, ce que vous voulez !

Votre remède servira donc à régénérer l’épiderme mais aussi à soulager bleus et bosses (elle décongestionne les oedèmes tout en stimulant les vaisseaux sanguins).

paq15

Plus immédiatement, la pâquerette se mange (les feuilles sont par exemple incorporées dans les soupes en Toscane). Bien sûr, elle s’utilise aussi en infusions (aide à l’élimination des toxines, fait baisser la fièvre, favorise l’expectoration) ou en compresses froides également pour soulager une fièvre (imbibées de décoction sur le front) ou des yeux fatigués (elle soulage les inflammations en général).

Voici donc quelques précieuses raisons de ne plus sacrifier sous la lame vos divines « Bellis perennis », belles pour toujours

De mon côté je suis carrément partie loin, j’ai décidé qu’elles rentreraient dans la composition d’une infusion magique pour mon futur Chill Out-Sauna.

Ah ! Si ! Raison supplémentaire : j’ai appris que certains en faisaient un vin, un digestif (Une recette de vin de pâquerettes).

Attention ! Ne la confondez-pas avec d’autres comme la pâquerette des murailles, une autre Astéracée, tout aussi belle, qui pousse sur des murs verticaux et appartient au genre Erigeron.
paq5
Pâquerettes des murailles

Anna Scheele – ©Technosphere 2018