Quand la ville se fait shooter au sténopé : 12 clichés poétiques et urbains par Marc Tassel, photographe.

Photographe autodidacte, Marc est passionné par la photographie argentique et par le noir & blanc. Depuis quelques années, il a redécouvert le sténopé, il explique son choix :

« La pose longue et le grain de la TriX permettent d’obtenir un flou plus rond, plus sensuel ». Le côté aléatoire du cadrage du sténopé lors de la prise de vue réserve toujours d’agréables surprises… « À l’heure du numérique on « shoote » à tout va, en rafale, tout et tout de suite… »

Au contraire, affirme-t-il très joliment, le sténopé permet « d’arrêter le temps, de réfléchir à la prise de vue ». Ensuite, il faut encore faire preuve de patience pour le développement du film, et enfin arrive l’instant magique : Lire la suite