Interview de Merlin, 12 ans : bilan du voyage en Asie

Merlin, tu as passé plusieurs mois sur les routes d’Asie du sud-est. Quel sont les plus grands chocs culturel que tu as vécu ?

Les Bouddhistes qui se baladent dans les rues, les cafards géants et la chaleur.

Est-ce que la France, tes amis, la famille t’ont manqué ?

Non car il y avait tellement de choses à voir qu’on ne vit pas dans le passé.

Cite 3 spécialités culinaires que tu as adoré.

Les cafés au caramel et les rouleaux de printemps du quartier de Sam Sen Road à Bangkok et la nourriture indienne qu’on trouve partout et qui est succulente. Parfois on en avait marre des « soupes de nouilles » (un des plats principaux) car comme on est végétariens on nous les servait avec quelques végétaux. Bref, on s’est tellement régalé chez les Indiens que quand je suis rentré j’ai cuisiné un « Aloo Palak », c’est une spécialité indienne à base d’épinards, de tomates et de pommes de terre.

Cite les aliments d’Asie qui t’ont le plus surpris.

Les larves et les sauterelles en Thaïlande (franchement, ça ne me tentait pas du tout) et les mini poulpes au Vietnam que j’ai goûtés et que j’ai aimés !

Tu as suivi tes cours de 5ème en ligne, grâce au CNED. Que penses-tu de cette façon d’étudier ?

C’est très bien ! On n’est pas obligé d’être enfermé dans une classe, en 3 heures par jour (environ) j’ai atteint mes objectifs du jour, les cours sont très clairs en général et intéressants, surtout la SVT, la technologie et l’histoire (mes matières préférées). J’ai de bonnes notes, j’ai 15.5/20 de moyenne générale, comme en 6ème.

Certains pensent que l’école à distance n’est pas bonne pour la sociabilisation. Qu’en dis-tu ?

Je trouve que ceux qui disent cela ne sont pas évolués, il ne faut pas être toujours accroché à ses amis, cela n’empêche pas de communiquer avec eux par internet, de les revoir au retour (salut Anatole et les autres !) En plus, en voyage on rencontre dix fois plus de monde que dans une cour de récré !

Justement, parle nous des rencontres qui t’ont marqué.

J’ai rencontré un jeune qui s’appelle Sokha, au Cambodge, à Kep, dans le sud du pays. Il était très sympa et drôle. On continue à s’appeler par messenger. J’ai aussi été content de rencontrer Katy à Pnom Penh, une Cambodgienne qui parlait français et qui nous a raconté sa fuite du dictateur Pol Pot. J’ai été marqué par la rencontre de Bou Meng à la prison S21, l’un des survivants de la dictature des Khmers rouges. Bien sûr j’ai aussi rencontré plein de voyageurs, des touristes qui venaient d’Espagne, de Colombie, de France, de Belgique, etc. D’ailleurs merci le belge de m’avoir appris un tour de magie au Laos ! Et partout les gens me faisaient des câlins ! Il me pressaient doucement le bras en signe d’affection. Ils aiment beaucoup les enfants et moi ça me faisait rire. J’ai aussi été marqué par ma rencontre avec les enfants d’une tribu sur le plateau des Bolavens au Laos, on a joué ensemble, le langage n’était pas nécessaire. Enfin, j’ai été trop happy de rencontrer autant de chats sur notre route.

Nous avons consacré un article sur ce sujet des chats : « Please, do not disturb the cat ! »

Est-ce que quelque chose t’a particulièrement manqué de France ?

Oui, les crêpes bretonnes…

Penses tu que les humains sont si différents les uns et les autres que cela ?

Non, on a tous une conscience, on dort, on mange, on pète, on pisse, on rit, on pleure…

Quels sont les endroits les plus beaux que tu aies vu ?

Les temples d’Angkor, la mer bleue et la jungle à Kep au Cambodge, les temples blanc et noir près de Chiang Rai en Thaïlande, la jungle près de Chiang Mai avec les éléphants, les montagnes calcaires au Laos. Quand on était sur le Mékong, les paysages étaient sublimes, ainsi qu’au sud du Laos, aux 4000 îles, le delta intérieur du fleuve. J’ai aussi aimé voir Saïgon du ciel, quand on a pris l’avion pour aller à Bangkok.

Y a-t-il des endroits qui t’ont au contraire procuré des sensations désagréables ?

Les poubelles dans les rues de Chiang Rai étaient vraiment puantes, affreuses. Les Klongs dans les quartiers ouest de Bangkok étaient immondes, les gens jetaient toutes leurs ordures, les plastiques aussi, dans l’eau ! La rue où on logeait à Saïgon était étroite et une fois on a vu un homme qui était en train de se piquer la cuisse, son pantalon à moitié enlevé. À certains endroits, la chaleur était insupportable comme à Lopburi, la ville des singes en Thaïlande, j’avais l’impression de n’avoir plus de forces, j’étais assommé.

Es-tu content d’être rentré ?

A moitié, oui et non. Oui car je revois des gens que j’aime et que je retrouve des trucs à nous comme la maison, les ordinateurs, etc. Et non, car on retrouve le quotidien (la vaisselle, les courses, le ménage, etc.) et la France qui semble aller mal et qui me plaît qu’à moitié.

Quels pays aimerais-tu découvrir maintenant ?

L’Italie, la Grèce, la Russie, le Japon, les pays germanophones…

Quels sont tes projets dans l’immédiat ?

J’aimerais me mettre à créer des objets en 3d (j’adore le dessin). J’aimerais aussi adopter des animaux et faire du théâtre.

Si c’était à refaire ce voyage, repartirais-tu ?

Oui

Merci beaucoup pour cette interview Merlin ❤

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s