Enfants TDAH : des pistes au naturel

Derrière ces 4 lettres TDAH (trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) se cache un trouble dont souffrent aujourd’hui de nombreux enfants. Cette agitation est mal comprise de la médecine et du milieu scolaire. La seule réponse apportée est souvent médicamenteuse, avec parfois de lourds effets secondaires. Pourtant, il semble possible d’agir avec des méthodes naturelles en travaillant par exemple sur les intestins, qui une fois encore, seraient en cause.

101217684_10217218420879027_7438398850001272832_n

Je lis, je soutiens.

Merci pour votre don sécurisé qui me fait vivre ❤

2,00 €

Avant 6 ans, il est difficile de poser un diagnostic formel car énormément d’enfants sont emplis d’une énergie débordante donc il est quasiment impossible de différencier agitation et déficit de l’attention avant cet âge.

La médecine psychiatrique classe le TDAH en trouble du neuro-développement en soupçonnant la génétique mais aussi l’environnement de l’enfant qui va bien sûr moduler les symptômes : bougeotte, impulsivité, soucis de concentration, de planification.

Pas à un seul moment, la psychiatre interrogée dans l’émission des maternelles (diffusée sur france 4 mais que j’ai vue sur youtube, lien ci-dessous dans les sources) n’a évoqué un déséquilibre alimentaire ou une malabsorption intestinale d’éléments nutritifs vitaux. Je ne dis pas cela pour condamner qui que ce soit mais c’est un fait que nos médecins n’ont quasi aucune formation en nutrition alors que… nous sommes en grande partie ce que nous avalons… Et l’on sait que par exemple, une carence en magnésium, en fer ou en tyrosine peuvent grandement impacter un comportement. Un excès de sucre raffiné aussi provoque de graves troubles comportementaux (voir l’explication sur le site https://maitrisetasante.fr/le-pouvoir-du-sucre-sur-lhyperactivite-des-enfants-tdah/).

Ce que je préconise en tant que naturopathe :

Les troubles de l’attention viendraient notamment d’un dysfonctionnement au niveau des neurotransmetteurs. Or depuis quelques années, plusieurs études tendent à démontrer que ce dysfonctionnement aurait pour origine une hyper-perméabilité des intestins, notre « deuxième cerveau ».

1. La première action à mener est donc de rétablir la paroi intestinale. Pour ce faire, l’alimentation joue un rôle essentiel. Il est nécessaire à la fois de réduire (voire d’éliminer) les aliments qui peuvent être néfastes (voir les paragraphes suivants) tout en apportant les bons aliments.

Pour aider à réparer cette paroi intestinale, des compléments alimentaires à base de L-glutamine seront souvent conseillés, les probiotiques viendront également renforcer la flore intestinale ainsi que toutes sortes d’aliments lacto-fermentés type kéfir de lait ou de fruits (voir comment en faire soi-même facilement pour très peu cher https://technosphere.live/2020/12/09/une-boisson-magique-en-sante-le-kefir-deau/)

2. Eviter tous les produits industriels ultra-transformés, ainsi que les graisses hydrogénées. Ces produits regroupent des additifs nocifs, des conservateurs, des épaississants. Eviter aussi les pâtisseries industrielles. L’idéal est de manger au plus simple, le moins transformé possible.

3. – Limiter puis supprimer le sucre raffiné (bonbons, gâteaux…) : « Mon mémoire de fin d’étude portait sur ce sujet. Toutes les mamans ayant suivi le protocole de diminution d’aliments à indice glycémique haut ont vu une amélioration sur le comportement de leurs enfants et en sont ressorties heureuses du résultat. » explique l’auteur de ce fabuleux article https://maitrisetasante.fr/le-pouvoir-du-sucre-sur-lhyperactivite-des-enfants-tdah/.

Le sucre est un aliment extrêmement stressant pour le corps explique Jean-Marie Defossez, expert en physiologie : »Le simple fait de consommer du sucre augmente le rythme cardiaque et augmente la pression artérielle, c’est comme si un chien vous attaquait dans la rue » (voir mes sources pour le lien vers son discours dans le podcast d’Anne Ghesquière). Et oui, le sucre raffiné ou blanc est un peu comme de la cocaïne au fond, avec la même addiction d’ailleurs. Le sucre est non seulement nocif au plus haut point mais il agit comme une drogue sur nos organismes. Soyons conscients de ce que nous donnons à nos enfants, vraiment.

4. – Omégas 3 et 6

Lire la suite

Les 10 bénéfices d’une simple marche en forêt

Le bain de forêt est source de santé. Cela est prouvé avec des études scientifiques essentiellement japonaises¹. Nous pouvons aujourd’hui affirmer que la marche en forêt ou dans la nature en général, constitue une médecine préventive de grande qualité. D’autant plus que les effets bénéfiques durent environ une semaine.

  1. On déstresse. Une marche dans la nature ou juste sa contemplation fait baisser le taux de cortisol dans la salive (cortisol = hormone du stress).
  2. Le taux de défenses immunitaires va grimper, surtout le taux de cellules NK , les cellules anti-cancers.
  3. Un sentiment de joie, de plénitude vous envahit.
  4. Le sommeil est de meilleure qualité.
  5. La libido est boostée.
  6. La concentration est bien meilleure, y compris chez les enfants hyperactifs.
  7. La vue peut s’améliorer.
  8. Après une opération chirurgicale, le rétablissement est plus rapide.
  9. Le rythme cardiaque et la pression sanguine baissent.
  10. La sérénité vous gagne peu à peu au fil des mois de pratique. La marche en forêt « aide le système nerveux à être moins sujet à des réactions de lutte ou de fuite ».²

Sources & bibliographie :

  • ¹ Qing Li, Shinrin yoku : l’art et la science du bain de forêt, mars 2018. Les recherches du Dr Qing Li, expert en sylvothérapie.

 

  • ²Garcia Hector et Miralles Francesc, Les pouvoirs guérisseurs de la forêt, Le Shinrin Yoku, la voie du bonheur, éditions SOLAR, 2018.

 

  • Juyoung Lee, Qing Li, Liisa Tyrvinen, Yuko Tsunetsugu, Bum-Jin Park, Takahide Kagawa et Yoshifumi Miyazaki : Nature Therapy and preventive medicine, Public health – Social and Behavioral Health, Jay Maddock, InTech, 2012. Extraits

 

41591364_10212537714744299_5084587202189459456_n