6 huiles essentielles à avoir sous la main

Je propose ici 6 huiles essentielles de base et pourquoi en disposer, chez soi ou en voyage (elles passent parfaitement dans les aéroports internationaux). Ces 6 essences de plantes vont régler la plupart des maux du quotidien et vont vous permettre de vous soulager et de vous guérir.
En revanche, je n’explique pas comment les utiliser car cela est à considérer en fonction de chacun et nécessite la consultation d’un bon livre, de son pharmacien ou de son naturopathe. Il est possible de les inhaler, les diffuser, les appliquer parfois pures, souvent diluées dans de l’huile végétale sur la peau ou de les utiliser en massage. Certaines s’avalent ou s’incorporent dans une préparation culinaire (attention, ne jamais les prendre à la légère tant elles sont puissantes !)
Il faut toujours les choisir 100% pures et naturelles, ainsi que biologiques. Je les achète souvent en pharmacie ou dans ma coopérative bio.

1. La Lavande officinale (ou lavande vraie) – (Lavandula officinalis)

route_de_la_lavande_bandeau

Elle est ma reine, ma préférée absolue pour sa polyvalence. Certains lui consacrent des livres entiers, oui ! Pour elle toute seule ! Ceci pour vous dire à quel point elle est puissante et familiale (elle est l’une des rares à convenir aux bébés).

  • Antiseptique et antibactérienne, comme beaucoup d’essences de plante.
  • Calme fabuleusement le système nerveux (même les chocs émotifs, l’asthme, les spasmes digestifs…).
  • Décontracte les muscles (donc idéale après une dure journée).
  • Cicatrise la peau, les boutons, soulage les brûlures.
  • Régénère l’épiderme et intéressante en cas d’eczéma, psoriasis, prurit (démangeaisons), escarres, ulcères, vergetures, cicatrices.
  • Antimigraineuse.
  • Agit contre l’hypertension, les palpitations, la tachycardie.
  • Repousse les insectes et les poux.

2. Le Tea tree (ou l’arbre à thé) – (Melaleuca alternifolia)

tea-tree

Le tea tree m’accompagne aussi depuis plus de 15 ans. Il est d’origine australienne, comme Nerys Purchon, la femme qui m’a fait découvrir en détails les grands pouvoirs des huiles essentielles dans son livre La Bible de l’aromathérapie, Marabout, 2001. Le tea tree est très puissant et également polyvalent, comme la lavande mais pour d’autres usages.

  • Propriétés anti-fongiques, anti bactériennes, anti virales et anti-protozoaires.
  • Efficace sur les troubles infectieux de la peau (acné modérée, dermatites, herpès buccal, mycoses, plaies chroniques type escarres, verrues -même si la cannelle est encore plus efficace pour cela -).
  • Agit contre les infections génitales (candida albicans, Gardnerella vaginalis).
  • Agit contre les infections ORL (angine, laryngite, trachéite, rhume, rhinite, grippe, rhinopharyngite), sinusite, otite.
  • Agit contre les infections respiratoires (bronchites, toux grasses)
  • Lutte efficacement contre les infections de la bouche (gingivites, aphtes…)
  • Anti-poux
  • Un essai clinique démontre même son efficacité dans le soin de plaies chroniques à germes résistants (Staphyloccoque doré !).

3. La Menthe poivrée – (Mentha piperita)

menthe-poivree-bio-huile-essentielle-mentha-piperita-10-ml-pranarom

Elle est celle qui nous sauve lors des épidémies de gastro-entérites…Elle nous enlève radicalement la nausée. Mais ce n’est pas son seul avantage, elle dispose de belles propriétés anti-douleurs et anti-inflammatoires.

  • Réduit voire supprime les douleurs habituellement soulagées par le froid (entorse, traumatisme, coups, bleus, claquage, piqûre).
  • Soulage les jambes lourdes et/ou gonflées.
  • Soulage les maux de tête.
  • Contre le syndrome du côlon irritable.
  • Contre les spasmes intestinaux.
  • Antinauséeuse (gastro, mal des transport).
  • Contre les ballonnements, aide à expulser les gaz…mmmh !
  • Contre la mauvaise haleine.
  • Stimule le travail de la vésicule biliaire.
  • Utile contre les troubles ORL (sinusites, rhumes, rhino-pharyngites).
  • Dynamisante (fatigue psychique, physique, au volant, baisse de concentration).
  • Utile contre trac, angoisse, oppression thoracique, peur.

4. L’Eucalyptus radié – (Eucalyptus radiata) 

eucalyptus-leaves-1234010_1920

Il existe environ 900 espèces d’eucalyptus ! Je parle bien de l’eucalyptus radiata, plus doux que le globulus et donc accessible aux enfants. Il sera très utile surtout pour assainir un air ambiant en prévention de maladies hivernales par exemple mais aussi pour fluidifier des sécrétions bronchiques afin de les évacuer facilement.

  • Antimicrobien et antiviral (idéal notamment pour tous les germes de la sphère ORL).
  • Anti inflammatoire et expectorant.
  • Dilate les bronches donc idéal en cas d’asthme ou de bronchite obstructive.
  • Soulage les douleurs musculaires et articulaires.
  • Désodorise et assainit l’air ambiant.

5. La Camomille romaine (ou noble) – (Chamaemelum nobile)

camomille

  • Troubles de l’endormissement (testé et approuvé).
  • Pré-anesthésie et sédation.
  • Troubles nerveux de tous genres (de la peur à la colère, de l’hypersensibilité à la spasmophilie + chocs émotionnels).
  • Douleurs neurologiques (sciatiques, névralgies, troubles pré-menstruels, crampes intestinales).
  • Douleurs, y compris chez le petit enfant (poussée dentaire, colique du nourrisson).
  • Dermatites d’origine émotionnelle.

6. Le giroflier – (Syzygium aromaticum)

Clove tree with spicy raw flowers and sticks

Grâce à ses grandes propriétés antalgiques (l’eugénol), l’huile essentielle de giroflier est un puissant antidouleur. Le clou de girofle est le bouton floral séché du giroflier, un arbre originaire des iles Molluques dans l’archipel indonésien.

  • Antidouleur (carie, rage de dent, migraine liée à cela).
  • Anti-infectieuse, anti-fongique, antivirale, antibactérienne (donc aide à combattre les infections, notamment ORL mais aussi les infections de la sphère génitale ou les mycoses des pieds, les parasitoses, les verrues…).
  • Stimule l’appareil digestif (de l’estomac aux intestins !).
  • Tonique générale (glandes endocrines, système immunitaire, système nerveux, tonique sexuelle, anti fatigue, favorise les contractions utérines donc aide à l’accouchement, etc.).
  • Soulage les angoisses, les idées noires, le manque de confiance.
Il en existe bien d’autres que je chouchoute comme le romarin, le ravinsara, le géranium, le palmarosa, l’ylang ylang, etc. Mais je voulais m’en tenir au strict nécessaire. Quand je suis partie avec mon petit gars en Asie pendant des mois, ce sont ces 6 huiles essentielles que j’avais dans la valise ! Et nous avons toujours été protégés et soignés grâce à elles. Merci la Nature… ❤
⊗ Attention la plupart des huiles essentielles ne doivent pas être utilisées chez l’enfant de moins de 6 ans, chez les femmes enceintes et allaitantes. Cet article ne remplace pas un avis pharmaceutique ou médical. En cas de doute ou de besoin, il est toujours recommandé de consulter un naturopathe ou un médecin. Les huiles essentielles ne peuvent se substituer à un traitement médicamenteux sans avis médical ou pharmaceutique préalable. Je ne saurai être tenue pour responsable quant aux conséquences provenant d’un emploi, abusif ou non, des informations mentionnées dans cet article purement informatif.

Ce site est volontairement sans publicités afin de garder une liberté éditoriale. Vous pouvez cependant m’encourager dans la rédaction de ces articles en faisant un DON via paypal, un grand MERCI !

Soutien pour l’écriture de mes articles

Merci ❤

€1,00

Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

cropped-logo-fb-2019-june-ok-1.png

Les belles pâquerettes transformées en soin pour la peau : comment faire facilement un macérât ?

Cela ne vous crève-t-il pas le coeur de tondre toutes ces belles petites pâquerettes ? Pourquoi ne pas les admirer ou en faire un soin excellent pour la peau ?

D’abord, vous cueillez les plus belles têtes que vous verrez afin d’en remplir les 3/4 d’un pot stérilisé.

paq4

Ensuite, vous recouvrez vos pâquerettes avec une huile bonne pour la peau en général (amande douce, pépins de raisin, olive…) si vous visez un soin collectif ou bien une huile correspondant spécifiquement à votre peau. Si vous ignorez laquelle choisir, je place ici un lien vers un tableau simple qui vous aidera (Vous verrez qu’un choix fabuleux s’offre à vous).

Personnellement, j’ai ajouté de l‘huile d’olive (bio…sinon vous vous étalerez les produits chimiques sur le corps) mais maintenant que je me suis réapprovisionnée en huile de chanvre, j’aurais plutôt ajoutée celle-ci que je trouve divinement bienfaitrice à tous points de vue. (cf. « Pourquoi l’huile de chanvre, c’est de l’or ? »)

Enfin, vous laissez reposer ce mélange au soleil pendant 3 semaines à 40 jours selon l’ensoleillement. Nous sommes en Bretagne, donc je complèterai cet article…dans un bon mois si les cieux le veulent…

Le temps et les rayons se chargent de transformer votre potion en un puissant remède cicatrisant, nourrissant, raffermissant.

paq10

Après la macération, il restera à filtrer ce mélange (à l’aide d’un filtre à café ou d’un tissu) dans un pot stérilisé que vous conserverez bien fermé, au frais et à l’ombre. L’huile d’olive peut rester stable deux ans, donc vous êtes tranquille. Pensez à étiqueter votre produit.

Il existe d’autres façons de réaliser un macérât de pâquerettes, en utilisant des fleurs sèches ou bien le bain-marie au lieu de l’exposition au soleil. Mais je crois aux bienfaits du soleil, aux plantes utilisées fraîchement et au temps qui est parfois un allié…

Avec l’Arnica et le Calendula, la Pâquerette forme le trio des plantes vulnéraires (cicatrisantes), qui étaient très utilisées fut un temps. L’huile de pâquerette est galbante, repulpante, elle tend les tissus cutanés…Elle est utilisée depuis des centaines d’années dans le soin des peaux matures, pour le visage, la poitrine, le ventre (elle est utilisée en soins post-accouchement), la partie lâche des bras, ce que vous voulez !

Votre remède servira donc à régénérer l’épiderme mais aussi à soulager bleus et bosses (elle décongestionne les oedèmes tout en stimulant les vaisseaux sanguins).

paq15

Plus immédiatement, la pâquerette se mange (les feuilles sont par exemple incorporées dans les soupes en Toscane). Bien sûr, elle s’utilise aussi en infusions (aide à l’élimination des toxines, fait baisser la fièvre, favorise l’expectoration) ou en compresses froides également pour soulager une fièvre (imbibées de décoction sur le front) ou des yeux fatigués (elle soulage les inflammations en général).

Voici donc quelques précieuses raisons de ne plus sacrifier sous la lame vos divines « Bellis perennis », belles pour toujours

De mon côté je suis carrément partie loin, j’ai décidé qu’elles rentreraient dans la composition d’une infusion magique pour mon futur Chill Out-Sauna.

Ah ! Si ! Raison supplémentaire : j’ai appris que certains en faisaient un vin, un digestif (Une recette de vin de pâquerettes).

Attention ! Ne la confondez-pas avec d’autres comme la pâquerette des murailles, une autre Astéracée, tout aussi belle, qui pousse sur des murs verticaux et appartient au genre Erigeron.
paq5
Pâquerettes des murailles

Anna Scheele – ©Technosphere 2018