L’état veut taxer la Free !

La préfecture du Finistère avait exigé 12 000 euros pour un rassemblement free et légal, devant réunir environ 2000 personnes ! L’info date de 2017 mais je juge utile d’en écrire un article car c’est très grave : non seulement la Préfecture autorise ou non les évènements mais maintenant elle impose en prime des factures exorbitantes à… des bénévoles.

Et attendez, ce n’est pas tout ! La préfecture du Finistère avait aussi exigé que les organisateurs mettent en place un … dispositif anti-terroristes ! Mais laissez nous rire ! Si l’état avait si peur des terroristes, ils auraient posté un garde armé devant chacune de nos écoles ! Au lieu de cela, on y entre comme dans un moulin (je l’ai fait plein de fois : entrer comme je voulais dans un établissement recevant du public, je n’avais qu’à pousser la porte pour me retrouver en 5mn au coeur du bâtiment). Ce qui nous prouve que l’état s’amuse de nous, l’état n’aime pas la free, l’état hait la liberté, l’état vomit la jeunesse et encore plus la gratuité.

Je rappelle que par nos simples achats quotidiens, l’état prend un cinquième de la somme sur chaque produit et que ces sommes sont censées payer par exemple nos fonctionnaires, comme des gendarmes qui font la circulation… Inutile donc de venir quémander une somme folle que ne pourront jamais donner les participants à la free… puisque le principe est justement la gratuité. Les donations ont toujours servi à payer le gasoil du groupe électrogène, jamais à enrichir qui que ce soit.

En revanche, nous attendons toujours que l’enquête sur la mort tragique de Steve démarre enfin.

Nous attendons aussi la restitution du matériel « saisi » pour ne pas dire « volé » tout au long de multiples années de répression illégitime.

Nous exigeons aussi la libération de notre camarade enfermé pour une soi-disant organisation de soirée à la rave de Lieuron. Depuis quand, en France, la présomption d’innocence est bafouée ? Depuis quand un violeur d’enfant prend 4 ans avec sursis pendant qu’un jeune fêtard se voit incarcéré pour des faits qu’il n’a sûrement pas commis ? Quel est ce pays dans lequel nous vivons ? Le pays des Droits de l’Homme ? Pas du tout ! Une dictature de l’argent, qui fonctionne sur de vilaines sociétés secrètes et qui spolie ses habitants à coups de taxes injustes.

Il va être temps d’agir et de créer une autre façon de vivre ensemble, en dehors de la peur et de l’argent bien trop puissant. Je revendique personnellement la légitimité de la création d’une nation libre (free nation ?), à échelle mondiale, inspirée de la ZAT de Hakim Bey. Il est possible de faire valoir notre identité humaine sur notre identité civile officielle, et de reprendre ainsi sa souveraineté bien trop bafouée par des gouverne.ments mortifères.

#FREE

Anna Scheele ©Technosphere

Sources :

ZAT, petit livre précieux de Hakim Bey (Zone d’Autonomie Temporaire), mai 1997, Éditions de l’Éclat, Paris. isbn 2-84162-020-4. – Reportage Tracks sur ZAT et Hakim Bey https://www.youtube.com/watch?v=xYlJ8sULpi0

COMMUNIQUÉ DE PRESSE de la coordination nationale des Collectifs de Sound Systems
La Fête Libre refuse le racket des fêtes techno amateurs par le Ministère de l’Intérieur.

Alors qu’il devient de plus en plus difficile d’organiser une fête techno dans les règles lorsqu’on est amateurs en France, la préfecture du Finistère vient de franchir une étape supplémentaire. En effet, elle exige des organisateurs d’une free party légale de payer pour l’intervention de la gendarmerie sur leur manifestation et présente ainsi une note de 12 000€, pour un rassemblement qui devrait accueillir environ 2000 personnes.
Nous comprenons, acceptons et nous sentons totalement concernés par les opérations de sécurité routière en relayant les campagnes de prévention, notamment en distribuant des éthylotests, flyers… avec le soutien des associations de Réduction des Risques.
Cependant nous ne pouvons accepter que ces dispositifs de contrôle soient à la charge de l’organisateur, surtout sur un rassemblement festif d’aussi faible importance. Comme l’ensemble des citoyens nous contribuons déjà par l’impôt et les taxes au financement des forces de l’ordre de ce pays.
Nous refusons de payer une facture supplémentaire, surtout pour des évènements culturels ouverts à tous et gratuits. Lors de cette même réunion, la préfecture demandait aux organisateurs de mettre en place d’importants dispositifs anti-terroristes, tout en signalant que le Ministère de l’Intérieur ne donnerait aucune aide pour cela.
Ces deux exigences sont considérées comme obligatoires pour que la fête se tienne, sinon elle serait annulée, comme de nombreux festivals techno en France ces dernières semaines, notamment à cause de l’état d’urgence. Il appartient au gouvernement de sécuriser la vie culturelle de ses citoyens contre le terrorisme et pas à ceux qui la font vivre, a plus forte raison quand il s’agit de bénévoles! Ce n’est pas aux artistes de payer les conséquences de l’état d’urgence.
Nous refusons une société ou l’intimidation force ceux qui ont moins de moyens à rester chez eux alors que les plus riches peuvent festoyer à l’abri. Cela ne concerne pas que les fêtes techno, mais l’ensemble du secteur culturel qui se trouve ainsi à la merci de facturations arbitraires et sans mode de recours aucun. Les préfectures sont à la fois juge et partie, « prestataires » et décideurs en termes d’autorisation.
Nous appelons tous les organisateurs de spectacle en France, quels que soient leur statut, à réagir pour stopper cette dérive !
En juin dernier, nous adressions un courrier au Premier Ministre pour demander un rendez-vous pour faire le point sur le dossier Free Party, dans un esprit de dialogue et de concertation. Depuis nous n’avons reçu aucune réponse.
Par solidarité avec nos collègues bretons et dans l’attente de plus amples explications sur cette nouvelle doctrine, nous suspendons au niveau national tout projet de manifestation légale et toute démarche de concertation avec les préfectures.

Coordination Nationale des Collectifs de Sound Systems

La techno ou l’émergence d’une nouvelle culture – 1999

À mon ami Gaël Loret, Alias « Sweetback », One Love

Je publie ce travail d’analyse sociologique et culturelle 22 ans après l’avoir présenté à un jury d’universitaires grabataires et néanmoins fascinés par le mouvement techno qu’ils ne connaissaient pas. Ils m’avaient félicitée pour ce travail et m’avaient même demandé un flyer pour tester la rave. Incroyable mais vrai, j’avais persuadé mon jury à priori hyper coincé que la Techno, c’est merveilleux… Une petite victoire quand on observe que le mouvement est toujours mal compris et maltraité par le gouvernement français qui ne pense qu’au pognon en réalité.

J’avais l’âge symbolique de 23 ans quand j’ai écrit cela, à Brest, à l’endroit où j’exerçais un stage d’attachée de presse chez Diogène productions. J’avais déjà été initiée aux frees en banlieue parisienne où j’ai grandi. Gaël Sweatback, mon cher ami aujourd’hui mort subitement à Madagascar, m’avait alors invitée dans la forêt de Rambouillet. La fête m’était apparue après quelques minutes de marche nocturne : le son puissant, les lights, le grand feu de joie et l’atmosphère bon enfant m’avaient immédiatement ravis. Une joie infinie me montait dans l’âme. Un lieu libre, une zone d’autonomie temporaire, de la musique vibrante, dansante, avec des basses qui nous relient à la Terre et d’autres sons qui nous relient aux astres. Un truc sans vestiaire, sans drague, sans stress. 100% de réduc en plus. Un lieu où la tolérance est de mise, rempli de gens aux horizons variés, des avocats, des anarchistes, des étudiants, des hippies, des urbains, des punks. Une variété identitaire fascinante rassemblée autour d’un sound system, un vrai paradis.

Je choisis de publier cette étude car je pense qu’elle intéressera les nouvelles générations de « teufeurs ». Ils sentiront je l’espère l’esprit originel du mouvement techno et en particulier de la free party qui est bien plus qu’une simple fête à mon sens. Vous, chers petites soeurs et petits frères, j’espère que vous comprendrez les idéaux splendides de Liberté et de Fraternité / Sororité qui sont à l’origine du mouvement et que vous saurez les perpétuer avec vos coeurs scintillants de joie.

Ce qui devait être un simple rapport de stage de fin d’études (stage de chargée de communication / attachée de presse sur un festival de musiques actuelles en Bretagne) s’est transformé en une analyse du mouvement, ce que je trouvais plus passionnant que de raconter mes coups de fil et autres mails à la presse. Par la suite, j’ai aussi travaillé sur « Astropolis », l’une des plus belles raves officielle de France puis j’ai créé un sound system avec le père de mon fils, Merlin. Ce sound s’appelait « Les Enchanteurs » et nous avons fait danser des centaines de gens en Bretagne dans les années 2000.

Je m’occupais du Chill out, je mixais down tempo et je décorais des espaces de détente pour se reposer un peu de la fête. Puis, nous n’avons jamais cessé de danser, Rave on !

Je vous souhaite une lecture agréable malgré le fait que j’ai scanné l’original qui n’existe plus qu’en version papier ! Cela vous donnera un goût d’authenticité !

Rave ON !

Anna Scheele ©Technosphere

Lire cet e-book, sur donation, c’est par ici (Paypal ou CB de 0 à 1000 euros si vous voulez !) https://technoshop.geekoz.fr/product/la-techno-ou-l-emergence-d-une-nouvelle-culture-1999

Lieuron, une rave magique

Face à la dictature sanitaire qui fait rage depuis presque une année, il faut rendre hommage et saluer l’organisation de la splendide teuf de Lieuron, en Bretagne. Une fête immense, vibrante, grandiose, débordante d’une énergie qui régénère. Bravo aussi aux raveurs, arrivés tard ou en plein froid, bravant le couvre-feu, les condés, le carnet d’amendes, les accès bloqués en se frayant des passages dans les alentours. Une fourmilière déterminée et joyeuse. Un affront à la France sanguinaire. Un pied de nez à la France meurtrière. La joie face à la répression devenue désormais constante. Une fête sur les ruines fumantes des droits de l’Homme. Une fête sublime pour célébrer le son, la vie, l’amitié. Un événement flamboyant qui rappelle que rien n’éteint la vie, jamais.

Les frees n’ont jamais plu à l’état. Babylone qui ne touche pas un sou sur nos évènements ne comprend pas nos valeurs libertaires et fraternelles. Nos visions du monde sont opposées Toujours, nous avons été méprisés par la presse mainstream, réduits à un amas de drogués stupides (je suis bac +7). Alors que nous sommes juste des gens « normaux qui aimons une musique extraordinaire » dans des lieux originaux, ouverts à tout amoureux du son. Nous sommes en avance sur notre époque malade. Nous sommes solidaires, autonomes, créatifs, passionnés. Nous avons un intellect étincelant et un coeur en or. Dans ce contexte de fascistes du capital grotesque et du sanitaire parano, une rave est comme un diamant éblouissant dans une déchetterie, comme un soleil flamboyant dans les ténèbres. Alors bravo les amis, tous les participants, les orgas, d’avoir rayonné comme des milliers d’étoiles phosphorescentes.

Ce n’est pas parce que ce monde s’écroule que tout est mort. Au contraire, un autre monde perce depuis quelques temps, il est en train de naître au forceps dans nos sociétés puantes. Nous le créons nous-mêmes ce monde tout neuf, avec nos coeurs bienveillants. La peur ne fait pas partie de notre monde. Ni les lois absurdes décidées par les gouverne.ments. Nous choisissons de vivre. Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui doivent se cloîtrer. Bref, cette « Maskarade » tombe à pic et envoie un pied de nez à l’état en faisant hommage à la joie. Alors bien sûr, il faut déplorer les voitures brûlées et les quelques gendarmes blessés mais qui a fait cela ? Nous, raveurs, ne sommes pas violents. C’est la free party qui se fait taper dessus depuis le début du mouvement en Angleterre puis dans toute l’Europe : saisies, coups, procès, amendes… la liste des sounds-systems touchés est diaboliquement longue.

Nous sommes les graines d’étoiles rassemblées par les mêmes fréquences, celles du son techno, des rythmes puissants qui nous enracinent au sol et nous relient aux astres. Personne ne pourra jamais nous empêcher de danser ensemble au rythme de la terre et du vent.

Gros big UP et RDV demain à Rennes en soutien au jeune jeté arbitrairement en prison sur simple suspicion d’organisation. Encore un abus de pouvoir que nous devrons dénoncer haut et fort. Soutien total à lui et à ses proches, je pense qu’une cagnotte va se créer pour lui payer un avocat au top.

On n’arrête pas un peuple qui danse. Rave on !

Anna Scheele ©Technosphere

Techno French Connexion – Est/Ouest

Quand les saucisses de Strasbourg rencontrent les galettes BZH, ça donne ça
Le morceau Acidcore est de Asher et Dji, la vidéo est d’inspiration teknivalesque du week-end dernier en Bretagne et de teufs de l’est, le pays maternel pour moi !

Rave On Anna Scheele ©Tksf – Technosphere