Le plein essor inspirant des éco-lieux

Chaque jour, des gens de tous âges et de tous horizons sociaux décident de redonner un sens à leur vie en créant ou en rejoignant un « éco-lieu ». Il va sans dire que la crise sanitaire actuelle et ses abominables confinements ont accéléré la prise de conscience : le besoin de vivre plus proche de la nature s’est révélé de façon évidente et pressante.

La chute du modèle sociétal actuel est bien entamée et beaucoup de gens se rendent compte que nous allons droit dans le mur à continuer sur ce même modèle qui semble fonctionner à l’envers en malmenant et tuant la sphère du Vivant.

Après avoir été maintenus sous hypnose collective via notre éducation, les médias, le rythme effréné, des êtres humains se réveillent et décident de quitter une vie qui n’a plus de sens : perdre sa vie à la gagner, enchaîner des heures et des heures de travail pour se retrouver quand même dans le rouge, ne pas voir ses enfants grandir, être dépendants d’énergies non renouvelables, se sentir esclave, consommateur, en stress permanent, soumis à des puissances qui nous dépassent amplement… Vivre sans cohérence avec la Terre…

Ainsi naît le désir d’un retour au bon sens, à la Nature, à la sobriété heureuse dont parle le formidable Pierre Rabhi (http://www.pierrerabhi.org/). Nul besoin de vivre en communauté pour être sobre et heureux, cependant mutualiser nos talents et nos ressources est extrêmement intelligent.

En France, on dénombre de plus en plus de ces « oasis » qui font sens : ils sont plus de 1000 ! Ces éco-lieux, éco-villages, éco-hameaux, éco-quartiers, éco-collocations attirent chaque jour plus de jeunes, de mamans solos, de familles entières, de personnes seules, de personnes âgées. Ils sont prêts à tout quitter pour vivre autrement, en harmonie avec le vivant, qu’il soit animal, humain, végétal, minéral. Beaucoup ont souffert de la société « conventionnelle » et ont travaillé sur eux-mêmes afin de trouver des solutions. Beaucoup savent que le modèle actuel « standard » est voué à mourir. Alors on change.

Le plus souvent, les gens qui quittent leur mode de vie sont en quête d’une vie en lien avec la Terre et portent des valeurs « mère-veilleuses » de conscience du vivant, d’autonomie au sens large, de solidarité. Beaucoup proposent d’aider gratuitement le temps d’un hébergement, sur le modèle du woofing. Ainsi, certains font le tour de France ou d’Europe des éco-lieux afin de trouver celui qui va les inspirer, apprennent les techniques d’éco-construction, d’habitats légers, de permaculture, de communication non violente, etc. Il y a une telle masse de créativité que l’inspiration germe facilement, les gens s’affinent dans leurs projets, dans leurs connaissances d’eux-mêmes et donc dans leur spécialités. De gens se forment à toutes sortes de techniques : le nouveau monde est en plein accouchement.

En même temps le phénomène n’est pas nouveau : déjà dans les années 1960 on avait observé l’émergence de mouvements communautaires plus ou moins hippies. Aujourd’hui, certains lieux sont centrés autour d’une école, comme en Ardèche, au Hameau des Buis https://hameaudesbuis.com/ D’autres sont des villages urbains comme le village vertical à Villeurbanne qui est une coopérative d’habitants https://www.village-vertical.org/ D’autres encore sont des ZAD, des squats, des communautés religieuses ou des fermes. Il existe aussi des communautés anarchistes, des regroupements de thérapeutes, d’artistes, tout est envisageable, à l’image de la diversité humaine, sauf les sectes bien sûr. (Moi je rêve parfois d’une communauté mobile festive et créative autour de la musique et des plantes médicinales 😉 )

Leur point commun cependant est d’avoir su faire coïncider une utopie, une conscience du Vivant avec une réalité de terrain. En général, monter un projet demande quelques années. Il existe même des professionnels, des businessmen qui créent des projets « clés en main » à l’image du projet EWA Farm qui présente un modèle systémique, des éco-lodges et des zones forestières gérées conformément aux objectifs fixés dans le programme REDD+ des Nations Unies. Ce sont des avocats, ingénieurs, architectes qui proposent aux pays de leur vendre leur projet de villages, autonomes à tous points de vue (eau, alimentation, énergie). Il leur manquera l’aspect humain : en effet, on ne peut garantir le succès d’un modèle systémique : il faut la tribu cohérente et le lieu qui correspondent.

Pourtant, il est vrai que se faire aider dans la création de son projet est bien utile pour les aspects, techniques, juridiques, financiers. Certains se regroupent en SCI, en associations, en micro-fermes, en coopératives. Ailleurs, chacun est propriétaire de son habitat mais les habitants partagent des lieux communs : atelier, potager, machine à laver, outils, véhicule… Tout dépend de la taille du lieu, de son rapport à la propriété, des objectifs poursuivis, de la philosophie des habitants…

Pour conclure, je pense que ces lieux décroissants représentent un modèle cohérent et qu’ils sont une belle façon d’être (r)évolutionnaire aujourd’hui face à une dictature rampante et à l’effondrement qui se déroule sous nos yeux. Vivre en harmonie avec le vivant, récupérer notre bon sens et notre humanité sont des clés de survie dans un Occident moribond. Il n’y a ensuite plus qu’un pas à franchir pour être vraiment révolutionnaire : enterrer sa carte d’identité et se relier à un réseau de type « One Nation » ou toute autre gouvernance indépendante afin de ne plus avoir de liens toxiques avec l’administration mafieuse de notre pays. On peut rêver, non ?

Anna Scheele ©Technosphere

https://www.colibris-lemouvement.org/magazine/tour-france-ecolieux

Exemple de groupe Facebook autour de ce thème, plus de 60 000 personnes y sont inscrites ! Et tous les jours de nouveaux projets sont présentés et de nouvelles personnes cherchent un éco-lieu à intégrer ! https://www.facebook.com/groups/1507191902900251

Soutenir un media indépendant

En contribuant financièrement, vous participez à l’existence de ce site alors un grand MERCI 😀 Anna Scheele

2,00 €

Invention des « tunnels de désinfection »

J’ai encore plus l’impression d’être dans un roman de science-fiction ou plutôt une mauvaise série B. Une entreprise de Sartrouville dans les Yvelines (78) vient de créer un tunnel dit de « désinfection ». Ce nouveau produit exterminerait le coronavirus en cinq secondes. L’entreprise commercialise des tunnels de désinfection en Ile-de-France, rapporte 78 Actu mercredi 24 mars 2021. « Tout ce qui rentre dedans, même les produits alimentaires, est désinfecté », prétend l’entreprise. La machine permettrait une triple désinfection qui se termine par la diffusion d’une solution d’acide hypochloreux.

On peut se demander ce que diffuse ce portique magique. Il permet une triple désinfection par ultra-son, ultra-violet et acide hypochloreux dixit en substance Eric Naszalyi, l’entrepreneur, sur sa page Facebook.

Sur les ultra-sons on peut déjà être éventuellement inquiets quand on lit les informations du site belge de la prévention du danger au travail : « Ne pas stationner trop près des générateurs d’ultrasons, ou inutilement dans le local ou ils se trouvent. Il ne faut pas avoir de contact direct avec les bains de nettoyage ou les pièces qui y sont immergées pendant le traitement ultrasonore, ou alors, il faut utiliser des gants imperméables doublés de filets. » (Santé prévention, voir sources ci-dessous). Je rappelle que les ultra-sons sont capables de détruire des calculs rénaux, je vous laisse imaginer l’impact sur la matière quand l’usage est répété. Car oui, cette entreprise a prévu 2 tailles de tunnel et espère convaincre le secteur du commerce mais aussi les chefs d’entreprise et même les parcs d’attractions. Imaginez le nombre de fois auxquelles nous allons devoir passer dans cet objet…

Mais passons aux ultra-violets. En Belgique, le Conseil Supérieur de la Santé a le discours suivant qui est très clairement contre l’usage des UV pour la désinfection humaine : il « déconseille le recours aux lampe UV pour la désinfection de l’air ou des locaux dans le contexte de crise du Covid-19, sauf pour des applications médicales (dentisterie, stérilisation) et les secteurs hospitaliers et industriels qui ont des procédures standard bien contrôlées. Pour des raisons d’inefficacité et de santé, il n’est pas recommandé d’installer ces lampes dans des endroits peuplés, qu’il s’agisse de lieux fermés ou de lieux ouverts comme les terrasses. Les effets des rayons UV-C peuvent augmenter le risque de lésion occulaire et de cancer » (voir source ci-dessous).

Enfin le tunnel nous diffusera de l’acide hypochloreux. Voyons ce que c’est… Il s’agit du composant le plus réactif du chlore. Cependant,l’acide hypochloreux « se trouve naturellement dans les globules blancs des mammifères, y compris bien sûr le corps humain, il est non toxique et est utilisé comme solution de soin des plaies sans danger depuis de nombreuses années. Lorsqu’elle est dissoute dans l’eau, l’eau d’acide hypochloreux s’est avérée avoir de fortes propriétés de désinfection, combinées à ses caractéristiques de non-toxicité, elle a été identifiée comme un agent de nettoyage et un désinfectant idéal. Il a été identifié par l’Agence américaine de protection de l’environnement comme un désinfectant efficace contre le COVID-19, soutenu par des études cliniques. En raison de sa capacité à pénétrer les membranes des agents pathogènes, il est également utilisé comme désodorisant commercial. » (Acide hypochloreux – https://fr.qaz.wiki/wiki/Hypochlorous_acid).

Ce dispositif semble donc potentiellement dangereux à cause des ultra-sons et des UV. Si on ajoute l’usage répété (abusé même) du gel hydroalcoolique bourré de perturbateurs endocriniens potentiellement très graves pour la santé, le port du masque en continu, le stress lié à l’oppression quasi constante, la volonté vaccinale à tous prix y compris dans de futurs « vacci-drives » et autres « vaccinodromes » on peut dire qu’on a tous les éléments pour bien tomber malade. Et encore je n’ai rien dit sur la malbouffe et la surmédication… Je suggère de vous préparer à boycotter toutes ces « obligations » si vous voulez préserver votre santé.

Pour conclure je ferais un parallèle avec la série espagnole diffusée sur netflix «L’Autre Côté», série dystopique où le scénario fait sans doute un peu trop écho à l’actualité. Pourtant les épisodes ont été tournés avant le corona. Dans la série, ils ont aussi droit à leur « noravirus » et au couvre-feu, etc. Madrid est coupée en deux par ce genre de portique entre le secteur 1, celui des privilégiés, et le secteur 2, tous les autres. Le secteur 2 doit passer ce genre de portique pour aller travailler dans le secteur 1…

Sortons de la matrice…

Sources :

https://www.officiel-prevention.com/dossier/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/lutte-contre-le-bruit/la-prevention-des-risques-professionnels-des-ultrasons

https://www.health.belgium.be/fr/news/tunnels-de-desinfection-et-lampes-uv-c-risques-pour-la-sante

https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/les-secrets-d-un-desinfectant_22347

Vous m’offrez un thé ?

Vous soutenez ainsi une info libre ❤ Je vous remercie Anna

2,00 €

Un « Crop Circle »… de moutons !

Christopher Hogg (@goldenanorak sur Twitter si vous voulez lui parler) pédalait sur son vélo en ce 26 mars 2021 dans le Sussex, du côté de Brighton (sud-est de l’Angleterre) quand il a vu cette gigantesque forme ronde devant ses yeux ébahis. Il déclare d’abord avoir cru à un vaisseau spatial avant de réaliser qu’il s’agissait de moutons ! Christopher, chargé de cours à l’Université Royal Holloway, emprunte cette route tous les jours mais il a déclaré n’avoir jamais vu le troupeau se comporter de cette façon auparavant. « Les moutons sont généralement bruyants […] mais ce jour-là, ils étaient immobiles et calmes […] comme s’ils étaient en transe. C’était très étrange. » Le phénomène est d’autant plus intéressant qu’il apparait dans une région précise de l’Angleterre en relation avec Stonehenge qui est un lieu mythique primordial. Mais voyons maintenant l’explication apportée par Philippe François, un être que j’estime énormément et qui canalise des informations.

Comment expliquer un tel phénomène ?

Philippe François déclare sur sa page Facebook : « Un troupeau de moutons dans les champs à Brighton qui s’assemble dans une formation d’Unité, de Crop Circles, évidement il y a une intelligence à l’œuvre derrière …  » Il le voit comme un signe d’éveil collectif et nous ne manquerons pas de souligner l’humour qui se glisse derrière ce phénomène d’éveil de conscience réalisé par … des moutons. En ces temps d’hypnose collective, on ne peut qu’apprécier ce clin d’oeil, non ?

Philippe François poursuit sur la notion d’onde de forme : cette « Vibration particulière apportée sur Terre, les crop-circles ont une fonction vibratoire d’éveil et de réveil… » Il affirme ensuite que leur origine est bien extra-terrestre ! « Ils sont » bâtis » par les Pléiadiens et les Arcturiens sur une géométrie et logique fractale… Ils apparaissent dans une région précise de l’Angleterre en relation avec Stonehenge qui est un lieu extrêmement important. Stonehenge comme les pyramides d’Egypte ou du Mexique sont « des constructions » qui ont été réalisées par les Atlantes. Elles sont en relation étroite avec l’ancrage de certaines constellations dans ce monde… Il existe de nombreuses projections de constellations au sein de votre globe Terrestre. La projection de la constellation de la Vierge est réalité, effectivement, sur le chemin de St Jacques de Compostelle … La projection de la constellation de la Grande Ourse est présente au Mexique. La projection de la constellation d’Orion est dessinée, de manière parfaite, en Égypte. La projection de la constellation des Aigles, Altaïr, est réalisée, de manière parfaite, au niveau de Teotihuacan. Rappelez-vous qu’il existe une résonance descendante et ascendante mais qui incarne la Vérité de la Lumière. Ainsi en est-il de tout ce qui existe au sein de cette densité. » (Il parle de notre troisième densité ou troisième dimension, la 3d).

Philippe François poursuit en précisant le rôle fascinant des pyramides pour finalement en revenir à notre sujet : « Les pyramides, quand elles retrouvent leurs fonctions, sont des translateurs dimensionnels et des connecteurs dimensionnels, à différencier des portails et vortex dimensionnels. Les pyramides, où qu’elles soient sur cette planète, sont des ancrages de la Lumière et des ancrages multidimensionnels. Elles permettent, littéralement, la Résurrection et la Translation Dimensionnelle. Elles sont des accumulateurs liés à ce que vous appelez « ondes à effets de forme » permettant de transcender les limites de la Vie au sein de cette dimension… Stonehenge est liée aux Maîtres du Temps, à Chronos, au calendrier cosmique et au calendrier humain qui sont reflétés par une civilisation et une constellation qui est les Pléiades… Les lignes de temps de la Matrice, de l’Histoire humaine s’effondrent et donc viennent se régler sur le temps de l’Unité si on peut dire, pour mettre une image sur cet alignement entre les calendriers … mais le temps en Unité n’existe pas, c’est l’Ici et maintenant…!!!« 

Si je vous partage les explications de cet homme, c’est parce que cela entre en résonance avec beaucoup d’enseignements que j’ai reçus et d’informations que je récolte depuis des années.

A. Scheele ©Technosphere

Sources :

Philippe François https://www.facebook.com/profile.php?id=100013321055712

The Sun du 10 avril 2021 https://www.thesun.co.uk/news/14604921/mystery-sheep-stand-bizarre-circle-baffled-alien/

logo-carre-inspi-2

Appel à contribution

J’ai choisi d’écrire de façon libre, je renonce aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤

2,00 €

Les plantes du sevrage

Ces plantes vont toutes agir sur les zones du cerveau qui contrôlent les envies irrépressibles. Prévoyez quelques semaines, voire plusieurs mois. Peu importe le temps que vous vous accorderez, l’essentiel est de parvenir à vos fins. Donc ne vous mettez aucune pression sur la durée de votre sevrage.

Vous avez choisi votre jour de départ ?

Les premiers jours du sevrage, vous pouvez continuer à consommer les produits addictifs (tabac, alcool, drogues) sauf pour la dépendance aux antidépresseurs où il faut absolument avoir arrêté peu à peu avant de commencer le sevrage par les plantes.

Nous allons combiner aromathérapie (essences de plantes, huiles essentielles) et phytothérapie (plantes ou médicaments à base de plantes).

Huiles essentielles, se procurer les 2 flacons suivants :

  • Un flacon d’huile essentielle d’Angélique (Angelica archangelica) : Cette fabuleuse plante va éviter les réflexes de notre système nerveux qui se produisent lors d’un sevrage comme l’augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle tout en favorisant la détente, voire le sommeil. De plus, du point de vue énergétique, cette plante repousse les mauvaises énergies donc favorisera votre volonté afin de terminer avec succès ce sevrage. Rien ni personne ne doit vous décourager ! (pensez donc aussi à fuir les gens qui vont vous proposer les produits que vous cherchez à oublier).
  • Un flacon de litsée citronnée (Litsea citrata) aussi connue sous le nom de « verveine exotique » qui saura vous apporter un grand calme. Cette plante a aussi des pouvoirs antidépresseurs.
Je cultive l’Angélique archangélique chez moi, voici un plant devant la table de massage qui me sert à réaliser des soins énergétiques. Elle est la seule plante qui est aussi proche de moi physiquement et j’ai ensuite découvert que traditionnellement les sorciers en mettaient devant chez eux afin d’éloigner les mauvais esprits.

Comment utiliser ces deux huiles essentielles ? C’est simple : vous en sortez 2 gouttes de chaque sur un support type mouchoir et vous allez les respirer plusieurs fois par jour surtout au moment des envies de consommation. Je vous conseille de respirer amplement en vous inspirant de la cohérence cardiaque (voir https://technosphere.live/2019/06/21/le-miracle-de-la-coherence-cardiaque/) car cette respiration va aussi contribuer à vous faire revenir au calme et à éventuellement réguler votre rythme cardiaque. Vous pouvez aussi appliquer ces gouttes sur vos poignets et les frotter ensuite doucement l’un contre l’autre en sentant profondément les odeurs, pendant quelques minutes.

Ces huiles essentielles sont à éviter chez la femme enceinte ou allaitante. De plus, attention si vous appliquez l’Angélique archangélique directement sur la peau car elle réagit au soleil.

En plus, on fera une cure avec un duo des plantes suivantes, au choix selon votre profil (à déterminer avec un naturopathe en cas de doute) :

  • Le Pavot de Californie (Eschscholzia californica) : de la même famille que les Pavots à Opium, il n’est cependant absolument pas addictif tout en ayant les mêmes propriétés calmantes. Vous pouvez donc l’utiliser comme calmant nerveux : il régule le système cardiaque et est hypotensif. (à éviter en cas de glaucome et chez la femme enceinte ou allaitante). On l’absorbe en EPS (extrait de plante sèche) sans sucre, ni alcool (vérifiez la composition de ce que vous achetez !)
  • La Valériane (Valeriana officinalis) : cette plante à l’odeur étrange était déjà connue des Grecs pour son pouvoir somnifère. En effet, elle est formidable pour réduire l’anxiété liée à un sevrage et induit le sommeil sans accoutumance. On la consomme en décoction en utilisant la racine séchée : infuser de 2 g à 3 g, pendant 5 à 10 min, dans 150 ml d’eau bouillante. Prendre de 30 à 60 minutes avant de se coucher ;on la consomme aussi possiblement en EPS (extrait de plante sèche) sans sucre, ni alcool toujours !
  • Le Chanvre à cannabidiol (CBD) (Cannabis sativa) réduit le craving et l’anxiété des individus dépendants à l’héroïne et aux opioïdes. C’est la conclusion de l’étude réalisée à l’Icahn School of Medicine du Mont Sinaï (à New York), présentée dans l' »American Journal of Psychiatry« . L’étude confirme aussi les effets anti-stress du CBD avec une baisse de la fréquence cardiaque et du taux de cortisol. Par ailleurs, concernant l’alcoolisme, le CBD est aussi très encourageant : « Les cannabinoïdes sont capables d’agir comme des agents neuro-protecteurs qui réduisent l’hyperexcitation dans le cerveau, en supprimant ainsi le manque et le besoin de boire. » (cf. https://www.kalapa-clinic.com/fr/alcoolisme-traitement-cannabis-medicinal/). Aux USA, la consommation d’opioïdes est très forte (première cause de mortalité devant les armes à feu !) les médecins prescrivent à leurs patients toxicomanes des produits contenant à la fois du THC du CBD pour apaiser la douleur liée au manque des opioïdes (cf. https://cbdissimo.com/blog/post/cbd-dependance-drogue-alcool-tabac.html). Le CBD est aussi utile pour se désintoxiquer du tabac. Le dosage est à trouver en fonction de chacun (pas d’overdose ni de dépendance avec le CBD). On commence avec la dose minimale puis on augmente peu à peu jusqu’à ce que vous trouviez votre dose confort. Ce sont les fleurs de CBD en vaporisation qui offrent les effets les plus rapides, en seulement quelques minutes. A prendre à 2h de tout autre traitement.
  • La Passiflore (Passiflora incarnata) peut grandement vous aider dans la dépendance à l’opium et à ses dérivés. On la prend en infusion : 1 cuillère à café de passiflore séchée par tasse et en boire 3 tasses tasses par jour, on peut aussi la trouver en gélules : pas plus de 3g par jour, on la trouve aussi en teinture mère (la choisir sans alcool) et en avaler 50 à 100 gouttes par jour. Pas d’excès sinon gare aux maux de tête ! https://technosphere.live/2017/11/25/stress-insomnie-pensez-a-la-passiflore/
  • Le Safran (Crocus sativus) Le safran était déjà connu dans l’Antiquité pour soigner les âmes tourmentées. En plus d’être efficace sur la dépression, l’épice la plus chère au monde présente des effets positifs sur l’anxiété et les troubles du sommeil. En effet, le safran impacte la sphère neuro-psychologique et agit sur la sérotonine et la dopamine. Couplée à la Rhodiole elle est encore plus efficace pour son action anti-dépressive. Et sans effets secondaires ni accoutumance… Autre point intéressant: le safran boostera votre libido souvent en berne en période de sevrage. On le trouve en gélules par exemple (se fier au dosage recommandé du fabriquant) ou bien sûr sous sa forme naturelle d’épice. Déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes.
Un champ de Safran
  • La Rhodiole (Rhodiola rosea) est une fabuleuse plante adaptogène, c’est à dire qu’elle s’adapte à nous et à nos besoins. Elle est anxiolytique et agit autant sur le stress physique que psychique ! On l’avale en extrait sec standardisé avec un comprimé le matin et un autre à midi. On évite le soir car elle donne de l’énergie. Plante à éviter chez les personnes bipolaires ainsi que chez les femmes enceintes ou allaitantes.
  • La Griffonia (Griffonia simplicifolia) contient le 5-HTP précurseur de la sérotonine 😀 Vérifiez que l’extrait que vous prendrez contient un minimum de 15% de 5-HTP. Toujours démarrer la cure avec la plus faible dose puis augmenter peu à peu si besoin (comme avec le CBD).
  • Le Kudzu (Pueraria lobata) : cette racine me fascine particulièrement et je lui avais consacré un article complet https://technosphere.live/2020/01/09/sevrage-kudzu-drogue-alcool/ . Elle est vraiment très forte cette plante asiatique puisque ses principes actifs agissent sur la sérotonine et le GABA, deux neurotransmetteurs impliqués dans les addictions. Elle est particulièrement efficace pour le sevrage alcoolique et tabagique.
  • L’Iboga, appelée « bois sacré » par les Gabonais est connue pour être la plante la plus efficace pour soutenir le sevrage des drogues dures mais la grosse demande occidentale a fait grimper les prix en flèche et mis en danger les réserves d’iboga du Gabon. Voyez cet article qui parle même de pillage et de contre-bande, voire de falsification de la plante entraînant des soucis de santé ! https://www.gabonreview.com/iboga-trafic-contrefacon-pillage-et-massacre-de-lame-du-gabon/

Idées d’associations de plantes :

  • Pour le sevrage de somnifères: la Valériane et le Pavot de Californie
  • Pour le sevrage des benzodiazépines : la Valériane et la Passiflore
  • Pour le sevrage du tabac : Valériane et Kudzu
  • Pour le sevrage d’alcool : Kudzu et Passiflore
  • Pour le sevrage des opiacés : CBD et Safran (par exemple !)
  • Pour effet anxiolytique : Rhodiole et Passiflore
  • Pour effet antidépresseur : Safran et Griffonia

Pendant combien de temps cette cure ? au moins 3 semaines à renouveler si besoin, parfois la plante choisie n’est pas celle qui vous conviendra parfaitement alors tentez une autre combinaison de végétaux. Je rappelle que les plantes peuvent être extrêmement puissantes. D’ailleurs beaucoup de drogues dures ou de médicaments sont issus des plantes. Croyez en elles, renseignez-vous sur elles, ressentez leurs effets, une plante a un esprit, essayez de le ressentir.

Je vais conclure en suggérant d’autres pistes complémentaires : je vous conseille aussi l’usage de l’eau et surtout des bains. Alors si vous avez accès à une baignoire ce serait une bonne idée pour vous chouchouter et vous calmer, en ajoutant quelques gouttes de lavande officinale en huile essentielle : dans un petit récipient mettez dix gouttes d’huile essentielle de lavande mélangées à une cuillère à soupe d’huile végétale type huile d’olive (je préfère utiliser l’huile de pépins de raisin, légère et sans odeur), mélangez, mettez dans l’eau chaude du bain et massez-vous la poitrine et le plexus solaire avec les gouttelettes en suspension. Respirez amplement et profitez au moins 30 minutes en vous relaxant, en vous massant, en écoutant une musique apaisante ou rien juste un silence ressourçant.

Privilégiez le sommeil et exposez vous au soleil. Prenez soin de vous revitaliser et réfléchissez à votre alimentation qui devra être la plus nutritive possible, pensez aussi aux oméga 3, au magnésium et aux vitamines du groupe B. Hydratez-vous bien également avec une eau pure. Par ailleurs, pratiquez la marche, reconnectez-vous à Gaïa https://technosphere.live/2020/12/01/pourquoi-marcher-en-pleine-conscience/ et https://technosphere.live/2018/09/21/les-10-benefices-dune-simple-marche-en-foret/. Pratiquez la relaxation ou le yoga ou toute méthode qui vous apportera du bien-être (sophrologie, hypnose, EFT, PNL…), l’art-thérapie aussi peut être très puissant, à vous d’aller vers ce que votre coeur vous dit. Je recommande aussi un bon nettoyage énergétique et un « reboostage » en énergies neuves et positives (ma spécialité avec l’usage des plantes) car cela vous fait partir d’un pied neuf sur votre chemin de vie.

Pensez aussi à éliminer vos toxines et autres substances grâce à des plantes dépuratives type pissenlit (très complet et éventuellement gratuit), chardon-Marie, romarin et aliments type artichaut, radis noir, beaucoup de fruits et légumes, des eaux d’ortie, prenez soin de manger au plus simple et au plus frais (mettez vous à jardiner, même en pots !). Pensez aussi au sauna ou au hammam voir https://technosphere.live/2018/05/30/sauna-pourquoi-se-faire-transpirer-comme-les-finlandais/

Enfin, pensez aux sons type battements binauraux à écouter partout sauf au volant ! Le battement binaural met votre cerveau sur la fréquence désirée, pourquoi pas la fréquence delta du sommeil ! Ou la fréquence alpha de la détente. Pour davantage d’informations, je vous conseille mon article sur ce sujet https://technosphere.live/2018/07/10/battements-binauraux-cerveau-frequences/

Parlez à votre médecin ou à votre addictologue si vous avez envie de tester les plantes, osez éventuellement lui affirmer que vous voulez essayer de vous sevrer sans passer par exemple par le subutex, la méthadone ou les antidépresseurs/anxiolytiques… Après tout, notre santé nous appartient. Enfin, les naturopathes sont prêts à travailler avec les médecins, nous sommes complètement ouverts à cela et notre vision globale de la santé peut les intéresser/inspirer.

Je vous envoie plein de force pour réussir votre sevrage dans les meilleures conditions, aimez-vous / pardonnez-vous

Anna, naturopathe & énergéticienne ©Technosphere

Vous m’offrez un thé pour me remercier ?

J’ai choisi d’écrire de façon libre, je renonce aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤

2,00 €

Sources :

https://www.santelog.com/actualites/opioides-le-cannabidiol-pour-reduire-la-dependance

Magazine Plantes & Bien-être, n°56, Janvier 2019 « Les plantes du sevrage« 

https://www.alternativesante.fr/depression/le-safran-une-epice-rareau-service-des-depressifs

https://objectifdetox.fr/plantes-et-sevrage-psychotropes/

Mes cours de naturopathie


			

La descendante d’Eisenhower dénonce la cabale et ses projets diaboliques

Laura Eisenhower est l’arrière petite-fille de l’ancien président américain Dwight David Eisenhower (1890-1969). L’ancien général cinq étoiles, qui commandait les forces alliées en Europe pendant la seconde guerre mondiale est connu pour avoir établi des contacts exo-planétaires avec des êtres de type « nordiques » mais aussi avec ceux que l’on nomme les « gris » rapporte le Daily Mail en 2012. Les passionnés d’ufologie le savent depuis longtemps, mais c’est la première fois qu’une confirmation nous provient d’un ancien consultant du Congrès américain et du Pentagone, dans l’émission de Frank Skinner, « Opinionated », sur la BBC2. D’après lui, les entretiens auraient eu lieu en 1954 à la base Air Force d’Holloman, au Nouveau Mexique.

M.Good a précisé que de nombreuses personnes avaient été témoins de ces rencontres en ajoutant que :« Les Aliens ont établi des contacts formels et informels avec des milliers de gens à travers le monde et de tous horizons ».

Laura est une chercheuse et conférencière sur les thèmes de la santé, de l’exo-politique, de l’alchimie, de la métaphysique et de l’histoire galactique. L’un de ses buts est de nous libérer de la boucle temporelle holographique de troisième densité (ou troisième dimension), des faux systèmes archoniques et du complexe militaro-industriel. Elle dévoile des agendas cachés afin que nous puissions reprendre notre pouvoir. Elle souhaite par dessus tout inspirer la conscience d’unité et nous ramener au point zéro énergétique, au champ unifié et à la totalité de nos pouvoirs divins. (cf. biographie de son site indiqué en source en bas de cet article).

Pour Laura, les « élites » ont conclu des accords avec des forces noires pour réaliser leurs plans criminels, en utilisant l’argent des contribuables. Ils auraient des projets secrets dans l’espace, des technologies qui nous sont inconnues et une volonté de contrôle mondial, bafouant ainsi les lois cosmiques les plus basiques.

Laura s’adresse à l’État Profond : «… ne croyez pas que vous pouvez soudainement nous mettre des vaccins dans le bras pour nous utiliser comme votre propriété, quelque chose d’autre vient derrière tout ça, désactivant complètement votre capacité à nous extorquer un consentement. Nous sommes des êtres souverains et ce plan est une violation des codes de la Création ».

Elle parle d’extra-terrestres bienveillants et malveillants mais aussi de manipulation d’ADN et de manipulation tout court d’ailleurs, afin de nous maintenir dans l’ignorance, la division et la souffrance. Elle dit que nous devons cesser de nourrir ces monstres. Et elle a bien raison. Nous devons absolument retrouver notre pleine conscience et redevenir des humains libres et souverains.

Je pense que la situation mondiale actuelle dépasse largement notre humanité et qu’elle résulte d’un conflit multidimensionnel et millénaire.

Voici sa prise de parole sous titrée en français, à vous de vous faire une opinion.

Bien à vous, Anna Scheele ©Technosphere

Vous m’offrez un thé ?

J’ai choisi d’écrire de façon libre, je renonce aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤

2,00 €

Sources :

https://www.dailymail.co.uk/news/article-2100947/Eisenhower-secret-meetings-aliens-pentagon-consultant-claims.html?ito=feeds-newsxml

https://www.whitehouse.gov/about-the-white-house/presidents/dwight-d-eisenhower/

Le site de Laura Eisenhower https://cosmicgaia.org/

Eviter bébé de façon naturelle

Des idées simples pour celles qui ne veulent plus malmener leur corps à coups de pilule, stérilets hormonaux ou implants.

Connaître sa période de fertilité (méthode Ogino)

Il faut d’abord connaître la longueur de ses cycles menstruels, c’est-à-dire le nombre de jours entre le premier jour des règles et le premier jour des règles suivantes. Le plus souvent, le cycle dure 28 jours. Imaginons qu’il dure 29 jours. On retire 14 jours pour connaître le jour de l’ovulation, soit au jour 15 (29 jours – 14 jours). On sait que la fertilité commence 72 heures avant l’ovulation (soit trois jours, donc jour 12 dans notre exemple). Elle augmente jusqu’au jour de l’ovulation (jour 15) puis s’arrête 1 jour après. Cette méthode connaît environ 20% d’échecs car parfois le cycle varie.

Pratiquer la symptothermie, la méthode la plus complète

Pensée par un médecin autrichien, cette méthode de contraception naturelle réunit plusieurs indices de fertilité : la fluctuation de la température corporelle au réveil, la modification des glaires cervicales (nom très poétique donné aux sécrétions du col de l’utérus), ainsi que la position du col de l’utérus.

La combinaison d’au moins deux de ces observations permet alors d’identifier trois phases du cycle :

  • infertilité pré-ovulatoire certaine
  • fertilité forte/faible
  • infertilité post-ovulatoire certaine

En combinant toutes ces observations, le taux d’échec n’est que de 2% selon l’OMS !

Certes, l’autopalpation du col n’est pas évidente. Elle nécessite d’être à l’aise avec son corps mais cela s’apprend simplement et en trois à six cycles on sait identifier correctement la « fenêtre de fertilité ».

Cette période fertile dure environ huit jours. Elle se calcule en considérant

  • La durée de vie des spermatozoïdes dans la glaire cervicale, soit environ six jours
  • La durée de vie de l’ovule dans la trompe utérine, soit 12 à 24 heures, donc environ un jour.

Cette fenêtre de fertilité s’ouvre quand la femme repère l’arrivée de la glaire cervicale et se ferme grâce aux deux critères (glaire et température).

Un petit manuel en accès libre vous attend ici https://symptothermie.com/

Et du côté des plantes ?

Le grémil (lithospermum officinalis) et surtout la variété de grémil lithospermum ruderale sont anti-ovulatoires.

Lithospermum ruderale (litho : la pierre et spermum : la semence, la graine)

Des femmes amérindiennes font macérer la racine du grémil dans l’eau froide ou bien la lyophilisent. Ensuite, elles en avalent un petit morceau chaque jour. Le degré de stérilité obtenu varie en fonction de la dose et de la durée du traitement. La méthode ancestrale consiste à absorber cette racine pendant six mois pour devenir carrément infertile ad vitam aeternam.

Une telle plante devrait obtenir le plein statut de contraceptif et pourtant, étrangement, aucun laboratoire n’a élaboré quoi que ce soit. On trouve cependant des gélules de grémil ou la plante en vrac à prendre en infusion ou bien encore des teintures-mères (herboristeries en ligne par exemple) mais officiellement pour dissoudre des calculs rénaux et biliaires. Elle soigne aussi les rhumatismes et la goutte. On l’a également employée en usage externe pour éliminer les corps étrangers dans l’oeil. Enfin si vous choisissez de tester cette racine, je ne veux pas être responsable d’un bébé grémil ! 😉

Un autre végétal aurait des fonctions contraceptives : les bourgeons de la splendide fougère arborescente cyathea intermedia – espèce endémique de la Nouvelle Calédonie ! le bourgeon inhiberait l’hormone lutéinisante (ou gonadotropine B) dont le rôle est de provoquer la rupture des follicules et de favoriser la formation du corps jaune (phase lutéale de l’ovulation). Cette fougère impressionnante peut atteindre 35 mètres de hauteur (j’imagine que des amoureux et amoureuses transis ont dû grimper très haut pour chercher des bourgeons… ). Ils font partie de la pharmacopée traditionnelle kanak mais bizarrement aussi pas un seul laboratoire ne s’est penché sur cette possibilité d’autant plus que la gemmothérapie est « à la mode ».

Fougère arborescente – Cyathea intermedia – Nouvelle Calédonie

La contraception hormonale n’est pas la seule option conventionnelle possible.

Le stérilet au cuivre est très efficace (0,8% d’échec en condition réelle d’utilisation) et peut désormais être proposé à des jeunes femmes n’ayant pas eu d’enfants.

Je conclus en ajoutant de faire attention à la méthode du retrait : le coït interrompu (l’homme se retire avant l’éjaculation) est toujours courant. Cette pratique est frustrante pour l’homme et anxiogène pour la femme (va-t-il se retirer à temps ?) et sa fiabilité est très relative. En effet, en condition réelle, le taux d’échec est de 19% par an. L’explication est double : il n’est pas facile de se retenir à chaque fois et le liquide séminal émis avant l’éjaculation contient parfois quelques spermatozoïdes !

A chacune de décider en toutes connaissances de cause. Parlez-en avec votre médecin traitant ou votre gynécologue.

Je rappelle à tout hasard que le préservatif est la seule façon d’éviter d’attraper des maladies sexuelles type sida, herpès, syphilis… à ne pas oublier si la relation est épisodique ou débutante.

Anna Scheele ©Technosphere 2021

Faire un don pour soutenir ce site totalement LIBRE de pubs.

Vous m’offrez un thé pour me remercier ? 🙂

J’ai choisi d’écrire de façon libre, je renonce aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤

2,00 €

Sources :

https://symptothermie.com/ Fondation suisse dont la vocation est la démocratisation et la divulgation de cette méthode par un didacticiel qui existe en huit langues. Son application mobile « sympto » a été classée numéro 1 parmi les applications fondées sur la méthode symptothermique, par l’étude Facts du 7 juillet 2016.

https://www.zoom-nature.fr

https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HerbierMedicinal/Plante.aspx?doc=gremil_hm

http://clinique-rennes.fr/mp-le-reperage-de-lovulation

Cannabis : CBD ou THC ?

Beaucoup de clients et d’amis me parlent du cannabis en me demandant si cela est vraiment une plante miraculeuse. Alors bien sûr, ils me demandent cela à moi, grande amoureuse du chanvre, donc ma réponse est sous entendue. Pourtant, je modère mes réponses car le THC ne convient pas à tout le monde, ni le CBD d’ailleurs, et encore plus fascinant : il semble que les deux molécules soient complémentaires !

Je rappelle que dans le chanvre, il n’y pas que ces deux molécules cannabinoïdes (THC et CBD) mais des dizaines ! Pour le moment, les chercheurs en ont recensé quatre-vingt cinq ! Il est aussi intéressant de savoir que d’autres plantes que le cannabis produisent des cannabinoïdes, comme le gingembre ou le poivre noir… Et que notre propre corps est truffé de récepteurs endocannabinoïdes ! Autrement dit, notre corps reconnaît et utilise ces molécules ! Notre système endocannabinoïde (SEC) gère diverses fonctions physiologiques (fonctions motrices, mémoire, motivation, énergie, douleur et émotion) [Piomelli D. The molecular logic of endocannabinoid signalling. Nat Rev Neurosci 2003 ; 4 : 873–884. [CrossRef] [PubMed] [Google Scholar]].

Parmi les cannabinoïdes les plus connus, on trouve évidemment le THC dont le nom complet est delta-9-tétrahydrocannabinol. Le THC est la molécule la plus présente dans les plants de « Cannabis sativa L » (rien à voir avec sativa/indica, on parle ici du nom générique du cannabis avec THC). C’est le THC qui entraîne l’effet psychoactif, c’est-à-dire l’effet planant car il imite un neurotransmetteur naturellement produit par le corps humain, l’anandamide, appelée aussi «la molécule du bonheur» (« Ananda »signifie « béatitude » en sanskrit).

Le chanvre contenant davantage de molécules CBD ou cannabidiol ne se fixe pas sur les mêmes récepteurs que le THC et empêche même le THC d’agir à 100% puisqu’il en atténue l’effet psychoactif ! Le CBD empêcherait donc le fameux « bad trip » que certains fumeurs de THC ont certainement déjà connu.

En fait, le CBD n’a pas d’effet psychoactif (vous ne pouvez pas être défoncé avec du CBD), alors que le THC est largement utilisé pour ses effets récréatifs qui toutefois peuvent révéler des fragilités psychologiques (le THC peut causer de l’anxiété ou révéler une schyzophrénie par exemple !), alors que le CBD n’est absolument pas dangereux (au pire vous vous endormirez !). Contrairement au THC, le CBD a des propriétés antipsychotiques et est testé comme médicament pour les personnes atteintes de schizophrénie ! Le CBD est donc une option de traitement efficace en tant qu’anti-inflammatoire, anti-douleur, anti-anxiété et anti-psychotique, sans effet ressenti psychoactif qui peut nous mettre en danger.

Cependant, il serait extrêmement réducteur d’affirmer que que le chanvre à CBD procure les mêmes avantages que le chanvre à THC mais sans la « défonce ». En effet, le THC ne se réduit pas à son « high » et souvent il faut associer CBD et THC afin d’optimiser les bénéfices ! Nous l’observons parfaitement sur cette magnifique roue des cannabinoïdes, vue sur Leafly et traduite par le magazine Newsweed :

Quand on compare les molécules de CBD et THC, on se rend bien compte que leur structure est très proche. Leur composition chimique est en effet exactement la même. La différence, apparemment infime, repose dans l’arrangement de ces atomes entre eux et plus particulièrement la position d’un seul atome d’hydrogène. Les différences entre le CBD et le THC se manifestent donc principalement au niveau de leurs effets et de leur complémentarité. D’ailleurs, il arrive en herboristerie que l’on soigne mieux certaines pathologies avec le « totum » de la plante, c’est à dire la totalité de la plante et non juste une partie ou juste une molécule isolée. Reste à connaitre les dosages précis des variétés de chanvre que l’on va choisir, je vous conseille donc des enseignes sérieuses et toujours des plants biologiques sous peine d’absorber les éléments nocifs d’engrais chimiques.

Les français qui consomment du CBD sont souvent passés par une consommation classique de « Cannabis sativa L »‘ contenant le THC, le fameux « delta-9 tétrahydrocannabinol » qui modifie l’état de conscience et donc est classé comme stupéfiant par l’état français (alors que conduire sous méthadone ou somnifères est légal… ). « Fumeuse de THC depuis de nombreuses années, je consomme également du CBD sous forme d’huile depuis près de 3 ans. Pour mon cas perso, je ne pense pas que le CBD puisse remplacer le THC car en fait ils sont tous 2 complémentaires, l’un inhibant les effets de l’autre (Le CBD diminue l’effet du THC, NDLR). J’ai déjà essayé de l’herbe CBD mais pas convaincue du tout surtout que le CBD étant très sensible à la chaleur, la majorité de ses propriétés part en fumée. Mieux vaut le consommer en huile selon moi et le consommer pour sa santé, pour notre système endocannabinoïde. J’ai aussi intégré pas mal de produits alimentaires basé sur le chanvre comme farine, graines… » Isa

Attention, on peut trouver des cannabinoïdes de synthèse qui ont de graves conséquences sur la santé et sur le cerveau.

THC illégal vs CBD légal

En France, les produits contenant moins de 0,2 % de THC – la substance psychotrope du cannabis – sont autorisés légalement. Et Ô miracle ! La France vient enfin d’autoriser l’usage du cannabis thérapeutique (avec THC donc), sur 5000 patients en grande souffrance ! Voir article du « Quotidien du médecin »).

Le CBD comme aide au sevrage ?

Comme le kudzu, le chanvre à CBD fait partie de ces plantes qui pourraient servir dans le cadre d’un protocole de sevrage alcoolique, tabagique, aux opiacés, etc.

« J’ai remplacé le thc par le cbd en fumant + de cbd au départ et ne fumant pas du tout de thc puis je n’ai pas refumé de thc pendant plusieurs mois. Maintenant je baisse le taux de cbd que je fume et je suis a un taux entre 0,7% et 0% et je suis désintoxiquée du thc. » Bandita

Pour finir, méfiez-vous de ces entreprises qui vendent du CBD sous forme de cristaux, e-liquides, fleurs, huiles, résines, dentifrice, mascara, gel douche, glaces et même poulet rôti ! Certaines sont même côtées en bourse ! Regardez toujours si le produit est réalisé dans le respect du Vivant.

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere

Merci à Sandrou Krashou Suricate pour la photo de couverture, elle est une peintre très proche de la nature qui peint beaucoup le monde animal mais aussi végétal, avec justement un amour partagé avec moi pour cette plante magicienne qu’est le Chanvre. Voici le lien vers la page Facebook de cette artiste : https://www.facebook.com/Hardy.sandrart/

Toile de Sandr’art

Sources :

love-1400559_1920

Vous m’offrez un thé pour me remercier ?

J’ai choisi d’écrire de façon libre et d’être dans le vrai, je renonce donc aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤ Anna

2,00 €

L’état veut taxer la Free !

La préfecture du Finistère avait exigé 12 000 euros pour un rassemblement free et légal, devant réunir environ 2000 personnes ! L’info date de 2017 mais je juge utile d’en écrire un article car c’est très grave : non seulement la Préfecture autorise ou non les évènements mais maintenant elle impose en prime des factures exorbitantes à… des bénévoles.

Et attendez, ce n’est pas tout ! La préfecture du Finistère avait aussi exigé que les organisateurs mettent en place un … dispositif anti-terroristes ! Mais laissez nous rire ! Si l’état avait si peur des terroristes, ils auraient posté un garde armé devant chacune de nos écoles ! Au lieu de cela, on y entre comme dans un moulin (je l’ai fait plein de fois : entrer comme je voulais dans un établissement recevant du public, je n’avais qu’à pousser la porte pour me retrouver en 5mn au coeur du bâtiment). Ce qui nous prouve que l’état s’amuse de nous, l’état n’aime pas la free, l’état hait la liberté, l’état vomit la jeunesse et encore plus la gratuité.

Je rappelle que par nos simples achats quotidiens, l’état prend un cinquième de la somme sur chaque produit et que ces sommes sont censées payer par exemple nos fonctionnaires, comme des gendarmes qui font la circulation… Inutile donc de venir quémander une somme folle que ne pourront jamais donner les participants à la free… puisque le principe est justement la gratuité. Les donations ont toujours servi à payer le gasoil du groupe électrogène, jamais à enrichir qui que ce soit.

En revanche, nous attendons toujours que l’enquête sur la mort tragique de Steve démarre enfin.

Nous attendons aussi la restitution du matériel « saisi » pour ne pas dire « volé » tout au long de multiples années de répression illégitime.

Nous exigeons aussi la libération de notre camarade enfermé pour une soi-disant organisation de soirée à la rave de Lieuron. Depuis quand, en France, la présomption d’innocence est bafouée ? Depuis quand un violeur d’enfant prend 4 ans avec sursis pendant qu’un jeune fêtard se voit incarcéré pour des faits qu’il n’a sûrement pas commis ? Quel est ce pays dans lequel nous vivons ? Le pays des Droits de l’Homme ? Pas du tout ! Une dictature de l’argent, qui fonctionne sur de vilaines sociétés secrètes et qui spolie ses habitants à coups de taxes injustes.

Il va être temps d’agir et de créer une autre façon de vivre ensemble, en dehors de la peur et de l’argent bien trop puissant. Je revendique personnellement la légitimité de la création d’une nation libre (free nation ?), à échelle mondiale, inspirée de la ZAT de Hakim Bey. Il est possible de faire valoir notre identité humaine sur notre identité civile officielle, et de reprendre ainsi sa souveraineté bien trop bafouée par des gouverne.ments mortifères.

#FREE

Anna Scheele ©Technosphere

Sources :

ZAT, petit livre précieux de Hakim Bey (Zone d’Autonomie Temporaire), mai 1997, Éditions de l’Éclat, Paris. isbn 2-84162-020-4. – Reportage Tracks sur ZAT et Hakim Bey https://www.youtube.com/watch?v=xYlJ8sULpi0

COMMUNIQUÉ DE PRESSE de la coordination nationale des Collectifs de Sound Systems
La Fête Libre refuse le racket des fêtes techno amateurs par le Ministère de l’Intérieur.

Alors qu’il devient de plus en plus difficile d’organiser une fête techno dans les règles lorsqu’on est amateurs en France, la préfecture du Finistère vient de franchir une étape supplémentaire. En effet, elle exige des organisateurs d’une free party légale de payer pour l’intervention de la gendarmerie sur leur manifestation et présente ainsi une note de 12 000€, pour un rassemblement qui devrait accueillir environ 2000 personnes.
Nous comprenons, acceptons et nous sentons totalement concernés par les opérations de sécurité routière en relayant les campagnes de prévention, notamment en distribuant des éthylotests, flyers… avec le soutien des associations de Réduction des Risques.
Cependant nous ne pouvons accepter que ces dispositifs de contrôle soient à la charge de l’organisateur, surtout sur un rassemblement festif d’aussi faible importance. Comme l’ensemble des citoyens nous contribuons déjà par l’impôt et les taxes au financement des forces de l’ordre de ce pays.
Nous refusons de payer une facture supplémentaire, surtout pour des évènements culturels ouverts à tous et gratuits. Lors de cette même réunion, la préfecture demandait aux organisateurs de mettre en place d’importants dispositifs anti-terroristes, tout en signalant que le Ministère de l’Intérieur ne donnerait aucune aide pour cela.
Ces deux exigences sont considérées comme obligatoires pour que la fête se tienne, sinon elle serait annulée, comme de nombreux festivals techno en France ces dernières semaines, notamment à cause de l’état d’urgence. Il appartient au gouvernement de sécuriser la vie culturelle de ses citoyens contre le terrorisme et pas à ceux qui la font vivre, a plus forte raison quand il s’agit de bénévoles! Ce n’est pas aux artistes de payer les conséquences de l’état d’urgence.
Nous refusons une société ou l’intimidation force ceux qui ont moins de moyens à rester chez eux alors que les plus riches peuvent festoyer à l’abri. Cela ne concerne pas que les fêtes techno, mais l’ensemble du secteur culturel qui se trouve ainsi à la merci de facturations arbitraires et sans mode de recours aucun. Les préfectures sont à la fois juge et partie, « prestataires » et décideurs en termes d’autorisation.
Nous appelons tous les organisateurs de spectacle en France, quels que soient leur statut, à réagir pour stopper cette dérive !
En juin dernier, nous adressions un courrier au Premier Ministre pour demander un rendez-vous pour faire le point sur le dossier Free Party, dans un esprit de dialogue et de concertation. Depuis nous n’avons reçu aucune réponse.
Par solidarité avec nos collègues bretons et dans l’attente de plus amples explications sur cette nouvelle doctrine, nous suspendons au niveau national tout projet de manifestation légale et toute démarche de concertation avec les préfectures.

Coordination Nationale des Collectifs de Sound Systems

La techno ou l’émergence d’une nouvelle culture – 1999

À mon ami Gaël Loret, Alias « Sweetback », One Love

Je publie ce travail d’analyse sociologique et culturelle 22 ans après l’avoir présenté à un jury d’universitaires grabataires et néanmoins fascinés par le mouvement techno qu’ils ne connaissaient pas. Ils m’avaient félicitée pour ce travail et m’avaient même demandé un flyer pour tester la rave. Incroyable mais vrai, j’avais persuadé mon jury à priori hyper coincé que la Techno, c’est merveilleux… Une petite victoire quand on observe que le mouvement est toujours mal compris et maltraité par le gouvernement français qui ne pense qu’au pognon en réalité.

J’avais l’âge symbolique de 23 ans quand j’ai écrit cela, à Brest, à l’endroit où j’exerçais un stage d’attachée de presse chez Diogène productions. J’avais déjà été initiée aux frees en banlieue parisienne où j’ai grandi. Gaël Sweatback, mon cher ami aujourd’hui mort subitement à Madagascar, m’avait alors invitée dans la forêt de Rambouillet. La fête m’était apparue après quelques minutes de marche nocturne : le son puissant, les lights, le grand feu de joie et l’atmosphère bon enfant m’avaient immédiatement ravis. Une joie infinie me montait dans l’âme. Un lieu libre, une zone d’autonomie temporaire, de la musique vibrante, dansante, avec des basses qui nous relient à la Terre et d’autres sons qui nous relient aux astres. Un truc sans vestiaire, sans drague, sans stress. 100% de réduc en plus. Un lieu où la tolérance est de mise, rempli de gens aux horizons variés, des avocats, des anarchistes, des étudiants, des hippies, des urbains, des punks. Une variété identitaire fascinante rassemblée autour d’un sound system, un vrai paradis.

Je choisis de publier cette étude car je pense qu’elle intéressera les nouvelles générations de « teufeurs ». Ils sentiront je l’espère l’esprit originel du mouvement techno et en particulier de la free party qui est bien plus qu’une simple fête à mon sens. Vous, chers petites soeurs et petits frères, j’espère que vous comprendrez les idéaux splendides de Liberté et de Fraternité / Sororité qui sont à l’origine du mouvement et que vous saurez les perpétuer avec vos coeurs scintillants de joie.

Ce qui devait être un simple rapport de stage de fin d’études (stage de chargée de communication / attachée de presse sur un festival de musiques actuelles en Bretagne) s’est transformé en une analyse du mouvement, ce que je trouvais plus passionnant que de raconter mes coups de fil et autres mails à la presse. Par la suite, j’ai aussi travaillé sur « Astropolis », l’une des plus belles raves officielle de France puis j’ai créé un sound system avec le père de mon fils, Merlin. Ce sound s’appelait « Les Enchanteurs » et nous avons fait danser des centaines de gens en Bretagne dans les années 2000.

Je m’occupais du Chill out, je mixais down tempo et je décorais des espaces de détente pour se reposer un peu de la fête. Puis, nous n’avons jamais cessé de danser, Rave on !

Je vous souhaite une lecture agréable malgré le fait que j’ai scanné l’original qui n’existe plus qu’en version papier ! Cela vous donnera un goût d’authenticité !

Rave ON !

Anna Scheele ©Technosphere

Lire cet e-book, sur donation, c’est par ici (Paypal ou CB de 0 à 1000 euros si vous voulez !) https://technoshop.geekoz.fr/product/la-techno-ou-l-emergence-d-une-nouvelle-culture-1999

Lieuron, une rave magique

Face à la dictature sanitaire qui fait rage depuis presque une année, il faut rendre hommage et saluer l’organisation de la splendide teuf de Lieuron, en Bretagne. Une fête immense, vibrante, grandiose, débordante d’une énergie qui régénère. Bravo aussi aux raveurs, arrivés tard ou en plein froid, bravant le couvre-feu, les condés, le carnet d’amendes, les accès bloqués en se frayant des passages dans les alentours. Une fourmilière déterminée et joyeuse. Un affront à la France sanguinaire. Un pied de nez à la France meurtrière. La joie face à la répression devenue désormais constante. Une fête sur les ruines fumantes des droits de l’Homme. Une fête sublime pour célébrer le son, la vie, l’amitié. Un événement flamboyant qui rappelle que rien n’éteint la vie, jamais.

Les frees n’ont jamais plu à l’état. Babylone qui ne touche pas un sou sur nos évènements ne comprend pas nos valeurs libertaires et fraternelles. Nos visions du monde sont opposées Toujours, nous avons été méprisés par la presse mainstream, réduits à un amas de drogués stupides (je suis bac +7). Alors que nous sommes juste des gens « normaux qui aimons une musique extraordinaire » dans des lieux originaux, ouverts à tout amoureux du son. Nous sommes en avance sur notre époque malade. Nous sommes solidaires, autonomes, créatifs, passionnés. Nous avons un intellect étincelant et un coeur en or. Dans ce contexte de fascistes du capital grotesque et du sanitaire parano, une rave est comme un diamant éblouissant dans une déchetterie, comme un soleil flamboyant dans les ténèbres. Alors bravo les amis, tous les participants, les orgas, d’avoir rayonné comme des milliers d’étoiles phosphorescentes.

Ce n’est pas parce que ce monde s’écroule que tout est mort. Au contraire, un autre monde perce depuis quelques temps, il est en train de naître au forceps dans nos sociétés puantes. Nous le créons nous-mêmes ce monde tout neuf, avec nos coeurs bienveillants. La peur ne fait pas partie de notre monde. Ni les lois absurdes décidées par les gouverne.ments. Nous choisissons de vivre. Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui doivent se cloîtrer. Bref, cette « Maskarade » tombe à pic et envoie un pied de nez à l’état en faisant hommage à la joie. Alors bien sûr, il faut déplorer les voitures brûlées et les quelques gendarmes blessés mais qui a fait cela ? Nous, raveurs, ne sommes pas violents. C’est la free party qui se fait taper dessus depuis le début du mouvement en Angleterre puis dans toute l’Europe : saisies, coups, procès, amendes… la liste des sounds-systems touchés est diaboliquement longue.

Nous sommes les graines d’étoiles rassemblées par les mêmes fréquences, celles du son techno, des rythmes puissants qui nous enracinent au sol et nous relient aux astres. Personne ne pourra jamais nous empêcher de danser ensemble au rythme de la terre et du vent.

Gros big UP et RDV demain à Rennes en soutien au jeune jeté arbitrairement en prison sur simple suspicion d’organisation. Encore un abus de pouvoir que nous devrons dénoncer haut et fort. Soutien total à lui et à ses proches, je pense qu’une cagnotte va se créer pour lui payer un avocat au top.

On n’arrête pas un peuple qui danse. Rave on !

Anna Scheele ©Technosphere