Un ami de votre cerveau : le son binaural

« Nous ne sommes pas que de la simple matière. »  Robert Monroe

Dans ce morceau, il y a bien sûr du rythme et des synthés mais il y a aussi des battements binauraux (ou sons binauraux) que j’ai créés grâce à un logiciel gratuit appelé « Gnaural ».

binaural-beat-diagram
Source de ce schéma

Quand on écoute deux fréquences sonores différentes dans un casque, le cerveau crée une troisième pulsation, qui correspond à la différence entre la fréquence 1 et la fréquence 2. Voilà pourquoi certains parlent de son en 3D : « En 1973, le docteur Gérald Oster a mis en place une technique de synchronisation cérébrale appelée les ‘battements binauraux’ (qui concernent les deux oreilles). Cette technique s’utilise avec des écouteurs : on fait entendre une fréquence différente à chaque oreille, ce qui permet au cerveau d’adopter le rythme de la différence entre les 2 fréquences. Ce mécanisme est appelé la ‘réponse d’adoption de la fréquence’.  » (Passeport santé)

Cette nouvelle pulsation émise par l’auditeur est celle qui nous intéresse, puisque vous le devinez, vous allez « forcer » votre cerveau à produire tel ou tel type d’onde (selon ce que le compositeur aura souhaité pour ses auditeurs).

Ce morceau « Saïgon » peut vous faire émettre d’abord des ondes Thêta qui sont celles de la méditation, ensuite j’augmente lentement les fréquences afin de vous stimuler et peu à peu, le cerveau se met à émettre des ondes Gamma. Enfin, je redescends progressivement vers des fréquences inférieures à 8 hertz pour revenir bien relaxé après un voyage électronique intensif.

ondes_final
(Epoch Times)

C’est L’Institut Monroe du professeur Robert Monroe, ingénieur du son aux États-Unis dans les années 60, qui poursuit les recherches dans ce vaste domaine des fréquences et de leur impact sur le vivant. L’institut Monroe étudie plus généralement la conscience humaine et les états de conscience modifiés.

Pensez utiliser un casque stéréo pour bénéficier du bienfait relaxant du battement binaural et donc de l’action des fréquences sur vos ondes cérébrales.

Si vous souhaitez approfondir ce sujet, voici le site de l’ Institut Monroe.

Anna Scheele ©Technosphere

logo carré inspi

En route vers l’éducation bienveillante

Parents, futurs parents, profs, instits, moniteurs de colos, nounous : on se calme, on se calme, et on pense au cerveau de l’enfant.

Les dernières découvertes scientifiques le prouvent : vouloir « mater » un enfant peut influencer le développement de son cerveau. On s’en doutait mais c’est prouvé.

En effet, le cerveau immature d’un enfant, sous 5 ans, ne contrôle pas encore les émotions, il est donc inutile d’espérer en faire un être « raisonnable ». Il ne fait pas de « caprices », il est juste incapable de gérer ses tempêtes émotionnelles.

Donc, si on laisse un enfant seul avec sa colère, et pire, si on lui hurle dessus, on le frappe, on l’humilie (la totale), le stress engendré (l’hormone cortisol) agit sur l’hormone de croissance des neurones et donc sur le développement du cerveau ! (Voir pour plus de détails l’interview de Catherine Guéguen, pédiatre, dans « Science et Avenir »).

Rebecca Waller, psychologue de l’université d’Oxford, a publié la synthèse de 30 études sur des éducations sévères et punitives (Références des articles de Rebecca Waller). Elle montre qu’en violentant un enfant ou un adolescent, verbalement ou physiquement, l’adulte aboutit au résultat inverse que celui escompté. L’enfant devient « insensible, dur, sans empathie » explique la pédiatre Catherine Guéguen, grande dame de l’éducation bienveillante (in L’école des parents, Revue publiée par la FNEPE, article de Catherine Guéguen, Neurosciences, le cerveau de l’enfant, janvier 2017, n°622).

Bienveillance : capacité à se montrer indulgent et attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive.

Inversement, quand l’adulte porte un regard compréhensif sur l’enfant et lui parle gentiment, il permet la maturation de son cerveau. L’enfant devient lui même empathique et social. Plus l’enfant reçoit de bienveillance, plus il sécrète de l’ocytocine (hormone du lien social, de l’amour, du plaisir), plus il devient comme nous le souhaitons, calme, lui même bienveillant, etc.

cerveau

En somme, nous les adultes, devons être des exemples. Si nous crions, l’enfant criera. Si nous sommes doux, confiants, patients, l’enfant le sera aussi…Bien sûr il faut rappeler le cadre éducatif et expliquer pourquoi on dit « non », il ne s’agit pas du tout d’être laxiste.

Une relation aimante, basée sur la bienveillance et la confiance, offre au cerveau de l’enfant la possibilité de se développer de la meilleure des façons. Il sait « exprimer ses émotions, aimer, coopérer, il réfléchit, aime apprendre, découvrir et il a du plaisir à vivre » (Dr Catherine Guéguen, op. cit.).

Cela peut sembler à évident à beaucoup et ça l’est, en effet. Pourtant, énormément d’enfants subissent encore des violences de tous ordres aujourd’hui dans le monde : 4 enfants sur 5 selon l’UNICEF…

Une initiative locale intéressante

Estelle m’a clairement inspiré cet article. Mère de quatre enfants, dotée d’une expérience de famille d’accueil et d’animatrice socio-culturelle, elle a créé son emploi en partageant son expérience éducative autour de ce concept d’éducation bienveillante. Elle met en oeuvre au sens pratique cette éducation basée sur « la confiance, la communication et le respect mutuel » (Estelle, dans « Vivacité« , son site Internet). Elle anime des ateliers pour les professionnels de l’éducation (écoles, relais assistantes maternelles, etc.) mais aussi pour les familles.

Elle montre aux parents, dans son local à Pluduno, en Bretagne, comment pratiquer la communication non violente ou comment gérer le temps libre des enfants, et d’autres sujets tous plus inspirants les uns que les autres, surtout quand elle y ajoute par exemple les notions d’éco-citoyenneté ou la pratique du yoga.

Voici son site internet, qui est la vitrine de ses activités : Vivacité.

vivacité prog.jpg

Certes éduquer un enfant est parfois difficile et nul n’est parfait. Cependant, il nous revient de faire de notre mieux car l’éducation est « l’arme la plus puissante que l’on ait à disposition pour changer le monde » (Nelson Mandela).

Anna Scheele

Pour aller plus loin, je vous conseille le best seller de Catherine Guéguen Pour une enfance heureuse (repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau), Pocket, 2015.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer