23 nuances de craies – Guide de communication pour professeurs débutants

 

Pour une éducation bienveillante et pour en finir avec le sado-masochisme à l’école.

Je vous explique dans cet e-book ce qu’aucun formateur ne m’a officiellement transmis, ce qu’aucun manuel ne m’a délivré.

Attachée de presse, chargée de communication et prof de lettres très appréciée par ses élèves et leurs familles, je vous donne des clefs afin de communiquer aisément avec un public jeune.

Pas de théories pompeuses…Rien que du concret pour les profs débutants : le premier jour, l’intention, l’attitude, la parole, l’école, les rebelles, les passifs, les collègues, la tenue vestimentaire, passionner un public…

23 thèmes qui vous seront de la plus grande utilité afin que vos cours se déroulent de la meilleure façon possible, pour les jeunes, pour vous (et pour l’avenir de l’humanité…).

Vous comprendrez après lecture que l’attitude de bienveillance qui est préconisée est l’une des clés de voûte d’un enseignement réussi, humain, généreux.

Je vous offre le premier chapitre de mon livre, actuellement en vente sur Amazon

1. Se montrer bienveillant

Bienveillance : capacité à se montrer indulgent et attentionné envers autrui d’une manière désintéressée et compréhensive.

Rebecca Waller, psychologue de l’université d’Oxford, a publié la synthèse de 30 études sur des éducations sévères et punitives.

Lien vers les Références des articles de Rebecca Waller

Elle montre qu’en violentant un enfant ou un adolescent, verbalement ou physiquement, l’adulte aboutit au résultat inverse de celui escompté. L’enfant devient « insensible, dur, sans empathie» comme l’explique la pédiatre Catherine Guéguen, grande dame de l’éducation bienveillante.

L’école des parents, Revue publiée par la FNEPE, article de Catherine Guéguen, Neurosciences, le cerveau de l’enfant, janvier 2017, n°622

Inversement, quand l’adulte porte un regard compréhensif sur l’enfant et lui parle gentiment, il permet la maturation de son cerveau. L’enfant devient lui même empathique et social. Plus l’enfant reçoit de bienveillance, plus il sécrète de l’ocytocine (hormone du lien social, de l’amour, du plaisir), plus il devient comme nous le souhaitons, calme, lui même bienveillant, etc.

C’est la base de tout bon enseignement. Les jeunes sont très réceptifs, ils sentent très facilement si vous êtes bien intentionné. Tâchez d’être quelqu’un de bienveillant. Soyez un exemple de bonté, de gentillesse. De l’accueil, à l’entrée de la classe, jusqu’à la fin du cours, soyez quelqu’un de bien. Soyez sympathique, ouvert.

Bien sûr, dans la vie courante, nous ne sommes pas toujours des modèles. Nous pouvons parfois nous montrer impatients, jaloux, nerveux, égoïstes et j’en passe, mais quand vous entrez dans une classe, je vous en prie, revêtez le rôle d’une personne bienveillante, posez sur eux un regard doux et juste.

Concrètement, venez dans votre établissement vierge de toute émotion. Le trajet permet éventuellement de se mettre en condition, et même en voix parfois, pensez, en effet, à l’échauffer. Personnellement, avant d’ « entrer en scène », j’écoute toujours des musiques que j’adore, ça me remplit d’énergie positive, et je suis partie pour quelques heures. Imaginez-vous léger, disponible, de bonne humeur, prêt à tout entendre…Ayez votre esprit ouvert sans jamais ressentir de peur. Au besoin entraînez vous à prendre de la distance par rapport à votre rôle. Dites vous que rien de grave ne peut arriver et qu’au pire vous serez probablement mort de rire…

« La plupart de nos occupations sont comiques. Il faut jouer notre rôle comme il faut, mais comme le rôle d’un personnage emprunté. »  Michel de Montaigne, Les essais, 1580.

Oui, il faut entrer dans le rôle du prof, il faut mettre un masque avant d’entrer en scène. Mais attention, je ne parle pas d’incarner ce que vous n’êtes pas, je vous dis de vous montrer sous votre aspect le plus lumineux, le plus beau, le plus inspirant. Les jeunes sentent tout, ils vous démasqueront vite si vous jouez un rôle trop éloigné de ce que vous êtes. De toutes façons, il est trop difficile d’enseigner si nous éprouvons des émotions négatives car elles empiètent sur la communication, la recouvrant d’un voile sombre. Sachant que nous sommes maîtres de nos pensées, dirigeons-les vers les meilleurs aspects de nous-mêmes.

Je suis persuadée que l’une des clefs principale pour bien communiquer avec votre public est celle-ci : disposez votre esprit à être entièrement bien intentionné et posez un regard bienveillant sur les jeunes que l’on vous confie.

Considérez la jeunesse comme un précieux trésor à chérir de toutes vos capacités. Vous êtes passionnés par une matière mais vous allez œuvrer au-delà, vous allez agir dans la sphère de l’espèce humaine, très concrètement.

Cette bienveillance que j’évoque est une attitude générale, un état d’esprit qui va se manifester de différentes manières. Par exemple, dans le respect que vous aurez en écoutant un jeune ou dans votre système de fonctionnement avec eux. Autant de thèmes que nous développerons dans ce guide.

Pour davantage d’informations scientifiques sur la bienveillance et le cerveau, je vous renvoie à mon article sur l’éducation bienveillante : En route vers l’éducation bienveillante sur Technosphere.live, rubrique Société : https://technosphere.live/2017/04/06/en-route-vers-leducation-bienveillante/

citation-catherine-gueguen

CRAIES1

⇒⇒⇒⇒Acheter ce livre

 

Anna Scheele

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s