Comment ne plus avoir peur ?

Je ne vais pas évoquer la peur liée à l’émotion de la survie, vous savez quand nous réagissons à une situation qui pourrait nous nuire et que nous crions, courons ou mordons…Cette peur nous sauve la vie donc elle est primordiale ! Je ne parle pas non plus des phobies spécifiques type claustrophobie.

Non, je vais me concentrer sur cette peur rampante, pâle et froide, qui déborde parfois, prend aux tripes, bouffe le cerveau, empêche de respirer, de dormir, de vivre. La peur est l’un des pires poisons de notre existence, elle est débilitante, nous empêche de vivre la vie que nous devrions vivre, nous bloque, nous rend malheureux et malade sur tous les plans. De plus, elle nous fait nous soumettre, nous réduit, nous écrase. Elle nous rend haineux, frustrés, tristes. Elle est à l’opposé des notions de liberté, d’épanouissement et de joie. Ceux qui lisent ces lignes la vivent peut-être en ces temps de chaos et je vais vous donner les clés qui m’ont permis d’envoyer ce sentiment dans un trou sans fond. Je vais parler en tant que thérapeute énergéticienne et naturopathe mais aussi comme quelqu’un qui a expérimenté ces conseils puisque je peux affirmer que je n’ai plus peur de rien aujourd’hui.

Sachez que le changement ne viendra jamais de l’extérieur, c’est vous qui allez travailler sur vous-même. Vous devez donc être prêt à changer dans le respect et l’amour de vous-même. Sachez que vous êtes votre meilleur coach !

  1. Travailler la confiance en soi de la manière qui vous ira (arts martiaux, travail sur son image, son langage, auto-hypnose, etc). L’école apprend exactement le contraire en stressant les enfants et en leur faisant passer des évaluations sans arrêt. Je vous incite à travailler votre confiance en vos qualités spécifiques, propres à chacun et en votre grand pouvoir créateur. Vous êtes unique et merveilleux, chacun est différent et complémentaire. Personne n’est supérieur à l’autre.
  2. Bien réaliser que la peur est la pire des vibrations sur l’échelle des émotions : Quand on vibre bas, on attire à soi tout un tas de négativités et de maladies. C’est une loi naturelle : on attire à soi ce que l’on émet. Cette raison devrait vous pousser à grimper peu à peu les étapes de l’échelle émotionnelle. Aller vers la joie, la paix, l’harmonie ou l’Amour fera d’office reculer la peur. Voir mon article sur les vibrations et comment les élever ici.
  3. Abolir la peur de la mort. Quand nous réalisons que nous sommes d’abord une âme éternelle venue incarner un corps et que nous avons déjà eu des milliers de corps dans nos précédentes existences, cela nous place dans une perspective d’éternité. Comme le dirait le sage indien Sadghuru : « Nous sommes des POP UP »…Et on revient sur Terre, qui est une « planète-école » tant qu’on n’a pas compris certaines choses…Du coup on est moins accroché à notre propre enveloppe corporelle, on relativise nos possessions matérielles et on passe à un niveau très supérieur de bien être. Pour vous convaincre de cela, je vous conseille les témoignages de gens ayant vécu une EMI (expérience de mort imminente, vous savez ces gens qui étaient en état de mort clinique et qui ont été ranimés). Quand j’étais enfant, j’avais trouvé un livre édifiant dans la bibliothèque de ma mère infirmière : le livre du Docteur Moody : La vie après la vie et j’en ai été marquée à jamais. Depuis j’ai réalisé cela par moi-même étant donné que j’ai accedé à des vies antérieures et parlé à des morts. Je suis sûre que quand on meurt on ne laisse en fait qu’un manteau usé. Quand on sait que l’on a la vie éternelle on est beaucoup plus relax je vous assure… Je vous conseille de façon plus rapide d’écouter l’interview de Lilou Macé de ce neuro-chirurgien américain à propos des EMI.
  4. Croire en son destin et en devenir le maître : notre âme a choisi de venir s’incarner dans telle ou telle famille, nous avons décidé de venir sur Terre afin d’expérimenter quelque chose de précis. Alors au lieu de perdre du temps avec la peur essayons de trouver pourquoi nous sommes là et avançons. Beaucoup de gens en ce moment cherchent leur mission de vie, c’est merveilleux car nous faisons des choix, les plus adaptés à ce que nous sommes et ainsi nous permettons à la joie, à l’harmonie de venir prendre la place de cette satanée peur. Et quand on vibre la joie, on peut faire confiance aussi en la vie !
  5. Écouter des musiques accordées en 432 hertz (et non en 440 hz comme actuellement) car cela permet de nous reconnecter à notre coeur et à l’Univers. Tout est vibrations ne l’oubliez jamais ! Écouter les bonnes fréquences permet de se sentir relié à la Source, le son étant une interface entre l’invisible et le visible. Or quelqu’un de relié se sent en sécurité ! Voyez cette vidéo sur l’importance du son sur nos vies. Cela permet aussi de sortir du mental qui peut nous envahir. Tout est chant dans l’univers. Nous avons nous-mêmes notre propre fréquence. Je rappelle qu’autrefois le peuple Essénien savait soigner grâce au son (Voir le livre d’Anne Givaudan et son CD : Sons esséniens, la guérison par la voix).
  6. Affronter ses peurs, oser les regarder vraiment en face car je vous assure que souvent la peur est infondée. Nous avons peur d’un futur qui arrive rarement, nous cogitons sur des choses incroyables qui ne se passeront jamais ou qui au contraire vont finir par arriver puisque nous les faisons vivre en leur donnant de l’importance ! Regarder sa peur en face permet souvent de réaliser qu’elle a grandi souvent de façon démesurée sur de fausses bases.
  7. Arrêter de se prendre trop au sérieux Nous jouons tous des rôles. Ce point m’a particulièrement aidée : s’imaginer la vie comme un théâtre où nous jouons chacun des rôles ! Et finalement, je choisis à quel jeu je préfère jouer ! Je préfère jouer un rôle de détendue qu’un rôle de stressée. Par ailleurs, cultiver l’humour au quotidien permet de tout alléger. L’humour semble disparaître de nos sociétés malades alors que le rire est d’un immense secours dans toutes sortes de situations. Nous travaillons beaucoup cela en atelier « théâtre improvisé » avec les ados.
  8. Vivre dans le présent : la philosophie Épicurienne ou Bouddhiste est aussi une clé fondamentale. Vivre le présent libère de toutes sortes de tracas liés au passé ou au futur. Apprendre à savourer le présent va automatiquement chasser la peur. C’est un apprentissage basique qui devrait être enseigné dans les écoles !
  9. Faire travailler l’hémisphère droit du cerveau (car le côté gauche est le mental). Donc on chante, on créé, on danse, on peint, on rénove un meuble…Une activité créatrice va forcément être bénéfique car elle va mettre le mental au repos.
  10. Libérer ses mémoires anciennes, karmiques et générationnelles : ainsi on retrouve notre état naturel, « l’antakarana », qui nous relie à la dimension supérieure à laquelle nous appartenons. Il existe beaucoup de méditations guidées (par exemple sur YT) pour parvenir à cela ou bien des thérapeutes le font avec vous. Si mon client est d’accord, je le fais systématiquement en début de séance avec le nettoyage des corps subtils. Je coupe ces liens, je les sens bien, je sens aussi s’ils sont très solides et durs à dénouer ou légers, y compris à distance. Si ces liens sont difficiles, je dois parfois recommencer 1 ou 2 mois plus tard.
  11. Oser demander de l’aide à ses anges gardiens, ses guides ou/et ses ancêtres : essayez simplement, en télépathie (inutile de parler à haute voix) et revenez me dire à quel point ils sont doués ! 😉
  12. Travailler son ancrage à la Terre et au Soleil. Ce dernier point est aussi extrêmement important. En effet, quelqu’un de bien ancré, droit, aligné n’aura pas de peurs injustifiées. Mieux encore, il ne se trompera plus de voie et saura accueillir toute la magie de l’Univers ! Il peut enfin comprendre ce que « avoir la foi » veut dire ! C’est être sûr que quoi qu’il arrive, nous serons protégés, aidés ! Pour cela, restez proches de la Nature et admirez-la sincèrement ! Pour mon propre ancrage, je pratique aussi tous les jours la salutation au soleil des indiens Voir comment faire dans cet article. De plus, au réveil, vous pouvez prendre 1 minute pour créer cette visualisation que je conseille à mes clients et amis :

♥ Au réveil, imaginez un fil d’or qui part de votre coeur et qui va rejoindre le centre de la Terre en passant par le bas du corps : donc ce fil se sépare en 2 au niveau des jambes et sort des pieds pour rejoindre le centre de la Terre : une immense pierre d’émeraude étincelante à laquelle vos fils d’or s’attachent.

♥ Ensuite, pour la reliance à notre Soleil, faites de même en imaginant un fil d’or qui part de votre coeur afin de rejoindre le Soleil et se fixer à lui.

♥ Enfin, 3ème étape de cette méditation d’ancrage : apprenez à respirer « par » le Coeur. Je m’explique : au lieu d avoir l’impression que l’air entre par le nez ou la bouche, imaginez que l’air entre et sort par le Coeur et ne pensez plus qu’à travers votre Coeur, pas à travers le mental, cette grosse voix qui gâche toujours tout…

Avec ces méthodes et votre propre désir du coeur vous allez bientôt rire des peurs qui vous paralysent peut être en ce moment.

Amicalement, Anna Scheele ©Technosphere 2020

La boutique TECHNOSPHERE avec mes livres et guides numériques lisibles sur téléphone, tablette, etc.

Interview du jeune Killian : un tour de Bretagne pour la cause animale : 60000 abandons chaque été en France !

« La souffrance à bicyclette est noble, car elle correspond au plein épanouissement de la volonté. » Henri Desgrange, coureur cycliste et journaliste français (1865-1940).

Madame Green a choisi d’interviewer le téméraire Killian Prigent, 22 ans, parti totalement seul depuis une semaine de la région brestoise, à vélo, pour un tour de Bretagne (un « tro breizh » comme on dit en breton). Son objectif de base est double :

  • Communiquer autour de l’abandon d’environ 60 000 animaux de compagnie chaque été en France (oui SOIXANTE MILLE chaque été et CENT MILLE PAR AN !).
  • Récolter des fonds qui seront reversés aux refuges.

Hello Killian et d’emblée bravo pour cette action très sportive de communication. Moi aussi j’adore le vélo mais partir comme cela avec une remorque en plein cagnard franchement je te tire mon chapeau ultra bas. Tu as accepté malgré ta fatigue du moment de répondre à ces questions et nous t’en remercions beaucoup.

  • Cette aventure à vélo est-elle ta première expérience de solidarité sportive ?
KILLIAN : « Non, j’ai réalisé un tour d’Europe à pied et en stop en 2018 au profit de l’association « Leucémie Espoir » afin de financer une activité sportive pour les enfants malades de l’hôpital Morvan de Brest. J’ai constaté que cette expérience de solidarité sportive était très intéressante et j’ai donc décidé de la renouveler sous une autre forme et dans un autre but. C’est un défi pour soi-même tout en donnant la possibilité pour une cause d’obtenir visibilité, communication ou finances ».
  • Un évènement particulier t’a-t-il poussé à enfourcher ton vélo ?
KILLIAN : « En effet, après le projet du tour d’Europe, j’ai organisé des conférences privées et publiques. Lors d’une conférence dans un établissement scolaire, j’ai posé la question aux élèves : “Si un jour j’ai l’occasion de refaire un projet, pour quelle cause souhaiteriez-vous que je me batte ?” La réponse majoritaire des élèves concernait la faune, la flore et les animaux. C’est pour cela que j’ai décidé de prendre contact auprès du refuge de Landerneau (29) et de rechercher le besoin exact des refuges animaliers ».
  • Comment finances-tu ce tour de la Bretagne ?
KILLIAN : « Le projet du tour de Bretagne a nécessité un apport financier de 1500 euros environ. Un tiers a été financé par des dons de partenaires. Le reste est payé par notre association « Alaste » mais j’ai aussi participé personnellement. »
  • As-tu des points de chute pour dormir et te laver ou cela se fait-il au hasard des rencontres ?
KILLIAN : » J’ai établi une cartographie en amont du projet pour déterminer les routes à prendre, les refuges partenaires, les points de sécurité où je pouvais être hébergé et les différentes zones approximatives où je dois m’arrêter le soir. Je trouve toujours un endroit où loger : soit chez des amis, des connaissances, des personnes qui se proposent sur les réseaux ou chez l’habitant (agriculteur…). Point de vue hygiène, je veille à prendre une douche chaque jour ou il m’est arrivé de prendre une douche sous un tuyau d’arrosage ! C’est le plus contraignant je dirais dans les aventures comme celles-ci. Ma trousse de toilette est équipée au minimum : savon de Marseille, brosse à dent, dentifrice, crème solaire, crème pour les douleurs musculaires, lingette à usage unique, labelo, etc. »
  • À quoi penses tu principalement lorsque tu pédales ?
KILLIAN : « Oh ! À plein de choses ! Mon cerveau n’arrête pas ! Quand je n’ai pas de difficulté à rouler, je pense un peu à tout. Mais quand je galère ou que je suis fatigué, rapidement je me demande ce que je fais là. Alors souvent, je me répète des phrases dans ma tête pour me donner du courage. Être seul, en solitaire, c’est aussi un moyen de se retrouver. »
  • Comment trouves-tu les routes de Bretagne ? Y-a-t-il assez de pistes cyclables ? Et en combien de temps par exemple as-tu parcouru Douarnenez-Quimper ? (Je pose ces questions pour les gens qui pensent vendre leur voiture et acheter un vélo, il y en a beaucoup en ce moment, dont moi !)
KILLIAN : « En vélo, ce n’est pas pareil qu’en voiture. Chaque montée peut devenir un calvaire. Après une montée, il y a forcément une descente mais l’enchainement de ces montées et descentes est très fatigant car on n’en voit jamais la fin. Les routes sont très peu plates. Pour l’état des routes, c’est plutôt raisonnable, Je n’ai pas forcément de comparatif. Cependant, le vélo étant équipé d’une remorque, chaque trou dans la route peut être un vrai danger. Ce qui m’a énormément choqué, c’est la quantité de déchets dans les bas-côtés/caniveaux. C’est scandaleux ce que jettent les automobilistes !
Sinon oui le vélo est un moyen de se déplacer peu coûteux et avec un vélo de bonne qualité, on peut faire beaucoup de route sans problème.
Pour faire Douarnenez > Quimper : j’ai mis 1h30 sachant que je traine beaucoup de poids. Pour des trajets inférieurs à 10km (pour le boulot par exemple) avec un terrain plutôt plat, le vélo est un moyen de réduire ses coûts et préserver notre planète. Pour info, j’ai croisé de nombreux cyclistes avec des vélos élec. ou à assistance électrique. »
  • Tu as créé une association en 2019 qui s’appelle « ALASTE », que signifie ce mot ? Quels sont les buts de ton association ?
KILLIAN : « Alaste est un mot qui n’existe pas. J’ai inventé ce mot pour avoir une entité propre. Cette association crée et développe des projets au profit de l’environnement, de la santé et du social. »
  • Je suis énergéticienne et je sais que les animaux ont une âme, éprouvent des émotions et ne méritent pas l’abandon comme si l’on se débarrassait d’un déchet. Quel est ton point de vue sur les animaux ? As-tu toi-même des animaux de compagnie ?
KILLIAN : « Les animaux de compagnie ont toujours eu un effet positif sur l’Homme. De nombreuses études prouvent leurs bienfaits sur le moral, le corps. Je pense que c’est important d’avoir des animaux de compagnie et d’en prendre soin mais l’Humain n’est pas toujours conscient des contraintes que cela implique. Personnellement, je n’ai pas le temps de m’occuper d’animaux donc j’ai décidé de ne pas en adopter car ils ont besoin d’amour, de tendresse, de temps, de sortir…J’ai toujours vécu avec des animaux depuis mon plus jeune âge et pour moi, ils sont un membre à part entière de la famille. Abandonner un animal est pour moi un acte de cruauté. Je pourrais comparer cela à l’abandon d’un membre de sa famille. Je ne sais pas comment les gens qui agissent de la sorte font pour se regarder dans un miroir après un tel acte.« 
  • Quel est pour l’instant, depuis ton départ il y a une semaine, ton meilleur souvenir ou ta meilleure sensation ? Quelle est la pire ?
KILLIAN : « De bons souvenirs j’en ai déjà plein. Malgré les difficultés par moments, j’ai toujours haussé la tête et avancé. À bout de forces, à cause de la fatigue, du manque de nourriture, des problèmes liés au vélo ou à la remorque, de l’inexactitude de ma destination, il m’arrivait de m’allonger dans l’herbe et de me demander ce que je faisais là. Mais cette sensation de se mettre au défi est pour moi un atout majeur dans ma vie. Le fait de perdre l’ensemble du confort habituel permet de retrouver et d’apprécier tout cela au retour. Les meilleurs moments restent la reconnaissance que les gens ont pour mon projet, pour ce que je fais et voir le sourire des bénévoles qui sont ravis de l’intérêt que je leur porte dans leur travail quotidien. Voir le sourire des gens est le meilleur moment de chaque projet que nous réalisons. »
  • Et la pire aventure ?
KILLIAN : « Dès le lundi, je roulais en direction de Douarnenez dans une descente à plus de 40km/h quand tout à coup, j’ai senti le vélo basculer sur mon côté droit. Un bruit assourdissant a retenti derrière moi et la remorque s’est dégondée. J’ai appuyé sur les freins de toutes mes forces et j’ai fini sur le vélo pendant la chute. Je ne connais pas la raison de cet incident mais ce fut un moment très dangereux. » 
  • Tu es quelqu’un qui a un grand coeur et je suis admirative, quelle est ta profession ? Je suis sûre que tu exerces un métier humaniste.
KILLIAN : « Je réalise un Bachelor Qualité sécurité environnement à Brest et j’ai des missions de sécurité et environnement dans l’entreprise Elm Leblanc du groupe Bosch. Je suis également sapeur-pompier volontaire. » [⇒ « J’en étais sûre »… Mme Green]
  • Décris-nous rapidement les étapes de ton périple, tu es parti de Guipavas, du refuge de Coataudon, L’Arche de Noé ?
KILLIAN : « Oui je suis parti le 3 août 2020 à 12H de l’Arche de Noé de Brest direction Douarnenez. Je suis arrivé à 20h. Le lendemain matin, je suis parti direction Quimper puis Quimperlé. Les jours suivant : Lorient, Auray, Josselin, puis Pontivy pour faire réparer mon vélo. Après une pause pour reprendre des forces, je repars ce lundi à partir de Saint Malo. »
  • Qu’est ce qui permettrait aux gens de ne plus abandonner leur animal ?
KILLIAN : « Il existe plein de solutions pour diminuer les abandons : communication dans les établissements scolaires dès le plus jeune âge, communication “choc” d’images d’abandon, une justice plus ferme, un meilleur traçage des animaux et de leurs propriétaires… »
  • As-tu déjà commencé à récolter des dons ? Les gens sont-ils généreux ? Et à quoi sert cet argent concrètement ?
KILLIAN : « Une cagnotte est disponible depuis le site internet https://alaste.fr/ Des dons ont déjà été reversés mais nous avons encore besoin d’autres dons pour soutenir les refuges. 100% des dons sont reversés aux associations partenaires. Les personnes soutiennent beaucoup le projet mais trop peu sont donateurs malheureusement. »
  • Quels sont les prochains projets de l’association ?
KILLIAN : « Nous allons réaliser une étude sociale sur l’abandon des animaux en 2021. Sur les autres thématiques : sensibilisation contre le cyberharcèlement, nettoyage de plages, tour de France à vélo au profit de l’environnement… »

Que de belles idées ! Nous t’envoyons nos meilleures vibrations de chance, de force et de joie pour la fin de la boucle, en espérant que les gens comprennent enfin qu’un animal ne s’abandonne pas.

⇒ Pour faire un don à l’association (loi 1901) de Killian : https://alaste.fr/

⇒ Pour suivre ses aventures, voici sa page facebook.

« La bicyclette est l’une des rares inventions humaines qui ne servent qu’au bien ».

Paul Guth, romancier français (1910-1997)

Amicalement, Madame GREEN

De la techno guérisseuse : un album basé sur les fréquences sacrées

J’ai l’immense joie de vous présenter mon premier album techno qui inclut les 9 fréquences sacrées de guérison ancestrales. Pour comprendre d’où viennent ces fréquences spécifiques je vous envoie vers l’article écrit lors de la sortie du premier morceau de cet album.

Chaque morceau contient l’une de ces 9 fréquences et porte donc un numéro qui correspond à ladite fréquence. En écoutant ces morceaux, vous bénéficiez du bel impact de ces vibrations sacrées tout en faisant votre B.A. puisque je rappelle que le bénéfice de chaque vente sera reversé à l’association « Solidarité Migrants Wilson » créée autour du camp de réfugiés avenue Wilson à Saint-Denis. Il s’agit d’un collectif qui assure nourriture, informations et liens humains aux exilés et personnes à la rue, qui informe et alerte sur la situation des camps du Nord de Paris. Voici le lien de leur page facebook : https://www.facebook.com/Solidarit%C3%A9-migrants-Wilson-598228360377940/

Je passe en revue ces différentes fréquences en vous indiquant leurs pouvoirs ainsi qu’un lien vers le morceau correspondant. C’est mieux d’écouter au casque.

  • Fréquence 417 hertz : C’est la fréquence du changement. Elle a la puissance de se connecter à nos expériences négatives et de les changer. Elle permet de se connecter à une énergie inépuisable et de changer les schémas émotionnels qui nous sont nocifs.
  • Fréquence 174 hertz : elle efface les douleurs physiques et améliore notre vitalité. Elle permet un puissant sentiment de sécurité mentale et physique.
    Elle est souvent appelée « Fréquence d’Invulnérabilité » car sa vibration agit comme un bouclier. Ainsi, son écoute régulière vous protégera des vibrations et ondes négatives.
  • Fréquence 285 hertz : elle diminue le vieillissement cellulaire et musculaire, renouvelle les cellules souches, développe et tonifie les défenses immunitaires, répare la peau, les os et les articulations. Elle est aussi appelée « Vibration de Jouvence ». L’écouter régulièrement permettra à votre corps de mieux se renouveler.
  • Fréquence 396 hertz : « Saviez-vous qu’il a été prouvé que le fait d’écouter une seule et simple note de musique vibrant à 396 Hz pouvait libérer notre Être Intérieur, guérir nos blessures du passé ou effacer nos peurs ? Le ton Ut est un puissant stimulant de l’âme. Cette fréquence apporte la Libération et l’Harmonie dans notre vie. Il y a beaucoup de puissance curative avec cette fréquence, ainsi la structure de la molécule d’eau, la plus présente dans le corps humain, entre en résonance avec elle. Dans le Solfège Sacré, la Fréquence 396 est la fréquence initiale, originelle, celle par qui tout à commencé. Depuis plusieurs années, de nombreux spécialistes des troubles psychiques utilisent la fréquence 396 Hz pour aider leurs patients à faire table rase du passé et à se reconstruire. La fréquence de 396 Hz influence positivement nos centres énergétiques, produisant des effets physiques et psychiques de guérison. » (cf. le site zen-waves.com)
  • Fréquence 528 hertz : On l’appelle aussi la fréquence miraculeuse ! Rien que cela ! Elle a été utilisée par nombre de guérisseurs dans le passé. Elle est la fréquence de l’Amour qui rend tout possible. Nous, guérisseurs, soignons avec cette haute énergie de l’Amour, c’est d’ailleurs la couleur verte qui sort de nos mains pour ceux qui savent voir les auras (le chakra du coeur est vert). Cette fréquence a la capacité de restaurer notre ADN !
  • Fréquence 639 hertz : Elle permet d’équilibrer les relations. Cette fréquence rend les liens relationnels plus harmonieux. Elle peut résoudre les difficultés relationnelles à différents niveaux : familial, amical, professionnel… Cette fréquence peut aussi stimuler la communication des cellules avec leur environnement. Elle rend une personne plus communicative, compréhensive, tolérante et pleine d’amour ❤
  • Fréquence 741 hertz : Cette vibration éveille et active l’intuition, favorise l’expression de soi et nous aide à résoudre différents problèmes. De plus, elle élimine les toxines dans nos cellules ! Mc Jamalski (NYC) a fait tout un speech pour les réfugiés dans ce morceau, un grand merci à lui ❤
  • Fréquence 852 hertz : Cette fréquence éveille l’intuition comme le 741 hertz mais surtout elle ouvre au sentiment d’Amour inconditionnel ! Elle nous aide à voir au-delà des illusions…
  • Fréquence 963 hertz : Elle est la plus élevée de toutes ! Elle nous permet de nous connecter à l’énergie universelle (unis-vers-elle). Cette vibration est reliée à la Lumière. Elle permet d’exprimer notre authenticité dans un sentiment d’unité. Elle nous relie au Divin. Elle stimule la glande pinéale, siège du fameux 3ème oeil !

Un grand merci à Jamsh alias Fab Tayor pour son soutien et ses masterings 🙂

Anna Scheele ©Technosphere

Nantes devient un potager XXL !

25 000 m² répartis sur 50 sites de la ville de Nantes ont été bichonnés pour recevoir semis et plants. Des serres, des jardins partagés, des zones de gazon inutiles sont ensemencés…Peut-être bientôt des fraises cours Cambronne et des patates aux Douves du château, une touffe de persil devant le bahut et des haricots derrière la gare ? C’est bien l’idée qui a germé au sein des locaux du SEVE (service des espaces verts de la ville) et du CCAS (centre communal d’action sociale).

Baptisé « Paysages Nourriciers« , ce projet est né de la situation liée au covid 19 : « La crise a précipité de nombreux foyers dans la précarité : perte d’emploi, de salaire, détresse sociale et alimentaire… Les associations d’aide alimentaire, qui voient affluer de plus en plus de familles n’ayant plus les moyens de se nourrir et d’accéder à une alimentation saine et de qualité, tirent la sonnette d’alarme », explique Johanna Rolland, maire de Nantes. (Journal « Métropole de Nantes »).

L’alarme a bien été entendue : « Plutôt que de créer un événement sur un seul site, comme souvent l’été, on s’est dit qu’on avait un rôle à jouer dans cette période pas simple », raconte Romaric Perrocheau, responsable du SEVE, au journal Ouest France.

Le projet est d’envergure. Au total, le SEVE espère ramasser 25 tonnes de légumes qui seront distribués aux familles en difficulté via notamment la Banque alimentaire, le Secours populaire, les Restos du cœur et les associations de quartier.

Nantes devient la seule ville à ma connaissance à posséder un potager aussi immense, même Paris ne lui arrive pas à la cheville avec son projet de « plus grande ferme urbaine au monde » d’une surface de 14.000 m2 sur le toit du nouveau hall du Parc des Expositions au coeur du 15ème arrondissement. D’autant que le projet parisien n’a rien de solidaire car il sera géré par des maraîchers qui vendront leurs produits.

Ainsi, à Nantes, « environ 1 000 foyers pourraient recevoir environ 25 kg de légumes chacun, au fil des récoltes. Selon les variétés, les légumes seront récoltés entre juillet et octobre, avec le soutien des habitants volontaires et de bénévoles d’associations nantaises. » (Journal « Métropole de Nantes »).

Et cerise sur le gâteau, plusieurs jardins partagés s’engagent également à offrir leurs surplus de légumes. Elle n’est pas splendide la nature humaine parfois ?

Au total, à Nantes, ce sont donc 50 lieux de production répartis dans les 11 quartiers de la ville qui accueilleront ces potagers solidaires. Autre merveille : tout est naturel et local, sans aucun pesticide, garantit le SEVE qui s’est fait conseiller par des spécialistes de la permaculture pour mener à bien cette opération solidaire. Au total, 10 000 plantes potagères sont plantées en ce moment ! Pour télécharger la carte des 50 sites des « Paysages nourriciers » c’est ici.

Et attendez ! Pour parfaire le tout, Nantes a aussi mis en place un système de collecte des déchets organiques et de composteurs collectifs ce qui allège les poubelles tout en créant du compost afin d’enrichir toutes ces cultures. Ah ! C’est merveilleux !

Cependant, l’idée n’est pas nouvelle

Surtout dans la ville de Nantes qui compte déjà beaucoup de jardins partagés et d’associations comme Incroyables Comestibles Nantes ou Ça pousse en Amont ou encore Collectif Permaculture 44.

Elle est encore moins nouvelle si l’on observe l’Histoire. En effet, la gestion en commun de terrains vacants fut souvent dictée par des périodes de crises économiques et des guerres : évoquons les « Liberty Gardens » de la 1ère guerre mondiale et les « Victory Gardens » de la 2ème guerre mondiale. Encore plus tôt, au Moyen-âge, en Europe, toutes les terres étant détenues par des Seigneurs, des communautés de villageois se rebellent et se rassemblent sur des terres collectives afin de défendre leurs droits d’usage.

Plus proche de nous dans le temps, c’est aussi ce que firent des mères de famille anglaises en détresse, en 2008, à Todmorden, une ville industrielle ruinée de 14 000 habitants au nord de Manchester. Sur fond de grave crise économique, ces mamans bien inspirées décidèrent d’agir sur le front crucial de la nourriture en créant les « Incroyables comestibles« , ces fruits et légumes cultivés localement par l’ensemble des habitants en pleine ville ! Chaque citoyen entretient bénévolement un carré de terre pour la collectivité et se sert donc gratuitement. En trois mois, la petite ville devient autosuffisante en légumes !

Officiellement apparus en France en 2011, les « Incroyables comestibles » français sont exportés par François Rouillay, séduit par l’idée de partage après une visite à Todmoren. Depuis, des dizaines de communes ont rejoint le mouvement à Lyon, Marseille ou Chartres, j’ai même vu des plants de tomates en libre service au bord d’un trottoir à Douarnenez, au fin fond du Finistère. Autonomes et participatifs, les potagers urbains offrent une nouvelle vision de la consommation…

Incroyable-Comestibles-food-giveaway
©Incroyables comestibles

L’agriculture urbaine, l’avenir des villes

Potagers verticaux, aquaponie, espaces urbains en friche transformés en potagers, toits plats aménagés voilà autant d’idées dont s’emparent de plus en plus les associations, les élus, les spécialistes de l’agriculture urbaine, les architectes paysagistes afin d’anticiper pénurie alimentaire éventuelle et crise économique toujours bien présente. Privilégier les circuits courts, recréer du lien social, les avantages valent plus cher que de l’or. En terme d’infrastructure, les potagers peuvent aussi servir la ville : à New York, l’agriculture sur les toits est rémunérée par la municipalité au nom de ses effets sur l’écrêtage des pics de ruissellement de l’eau de pluie…En d’autres termes, l’agriculture sur les toits évite de changer la taille des tuyaux de la ville !

Ces projets n’ont donc rien de « bobos » comme ils ont pu être définis par le passé mais sont intelligents, solidaires, bienveillants. Cela est un rêve pour moi qui utilise souvent le slogan « Just green it » et qui en ai fait un morceau techno l’an dernier Clip par Merlin basé sur un jeu vidéo que vous reconnaîtrez peut-être 😉 « Just green it »

Nous ne pouvons qu’espérer que nos villes seront de plus en plus nombreuses à adopter ce genre d’initiatives. C’est de cela dont nous avons besoin : de nourriture saine, d’amplitude financière, de proximité sociale, d’ancrage à la terre, d’exercice physique…

Anne de Bretagne, du haut de sa tour nantaise, est certainement très fière de voir sa population se préparer à vivre dans l’abondance.

Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Le rêve de nos bébés

Ô splendides mamans qui avez le privilège d’avoir porté la vie

Vous qui nous avez sentis fleurir dans le secret de vos ventres arrondis

Nous rêvons d’être allaités plus de deux mois par vos généreux seins

Nous rêvons d’un lait de vache réservé aux veaux, pas aux petits humains

Nous rêvons d’un air pur, sans pollutions industrielles et agricoles, un drame

Nous rêvons de jouets sans bisphénol A ou retardateurs de flammes

Nous rêvons de couches sans pesticides et autres matières horribles

Nous rêvons de fibres naturelles pour nos petites peaux sensibles

Nous rêvons d’une eau pure et sans le plastique toxique des bouteilles

Nous rêvons d’être protégés des écrans avant nos 5 ans, ce serait une merveille

Nous rêvons d’interactions humaines car c’est de cela dont nous avons besoin

Nous rêvons de contes et d’histoires passionnantes lues avec grand soin

Nous rêvons d’être protégés de la wifi, de la 4 et 5g et autres linky

Nous rêvons d’aliments sans pesticides ni transformations pour toute la famille

Nous rêvons de racines solides et d’ailes étincelantes

Nous rêvons de vos meilleures chansons entraînantes

Nous rêvons la symphonie de l’Univers sous le soleil et la lune

Nous rêvons de marcher au milieu des arbres, des champs ou des dunes

Nous rêvons de nos ancêtres et d’une Terre heureuse

Nous rêvons d’une école bienveillante et respectueuse

Nous voulons éviter la compétition qui ne mène nulle part

Nous rêvons du développement de notre être véritable, c’est tout un art

Nous rêvons d’être accompagnés plutôt que l’on nous dirige dans la tension

Nous rêvons d’explications plutôt que de réprimandes et punitions

Nous rêvons de nos mamans dans les gouvernements

Pour un monde au plus près de la vie, la vraie, celle qui aime et jamais ne ment.

Anna Scheele ©Technosphere 2020, le jour de la fête des mères ❤

Je vous laisse le soin de compléter ce poème avec d’autres rêves pour l’humanité ❤

Pistes, liens utiles :

Choisir des couches sans danger

A propos des écrans

Sur l’allaitement

Danger Wifi femmes enceintes et bébés / enfants

Sur les jouets toxiques

Sur la pollution de l’air et leur impact sur les enfants (« 4,2 millions de morts prématurées dues à la pollution de l’air ambiant en 2016 dans le monde, 300 000 sont survenues chez des enfants de moins de 5 ans. La pollution de l’air est responsable de plus de la moitié de tous les décès par infections respiratoires basses chez les moins de 5 ans dans les pays en développement. »)

Notre Terre monte-t-elle vraiment en vibrations ?

Cet article se situe à la croisée de deux mondes : scientifique et spirituel. En effet, je vais devoir autant parler de la résonance de Schumann, de relevés scientifiques russes et des fréquences que de l’élévation des consciences, de l’ascension vibratoire et de l’ouverture du coeur.

En 1957, le physicien allemand Schumann capte les fréquences de la résonance entre le noyau de la Terre et sa Ionosphère et repère la principale onde permanente qui émet à environ 7,83 Hz (cycles par seconde). Cette onde se répercute sans fin à la même fréquence de 7,83 car elle est sans cesse réactivée. En fait, cette pulsation se nourrit de l’activité électrique des orages (à l’échelle du globe, il y a près de 300 éclairs à la seconde) mais aussi du vent solaire et de ses rafales de photons à hautes énergies qui viennent en permanence caresser les couches les plus hautes de notre atmosphère. Rappelons que ces ondes Schumann vibrent à la même fréquence que les ondes cérébrales des êtres humains quand il est calme et créatif (ondes alpha) et des mammifères en général.

Seulement nous y voilà : les relevés indiquent des pointes hallucinantes de cette vibration qui sont par exemple montées jusqu’à 140 hertz la semaine dernière fin avril 2020. Ces relevés sont rendus publics en temps réel sur quelques rares sites dont un site russe basé à Tomsk en Sibérie (voir le site russe et explications en fin d’article, dans la partie « sources »).

Pendant de nombreuses années, cette fréquence a exprimé une puissance stable à 7,83 Hz avec seulement de légères variations mais aujourd’hui il semble que la puissance et l’apparition de ces pics hertziens se répètent et s’intensifient…On peut se demander pourquoi. Lire la suite

Walking Corona

"Où vont tous ces adultes dont pas un seul ne rit ?
Ils vont, bâillonnés, faire leurs courses en Caddy
Ou bien bosser d'arrache-pied pour les nantis
C'est un triste défilé, une macabre danse
La peur partout, rampante, suintante, rance
La propagande, les merdias qu'on ne peut plus croire
Nous vivons tous un moment crucial de l'Histoire
Un effondrement de nos sociétés trop grasses
Accompagné d'une sixième extinction de masse

Les Gates & Co veulent dominer l'humanité
Mais jamais nous n'abandonnerons la Liberté
Ces temps obscurs sont tout aussi lumineux
Des gens évoluent, deviennent radieux
Réalisent l'éternité, l'unité, la bonté du cœur
Et avancent sans peur vers un pur bonheur
Gaïa vibre de plus en plus haut, c'est scientifique et spirituel
Certains passent dans d'autres dimensions bien plus belles

Nous voilà en taule tout en payant le loyer
Nous enfermer, nous confiner, nous abuser
Alors qu'il aurait été si simple de dépister
Non ils mentent et créent la panique, c'est facile
Pour nous faire courber, nous rendre bien docile 
Mais les éveillés sont de plus en plus nombreux
Le monde peut s'unir et soumettre le ténébreux

C'est le moment d'évoluer, d'ouvrir notre cœur
Il est la clé d'or des dimensions supérieures,
Penser à travers lui, ascensionner encore, toucher la source pure, 
Y mettre toute notre âme, laisser tomber toutes les armures
Chasser l'ego bien formaté, cette raclure
Puis reconquérir notre puissance créatrice
Redevenir des êtres respectueux de la matrice
En oubliant les anciens schémas erronés,
Tous issus d'une 3D matérialiste usée."

Anna Green, 23 avril 2020 ©Technosphere

Comment (bien) se protéger des virus : corona, grippe, etc.

Parce que je constate que le gouvernement s’en « lave les mains » de notre sort, je vous donne des indications naturelles et de bon sens afin de préserver votre précieuse santé. Je suis praticienne de santé naturelle (naturopathe) et nous avons des moyens simples et puissants pour rester en parfaite santé, peu importe le contexte d’épidémie ou pas. Cela a un rapport avec notre hygiène de vie : état émotionnel, sommeil, alimentation, aide par les plantes…Je rappelle aussi qu’un virus ne s’installe dans notre corps que si nos propres défenses ne font pas leur travail : « Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout. » (Louis Pasteur). Alors musclons notre système immunitaire !

Les conseils

🌟 La peur est la pire des émotions, elle effondre votre système immunitaire donc il faut absolument lui mettre un gros coup de pied au derrière. Quand nous éprouvons de la peur, les forces baissent et nous sommes en plus amenés à agir de façon irrationnelle. Les télévisions et radios « mainstream » font justement tout leur possible pour nous faire peur donc éteignez-les et renseignez-vous par d’autres sources (« Le fil d’actu » de Tatiana par exemple 😉 ). La peur empêche de bien dormir d’un sommeil réparateur et sans sommeil correct, cela affecte aussi nos globules blancs, qui assurent notre défense ! Donc on se détend, on se change les idées, on prend des pauses relax ! Voir aussi l’article sur les moyens d’élever ses vibrations. Vous saurez ainsi comment passer de la peur à la joie. Quand quelqu’un vibre haut, il est impossible de développer une maladie sauf cas génétiques !

🌟 Je rappelle qu’un petit masque en papier ne protège d’aucun virus ou microbes. En cas d’épidémie ce sont des masques avec des bords qui adhèrent à la peau que l’on utilise, pas de petits masques en papier : «Je n’ai jamais vu de rapports très convaincants sur l’utilisation des masques chirurgicaux contre le développement d’une épidémie», explique le Pr Antoine Flahaut, directeur de l’École des hautes études en santé publique dans le Figaro magazine de 2009 en évoquant la grippe A. Ils peuvent servir surtout à un malade qui va ainsi protéger son entourage mais pas à quelqu’un de sain qui souhaite se protéger. Le mieux est encore d’éviter les foules, les lieux publics, les sorties le temps que l’épidémie se calme.

🌟 Faites une cure d’environ 3 semaines de PROPOLIS ou d’ EXTRAIT DE PÉPINS DE PAMPLEMOUSSE (EPP) (suivre le dosage du fabricant). En pharmacie ou boutique bio.

🌟 On mise aussi sur les PROBIOTIQUES (lactobacilles) car 70% de notre système immunitaire se trouve dans la flore intestinale ! On utilise les probiotiques surtout si l’on est de santé fragile, malade, âgé ou affaibli par beaucoup de stress, une ancienne bronchite ou une maladie chronique comme le diabète. Les probiotiques se trouvent dans les yaourts, à raison de 1 à 2 par jour, des aliments lacto-fermentées type kéfir et choucroute ou dans les compléments alimentaires.

🌟 Vitamines C et D et toutes celles du groupe B (dans l’alimentation, sauf pour la vitamine D il faudra certainement l’acheter en complément si vous vivez en Europe car en fin d’hiver nous sommes souvent carencés ! ). Pour fixer la vitamine D n’oubliez pas de vous exposer un peu au soleil. Voyez-vous même quels aliments vous aimez et qui contiennent ces vitamines (la liste serait trop longue ici).

🌟 La diffusion d’huiles essentielles dans l’air chez vous ou au travail va aussi être très efficace : tea tree OU ravintsara OU eucalyptus radié OU romarin à cinéol. Pour cela il faut un diffuseur d’huiles essentielles, sinon vous pouvez en mettre sur les tapis, les canapés, les coussins…

🌟 Il est aussi possible d’appliquer ces huiles essentielles sur le corps : les poignets et le plexus solaire en friction. On peut aussi masser la plante des pieds et le dos. Vérifiez avant sur un petit coin de peau que vous n’avez pas de réaction allergique jusqu’au lendemain. déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes, aux bébés, aux personnes allergiques et aux asthmatiques.

🌟 Infusions de thym ou d’échinacée par exemple. Rappel : on ne fait jamais bouillir une infusion sinon nous tuons les principes actifs ! 👌💯

🌟 Pensez aussi aérer votre habitation et prendre l’air en marchant par exemple au milieu des arbres, notamment les pins / sapins qui sont remplis de terpènes, substances fortement immunisantes. Bien sûr éternuez au creux du coude !

🌟 Évitez de rendre visite aux personnes fragiles car vous pouvez être porteur sain, la période d’incubation du covid 19 étant de 14 jours, vous pouvez très bien avoir le virus sans qu’il ne se soit déclaré tout en le transmettant à des gens !

🌟 La prudence sera aussi d’éviter les foules, les lieux publics, les claviers partagés, les poignées de portes, les lieux climatisés, confinés, les piscines, les cinémas…

En prime vous avez droit à une recette très facile, peu chère et sans perturbateurs endocriniens comme dans les gels du commerce (j’ai vu que le marché noir du net vend très cher les flacons de gel).

RECETTE DU GEL DÉSINFECTANT POUR LES MAINS :

Dans un flacon propre (récupéré c’est très bien) :
🌟 25 ml de gel d’ALOE VERA (2 cuillères à soupe).
🌟 5 ml d’alcool à 70° ou de vodka (1 cuillère à café).
🌟 5 ml d’huile végétale (amande douce, jojoba, chanvre, olive : au choix, 1 cuillère à café).
🌟 10 gouttes d’huile essentielle de TEA TREE.
🌟 5 gouttes d’huile essentielle de RAVINTSARA ou de LAVANDE OFFICINALE.

Mélangez fortement tous les ingrédients : vous avez votre gel ! 😀
déconseillé aux femmes enceintes, allaitantes, aux bébés, aux personnes allergiques et aux asthmatiques.
ne pas se frotter les yeux après application.
Mais sans gel le mieux est quand même un bon lavage de mains et poignets pendant environ 1 mn !

Je vous envoie mes meilleures vibes, votre dévouée,

Anna Scheele ©Technosphere2020 🌱🎶💫💓

Pourquoi et comment manger des graines germées ?

Les graines germées, symbole de l’alimentation vivante, sont une magnifique source de protéines. Faciles à préparer, peu chères, très digestes crues, elles sont des aliments plein d’enzymes. Elles sont de vraies bombes nutritionnelles qui abondent en vitamines C, A, E, D, K, B et en minéraux (magnésium, calcium, fer, potassium, phosphore…). En plus, elles sont antioxydantes, remplies d’acides aminés et de fibres ! Par ailleurs, elles sont aussi bonnes pour notre Terre. En effet, si l’on compare avec les protéines animales, il faut des tonnes de graines et d’espace pour nourrir des animaux dont on mangera la viande alors que ces mêmes graines auraient suffi à nourrir « un département pendant quelques semaines… » (Nelly Grosjean, La cure zen détox aromatic, éditions 5mn, 2016).

Les Esséniens, peuple fascinant sur lequel j’affine mes connaissances afin de vous proposer un article sur eux, consommaient des graines germées il y a plus de 2000 ans et ceux qui ont entendu parler d’eux savent à quel point ils étaient évolués…

En tant qu’énergéticienne, je peux ressentir, rien qu’en voyant les graines germées, l’immense potentiel et bénéfices qu’elles nous apportent.

Quelles graines choisir ?

Le quinoa est enfantin à faire germer au fond d’une passoire en quelques heures ! Vous pouvez aussi faire germer des lentilles, des graines de tournesol, du sarrazin ainsi que d’autres graines comme l’alfalfa, le basilic, la roquette, le fenugrec, le radis, le chou, l’oignon, le brocoli, les petits pois, les haricots mungo, les pois chiches, l’épeautre, le poireau, le fenouil, le chou rouge, le soja…On en trouve dans toutes les biocoop ainsi que sur le net (toujours choisir des graines biologiques !)

Cela permet de varier les saveurs, les odeurs, les aspects.

Quels récipients ?

Il existe 2 types de graines et donc 2 types de germoir :

  • Les graines à mucilage (ou mucilagineuses) : qui deviennent gélatineuses (c’est le mucilage) au contact de l’eau : les graines de basilic, de roquette, de cresson (alénois et fontaine), de lin, de moutarde jaune, de chia, etc. Pour les faire germer, on utilise une coupelle de germination.
  • Les graines potagères que l’on fait germer dans un bocal germoir en verre. Ce bocal dispose de petits trous dans le couvercle afin que la graine dispose d’oxygène et d’un petit réceptacle afin de recueillir l’eau restant du rinçage journalier.
    graines bocal
    Graines d’Alfalfa germées (4 jours après la mise en bocal).

Comment faire ?

C’est simplissime : il suffit de laisser les graines tremper quelques heures dans de l’eau, puis de vider cette eau et de patienter quelques heures / jours (les indications sont sur les paquets de graines et dépendent de chaque variété). Bien les rincer chaque jour pour les graines potagères en bocal et arroser les graines à mucilage en coupelle avec un vaporisateur. Il est préférable de les cultiver dans une pièce claire mais à l’abri du soleil direct, pour qu’elles puissent développer de la chlorophylle. Un enfant en bas âge pourrait y arriver !

Comment les manger ?

Elles se consomment dès que le germe pointe et jusqu’à l’état de petites pousses généralement vertes. Tout se mange, même la racine. Il convient de les rincer une dernière fois avant de les savourer. On peut en manger une seule sorte ou bien les mélanger. Il existe bien des recettes, dont celles de grands chefs étoilés qui s’y sont mis figurez-vous et depuis longtemps ! Elles se consomment de préférence crues afin d’en conserver tous les bienfaits.

Je vais vous expliquer comment je fais en toute simplicité : j’en ajoute à toutes mes salades de crudités et taboulés (de chou-fleur, pas de semoule de blé !) comme si c’était de la salade justement ! J’en mixe avec la soupe (mais crues), j’en incorpore dans la garniture de nos galettes de sarrazin avec un filet d’huile de chanvre et du curry, je fais des omelettes en les ajoutant en fin de cuisson, elles décorent des toasts, elles s’invitent dans des rouleaux de printemps ou des nems, elles s’incorporent à toutes mes vinaigrettes, pâtés végétaux, rentrent dans la composition de sauces, de sandwiches. On peut aussi les broyer dans des jus de légumes ou de fruits. Il existe certainement bien d’autres idées, à vous d’en trouver et de laisser parler votre créativité. graines germées repas

Il n’existe pas, à ma connaissance de dose limite. On peut en manger par cures ou quand on en ressent le besoin. Personnellement, j’en mange tous les jours.

Nul besoin d’acheter les accessoires que vous voyez en photo (achetés en biocoop et sur des sites style germline ou nature et découvertes), on peut très bien les faire nous-mêmes, en évitant le plastique (le bisphénol A). Faire soi-même un bocal à germer

Bonne germination à vous ❤

Amicalement, Anne Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Changer de job ? Allez, on saute !

En tant que thérapeute, je rencontre énormément de gens en ce moment qui ne supportent plus leur travail et qui sont proches du burn-out voire complètement dedans. Cela est notamment dû à l’élévation générale des consciences, à un éveil global, à une élévation spirituelle qui nous pousse à ne plus travailler à des emplois qui ne nous conviennent pas, voire qui nous aliènent ou sont inutiles du point de vue collectif et ne servent pas le vivant en général. Notre monde actuel s’effondre complètement et nos âmes nous poussent à retrouver notre vrai chemin de vie, un chemin à l’opposé de la notion d’égo, de carrière, de l’individualisme ou du capitalisme.

Aujourd’hui plus que jamais, les énergies anciennes ne correspondent plus du tout au nouveau monde qui se met en place d’où les souffrances actuelles dans le milieu du travail notamment. Quand quelque chose s’écroule, disparaît, cela laisse place à un nouveau paradigme, un nouveau monde. Ce nouveau monde qui s’ouvre est une dimension supérieure à notre petite 3D, notre vieille petite matrice limitée, duelle et égocentrique. Ce nouveau monde va exiger de nous une authenticité et une ouverture totale du coeur. Si nous luttons contre ces nouvelles énergies, nous pouvons nous préparer à beaucoup souffrir. C’est pourquoi il faut lâcher l’ancien, laisser tomber les masques sans regret, sans haine, et plutôt le voir comme une opportunité merveilleuse : celle d’être enfin soi-même !

Que faire concrètement ?

Je vous conseille de prendre le temps de réaliser que nous avons été conditionnés depuis la naissance et que vous menez une existence probablement à côté de ce que vous devriez vraiment faire. Certains vont vivre une grande tristesse voire un sentiment de trahison. Une fois cette étape passée, parfois appelée « la nuit noire de l’âme » je vous conjure de laisser tomber vos peurs et votre mental affolé qui vous ruminent que « ce n’est pas raisonnable » de se remettre en question, de vouloir changer de vie, de travail, d’activité. Au contraire, écoutez-vous enfin vraiment : de quoi avez-vous besoin ? À quoi aspirez-vous ? Qui êtes-vous ? Quelle est votre vraie mission de vie ? Demandez à l’Univers des signes ! Et faites-lui confiance ! C’est cela le lâcher prise, c’est faire confiance à la vie, être dans la foi totale. Afin d’y voir plus clair, je vous conseille aussi de vous relier à la Terre et au Soleil puis de vous connecter à votre Coeur et vous sentirez forcément ce qui est bon pour vous.

Comment se connecter ?

Je vous délivre ici une jolie petite méditation à effectuer tous les matinsPetite méditation d’ancrage :

  • Au réveil, imaginez un fil d’or qui part de votre coeur et qui va rejoindre le centre de la Terre en passant par le bas du corps : donc ce fil se sépare en 2 au niveau des jambes et sort des pieds pour rejoindre le centre de la Terre : une immense pierre d’émeraude étincelante à laquelle vos fils d’or s’attachent.
  • Ensuite, pour la reliance à notre Soleil, faites de même en imaginant un fil d’or qui part de votre coeur afin de rejoindre le Soleil et se fixer à lui.
  • Enfin, 3ème étape de cette méditation d’ancrage : apprenez à respirer « par » le Coeur. Je m’explique : au lieu d avoir l’impression que l’air entre par le nez ou la bouche, imaginez que l’air entre et sort par le Coeur et ne pensez plus qu’à travers votre Coeur, pas à travers le mental, cette grosse voix qui gâche toujours tout…

poppies-4291706_1920

Pour vous aider à trouver des idées

Demandez-vous ce que vous feriez de vos journées si vous étiez immortel ou bien imaginez que je vous donne 2000 euros par mois : que feriez-vous de vos journées ? Les réponses seront certainement intéressantes…Quelles sont vos passions ? Qu’avez-vous toujours rêvé de faire ? Pour vous aider dans ce cheminement, vous pouvez aussi faire votre « Ikigaï »(méthode japonaise pour trouver sa voie, article technosphere ici avec lien à l’intérieur pour le faire gratuitement en ligne). Vous pouvez aussi, selon vos croyances, demander de l’aide à votre ange gardien qui n’attend que cela ou à des guides terrestres (coaches, mediums…), à des ancêtres ou à des êtres de Lumière (Archanges ou carrément à la Source !). L’invisible répond toujours sous forme de signes, à vous de les voir, de les réaliser, d’en avoir conscience, tout en sachant bien que rien n’est hasard.

Quand vous avez trouvé, faites confiance à la Vie, à l’Univers car en commençant à agir vous trouverez toujours de l’aide sous une forme ou une autre (« Aide-toi et le Ciel t’aidera ! »). Parfois, cela apparaît de façon totalement incroyable…Je vous donne un exemple personnel : il y a 3 ans, je démissionnais de mon travail de prof de lettres tout en sachant qu’en cas de démission je n’aurai pas de chômage. Je précise que j’élève seule mon enfant. Le cadeau est arrivé en créant ma microentreprise de webredaction (Technosphere) j’ai appris que mon employeur offrait une indemnité de création d’entreprise 🙂 Pas mal, non ? J’ai pu payer mes loyers, ma formation en naturopathie et avoir le temps de développer mes facultés en énergétique et musique. Le rêve pour moi. Et pourtant il a fallu lâcher un métier qui me passionnait au départ, les grandes vacances, la sûreté d’un emploi à vie mais tout cela ne correspondait plus du tout à mon âme, désireuse d’aider plus directement et encore plus de monde. Parfois j’ai flippé mais je forçais mon coeur à faire confiance à l’Univers, aux lois de la vie, au destin, à la chance, au karma et je m’alignais bien (grâce à ce lien Terre-Soleil). Quand un coeur est pur et sans masques il trouve toujours réconfort et abondance (l’abondance ne concerne pas que l’argent, loin de là !). À ce stade, entre aussi une grande loi de l’Univers qui est la Loi d’Attraction : on va attirer à soi ce que l’on vibre ! D’où l’importance de vibrer haut ! (voir article Comment élever ses vibrations).

Pour conclure

Je préconise un grand coup de pied magistral et définitif à la peur, cette émotion la plus basse qui soit. Au contraire, je conseille de vibrer la joie, la gratitude infinie dans cet éveil de votre âme et de se connecter au Soleil et à la Terre en passant par l’ouverture totale du coeur. Il faut aussi absolument faire taire le mental en se fixant dans le moment présent (pratique de la cohérence cardiaque et éventuellement de la méditation de pleine conscience). Avec cette « recette énergétique », vous passerez toutes les portes de l’élévation vers votre être véritable et votre chemin de vie. Vous serez enfin dans le vrai, vous connaîtrez jusqu’à la béatitude, l’agapè merveilleuse qui nous fait rendre grâce pour nos existences incarnées. Et c’est aussi de cette façon que peu à peu le monde redevient beau.

Votre dévouée, Anna Marguerite Scheele ©Technosphere 2020

Merci à Asher Endokrin pour la photo d’en-tête 🙂