Les plantes du sevrage

Ces plantes vont toutes agir sur les zones du cerveau qui contrôlent les envies irrépressibles. Prévoyez quelques semaines, voire plusieurs mois. Peu importe le temps que vous vous accorderez, l’essentiel est de parvenir à vos fins. Donc ne vous mettez aucune pression sur la durée de votre sevrage.

Vous avez choisi votre jour de départ ?

Les premiers jours du sevrage, vous pouvez continuer à consommer les produits addictifs (tabac, alcool, drogues) sauf pour la dépendance aux antidépresseurs où il faut absolument avoir arrêté peu à peu avant de commencer le sevrage par les plantes.

Nous allons combiner aromathérapie (essences de plantes, huiles essentielles) et phytothérapie (plantes ou médicaments à base de plantes).

Huiles essentielles, se procurer les 2 flacons suivants :

  • Un flacon d’huile essentielle d’Angélique (Angelica archangelica) : Cette fabuleuse plante va éviter les réflexes de notre système nerveux qui se produisent lors d’un sevrage comme l’augmentation du rythme cardiaque et de la tension artérielle tout en favorisant la détente, voire le sommeil. De plus, du point de vue énergétique, cette plante repousse les mauvaises énergies donc favorisera votre volonté afin de terminer avec succès ce sevrage. Rien ni personne ne doit vous décourager ! (pensez donc aussi à fuir les gens qui vont vous proposer les produits que vous cherchez à oublier).
  • Un flacon de litsée citronnée (Litsea citrata) aussi connue sous le nom de « verveine exotique » qui saura vous apporter un grand calme. Cette plante a aussi des pouvoirs antidépresseurs.
Je cultive l’Angélique archangélique chez moi, voici un plant devant la table de massage qui me sert à réaliser des soins énergétiques. Elle est la seule plante qui est aussi proche de moi physiquement et j’ai ensuite découvert que traditionnellement les sorciers en mettaient devant chez eux afin d’éloigner les mauvais esprits.

Comment utiliser ces deux huiles essentielles ? C’est simple : vous en sortez 2 gouttes de chaque sur un support type mouchoir et vous allez les respirer plusieurs fois par jour surtout au moment des envies de consommation. Je vous conseille de respirer amplement en vous inspirant de la cohérence cardiaque (voir https://technosphere.live/2019/06/21/le-miracle-de-la-coherence-cardiaque/) car cette respiration va aussi contribuer à vous faire revenir au calme et à éventuellement réguler votre rythme cardiaque. Vous pouvez aussi appliquer ces gouttes sur vos poignets et les frotter ensuite doucement l’un contre l’autre en sentant profondément les odeurs, pendant quelques minutes.

Ces huiles essentielles sont à éviter chez la femme enceinte ou allaitante. De plus, attention si vous appliquez l’Angélique archangélique directement sur la peau car elle réagit au soleil.

En plus, on fera une cure avec un duo des plantes suivantes, au choix selon votre profil (à déterminer avec un naturopathe en cas de doute) :

  • Le Pavot de Californie (Eschscholzia californica) : de la même famille que les Pavots à Opium, il n’est cependant absolument pas addictif tout en ayant les mêmes propriétés calmantes. Vous pouvez donc l’utiliser comme calmant nerveux : il régule le système cardiaque et est hypotensif. (à éviter en cas de glaucome et chez la femme enceinte ou allaitante). On l’absorbe en EPS (extrait de plante sèche) sans sucre, ni alcool (vérifiez la composition de ce que vous achetez !)
  • La Valériane (Valeriana officinalis) : cette plante à l’odeur étrange était déjà connue des Grecs pour son pouvoir somnifère. En effet, elle est formidable pour réduire l’anxiété liée à un sevrage et induit le sommeil sans accoutumance. On la consomme en décoction en utilisant la racine séchée : infuser de 2 g à 3 g, pendant 5 à 10 min, dans 150 ml d’eau bouillante. Prendre de 30 à 60 minutes avant de se coucher ;on la consomme aussi possiblement en EPS (extrait de plante sèche) sans sucre, ni alcool toujours !
  • Le Chanvre à cannabidiol (CBD) (Cannabis sativa) réduit le craving et l’anxiété des individus dépendants à l’héroïne et aux opioïdes. C’est la conclusion de l’étude réalisée à l’Icahn School of Medicine du Mont Sinaï (à New York), présentée dans l' »American Journal of Psychiatry« . L’étude confirme aussi les effets anti-stress du CBD avec une baisse de la fréquence cardiaque et du taux de cortisol. Par ailleurs, concernant l’alcoolisme, le CBD est aussi très encourageant : « Les cannabinoïdes sont capables d’agir comme des agents neuro-protecteurs qui réduisent l’hyperexcitation dans le cerveau, en supprimant ainsi le manque et le besoin de boire. » (cf. https://www.kalapa-clinic.com/fr/alcoolisme-traitement-cannabis-medicinal/). Aux USA, la consommation d’opioïdes est très forte (première cause de mortalité devant les armes à feu !) les médecins prescrivent à leurs patients toxicomanes des produits contenant à la fois du THC du CBD pour apaiser la douleur liée au manque des opioïdes (cf. https://cbdissimo.com/blog/post/cbd-dependance-drogue-alcool-tabac.html). Le CBD est aussi utile pour se désintoxiquer du tabac. Le dosage est à trouver en fonction de chacun (pas d’overdose ni de dépendance avec le CBD). On commence avec la dose minimale puis on augmente peu à peu jusqu’à ce que vous trouviez votre dose confort. Ce sont les fleurs de CBD en vaporisation qui offrent les effets les plus rapides, en seulement quelques minutes. A prendre à 2h de tout autre traitement.
  • La Passiflore (Passiflora incarnata) peut grandement vous aider dans la dépendance à l’opium et à ses dérivés. On la prend en infusion : 1 cuillère à café de passiflore séchée par tasse et en boire 3 tasses tasses par jour, on peut aussi la trouver en gélules : pas plus de 3g par jour, on la trouve aussi en teinture mère (la choisir sans alcool) et en avaler 50 à 100 gouttes par jour. Pas d’excès sinon gare aux maux de tête ! https://technosphere.live/2017/11/25/stress-insomnie-pensez-a-la-passiflore/
  • Le Safran (Crocus sativus) Le safran était déjà connu dans l’Antiquité pour soigner les âmes tourmentées. En plus d’être efficace sur la dépression, l’épice la plus chère au monde présente des effets positifs sur l’anxiété et les troubles du sommeil. En effet, le safran impacte la sphère neuro-psychologique et agit sur la sérotonine et la dopamine. Couplée à la Rhodiole elle est encore plus efficace pour son action anti-dépressive. Et sans effets secondaires ni accoutumance… Autre point intéressant: le safran boostera votre libido souvent en berne en période de sevrage. On le trouve en gélules par exemple (se fier au dosage recommandé du fabriquant) ou bien sûr sous sa forme naturelle d’épice. Déconseillé aux femmes enceintes ou allaitantes.
Un champ de Safran
  • La Rhodiole (Rhodiola rosea) est une fabuleuse plante adaptogène, c’est à dire qu’elle s’adapte à nous et à nos besoins. Elle est anxiolytique et agit autant sur le stress physique que psychique ! On l’avale en extrait sec standardisé avec un comprimé le matin et un autre à midi. On évite le soir car elle donne de l’énergie. Plante à éviter chez les personnes bipolaires ainsi que chez les femmes enceintes ou allaitantes.
  • La Griffonia (Griffonia simplicifolia) contient le 5-HTP précurseur de la sérotonine 😀 Vérifiez que l’extrait que vous prendrez contient un minimum de 15% de 5-HTP. Toujours démarrer la cure avec la plus faible dose puis augmenter peu à peu si besoin (comme avec le CBD).
  • Le Kudzu (Pueraria lobata) : cette racine me fascine particulièrement et je lui avais consacré un article complet https://technosphere.live/2020/01/09/sevrage-kudzu-drogue-alcool/ . Elle est vraiment très forte cette plante asiatique puisque ses principes actifs agissent sur la sérotonine et le GABA, deux neurotransmetteurs impliqués dans les addictions. Elle est particulièrement efficace pour le sevrage alcoolique et tabagique.
  • L’Iboga, appelée « bois sacré » par les Gabonais est connue pour être la plante la plus efficace pour soutenir le sevrage des drogues dures mais la grosse demande occidentale a fait grimper les prix en flèche et mis en danger les réserves d’iboga du Gabon. Voyez cet article qui parle même de pillage et de contre-bande, voire de falsification de la plante entraînant des soucis de santé ! https://www.gabonreview.com/iboga-trafic-contrefacon-pillage-et-massacre-de-lame-du-gabon/

Idées d’associations de plantes :

  • Pour le sevrage de somnifères: la Valériane et le Pavot de Californie
  • Pour le sevrage des benzodiazépines : la Valériane et la Passiflore
  • Pour le sevrage du tabac : Valériane et Kudzu
  • Pour le sevrage d’alcool : Kudzu et Passiflore
  • Pour le sevrage des opiacés : CBD et Safran (par exemple !)
  • Pour effet anxiolytique : Rhodiole et Passiflore
  • Pour effet antidépresseur : Safran et Griffonia

Pendant combien de temps cette cure ? au moins 3 semaines à renouveler si besoin, parfois la plante choisie n’est pas celle qui vous conviendra parfaitement alors tentez une autre combinaison de végétaux. Je rappelle que les plantes peuvent être extrêmement puissantes. D’ailleurs beaucoup de drogues dures ou de médicaments sont issus des plantes. Croyez en elles, renseignez-vous sur elles, ressentez leurs effets, une plante a un esprit, essayez de le ressentir.

Je vais conclure en suggérant d’autres pistes complémentaires : je vous conseille aussi l’usage de l’eau et surtout des bains. Alors si vous avez accès à une baignoire ce serait une bonne idée pour vous chouchouter et vous calmer, en ajoutant quelques gouttes de lavande officinale en huile essentielle : dans un petit récipient mettez dix gouttes d’huile essentielle de lavande mélangées à une cuillère à soupe d’huile végétale type huile d’olive (je préfère utiliser l’huile de pépins de raisin, légère et sans odeur), mélangez, mettez dans l’eau chaude du bain et massez-vous la poitrine et le plexus solaire avec les gouttelettes en suspension. Respirez amplement et profitez au moins 30 minutes en vous relaxant, en vous massant, en écoutant une musique apaisante ou rien juste un silence ressourçant.

Privilégiez le sommeil et exposez vous au soleil. Prenez soin de vous revitaliser et réfléchissez à votre alimentation qui devra être la plus nutritive possible, pensez aussi aux oméga 3, au magnésium et aux vitamines du groupe B. Hydratez-vous bien également avec une eau pure. Par ailleurs, pratiquez la marche, reconnectez-vous à Gaïa https://technosphere.live/2020/12/01/pourquoi-marcher-en-pleine-conscience/ et https://technosphere.live/2018/09/21/les-10-benefices-dune-simple-marche-en-foret/. Pratiquez la relaxation ou le yoga ou toute méthode qui vous apportera du bien-être (sophrologie, hypnose, EFT, PNL…), l’art-thérapie aussi peut être très puissant, à vous d’aller vers ce que votre coeur vous dit. Je recommande aussi un bon nettoyage énergétique et un « reboostage » en énergies neuves et positives (ma spécialité avec l’usage des plantes) car cela vous fait partir d’un pied neuf sur votre chemin de vie.

Pensez aussi à éliminer vos toxines et autres substances grâce à des plantes dépuratives type pissenlit (très complet et éventuellement gratuit), chardon-Marie, romarin et aliments type artichaut, radis noir, beaucoup de fruits et légumes, des eaux d’ortie, prenez soin de manger au plus simple et au plus frais (mettez vous à jardiner, même en pots !). Pensez aussi au sauna ou au hammam voir https://technosphere.live/2018/05/30/sauna-pourquoi-se-faire-transpirer-comme-les-finlandais/

Enfin, pensez aux sons type battements binauraux à écouter partout sauf au volant ! Le battement binaural met votre cerveau sur la fréquence désirée, pourquoi pas la fréquence delta du sommeil ! Ou la fréquence alpha de la détente. Pour davantage d’informations, je vous conseille mon article sur ce sujet https://technosphere.live/2018/07/10/battements-binauraux-cerveau-frequences/

Parlez à votre médecin ou à votre addictologue si vous avez envie de tester les plantes, osez éventuellement lui affirmer que vous voulez essayer de vous sevrer sans passer par exemple par le subutex, la méthadone ou les antidépresseurs/anxiolytiques… Après tout, notre santé nous appartient. Enfin, les naturopathes sont prêts à travailler avec les médecins, nous sommes complètement ouverts à cela et notre vision globale de la santé peut les intéresser/inspirer.

Je vous envoie plein de force pour réussir votre sevrage dans les meilleures conditions, aimez-vous / pardonnez-vous

Anna, naturopathe & énergéticienne ©Technosphere

Vous m’offrez un thé pour me remercier ?

J’ai choisi d’écrire de façon libre, je renonce aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤

2,00 €

Sources :

https://www.santelog.com/actualites/opioides-le-cannabidiol-pour-reduire-la-dependance

Magazine Plantes & Bien-être, n°56, Janvier 2019 « Les plantes du sevrage« 

https://www.alternativesante.fr/depression/le-safran-une-epice-rareau-service-des-depressifs

https://objectifdetox.fr/plantes-et-sevrage-psychotropes/

Mes cours de naturopathie


			

N’achetez plus de tabac, des dizaines de plantes se fument…

Des dizaines de plantes se fument depuis l’antiquité dans le monde sauf que nous l’avons oublié à cause de l’industrie féroce du tabac. Personnellement, j’ai commencé à ne plus supporter leurs paquets immondes recouverts de tumeurs cancéreuses. J’ai essayé de fumer de la sauge officinale mais c’est un peu fort je trouve. Cependant, j’ai remarqué que cela m’avait sevrée du tabac. Puis, récemment, en étudiant l’ortie, j’ai appris que nos ancêtres la fumaient ainsi que sur d’autres continents comme en Amérique, des tribus indiennes en faisaient des calumets. Donc je viens d’essayer et…c’est merveilleusement doux et agréable. Comment vous décrire la joie que l’on ressent quand on sait qu’on se débarrasse une fois pour toutes du tabac industriel ? On se sent libre, autonome, léger, heureux.

Évidemment, je me suis beaucoup documentée suite à cette découverte fracassante et je vous livre ici une liste exhaustive de toutes les plantes qui se fument…Vous allez être aux anges en découvrant toutes les possibilités qui s’offrent désormais à vous. Bien sûr, cela reste dangereux de fumer à cause de la combustion. L’OMS estime que le tabac a tué 100 millions de gens au XXème siècle…Cependant, quand on est raisonnable sur sa consommation et que l’on se limite à une ou deux « tiges » par jour, avec des périodes sans rien fumer, les risques sont nettement moindres. Pour moi, fumer n’est pas une habitude, c’est un acte presque spirituel qui favorise la réflexion, la méditation et le partage, un peu comme les indiens d’Amérique avec la fameuse cérémonie du calumet de la paix.

Plantes SANS NICOTINE (et oui !) qui se fument et qui peuvent même vous faire arrêter de fumer ! Ces plantes ont déjà été conseillées par la médecine ou la phytothérapie.

  • FEUILLES : Armoise, aspérule odorante, bananier, bouillon blanc, cassis, chanvre d’eau (lycope d’Europe), coleus (attention drogue ancienne, hallucinogène), damiana, fraisier, framboisier, gaillet gratteron (vous savez la plante qui s’accroche aux vêtements), herbe aux chats (légèrement calmante), houblon, ipomée, lobelia inflata (ou tabac indien, agit chimiquement comme la nicotine mais sans induire d’addiction. C’est l’une des principales plantes prescrites en phytothérapie  pour se sevrer du tabac), mûrier, noisetier, pissenlit, sauge officinale (la sauge était traditionnellement utilisée pour soigner l’asthme sous forme de préparations de feuilles séchées à fumer), sureau noir, trèfle, tussilage (ou « tabac brun des Savoyards) recommandé en 1935 par Botan, auteur d’un dictionnaire des plantes médicinales : il suggère « un mélange à part égale de feuilles sèches de tussilage, de marronnier et d’aspérule odorante : les faire macérer dans de l’eau fortement sucrée au miel. Les refaire sécher, les comprimer et les découper finement comme du tabac. Fumées, les feuilles de tussilage sont conseillées par P. P. Botan contre l’asthme notamment) et maïs (la barbe).

Plantes qui se fument (toujours sans nicotine) selon différents témoignages et traditions :

  • FEUILLES : Achillée millefeuille, aigre moine, ajonc, arnica, aspérule odorante, aubépine, avocat (on parle bien des feuilles), avoine, aulnée, bardane, basilic, bétoine, betterave, bouleau, bourrache, brunelle, busserole (raisin d’ours), cacao (à la mode début XXème), camomille, carotte, cassis (attention légèrement psychotrope), céleri, cerisier, châtaignier, chêne, chicorée, ciste cotonneux, consoude, coquelicot, cyclamen, cytise, endive, épinard, eucalyptus, fenouil, figuier, flouve odorante, fougère, frêne, goémon (là j’hallucine et je jubile car nos plages bretonnes en sont parfois bondées), guimauve, groseillier, haricot, hêtre, houblon (attention effet relaxant !), hysope, laitue vireuse (ou sauvage : attention plante psychotrope, comme le cannabis ou l’opium, sacrée chez les Hébreux et les Romains), laitue scarole (doucette), lavande, lierre terrestre, marronnier d’Inde, mauve, mélilot officinal (adjuvant pour plusieurs tabacs d’Orient), mélisse, menthe, menthe poivrée, merisier, noyer, origan (marjolaine), orme, ortie (ma préférée), papaye, pavot, pêcher, peuplier, pin sylvestre, plantain, poirier, pommier, populage, prunelier, rhubarbe (faire tremper les feuilles au moins 3  jours avant de les mettre à sécher, usage ancestral au Tibet), ronce, ronce arbrisseau, rosier, sarriette, serpolet, scutellaire, soja, souci d’eau, sumac glabre, thé, thym, tilleul, topinambour, tournesol, verveine, vigne, vigne vierge, violette.
  • FLEURS : aubépine, calendula, (lycope d’Europe), chanvre (avec pas plus de 0.2% de THC pour rester dans la légalité française : ce chanvre est juste riche en cannabidiol qu’on appelle aussi CBD ou cannabionoide thérapeutique qui combat en prime stress, douleurs, dépression), la fleur du châtaignier (fumé par mon papa quand il était jeune, dans le Cap Sizun, Finistère sud), lavande, magnolia, mauve, mélilot officinal, millepertuis, muguet, rose rouge, sureau.
  • ÉCORCES : bouleau (encore utilisé en Mongolie et dans le Caucase), charme, cornouiller sanguin , saule (se fumait couramment chez les Cheyennes et les Sioux), rhododendron (au Népal, usage très ancien aussi), viorne.
  • AUTRES : clématite (la tige), iris (le rhizome), marrons d’Inde (la coque).

Plantes qui se fument contenant de la NICOTINE :

  • FEUILLES: tabac, tomate…Surtout pas la pomme de terre comme je l’ai lu ailleurs, elle flingue le cerveau !

Ensuite, selon vos goûts, vous pourrez créer votre propre mélange, par exemple un peu de menthe avec de l’ortie et quelques fleurs de calendula ? Ou du trèfle avec du framboisier et un peu de goémon ? Il suffit d’être créatif et de se connaître. N’hésitez-pas à me faire part de vos expériences.Je suis tellement heureuse de vivre dans un monde où le mois d'octobre existe(2)

Le but de ce guide est de vous libérer de l'industrie féroce du tabac tout en vous ouvrant aux dizaines de possibilités qu'offre la Nature avec en prime la joie de se dédouaner de la nicotine. En plus, je trouve injuste que le savoir ancestral à ce sujet soit actuellement quasiment perdu et vous oblige à vous ruiner en achetant un tabac rempli de substances très dangereuses alors que la nature regorge de plantes fumables. Quel paradoxe n'est-ce pas ? Ce guide vous ouvre donc à l'abondance de la Nature tout en préservant votre argent. Personnellement, cela fait deux ans que je n'ai acheté aucun paquet de tabac puisque je fume d'autres plantes de mon jardin et quand j'en ai envie... Donc ce guide vous permettra aussi d'avoir un comportement beaucoup plus libre face à votre consommation voire même d'arrêter peu à peu si tel est votre souhait puisque la plupart des plantes fumables ne contiennent pas de nicotine Il y a plusieurs chapitres, clairs et illustrés : je vous donne le nom des dizaines de plantes qui se fument avec des informations parfois historiques et médicinales, et concrètement, je vous explique quand et comment récolter, comment sécher votre récolte, la conditionner et la conserver, comment fumer et je vous explique comment cultiver votre propre tabac en toute légalité. Je termine par des témoignages & inspirations, ainsi qu'avec mes sources bibliographiques. Bonne libération chers lecteurs. Mis en ligne le 12 sept. 2020 à 21:21:00
Le but de ce guide est de vous libérer de l'industrie féroce du tabac tout en vous ouvrant aux dizaines de possibilités qu'offre la Nature avec en prime la joie de se dédouaner de la nicotine. En plus, je trouve injuste que le savoir ancestral à ce sujet soit actuellement quasiment perdu et vous oblige à vous ruiner en achetant un tabac rempli de substances très dangereuses alors que la nature regorge de plantes fumables. Quel paradoxe n'est-ce pas ? Ce guide vous ouvre donc à l'abondance de la Nature tout en préservant votre argent. Personnellement, cela fait deux ans que je n'ai acheté aucun paquet de tabac puisque je fume d'autres plantes de mon jardin et quand j'en ai envie... Donc ce guide vous permettra aussi d'avoir un comportement beaucoup plus libre face à votre consommation voire même d'arrêter peu à peu si tel est votre souhait puisque la plupart des plantes fumables ne contiennent pas de nicotine Il y a plusieurs chapitres, clairs et illustrés : je vous donne le nom des dizaines de plantes qui se fument avec des informations parfois historiques et médicinales, et concrètement, je vous explique quand et comment récolter, comment sécher votre récolte, la conditionner et la conserver, comment fumer et je vous explique comment cultiver votre propre tabac en toute légalité. Je termine par des témoignages & inspirations, ainsi qu'avec mes sources bibliographiques. Bonne libération chers lecteurs.

Mis en ligne le 12 sept. 2020 à 21:21:00

Tous droits réservés pour tous pays, Anna Scheele ©Technosphere 2019

Sources de l’article :

Vous m’offrez un thé pour me remercier ? 🙂

J’ai choisi d’écrire de façon libre, je renonce aux publicités et aux partenaires pour votre grand confort. Votre don permet à ce site d’exister alors un grand MERCI pour votre belle contribution. Vous pouvez m’offrir 1, 2, 3, 100 thés si vous voulez, santé ! ❤

2,00 €