Vaincre la fatigue grâce à la naturopathie

La fatigue est l’une des causes les plus courantes qui pousse les gens à consulter. D’ailleurs, il n’y a jamais eu autant de « burn out » ( épuisement physique et nerveux) qu’aujourd’hui. Un médecin traditionnel « ne trouvera pas l’origine de votre fatigue dans plus de la moitié des cas » (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018) or, sans savoir pourquoi vous êtes si éreinté, vous aurez beaucoup moins de chances d’aller mieux. Heureusement, la fatigue disparaît souvent mais quand elle s’installe durablement, que faire ?

Il faut savoir que la fatigue n’est pas une maladie à proprement parler, elle est : « un état physiologique consécutif à un effort prolongé, à un travail physique ou intellectuel intense et se traduisant par une difficulté à continuer cet effort ou ce travail. » (dictionnaire Larousse). Mais se sentir harassé peut aussi être lié à d’autres causes comme :

  • Le stress : grand mal de nos sociétés capitalistes…et c’est avec lui que le « burn out » est à redouter. Le stress vous empêche de bien dormir, monopolise votre énergie vitale, il vous épuise.
  • Un dysfonctionnement organique comme un dérèglement de la thyroïde.
  • Une carence alimentaire : un manque de fer, une carence en vitamine D ou une hypoglycémie.
  • Des effets secondaires de médicaments (surtout les antidépresseurs, les anxiolytiques et…les somnifères !)
  • Des apnées du sommeil : « 4 à 5% de la population seraient concernée » ( (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018).
  • Une intolérance alimentaire, en effet, l’inflammation chronique des intestins entraîne une stimulation excessive des défenses immunitaires qui nous fatigue ! Des tests sanguins (bilan des IgG) peuvent être réalisés chez le médecin ou le naturopathe ainsi que chez des micronutritionnistes.

Quand l’origine de la fatigue est identifiée, vous avez la possibilité de soutenir votre rétablissement à l’aide de plantes. Certaines vont être mieux adaptées à une fatigue physique, d’autres à une fatigue plus intellectuelle, psychique ou nerveuse. Pour éviter de choisir, 2 plantes sont idéales : la RHODIOLE et l’ÉLEUTHÉROCOQUE.

LA RHODIOLE permet de résister à toutes sortes de stress avec une adaptation rapide (plante dite « adaptogène ») sur les deux plans physiologique et psychique. La légende dit qu’elle offrait leur force aux Vikings…Des études ont aussi montré sa grande efficacité en cas de « burn-out ». Elle rend l’humeur bien meilleure aussi car elle favorise la production de dopamine et de sérotonine dans le cerveau. Attention cette plante est contre-indiquée en cas de bipolarité et chez les femmes enceintes ou allaitantes. La rhodiole existe en comprimés secs. Ne jamais la prendre après midi car elle pourrait vous empêcher de dormir.

L’ÉLEUTHÉROCOQUE est aussi une plante adaptogène, utilisée en Chine depuis des millénaires. On l’appelle aussi le « ginseng de Sibérie ». Ses racines ont de très grandes propriétés thérapeutiques : elles permettent à l’organisme de se défendre contre toutes sortes d’agressions physique, psychique, climatique ou microbienne. Particulièrement intéressante chez les personnes âgées. Cette plante est déconseillée aux enfants de moins de 12 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes et en cas d’hypertension artérielle. Comme la rhodiole, ne pas la consommer l’après-midi.

Par ailleurs, d’autres plantes vous correspondent peut-être plus spécifiquement :

LE GINSENG, « panax ginseng » signifie carrément « la panacée » : autant dire qu’il est royal pour combattre la fatigue. Également utilisée depuis des millénaires en Chine, il est connu pour prolonger la vie et conserver une bonne santé. C’est aussi une plante adaptogène qui saura donc s’adapter à vous et à vos besoins spécifiques. Elle est anti-fatigue et rééquilibre le système nerveux. Elle permet de retrouver assez vite du tonus ainsi qu’une meilleure concentration. le ginseng protège les neurones et améliore la mémoire. Attention le ginseng peut avoir une action hormonale de type oestrogénique, il est donc à éviter chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante ainsi que chez les gens qui souffrent d’un cancer hormono-dépendant. Attention aussi car le ginseng peut ouvrir l’appétit et pris de façon trop importante ou longue, il peut créer des poussées artérielles. Comme les plantes précédentes, il faut éviter de le prendre en seconde partie de journée.

Racines de ginseng

Le BACOPA est très connu en Inde dans la médecine ayurvédique, qui est l’équivalent de notre naturopathie européenne. Il dispose de propriétés neuroprotectrices qui améliorent donc les fonctions du cerveau et il est aussi actif sur le plan de la fatigue physique provoquée par un effort intense. Ses effets apparaissent au bout de quelques semaines donc il faut être patient…Cette plante est déconseillée au femmes enceintes ou allaitantes ainsi qu’en cas d’obstruction des voies urinaires.

LE GINKGO est le plus ancien arbre existant. Il a survécu à toutes les extinctions de masse. Les Chinois là aussi ont compris depuis 2000 ans l’intérêt de le consommer.

Le ginkgo dispose de propriétés antioxydantes puissantes sur la paroi vasculaire et améliore le flux sanguin (surtout au niveau de la microcirculation). Puisqu’il améliore la transmission nerveuse, il est souvent employé dans le cadre de démences et de déclin cognitif. De plus, « en 2002, une étude russe a précisé ses propriétés antiasthéniques chez des sujets atteints de troubles psychogènes post-traumatiques » ( (cf. « Plantes et bien être » n°55, décembre 2018).

Des solutions pour la convalescence

Après une maladie nous ressentons une fatigue qui peut être vaincue par l’ingestion de microalgues et de plantes médicinales. Les microalgues idéales sont la CHLORELLE et la SPIRULINE

Ces algues sont des organismes vivants qui existent depuis des milliards d’années et qui étaient devenues les aliments de base des Aztèques en Amérique centrale ou des Kanembous au Tchad qui avaient compris leur puissance énergétique. En effet, les analyses contemporaines confirment leur richesse incroyable en protéines, oligo-éléments, vitamines, minéraux, pigments protecteurs et acides gras essentiels. Ces algues viennent donc aider grandement les fatigues physique, mentale et le stress oxydatif ! Attention au lieu de provenance des algues car elles captent toute la pollution ambiante dont les métaux lourds ! Par souci de précaution on évite les microalgues chez les enfants et les personnes ayant des problèmes rénaux.

Enfin, il existe une plante magique, ma préférée : L’ORTIE (urtica dioica), très riche en vitamine C et en fer bio assimilable, elle contient en plus presque tout ce dont le corps a besoin en micronutriments pour une convalescence positive. Je pense que c’est une plante miraculeuse. Optez pour une cure de 3 semaines de jus ou d’infusions d’orties à boire régulièrement tout au long de la journée. Allez voir mon article sur l’ortie, vous allez halluciner devant tous ses bienfaits et je vous explique aussi comment la consommer ici https://technosphere.live/2019/04/03/lortie-merveilleuse/

N’oubliez pas aussi les produits de la ruche, miel, propolis, gelée royale ou pollen ainsi que la consommation d’ail et de fruits secs qui font des merveilles lors d’une période de fatigue ou de convalescence. Et attention aux baies de goji qui sont douteuses quant à leur origine.

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2019

L’ortie merveilleuse : une magicienne de la santé #2mn

L’ortie (« urtica dioica ») est une plante aux mille vertus, adorée de tous les herboristes et des gens qui la consomment. Je vais vous dire pourquoi j’en bois tous les jours au moins une tasse en infusion : elle est divinement savoureuse et riche (bien sûr, rien ne pique une fois qu’elle est passée sous l’eau chaude). Quand vous connaîtrez toutes ses vertus, vous ne la regarderez plus pareil, jamais ! Et je parie que vous ne pourrez plus vous en passer. Certes, elle pique mais une plante qui sait se défendre possède souvent beaucoup de pouvoir. Et c’est le cas :

  • Elle contient plus de vitamine C que le citron.
  • Elle est pleine de minéraux : calcium, fer, magnésium.
  • Elle est diurétique, elle nettoie votre corps de ses toxicités.
  • Elle est très riche en protéines (idéale pour les végétariens).
  • Elle soutient la femme enceinte et allaitante.
  • Elle adoucit la période des règles et de la ménopause.
  • Elle favorise la production d’un sperme de qualité.
  • Elle est une aide intéressante lors de sevrages de drogues (couplée avec la rhodiola, l’ashwagandha, le ginseng ou la griffonia simplificonia).
  • En période de régime, elle évite les carences.
  • Elle stimule la croissance des enfants.
  • Elle restaure l’équilibre acido-basique du corps (elle est alcalinisante).
  • Très intéressante pour les personnes en burn-out, en convalescence, en situation de fatigue physique et psychique, en dépression (lui associer le millepertuis ou l’aubépine).
  • Elle soutient la thyroïde en cas d’hyper ou hypothyroïdie (elle est une plante dite « adaptogène », elle s’adapte à votre situation !)
  • Elle améliore les capacités physiques.
  • Elle prévient les tumeurs cancéreuses (associée au curcuma et au gingembre).
  • Elle diminue l’hypertension.
  • Elle stimule le système immunitaire.
  • Elle protège les poumons.
  • Elle a une action anti-scorbut (présence de beaucoup de vitamines C).
  • Elle soulage grandement les troubles de la prostate de tous genres.
  • Elle est très utile au système digestif (diarrhée virale, acidité de l’estomac, syndrome de l’intestin irritable, nettoyage du colon, ulcères de la sphère digestive…)
  • Elle soulage l’énurésie (pipi au lit).
  • Très utile aux cheveux, à la peau, aux ongles (elle contient de la silice). Elle soulage l’eczéma et toutes sortes de problèmes dermatologiques.
  • Elle est anti-inflammatoire et donc très utile pour toutes sortes de soucis d’arthrite, arthrose, sciatique, goutte, fracture, ostéoporose, décalcification, rhumatismes…
  • Elle améliore la circulation sanguine en fluidifiant le sang.
  • Certains la fumaient autrefois (des tribus indiennes notamment).

Nos ancêtres consommaient cette plante-aliment. Elle en a sauvé plus d’un de la famine grâce à ses protéines et ses vitamines. Elle a aussi servi à fabriquer toutes sortes de choses comme du papier ou des cordages, des voiles, des filets de pêche. Aujourd’hui, elle est aussi utilisée comme engrais dans les cultures ou sert à nourrir les animaux des éleveurs.

Comment la consommer ?

Le plus simple est d’en cueillir des feuilles (et des racines si vous pouvez) et d’en faire une grande infusion (une bonne poignée dans 1 litre d’eau chaude pendant au moins 5 mn) que vous filtrerez et pourrez siroter toute la journée (la mettre dans une thermos éventuellement, vous ferez des économies d’énergie). Vous pouvez aussi en ajouter à vos soupes mais en fin de cuisson pour qu’elle conserve ses vertus. Il est aussi délicieux de la consommer comme des épinards avec de l’ail. Certains la consomment crue : vous cueillez une feuille que vous roulez et glissez dans votre bouche (n’ayez pas peur, le piquant de l’ortie n’attaque pas les muqueuses) : cela donne un coup de fouet un peu comme la coca que mâcherait un Péruvien ! Cette technique est bien connue des randonneurs par exemple.

Bon à savoir : il n’existe aucune contre-indication à la consommation d’orties.

Cueillette : Cueillez-la toujours du bas vers le haut pour éviter d’être piqué ou portez des gants. Si vous êtes piqué, vous pouvez frotter du plantain sur la zone douloureuse qui pousse souvent à côté mais voici un lien sur ce sujet précis : http://laventureaucoindubois.org/parutions/enlibreacces/93-orties-comment-les-cueillir-presque-sans-se-faire-piquer.html

Sources :

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere